Articles Tagués ‘Calais’

Pentax Digital Camera

Pentax Digital Camera

Par LEXPRESS.fr avec AFP , publié le 02/08/2015 à 07:55 , mis à jour à 08:45

Le candidat à la présidence de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie Xavier Bertrand s’en prend à David Cameron au sujet des migrants de Calais dans une interview au JDD. Il souhaite que le Premier ministre britannique prenne de vraies mesures et arrête le « dumping social » pratiqué outre-Manche.

La situation des migrants de Calais a réveillé les vieilles querelles franco-anglaises. Cette fois, c’est l’ancien ministre du Travail Xavier Bertrand (Les Républicains) qui monte au créneau. Il menace le Premier ministre britannique David Cameron de « laisser partir les migrants » en Angleterre dans une interview au Journal du Dimanche.

Le député de l’Aisne, candidat à la présidence de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie accuse David Cameron de ne pas avoir « pris la mesure de l’ampleur et de la gravité du problème » des migrants à Calais. « Les dernières mesures qu’il a annoncées sont décalées et dérisoires. S’il continue à ne rien proposer d’autre, laissons partir les migrants et que Monsieur Cameron gère sa politique à sa façon, mais sur son île », estime-t-il.

« Ce n’est pas une question d’argent. Ce ne sont pas quelques millions de plus qui vont régler le problème », ajoute-t-il. « Nous ne demandons pas l’aumône. Nous demandons le règlement du problème. Il faut bien comprendre que les solutions gentillettes, les demi-mesures ne régleront plus rien. Il faut prendre ce dossier à bras-le-corps », s’agace le député.

« Cessez votre dumping social »

Disant faire sien « le ras-le-bol de la population et de Natacha Bouchart, la maire (LR) de Calais, que ceux qui ne vivent pas dans la Région ont peut-être du mal à mesurer », le député de l’Aisne rappelle que « géographiquement, la frontière anglaise se situe à Douvres ».

Read more at http://www.lexpress.fr/actualite/societe/xavier-bertrand-menace-l-angleterre-de-laisser-partir-les-migrants_1704093.html#IRXfoAPx1gI0u4I4.99

000000000000000000000000000000000000000

Passeurs d'hospitalités

Fin 2014, deux journalistes britanniques sont contrôlés par des CRS alors qu’ils tournent des images dans la zone industrielle des Dunes. Le contrôle est complété par des coups et la dégradation de leur matériel.

http://www.nordlittoral.fr/faits-divers/un-journaliste-de-tele-anglaise-denonce-les-violences-ia0b0n182712

S’ils avaient été molestés par des citoyens ordinaires, l’enquête relèverait de la justice, en l’occurrence du parquet. Ici comme dans l’affaire de l’exilé dont la jambe avait été écrasée par un fourgon de CRS contre la rambarde de l’autoroute, on apprend qu’il n’y a qu’une simple enquête interne à la police.

Encore une fois, on a le sentiment que les policiers ne sont pas des justiciables comme les autres, et se pose la question de l’impunité dont ils jouissent.

En l’occurrence se pose aussi la question du message adressé aux journalistes : n’allez pas trop sur le terrain vous rendre compte de la situation, resté dans les circuits organisés par la autorités, sinon c’est à vos risques et périls.

Notons que lorsque Bernard Cazeneuve répond à Human Rights Watch qu’il n’y a aucun dépôt de plainte attestant des violences policières à Calais, ces journalistes ont déjà porté plainte : le ministre couvre et assume l’agression de journalistes par des policiers.

https://passeursdhospitalites.wordpress.com/2015/02/17/quand-des-policiers-agressent-des-journalistes-britanniques/

00000000000000000000000000000000000

LA RUE ET SES VIOLENCES

Passeurs d'hospitalités

Mardi 27 janvier, les Syriens qui dorment sous le porche de l’église Saint Pierre et Saint Paul dépannent d’une couverture et d’un peu d’eau un européen en galère. La nuit il revient saoul et les attaque au couteau. Ils se défendent, le blessent et appellent les secours.

Samedi 17 janvier, un véhicule passe devant les même Syriens, un des passagers abaisse la vitre et tire des coups de feu. Il ne s’agit que d’une carabine à bille, il n’y en a que pour la peur. La nuit, même scénario pour les Syriens du hangar Paul Devot.

À Calais, quand vous ne savez pas quoi faire pour vous marrer, vous faites semblant de tirer sur des gens qui ont fuit la guerre. C’est rigolo.

http://www.nordlittoral.fr/accueil/des-migrants-racontent-ils-ont-baisse-la-vitre-et-tire-ia0b0n174921?xtor=EPR-5&utm_source=mailing&utm_medium=email&utm_content=article-1&utm_campaign=newsletter-vdn

Mercredi 28 janvier, peut-être les mêmes, fusil à bille, près du campement de Tioxide, cette fois deux blessés légers. Cette fois le chauffeur et son passager…

Voir l’article original 22 mots de plus

Passeurs d'hospitalités

« Peut-être que la seule chose qui manquera à ce camp de vacances sera une piscine » dit un quotidien britannique à propos du centre de jour prévu dans l’enceinte du camp Jules Ferry, tandis qu’un autre titre « Un Chef qui a 3 étoiles au Michelin pour les migrants au camp de Calais ».

http://www.dailymail.co.uk/news/article-2910808/Calais-opens-vast-new-Sangatte-Centre-2-500-residents-sparks-fears-attract-hundreds-migrants-town.html

http://www.express.co.uk/news/world/552254/Calais-camp-migrants-have-meals-prepared-by-Michelin-3-star-chef

http://www.express.co.uk/comment/expresscomment/552206/Stephen-Pollard-on-French-immigration-and-Calais-refugee-camp

La chose serait comique, si cette presse n’influençait pas une opinion publique britannique mal informée par ce qui se passe à ses frontières, et une classe politique qui vit les yeux rivés sur les prochaines élections et le score prévisible de l’UKIP (United Kingsdom Independence Party, qui prône la sortie de l’Union européenne et la fermeture à toute migration).

La chose serait simplement ridicule s’il n’y avait pas la situation réelle que l’on sait, dans laquelle se trouvent des personnes réelles.

De quoi parle-t-on ?

À l’automne 2002, alors que le centre de Sangatte ferme ses portes…

Voir l’article original 245 mots de plus

Résistance Inventerre

France 3 avec AFP 24/12/2014 |

A Calais, les bénévoles du Secours populaire offrent un semblant de Noël aux migrants

amigrants Calais000_par8061369

© FRANCOIS LO PRESTI / AFP Le Secours populaire et l’association Salam ont distribué de la nourriture aux migrants mardi 23 décembre.
Mardi 23 décembre, en soutien à l’association Salam* qui vient en aide aux migrants depuis les années 2000, le Secours populaire a distribué des colis de nourriture mais également quelques jouets mécaniques et des friandises pour les enfants. Les femmes ont pu recevoir des produits cosmétiques, de quoi améliorer le quotidien d’une journée mais pas de régler le problème sur la durée.
 L’initiative met du baume au cœur des migrants mais ne leur fait pas oublier leur situation. Fadul, 24 ans, vient du Soudan. Depuis deux mois, il loge dans la « jungle », ce grand squat qui abrite plusieurs centaines de migrants. Mardi, alors qu’il faisait la…

Voir l’article original 300 mots de plus

Passeurs d'hospitalités

La question se pose aux Syriens : où adresser leur demande aux autorités britanniques ?

À Calais elle sont présentes dans le port. Aujourd’hui quatrième jour de leur mouvement, ils sont donc allés en cortège et avec leurs banderoles de leur lieu de rassemblement rue Lamy jusqu’au rond-point où se trouve la passerelles d’accès au port. Un, puis deux, puis trois fourgons de CRS, rejoints par une camionnette de gendarmerie et deux voitures de police en civil, se sont disposés de l’autre côté du rond-point.

Une petite délégation accompagnée de journalistes a néanmoins pu s’avancer sur la rampe d’accès de la passerelle, avant d’être bloqués par des policiers. Pas moyen d’aller plus loin pour remettre la lettre de revendications aux autorités britanniques, pas moyen non plus de prévenir celles-ci pour que quelqu’un vienne à la rencontre de la délégation. Pas de dialogue possible.

C’est typique d’une situation qu’on rencontre fréquemment…

Voir l’article original 89 mots de plus

Passeurs d'hospitalités

L’augmentation graduelle du nombre d’exilés présents à Calais depuis un peu plus d’un an n’a tout d’abord pas suscité de réaction particulière des pouvoirs publics, à part des expulsions de squats et de campements qu’on pourrait presque qualifier de routine dans le climat de violence qui règne à Calais (comme le squat des Érythréens le , et le campement des Soudanais le 11 avril 2014). Cette période a aussi été pour les nouveaux arrivants celle de la prise de risque pouvant conduire à la mort (voir ici ou ). Les interpellations des associations restent sans réponse.

Les expulsions de campements le 28 mai (voir ici et ), puis de campement et de squats le 2 juillet (voir ici,ici et ), avaient donné une mauvaise image de l’État à la fois par leur brutalité, mais aussi par l’impression qu’elles donnaient d’improvisation et d’absurdité, comme une répétition vaine…

Voir l’article original 227 mots de plus

Passeurs d'hospitalités

« Les migrants continueront inexorablement à s’amasser aux portes de
l’eldorado britannique. » « Le flux continuel de migrants entraine l’économie locale dans une crise sans précédent et les entreprises sont menacées. »

Ces lignes ne proviennent pas du collectif d’extrême-droite Sauvons Calais, mais d’un appel à manifester ce lundi 13 octobre d’un syndicat d’ordinaire classé à gauche, Unité SGP Police Force Ouvrière. Ce qui aurait pu n’être qu’une manifestation syndicale autour de revendications catégorielles s’est transformé en une manifestation politique anti-migrants.

Et c’est sans surprise qu’on le trouve relayé sur des sites d’extrême-droite, comme ici.

Le syndicalisme policier a depuis longtemps un problème d’identité. On imagine mal des syndicalistes des personnels des impôts intervenir dans les médias pour expliquer la politique fiscale du gouvernement, ou des syndicalistes de l’éducation nationale pour exposer la politique du gouvernement dans ce domaine. On voit par contre de manière récurrente des représentants des syndicats de policiers…

Voir l’article original 327 mots de plus

civilwarineurope

imageJusqu’à 300 personnes, 150 selon la police, se sont rassemblées cet après-midi à l’appel du collectif « Sauvons Calais » pour dénoncer la présence des migrants dans la ville, dont de « nombreux représentants d’extrême droite » .

« Foutons-les dehors », pouvait-on lire sur une des pancartes du groupe rassemblé sur la place de l’hôtel de ville. Une autre associait la présence de migrants à « l’insécurité, l’insalubrité, le désastre économique ».

« C’est bien ça qui rend ma colère joyeuse aujourd’hui, c’est que de Brest à Vladisvostok et de Calais à Lampedusa, c’est que le peuple se lève pour dire non à l’invasion de notre continent« , a lancé à la foule Olivier Roulier, de Réseau Identitaire. Devant une foule très réactive parcourue de huées et de rires, un slogan était repris: « On est chez nous. » L’un des organisateurs de la manifestation, Kevin Rèche, a appelé…

Voir l’article original 62 mots de plus

Calais : saisie de 1,7 tonne de cigarettes de contrebande
Saisie de 1,7 tonne de cigarettes de contrebande | © Douane
La saisie est intervenue lors du contrôle d’un poids lourd, sur la zone d’embarquement du ferry à destination de la Grande-Bretagne.

Le 19 août 2014, les douaniers de Calais ont saisi 1,7 tonne de cigarettes de contrebande suite au contrôle d’un poids lourd immatriculé en Hongrie, sur la zone d’embarquement du ferry à destination de la Grande-Bretagne.Photo

Lors de l’examen du chargement, les agents ont constaté la présence de cartons dissimulés sous les sacs de vêtements d’occasion officiellement transportés. A l’intérieur, ils y ont découvert des cartouches de cigarettes de différentes marques dépourvues de vignettes fiscales. Poursuivant leurs investigations, les agents ont ensuite trouvé des cartouches supplémentaires dans la cabine parmi les effets personnels du chauffeur.

Au total, 8 662 cartouches de cigarettes de contrebande représentant un poids de 1711 kg ont été saisies pour une valeur estimée à près de 430 000 €.

En 2013, la douane française a intercepté 430 tonnes de tabac de contrebande.

SOURCE: http://www.douane.gouv.fr/articles/a12141-calais-saisie-de-1-7-tonne-de-cigarettes-de-contrebande

00000000000000000000000000000000000000000

Passeurs d'hospitalités

Le tribunal administratif a décidé l’expulsion sans délais du lieu de distribution des repas à partir de la signification du jugement, c’est-à-dire que l’expulsion deviendra possible dans le courant de la semaine prochaine, selon la célérité avec laquelle le préfet accordera le concours de la force publique – ou selon ce qui a été organisé de concert entre la mairie et la préfecture si elles se sont mises d’accord sur le déroulement des opérations.

Bien entendu, aucune solution n’est proposée aux personnes qui habitent sur le lieu de distribution des repas.

Les associations et les exilés vont prendre le temps de faire le point sur la situation et d’envisager que faire. Les recours juridiques possibles sont étudiés avec Me Nobert Clément, qui a assuré la défense des habitants du lieu de distribution. Les associations ont aussi décidé de boycotter la réunion du conseil des migrants convoquée pour aujourd’hui, pour…

Voir l’article original 537 mots de plus

POLICELes exilés sont confrontés aux contrôles et arrestations à répétition, insultes et brutalités policières, notamment à Calais. Ils ont compris que pour les autorités françaises ils n’étaient pas les bienvenus, et le premier mot de français qu’ils ont appris de la police est généralement « dégage ».

Tout est fait au quotidien pour qu’ils n’aient pas envie de rester en France.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

OFPRAL’OFPRA, c’est quoi?

Lire: http://www.ofpra.gouv.fr/

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

20140528-Gustav_Pursche-Calais-28Le 28 mai 2014, plus de 300 flics sont intervenus à Calais pour expulser trois campements de tentes dans le centre, campements qui existaient depuis fin octobre : le campement syrien qui avait été monté après l’occupation du port, le campement érythréen sous le pont, établi après l’expulsion de leur squat, également en octobre, ainsi qu’un plus petit campement près du point de distribution de nourriture. Ensemble ces endroits abritaient environ 650 personnes à Calais.

L’Etat a essayé de maquiller cette opération policière en intervention humanitaire, parlant de gale et d’hygiène insuffisante pour justifier la destruction de la maison de personnes sans leur donner aucune solution alternative. Il a négligé de dire que ces problèmes n’existent que parce qu’on les a forcé à vivre les uns sur les autres sans accès facile à des toilettes, des douches ou à des endroits où laver leurs vêtements ou leur literie. L’Etat a légitimé cette intervention paternaliste en peignant l’image de migrants malades et incapables de prendre soin d’eux mêmes, plutôt que d’accepter la responsabilité d’avoir créer les circonstances qui causent ces problèmes.

LIRE: http://calaismigrantsolidarity.wordpress.com/2014/05/28/face-a-lexpulsion-des-camps-occupations-et-resistances/

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

140528-calais_0Migrants, who have been trying to get into Britain, hit by outbreak of scabies and forced to move on

LAST UPDATED AT 10:19 ON Wed 28 May 2014

Around 800 migrants from Asia, the Middle East and Africa are being removed from camps near the port of Calais by police in France.

Authorities say the evictions are necessary to deal with an outbreak of scabies. But the migrants, who have been trying to get into Britain, say they have nowhere else to go once the camps are destroyed.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

Passeurs d'hospitalités

La venue du directeur général de l’OFPRA ce mercredi à Calais, au lieu de distribution des repas occupé par les exilés, mérite qu’on y revienne. Pendant la journée, la préfecture a dit aux associations, aux médias et aux exilés eux-mêmes que les occupants du lieu devaient partir, ce qui laisse présager une expulsion, et un dispositif spécial pour ceux qui choisiraient de demander l’asile. Le soir, le directeur général de l’OFPRA est là pour tenter de crédibiliser ce dispositif. Est-ce là le rôle de l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides ?

La législation européenne (règlement Dublin III) prévoit qu’on ne peut demander l’asile que dans un seul pays, et énonce une série de critères pour déterminer quel est ce pays. Dans la très grande majorité des cas, il s’agit du pays d’entrée dans l’Union européenne. Toute une partie des exilés arrivant en France se sont fait prendre…

Voir l’article original 498 mots de plus