Articles Tagués ‘Expulsion Calais’

Calais Migrant Solidarity

On Thursday 24th, the court gave its decision about the new squat on Impasse des Salines: the inhabitants of the house have ten days to leave the place before an eviction...The authorities and the police have ten days to find a strategy to evict this squat and we have ten days to organize the defence of the place and to respond to this attack!

The inhabitants of the place have, for the moment, decided that they will stay in this house even if the police try to evict them. They will resist and they ask for our help for this. There are now more than 100 people staying there at night and more than 300 are coming there everyday for a cup of tea, a collective meal, French lessons, card games and to have access to the basic hygienic facilities (toilets, showers and water.)

The jungle near the Tioxide…

Voir l’article original 123 mots de plus

immigration-calais

Parmi les 610 migrants évacués, on pouvait dénombrer 121 mineurs. Ces derniers ont été dirigés dans des centres prévus à cet effet et les personnes majeures ont été auditionnées. Le préfet explique sa stratégie qui serait de voir au cas par cas pour auditionner les migrants.

Des cars de CRS et des gendarmes ont été réquisitionnés pour effectuer cette manœuvre. Les migrants dormaient encore lorsque les forces de l’ordre sont arrivées. Des gaz lacrymogène ont été utilisés pour empêcher les évasions et les forces de l’ordre ont bloqué toutes les issus pour éviter les fuites mais une cinquantaine de migrants a tout de même réussi à s’échapper du camp. Les tentes ont alors été détruites.

http://www.mehach-magazine.com/9117501/610-migrants-evacues-calais123.html

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Calais Migrant Solidarity

Pentax Digital Camera

A six heure du matin, gendarmes mobiles, CRS, PAF, ont expulsé les squats rue massena, rue de vic et rue auber, où plus de 70 personnes vivaient depuis plusieurs mois.

Dans le même temps, les mêmes flics ont encerclé le lieu de distribution et ont procédé à son évacuation . Il était occupé depuis le 28 mai dernier par plus de 500 personnes qui  y avaient trouvéEs refuge, après l’expulsion de trois campements.

Toutes les portes et sorties de SALAM (lieu de distribution) étaient bloquées par les flics et des gaz lacrymogènes ont été utilisé pour empêcher les migrantEs de s’échapper.

Une vingtaine de femmes avec leurs enfants dormaient à SALAM. Plus d’une centaine de mineurEs étaient aussi sur les lieux et ont subit cette opération policière.

Tout ce qui servait d’abris et de couchage aux personnes qui y dormaient ont été détruit.

Les activistes, militantEs, associations présentes ont été…

Voir l’article original 531 mots de plus

Pentax Digital Camera

Passeurs d'hospitalités

Les trois squats ouverts par le collectif « Salut ô Toit » et le lieu de distribution des repas occupés depuis un mois par des exilés ont été évacués ce matin. Les militants et journalistes ont été éloignés de manière à ce qu’ils ne puissent pas voir ce qui se passait à l’intérieur du lieu de distribution.

Les personnes sont arrêtées et emmenées dans des bus.

Des places auraient été libérées ces derniers jours dans différents centres de rétention. La perspective semble donc que les expulsions de squats et du campement soient suivies d’expulsions du territoire. Les autorités se serviront sûrement du « dispositif exceptionnel » mis en place à Calais la semaine dernière comme argument pour dire que les personnes qui n’ont pas demandé l’asile à cette occasion peuvent être renvoyées sans inconvénient dans leur pays.

Une violence de plus, qui rappelle la séquence Besson en 2009 et les tentatives de renvoyer les…

Voir l’article original 35 mots de plus