Articles Tagués ‘Denis Favier’

soubelet

Obsequium amicos, veritas odium parit.

Terence

°°°

L’actuel commandant de l’Outre-mer a publié en mars un livre à succès dans lequel il critique notamment des magistrats « jusqu’au-boutistes », un système syndical « dispendieux » et des partis politiques « globalement disqualifiés ».

Le directeur général de la gendarmerie nationale (DGGN) Denis Favier a confirmé ce jeudi 21 que le général Bertrand Soubelet, ex-numéro 3 de la gendarmerie était « appelé à changer d’affectation » dans « les jours qui viennent ».

L’actuel commandant de l’Outre-mer a publié en mars un livre à succès dans lequel il critique notamment des magistrats « jusqu’au-boutistes » un système syndical « dispendieux » et des partis politiques « globalement disqualifiés » a confirmé ce jeudi 21 que le général Bertrand Soubelet, ex-numéro 3 de la gendarmerie était « appelé à changer d’affectation » dans « les jours qui viennent ». Il devait être sanctionné et placé hors cadre, avait-on appris de sources proches du dossiers. « Dans les jours qui viennent, il est appelé à changer d’affectation », a confirmé ce jeudi sur France Inter Denis Favier, qui souligne que le général Bertrand Soubelet « n’a pas été sanctionné ».

soubelet livre« Il occupe une fonction qui relève des emplois à la discrétion du gouvernement, il a exercé cette fonction, il en exercera peut-être d’autres dans le futur », a-t-il dit. « La question n’est pas celle du devoir de réserve, n’est pas celle du droit d’expression, c’est un débat d’une autre nature. On ne peut pas avoir évolué dans un système pendant plus de trente ans et méconnaître les règles qui régissent ce système », a ajouté le DGGN. « On ne peut pas non plus lorsqu’on a bousculé certaines de ces règles faire semblant d’en être étonné (…) Les règles sont des règles de loyauté, de transparence, de franchise, d’engagement », a-t-il dit. « S’exprimer est un droit (…) mais s’exprimer pour dire quoi? Poser un constat est assez facile mais aux responsabilités qui sont les nôtres, une fois qu’on a posé le constat, il faut mettre tout en œuvre pour inverser la tendance si le constat est négatif », a insisté Denis Favier.

Dans Tout ce qu’il ne faut pas dire, paru chez Plon le mois dernier, le général Bertrand Soubelet sort de son devoir de réserve pour donner sa « contribution citoyenne sans aucun esprit partisan » tout en critiquant sans détours le gouvernement, une prise de position publique inédite pour un haut gradé en exercice de la gendarmerie. Le général Soubelet a été muté à l’été 2014 au commandement de la gendarmerie de l’Outre-mer, après avoir exprimé ses réserves sur la politique pénale face aux délinquants lors d’une audition à l’Assemblée nationale le 18 décembre 2013.

http://www.francesoir.fr/societe-faits-divers/gendarmerie-nationale-suite-la-sortie-de-son-livre-bertrand-soubelet-va-changer

LIRE aussi: GENDARMERIE: Obsequium amicos, veritas odium parit! Ainsi parlait Terence…

000000000000000000000000000000000000

Après Sivens : quand Hollande et Cazeneuve veulent la peau du général Favier, directeur de la gendarmerie…

Après Sivens : quand Hollande et Cazeneuve veulent la peau du général Favier, directeur de la gendarmerie…

06/12/2014 – PARIS (via Polémia)
Le général Denis Favier (photo) vivrait-il ses dernières semaines à la tête de la gendarmerie ?

Ce sont au moins les rumeurs persistantes qui circulent au ministère de l’Intérieur et au sein de la Direction générale de la gendarmerie. Le héros de l’assaut de l’Airbus de Marignane en 1994 pourrait bientôt découvrir que les couloirs feutrés des ministères sont aussi traîtres que les repères de terroristes…

Le gouvernement, bousculé et affaibli par la mort de Rémi Fraisse, tué accidentellement par l’explosion d’une grenade dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014 sur le site du chantier du barrage de Sivens, aurait décidé de faire porter le chapeau au patron des gendarmes, le général Favier. On se souvient que ce jeune militant d’ultra-gauche a été tué au cours d’affrontements extrêmement violents qui ont opposé les gendarmes mobiles à des assaillants armés, appartenant à la mouvance anarcho-autonome et décidés à « casser du flic ». Un rapport de l’Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) a démontré l’absence de manquement aux règles juridiques et déontologiques tout en soulignant la stratégie de contrôle médiatique des activistes d’extrême gauche(1).

L’inconsistance du ministre de l’Intérieur

Face à cette affaire, certes, regrettable, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a fait la preuve de son inconsistance et de son incapacité à incarner l’ordre républicain. Le manque d’engagement du ministre a obligé le directeur général de la gendarmerie à prendre, seul, face aux médias, la défense de ses hommes. Ses interventions remarquables de clarté, de mesure et d’autorité ont impressionné et n’en ont que mieux souligné, par contraste, le manque d’envergure et de caractère de Bernard Cazeneuve, petit personnage, nommé par hasard et pour des raisons bassement politiques à la tête d’un ministère prestigieux.

Mais, bien sûr, le général Favier va apprendre ce qu’il en coûte de faire de l’ombre à son ministre. Nos sources au sein de la gendarmerie nous ont confirmé que les relations entre les deux hommes étaient tendues à l’extrême. L’article laudateur que le quotidien Le Monde a consacré au général Denis Favier dans son édition du 28 novembre 2014 n’a fait que renforcer la colère du ministre (2)

Cazeneuve absent de la Sainte-Geneviève, fête de la gendarmerie

Les observateurs avisés ont évidemment noté que Bernard Cazeneuve n’avait pas pris la peine, contrairement à son prédécesseur, d’assister à la Sainte-Geneviève, fête traditionnelle de la gendarmerie, qui a été célébrée le 1er décembre à Paris et à l’occasion de laquelle, contrairement aux habitudes, le général Favier n’a pas pu prendre la parole.

Il se murmure au ministère de l’Intérieur que François Hollande, agacé par l’affaire Sivens, a tranché : dans quelques semaines, quand la tension sera retombée, le général Favier, dont la tête a été promise à Cécile Duflot en échange d’un cessez-le-feu au Parlement, devrait être remercié.

Au demeurant, le nom de son successeur court déjà. Il s’agirait du directeur des ressources humaines de la gendarmerie, personnage moins connu pour son parcours professionnel que pour sa parfaite conformité idéologique avec le pouvoir en place et sa soumission empressée aux dogmes du politiquement correct.

Favier promis au placard comme Soubelet ?

Comme, avant lui, le général Soubelet, placardisé dans un poste sans responsabilités opérationnelles pour avoir dit la vérité sur le laxisme judiciaire face à la délinquance, le général Favier devrait être appelé à d’autres fonctions, selon la formule consacrée, au détour d’un conseil des ministres en février ou mars 2015.

Triste fin de parcours pour un officier charismatique, au parcours exemplaire et apprécié, à juste titre, par tous les gendarmes de France…

François Chardon
Resté près de vingt ans au service de l’Etat, François Chardon a rejoint le secteur privé et est maintenant consultant dans le domaine de la sécurité et de l’intelligence économique.

Crédit photo : Jef Pruvot via Wikipédia (cc).

—————————
Notes :
(1) http://www.interieur.gouv.fr/Actualites/Communiques/Remise-du-rapport-de-l-IGGN-suite-au-deces-de-Remi-Fraisse

(2) http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/11/27/denis-favier-le-patron-des-gendarmes-renforce-par-sivens_4530073_3224.html?xtmc=favier&xtcr=3

gendarmerie jpg

« La complaisance amène les amis, la vérité fait naître la haine ».

Souvenez-vous de la DCN (Direction des constructions navales): La hiérarchie militaire a sanctionné pour des motifs fallacieux les deux gendarmes chargés de l’enquête sur la corruption à l’arsenal de Toulon. C’est ce qu’a estimé vendredi, devant le tribunal administratif de Nice, la commissaire du gouvernement, Dominique Terrazzoni, qui a conclu à l’annulation des sanctions. Saisi d’un recours par la gendarmerie, le tribunal doit rendre sa décision dans une dizaine de jours. S’il suit l’avis de cette magistrate indépendante, le ministère de la Défense se verrait de plus en plus suspecté d’avoir tenté d’étouffer l’enquête, au moment où elle s’approchait des hautes sphères militaires.

Les gendarmes, on les a mutés «dans l’intérêt du service», Caillet à Cherbourg, Jodet à Brest!

SOURCE: http://www.liberation.fr/societe/1999/06/23/arsenal-de-toulon-deux-gendarmes-trop-vite-mutes-selon-la-justice-ils-ont-ete-sanctionnes-parce-que-_275408

**************************************

GENDARMERIE : le premier qui dit la vérité doit être exécuté ! (par Jean-Marie Viardot)

 

Des Généraux de Gendarmerie transférés de leurs fonctions de directeurs à des postes de second plan.

 

 

par Jean-Marie Viardot

Chef d’Escadron de la Gendarmerie Nationale ER

Médaille Milliaire – Chevalier ONM

Pr. dpt des Retraités de la Gendarmerie

Pr. dpt du Souvenir Français

Pr. dpt des Marins Anciens Combattants

Délégué dpt de l’ASF

Viardot Jean-Marie.jpg
Cdt Jean-Marie Viardot

 

J’avais souligné mon admiration devant les Généraux placés à la tête de la Gendarmerie Nationale qui avaient osé dire en public dans quelles difficultés se débat l’institution.

J’avais assuré ces Directeurs de la Gendarmerie de mon (notre) soutien.

L’État de Pépère 1er dit le Président Normal n’admet pas que des Généraux de Gendarmerie puissent oser dénoncer des incohérences d’un système essoufflé, asphyxié dont il est le premier responsable.


 

Gén Renault.jpg

Général Pierre Renault

Le 26 février, par décision prise en Conseil des Ministres, le Général Pierre Renault, qui fut en poste à Montpellier, avait été démis de ses fonctions et remplacé par un CIVIL, inspecteur de l’administration. Quelle idée avait-il eu de dénoncer l’état déplorable des matériels de la Gendarmerie et plus particulièrement celui des casernements ! Il avait osé dire que le terme « indigne » pour qualifier certains logements de Gendarmes est approprié…

Voir et écouter l’audition du Général Renault en cliquant sur ce lien.


 

Gén Soubelet.jpg

Général Pierre Soubelet

 

Le Général Bertrand Soubelet vient d’être muté de la Direction des Opérations et de l’Emploi à la tête de la Gendarmerie de l’Outre-mer. Ce n’est pas une promotion surtout quand on a passé à peine deux années au poste prestigieux qu’il occupait. On lui reprocha d’avoir critiqué le système judiciaire français qui laisse les délinquants en liberté. C’était le premier à agir avec autant de franchise, sans langue de bois. La Ministre de la Justice et le Premier Ministre ont mis le temps pour réagir mais ils ont fini par obtenir des sanctions.

Voir et écouter son intervention en cliquant sur ce lien.


 

Gén Mazy.png

Général Philippe Mazy

 

Le Général Philippe Mazy, Directeur du Personnel de la Gendarmerie, s’est permis de souligner que l’écart entre le plafond des effectifs autorisés et les effectifs réellement présents sur le terrain provoque près de 1.800 postes de « trou à l’emploi » dans le ridicule de la création de 162 postes par an face à la réalité du sous-effectif existant depuis des années.

Voir et écouter l’audition du Général Renault en cliquant sur ce lien.


 

Général-Denis-Favier.jpg

Général Denis Favier

 

Nous avons aussi le cas du numéro Un, le brillant Général Denis Favier, Directeur Général, qui avait dénoncé devant la représentation nationale les difficultés qu’il avait à joindre les deux bouts ce qui nous avait permis de dire que la Gendarmerie était clochardisée. Ces Généraux vont-ils se retrouver, eux aussi, dans la charrette qui les conduira à l’échafaud ? Il est évident que ces derniers temps, dans notre République, on coupe facilement les têtes.

Lire les propos du Général Favier en cliquant sur ce lien.


La preuve est faite que les responsables de l’État n’admettent pas que des Généraux de Gendarmerie puissent faire autre chose que d’approuver leurs décisions, au garde-à-vous, même quand elles sont nuisibles à la Gendarmerie.

Aujourd’hui on peut s’inquiéter de l’avenir de deux autres Généraux qui ont osé dire la vérité sur l’état de l’institution.

Toute vérité n’est pas bonne à dire et quand on voit le sort réservé à des Généraux, on se rend bien compte que ce n’est pas demain que le Gendarme de base aura le droit de s’exprimer.

Messieurs les syndicalistes de la Police Nationale qui jalousez les Officiers de Gendarmerie, réfléchissez aux conséquences auxquelles vous vous exposez si vous obtenez satisfaction…

JMV

SOURCE: http://www.minurne.fr/gendarmerie-le-premier-qui-dit-la-verite-doit-etre-execute-par-jean-marie-viardot

**********************************************