Articles Tagués ‘François Gouyette’

laurent-fabius-s-endort-pendant-une-reunion-officielle_4916755par Philippe Bilger

On n’a pas cessé de faire un sort à une vidéo montrant notre ministre des Affaires étrangères piquer deux à trois fois du nez mais se redresser immédiatement. Cette manière de cibler Laurent Fabius est à la fois grotesque et injuste.

Elle manifeste plus l’éparpillement désinvolte et superficiel d’un monde que seules les petites choses passionnent qu’une information digne de ce nom. Les mêmes qui se gaussent auraient été bien incapables de soutenir le rythme infernal de ses voyages et de ses rencontres internationales.

Autant il est légitime de dénoncer les attitudes déshonorantes ou incompétentes, autant se repaître de certains gestes inévitables et en tout cas pas honteux révèle à quel point de bassesse médiatique et de voyeurisme médiocre on est tristement parvenu.

Je n’aurais sans doute pas songé à défendre ainsi notre ministre qui, dans ce gouvernement, n’a jamais pu, lui, être taxé d’amateurisme si je n’avais pas eu la chance d’être convié à un petit déjeuner où l’Ambassadeur de France en Tunisie François Gouyette intervenait à titre principal et répondait à des questions sur la situation d’un pays qu’il connaît mieux que personne.

Même si la prudence diplomatique de Laurent Fabius l’a parfois conduit, de l’avis du profane, à des positions trop balancées semblant plus la conséquence d’une expérience que d’une conviction prête à une expression plus incisive. L’équilibre et le quai d’Orsay, apparemment, ne font qu’un !

Il n’empêche que c’est déjà un bonheur d’entrer dans ce magnifique bâtiment de la République au sein duquel les nations viennent vers la France et où celle-ci se charge d’elles.

C’est aussi un soulagement, pour une fois, d’accéder à des lieux officiels sans être contraint de montrer patte blanche à chaque niveau intermédiaire au risque de finir totalement déshabillé au terme du périple ! Depuis des années on est soumis, certes pour des raisons de sécurité, à des contrôles si minutieux qu’on est heureux, enfin, d’entrer, de marcher et d’arriver avec des sourires accueillants tout au long.

Le propos de l’Ambassadeur de France fut en même temps lumineux, lucide, mesuré et brillant ce qui n’est pas donné à tout le monde, tant ce dernier éclat peut apparaître incompatible avec les qualités de mesure et de prudence que l’analyse de la réalité tunisienne d’aujourd’hui impose.

Pour ma part, j’ai tout particulièrement apprécié l’approche positive, sans optimisme béat, et l’analyse pointue, sur les plans sociologique, politique et démocratique, de l’évolution d’un pays que nous suivons avec une sorte de chaleureuse inquiétude, de fraternelle sollicitude, tant il est proche de nous. Et tant le prétendu printemps arabe a besoin de l’espérance qu’il représente et de l’embellie qu’il incarne. La Tunisie reste le seul rempart contre un pessimisme réaliste voire cynique, qui serait tenté de noyer les lenteurs et les difficultés inévitables d’une gestation et d’une renaissance dans une présomption d’inaptitude et de désordre structurels.

Aux esprits chagrins, j’ose répliquer que le jour s’est levé, que l’aurore est dépassée, que le temps des promesses est révolu mais que la Tunisie doit affronter avec maîtrise, vaillance et tolérance, aujourd’hui, le plein midi des actions et des réformes.

François Gouyette a également exposé son point de vue sur les deux sociétés civiles tunisiennes, l’une éclairée, moderniste, l’autre conservatrice, traditionnelle qui essaient de s’accorder et dont nous devons tenir compte, solidairement, dans notre perception.

A l’issue de ces échanges, je me suis dit que si le Français n’avait pas la tête internationale, c’était probablement parce qu’on lui avait toujours présenté les Affaires étrangères comme étrangères.

Quand de manière simple, sans pédanterie ni langue de bois, elles viennent nous parler de la Tunisie et de tant d’autres pays, notre familiarité devient entière.

Pour si peu de temps, nous devenons un citoyen du monde.

http://www.philippebilger.com/

00000000000000000000000000000000000000000000000000000