Articles Tagués ‘français’

Des policiers indonésiens escortent le Français Serge Atlaoui, le 6 novembre 2006, avant sa condamnation par le tribunal de Tangerang.

«Jokowi, défenseur des droits de l’homme.» C’est avec cette réputation que le président indonésien, élu en juillet 2014, était arrivé au pouvoir en octobre. Depuis, du sang a coulé sous les ponts et la lutte contre la drogue a fait perdre certaines illusions aux ONG. Après l’exécution par balles, le 18 janvier, de six condamnés dont cinq étrangers, Joko Widodo continue sur sa lancée macabre. Le chef d’Etat a rejeté mercredi les demandes de grâce déposées par onze personnes, dont un Français, Serge Atlaoui. Le parquet général de Jakarta a indiqué à l’AFP qu’ils pourraient être exécutés «très prochainement».

Cet homme de 51 ans, originaire de Metz, a été arrêté en 2005 dans un laboratoire clandestin de production d’ecstasy. «Je suis révolté. Je ne peux pas l’accepter», confiait-il à l’AFP après sa condamnation, le 29 mai 2007. Il a toujours clamé son innocence. Comme le raconte Le Républicain Lorrain, Serge Atlaoui, soudeur de profession, serait venu installer «des cuves, des pompes, des machines à distiller dans une usine censée produire de l’acrylique avant de comprendre, a posteriori, la véritable destination des installations».

«Un procès bâclé»

L’organisation Ensemble contre la peine de mort (ECPM) parle d’un procès «bâclé, injuste, inéquitable» et d’un recours en appel puis en cassation «qui ne lui ont pas permis de démontrer les erreurs du procès et de se défendre». L’épouse de Serge, Sabine Atlaoui, avait créé en 2007 une association pour soutenir son mari, ainsi qu’une page Facebook.

Aujourd’hui, l’espoir s’amenuise, pour lui et pour les autres prisonniers condamnés pour trafic de drogue. D’après l’AFP, ils sont originaires d’Australie, du Brésil, du Ghana, du Nigeria et des Philippines. Le parquet aurait déjà établi une liste des personnes qui seront prochainement exécutées, sans préciser leurs identités.

A lire aussi : Le plus ancien détenu français en Indonésie bientôt libre et Un Français condamné à 15 ans de prison pour trafic de drogue à Bali

Depuis la prise de fonction du président Widodo, il s’agira donc de la deuxième exécution collective. Le 18 janvier, peu après minuit, six personnes avaient été passées par les armes : Marco Archer Cardoso Moreira, un Brésilien de 53 ans, Ang Kiem Soei, un Néerlandais de 62 ans, mais aussi Namaona Denis, du Malawi, Daniel Enemuo, du Nigeria, Tran Thi Bich Hanh, du Vietnam et Rani Andriani, la seule Indonésienne du groupe. Tous avaient été condamnés pour des affaires de drogue. A la suite de ces exécutions, une crise diplomatique a éclaté. Le Brésil et les Pays-Bas ont rappelé leur ambassadeur.

Contre la drogue, «pas de demi-mesure»

Le jour même, sur sa page Facebook, le président indonésien martelait que «dans cette lutte, il ne doit pas y avoir de demi-mesure, parce que la drogue est vraiment en train de ruiner la vie de ceux qui en consomment, et leurs familles.» En Indonésie, selon les statistiques d’Etat, des millions de personnes seraient dépendantes de la drogue.

Mais l’ONU s’alarme des pratiques du régime indonésien. Le 20 janvier, lors d’une conférence de presse à Genève, Ravina Shamdasani, la porte-parole du haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH) a déclaré : «Nous sommes préoccupés par le recours répété à la peine de mort pour des crimes liés au trafic de drogue dans certaines parties de l’Asie du Sud-Est.

Un moratoire sur la peine de mort avait pourtant été mis en place en 2008 en Indonésie, mais en 2013, quatre personnes avaient été fusillées. La législation contre la drogue dans ce pays est l’une des plus strictes de la planète. Des dizaines de prisonniers, dont un grand nombre d’étrangers, attendent leur exécution depuis des années dans le couloir de la mort.

Gabriel PORNET

0000000000000000000000000000000000000000

Le Monde.fr | 21.01.2015 à 13h52 • Mis à jour le 21.01.2015 à 14h22

Radio France internationale (RFI) révèle mercredi 21 janvier qu’une dizaine d’anciens militaires français combattent actuellement dans des groupes djihadistes en Syrie et en Irak. La plupart ont rejoint l’Etat islamique.

La radio publique française à destination de l’étranger détaille brièvement le profil de ces hommes : l’un d’eux dirigerait un groupe de combattants français dans la région de Deir ez-Zor, qu’il aurait formés lui-même au combat. D’autres, âgés d’une vingtaine d’années, sont « experts en explosifs ». RFI cite enfin « des anciens de la Légion étrangère ou d’anciens parachutistes ».

Certains ont eux-mêmes annoncé avoir servi dans l’armée française sur les réseaux sociaux.

DES CAS « D’UNE EXTRÊME RARETÉ »

Lors d’une conférence de presse donnée à l’Elysée pour annoncer les mesures du gouvernement contre le terrorisme, le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, a assuré :

« Les cas d’anciens militaires tentés par une aventure djihadiste sont d’une extrême rareté. »

« Le service interne à la sécurité et la protection de la défense va renforcer sa vigilence, et ses moyens seront augmentés », a ajouté M. Le Drian.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/01/21/d-anciens-militaires-francais-partis-faire-le-djihad-en-syrie-ou-en-irak_4560469_3218.html#VFBIRt5SK5IVmX3t.99

0000000000000000000000000000000000000000

La laïcité comme arme de destruction de la France ?

Par La Voix de la Russie | Une étude nous explique le Grand remplacement entre les lignes et la non volonté des communautés ethniques à vouloir intégrer la société française.

Une étude menée par l’institut Sociovision réalisée en novembre 2014 montre la différence entre les Français qui vivent dans l’hexagone et surtout les définitions inversées des valeurs. L’étude dit que les Français, dans leur majorité, souhaitent une discrétion des affirmations religieuses et que les musulmans français souhaitent affirmer leur identité religieuse au-delà de la sphère privée. La France a fait son travail sur la présence de la religion avec les philosophes des Lumières, la Révolution sanglante et barbare de 1789 pour accoucher de la loi de 1905 qui sépare le religieux de l’Etat.

Avec l’Islam la France se heurte à un nouveau travail sur la religion sur sa terre qui ne devrait pas avoir lieu d’être et qui envahit tous les médias et les rues de France à devenir obsessionnel. Les responsables politiques, souvent des anciens de mai 68 (des adorateurs de la fornication débridée et antireligieux aux cheveux à la Jésus du temps de leur jeunesse) déforment la définition de la laïcité et soutiennent l’activité d’une religion qui remet en cause la laïcité en France. L’étude nous explique le Grand remplacement entre les lignes et la non volonté des communautés ethniques à vouloir intégrer la société française.

Société sécularisée. « Les Français s’éloignent non seulement de la pratique mais aussi de la croyance religieuse », peut-on lire dans l’étude. De 1994 à 2014 le nombre de non pratiquants et de non croyants est passé de 32 % à 39 %, le nombre de pratiquants de 14 % à 10 %, le nombre de croyants de 45% à 36 %, ceux rattachés à une communauté sans être croyants de 9 % à 14 %. L’étude de Sociovision dit que le sentiment de communautarisme a augmenté dans une France devenue plus multiculturelle où la population catholique apparaît majoritairement vieillissante (43 % des catholiques ont plus de 50 ans), là où les musulmans sont, à l’inverse, plutôt jeunes (41 % des musulmans ont moins de 30 ans). La France est fragmentée et constituée de plusieurs ethnies du fait du multiculturalisme (ce n’est pas un multiculturalisme européen) ce qui dépasse le fait religieux tout en faisant le jeu de l’islam qui ne serait pas seulement une religion.

Encore Islam. « A peine la moitié des Français se disent catholiques ; l’Islam est très minoritaire, mais sa pratique est importante et portée par de jeunes générations », ajoute l’étude de Sociovision. Les « Sociovisionnaires » ont l’art de se contredire dans la même phrase certainement pour ne pas inquiéter les Français qui ne sont plus religieux depuis des générations, qui avec la poussée de l’Islam se découvrent un jour chrétien, et dont la population vieillit surtout que de Lampedusa ce ne sont pas des Francs, des Germains ou des Celtes, ni des Russes, qui débarquent. L’étude plante le doigt sur un phénomène inquiétant pour le pays ou réjouissant selon la position du lecteur. « La religion catholique reste bien sûr la religion la plus importante, de très loin, mais s’y attache désormais moins de la population française (48,5 %). La seconde religion en nombre, l’islam, rassemble 5,8 % des Français. Les autres religions (protestante, juive ou bouddhiste) réunissent chacune moins de 2 % de notre échantillon ».

Les experts de d’Institut disent, à se taper la tête contre les 4 murs de la salle de rédaction (murs heureusement très éloignés), « rappelons que notre échantillon n’intègre pas la population étrangère vivant en France ! ». Justement l’échantillon de Sociovision devait intégrer la population étrangère vivant en France ! Le Sénat publie sur son site, « en juin 1998, dans son rapport au nom de la commission d’enquête du Sénat sur les régularisations d’étrangers en situation irrégulière présidée par notre ancien collègue M. Paul Masson, notre collègue M. José Balarello écrivait qu’« une estimation du nombre des clandestins entre 350.000 et 400.000 ne paraît pas éloignée de la réalité. Selon M. Nicolas Sarkozy, ministre d’Etat, ministre de l’intérieur et de l’aménagement du territoire, entre 200.000 et 400.000 étrangers en situation irrégulière seraient aujourd’hui présents sur le territoire national et entre 80.000 et 100.000 migrants illégaux supplémentaires y entreraient chaque année ». Qu’en-est-il de ce nombre au début 2015 ?

Faits. « La discrétion des appartenances religieuses, dans la vie collective, celle de tous les jours, et pas seulement dans les services publics, est le souhait d’une large majorité des Français et devrait être la règle de notre vise sociale. 82 % des Français estiment que la religion est une question privée et que les signes d’appartenance religieuse doivent rester discrets en public », dit l’étude qui ne tient pas compte de l’avis des étrangers vivant en France…

Avec ce constat, « Ceux qui se situent politiquement les plus à Gauche acceptent mieux les affirmations d’ordre religieux que la moyenne », Sociovision explique que la Gauche prône l’éclatement de la laïcité dans le pays et soutient les comportements ethniques alors qu’à l’époque de Georges Marchais c’était l’inverse. Sociovision montre aussi dans sont étude que l’Islam est le problème dans la ociété française, « Le refus de serrer la main à une personne de sexe opposée, ou bien de fréquenter des lieux mixtes, comme les piscines, constitue l’attitude la plus rejetée par l’échantillon ».

Les élites politiques utilisent la laïcité pour interdire les sapins de Noël et les crèches dans les lieux publics ou dans des mairies mais soutiennent le ramadan comme le fait l’hôtel de ville de Paris en célébrant le début du ramadan sans parler des aides de diverses communes pour la construction de mosquées, qui à la différence des églises, tout en étant des centres d’éducation, sont des administrations qui gèrent l’état civil des populations musulmanes en invitant leurs ouailles à ne pas respecter la laïcité. Dalil Boubakeur l’a dit haut et fort « un sourire aux lèvres », « aujourd’hui, les maires sont les premiers bâtisseurs des mosquées ». Les élus de la République sont donc les premiers « déconstructeurs » de la laïcité.

Les opinions exprimées dans ce contenu n’engagent que la responsabilité de l’auteur.
Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_12_26/La-laicite-comme-arme-de-destruction-de-la-France-0545/

0000000000000000000000000000

Les Echos | Le 17/11 à 07:09Exécution l’État islamique : un Français pourrait bourreaux
Les services de renseignements français analysent la vidéo montrant l’exécution de soldats syriens et les restes d’un otage américain.Les services de renseignements français pensent avoir repéré sur une vidéo d’exécutions de soldats syriens et de l’Américain Peter Kassig diffusée dimanche, un Français parmi les bourreaux. Sur cette vidéo montrant des décapitations massives, on voit des hommes armés d’un couteau derrière chaque victime. Vraisemblablement, deux djihadistes seraient de nationalité française. Surtout, l’un d’entre eux aurait été identifié. Dans Le Figaro , le ministère de l’Intérieur ne confirme pas l’information, mais n’infirme pas non plus. Place Beauveau on indique seulement que « des vérifications sont en cours, cela pourrait prendre plusieurs jours ».

Les Echos

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/monde/afrique-moyen-orient/0203941884662-execution-de-letat-islamique-un-francais-pourrait-etre-parmi-les-bourreaux-1065032.php?2plCGowKmr8yvpiY.99

000000

« La France est une Californie qui s’ignore »

TRIBUNE. Écoutons notre petit grain de folie, soyons insolents, culottés et notre pays aura tous les atouts pour briller. Parole d’un banquier en charge des finances de la France qui innove !

 

Faute de victoires éclatantes, et faute de renouvellement d’une quantité de dirigeants qui persévèrent dans l’être à tous les niveaux du corps social, la France se pense en état de défaite et de blocage. Défaites et blocages pénètrent au plus profond de l’esprit pourtant conquérant d’un pays habitué au mouvement. On voit pulluler les traqueurs d’abus, redresseurs de torts, égaliseurs de conditions, tout le clergé des bonnes intentions et des envieux qui poussent sans toujours s’en rendre compte le contrôle social vers les excès que l’on connaît. Ces gens ne nous empêcheront pas de penser que la France est en Europe une Californie qui s’ignore, et d’observer avec un œil jeune le jaillissement d’énergie que l’on trouve chez les entrepreneurs de nos régions, les acteurs des cités, les Français de la troisième génération, les salariés des groupes mondialisés, les jeunes en nombre qui vont bientôt imposer la nouvelle société. On voudrait nous faire désaimer d’être Français, autant nous demander de désaimer d’être soi. Car à bien y réfléchir, on a beau le souhaiter, on revient toujours au constat qu’être soi vaut beaucoup, beaucoup mieux qu’être un autre. Nous sommes Français, natifs de l’un des pays les plus profonds, les plus humainement riches, les plus privilégiés du monde. Et notre pays est à quelques mètres d’être totalement celui dont nous aimerions être fiers. Franchir ces quelques mètres suppose d’écouter notre petit grain de folie et de revenir au principe de base, le plaisir, et a l’unité de base, l’individu « grand vivant » décidé à prendre sur ses épaules du stress positif. Libérés de la prison du non-désir, nous autres Francais de toutes origines sommes capables de soulever des montagnes ! Mais nous sommes aussi à quelques mètres d’un avenir obscur, celui que nous proposent les extrêmes de tous bords, au vent en poupe selon les sondages, conservatoires démagogiques de toutes les idées simples qui n’ont fait que compliquer la vie des Français et entraver leur liberté, en cela création directe et fidèle d’un demi-siècle de croyance en la possibilité de vivre dans un monde qui n’existe plus. Le nouveau monde, déjà né et palpitant sous nos yeux, est parfaitement adapté aux qualités de la France moderne. C’est un monde individualiste, nous le sommes. Un monde créatif, nous le sommes. Un monde exogame, nous le sommes. Un monde agressif, nous le sommes ! Nous pensons être bloqués, sans voir que nous sommes libérés de quantité de stéréotypes et de préjugés culturels qui bloquent encore la plupart des sociétés qui se déclarent modernes et qui sont nos concurrentes. Nous avons fait un travail de liberté unique, et ceux qui voyagent le savent bien. Il ne reste qu’à déployer ces énergies, en faisant les bons choix à la croisée des chemins. Pour cela, il faut être insolent. L’insolence, tempérament majeur des grands vivants, des femmes et des hommes libres, qualité de base des impétueux, des impatients, des découvreurs. Insolence, qualité ultime de ceux qui refusent d’analyser leur impuissance, et qui n’attendent pas les réformes venues d’en haut pour commencer à envisager de vivre. Qualité des patriotes, des volontaires, des optimistes. Qualité des entrepreneurs, nos clients de la Banque publique d’investissement, tous les anonymes admirables qui avec la bonne hargne ont voulu de tout temps être leurs propres patrons, insolence à vouloir aller vers le plaisir d’être libre. Bpifrance*, parmi d’autres, est la banque de ces gens-là. Les semeurs d’étoiles, les culottés et audacieux, les inventeurs, les mousquetaires souriants, fidèles héritiers de ceux qui ont fait de la France un grand pays. Ils vont nous faire enfin vivre un présent sans nostalgie si on veut bien les entendre. 

(*) La banque publique d’investissement est un organisme financier destiné à soutenir les entreprises françaises dans leur développement. Elle a été créée en 2012 par le rapprochement d’Oseo, CDC entreprises (Caisses des Dépôts et Consignations), le FSI (Fonds stratégique d’investissement) et FSI Régions.

source: http://toutvabien.wedemain.fr/%E2%80%89La-France-est-une-Californie-qui-s-ignore%E2%80%89_a42.html

PLUS: http://fr.wikipedia.org/wiki/Banque_publique_d%27investissement

http://www.bpifrance.fr/

000000000000000000000000000000000000000000

OBSERVATOIRE DU MENSONGE 2014 copie

François Hollande comme vous ne l’avez jamais vu
Un reportage terrifiant

"La politique est une poubelle qu’il faudrait vider plus souvent"©

C’est le Salut aux truffes !©

Voir l’article original 1 297 mots de plus

A partir de la 11ème minute 45 secondes

La France d'Alicia

Livre : « l’Identité malheureuse » d’Alain Finkielkraut

A partir de 11’30

Tous les articles sur Alain Finkielkraut

Voir la Vidéo-Débat 28Minutes : Finkielkraut « L’identité malheureuse » VS Plenel « Pour les musulmans »

Voir l’article original


%d blogueurs aiment cette page :