Articles Tagués ‘Ben Ali’

L'écrivain et philosophe Bernard-Henry Lévy était à Tunis ce week-end.EXCLUSIF. La vérité sur le voyage de BHL en Tunisie !

Le Point – Publié le 02/11/2014 à 13:12 – Modifié le 02/11/2014 à 14:12 Bernard-Henri Levy ne mâche pas ses mots. Il n’était pas à Tunis à l’invitation des islamistes, ni comme « agent sioniste », et n’a pas été expulsé du pays…

L’écrivain et philosophe Bernard-Henry Lévy était à Tunis ce week-end. © POLEMILE/SIPA

Propos recueillis par

Comment un simple aller-retour de Bernard-Henri Lévy à Tunis devient une véritable affaire d’État… Venu pour rencontrer des personnalités libyennes à l’hôtel La Résidence, le philosophe s’est retrouvé au centre d’un maelström où la rumeur et la malveillance ont pris le pas sur la vérité et la diplomatie. On a dit tout et son contraire sur ce voyage éclair… BHL rétablit la vérité et s’étonne d’une telle désinformation…

Le Point.fr. : Vous rentrez de Tunisie. On a lu des choses folles dans la presse. Que s’est-il vraiment passé ?

BHL : Factuellement, pas grand-chose. Quelques dizaines d’islamistes ou, peut-être d’exilés kadhafistes, qui m’attendaient à l’aéroport et s’indignaient de voir un « sioniste » (sic) poser son sale pied sur le sol du pays. Mais l’événement, s’il y en a un, c’est ce qui a suivi. Et c’est ce vent de haine et de folie qui s’est mis à souffler dans les rédactions, sur la Toile, sur les réseaux sociaux. En quelques heures, j’étais devenu, dans le meilleur des cas, je veux dire dans les journaux convenables, un « intellectuel juif », ou un « agent sioniste », venu semer le désordre et déstabiliser, à moi tout seul, la jeune démocratie tunisienne. Dans le pire des cas, c’est-à-dire sur certains blogs, j’étais un « chien », une « vermine », un « vampire qui se nourrit du sang arabe », un type qu’il fallait « lyncher » si on le rencontrait – j’en passe et des meilleures…

Quel était le but de votre séjour en Tunisie ?

Une chose très simple. Rencontrer, dans un hôtel, au vu et au su de tous, dans la plus parfaite transparence, des amis libyens sortis exprès de Tripoli, Benghazi, les villes du Djebel Nefousa, Misrata, Zaouia, afin de poursuivre en terrain neutre, et avec moi, le dialogue de réconciliation nationale. Mais, d’un seul coup, dans cette opinion devenue folle et biberonnée au conspirationnisme le plus débile j’avais un agenda secret qui était, pour les uns, de rencontrer les islamistes d’Ennadha ; pour les autres de participer, en compagnie, si j’ai bien compris, d’un des pires islamistes radicaux de la région, à une conférence dont je n’avais, évidemment, jamais entendu parler ; pour les troisièmes de comploter contre le régime issu des élections de la semaine dernière et, pourquoi pas, de le renverser. J’étais le complot sioniste à moi tout seul. L’incarnation des noirs desseins de l’étranger. J’étais, non plus un écrivain, mais un agitateur professionnel sur les « agissements » de qui des groupes de crétins se mettaient à réclamer l’ouverture d’une enquête judiciaire. Tout ça est à se tordre de rire. Mais, en même temps, je n’ai pas tellement envie de rire. Car ce qui se passe en Tunisie est, par ailleurs, tellement important – tellement beau et tellement important – qu’on est triste de voir des braillards, ou des gens sérieux, mais devenus dingues, partir dans ce genre de délires et salir ce que les démocrates tunisiens ont tant de peine à construire.

On dit que vous avez fini par être expulsé…

Vous plaisantez ! Vous imaginez un citoyen français expulsé comme ça, sans raison, par un pays ami et, de surcroît, démocratique ? Et où en serions-nous si les autorités tunisiennes, sorties victorieuses de leur bataille électorale contre les obscurantistes et les nostalgiques de la dictature, cédaient à la pression, je ne dis même pas de la rue, mais de quelques poignées de fanatiques drogués à l’antisémitisme le plus enragé ? Non. Tout cela est grotesque. Je suis parti quand ma réunion libyenne s’est terminée. Et les autorités tunisiennes, pour ce que j’en ai vu et su, se sont comportées de façon parfaitement normale.

Dans les réactions hostiles à votre venue, il y avait aussi l’extrême gauche…

Sans doute oui. Mais l’extrême gauche a le même problème partout. En Tunisie, elle a eu son époque où elle soutenait les islamistes. Puis, celle où la dictature Kadhafi lui semblait un moindre mal. Puis, maintenant, elle a des indulgences pour Bachar el-Assad. Et quant au complotisme antisémite… Allons. On ne va pas mettre de l’huile sur le feu. Je dirais juste qu’il y a, dans cette extrême gauche, un vrai problème de culture politique, juste de culture politique et de niveau. Mais comment faire autrement quand on sort assommé de décennies de tyrannie et de bourrage de crâne?

Comment expliquez-vous qu’une telle polémique soit née ?

On vit une époque folle. Plus personne ne vérifie quoi que ce soit. Les gens écrivent, de plus en plus, n’importe quoi. Y compris en France où un site comme Rue 89 a quand même réussi à écrire, sans prendre la peine de checker leur information en téléphonant, par exemple, à l’intéressé, que BHL « serait en Tunisie pour voir le Libyen Abdelhakim Belhadj et l’islamiste tunisien Rached Ghannouchi » – c’est-à-dire, si je peux me permettre, ce qu’il y a de moins fréquentable sur les scènes politiques libyenne d’un côté, tunisienne de l’autre.

Un incident comme celui-ci vous paraît-il infirmer l’idée que la Tunisie est le premier pays des révolutions arabes à avoir réussi sa transition démocratique ?

Bien sûr que non. J’ai été parmi les premiers, en janvier 2011, à saluer l’héroïsme de ce peuple, qui, en solidarité avec un petit marchand de Sidi Bouzid immolé par le feu, s’insurgeait contre un pouvoir que l’on pensait invincible. Et je me souviens avoir relayé, à l’époque, les appels à « hacker » les sites officiels de Ben Ali ! Tout cela, je ne le regrette pas une seconde. Et la Tunisie, encore une fois, va dans le bon sens. Simplement, on constate une fois de plus qu’une démocratie ce n’est pas seulement des élections. C’est aussi une culture. Une révolution lente des mentalités. Des digues contre la boue qui, elle aussi, profite de la liberté pour remonter à la surface. Et il reste en Tunisie, comme dans le reste du monde arabe, beaucoup à faire de ce point de vue.

Radio-Canada avec Agence France-Presse et Reuters
Dépouillement des bulletins de vote à Tunis Dépouillement des bulletins de vote à Tunis  Photo :  Anis Mili / Reuters

Les Tunisiens attendent les résultats des élections législatives de dimanche. Le décompte préliminaire des suffrages exprimés ne sera pas disponible avant lundi matin, selon les autorités locales.

À la fermeture des bureaux de scrutin, le taux de participation s’établissait autour de 60 %, selon l’instance organisant les élections.

Plus de cinq millions de Tunisiens étaient appelés à choisir 217 députés dans le cadre de ces législatives, les deuxièmes depuis la chute du dictateur Ben Ali lors du printemps arabe. Une présidentielle suivra le 23 novembre.

En octobre 2011, l’élection de l’assemblée constituante, remportée par les islamistes d’Ennahda, avait été le premier scrutin libre de l’histoire du pays.

plus sur http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/2014/10/26/001-elections-legislatives-tunisie.shtml

Vote en Tunisie : « on veut des gens capables de faire avancer le

Le Monde
Loin de l’enthousiasme de 2011, date du premier scrutin libre du pays, mais convaincus de l’importance de cette journée, les électeurs …

000000000000000000000000000000000000

Tunisie: les enjeux des deuxièmes législatives de l’après-Ben Ali

media Des partisans d’Ennahda, le parti islamiste, à Tunis vendredi soir, dernier jour de campagne. REUTERS/Anis Mili

Les bureaux de vote doivent ouvrir à 7h, heure locale en Tunisie, ce dimanche 26 octobre. Les électeurs sont appelés aux urnes pour les deuxièmes élections législatives depuis le renversement du président Ben Ali, qui avait lancé les « printemps arabes ». Quelles sont les forces en présence et les enjeux politiques de ce scrutin ?

Avec notre envoyé spécial à Tunis, David Thomson

Premier enjeu de ces deuxièmes législatives de l’après-Ben Ali : le taux de participation. Un peu plus de 5 millions d’électeurs, sur 8 millions potentiels, se sont inscrits et la campagne électorale n’a guère suscité l’enthousiasme. Les Tunisiens se montrent souvent désabusés devant leur classe politique. Le vote a lieu au scrutin proportionnel à un tour : il s’agit d’élire 217 députés, parmi 1 400 listes. Mais aux yeux des analystes, le match devrait se jouer essentiellement entre deux poids lourds : Ennahda et Nida Tounes – même si aucune formation ne devrait être en mesure de gouverner seule, et qu’Ennahda propose déjà un gouvernement d’union nationale avec d’autres partis.

Si cette prévision se confirme, ce scrutin devrait ainsi consacrer la bipolarisation de la vie politique en Tunisie. D’un côté, le bloc des islamistes politiques vainqueurs des dernières élections en 2011. En 2013, après deux assassinats politiques attribués aux jihadistes, Ennahda a dû quitter le pouvoir sous la pression de l’opposition. Toujours majoritaires à l’Assemblée, mais affaiblis par l’exercice du pouvoir et un bilan économique contesté, les islamistes mettent en avant la rédaction de la Constitution adoptée sous leur mandat. Elle est particulièrement libérale pour le monde arabe. Par ailleurs, Ennahda bénéficie toujours de la base militante la plus nombreuse et la plus structurée.

Pas de résultats officiels ce dimanche

Face à Ennahda, le parti destourien créé il y a à peine deux ans par l’ancien Premier ministre Beji Caïd Essebsi, âgé de 88 ans et candidat à la présidentielle. Volontiers anti-islamiste, Nida Tounes se veut l’héritier de la tradition moderniste d’Habib Bourguiba. Cette formation, souvent taxée par ses adversaires d’être le parti de l’ancien régime, semble être la seule capable de rivaliser avec les islamistes. En face, l’opposition avance en ordre dispersé entre les libéraux du Massar ou d’Afek Tounes, la gauche nationaliste du Front populaire, mais aussi un « ovni politique », l’Union patriotique libre (UPL), d’un milliardaire autrefois proche du régime Kadhafi en Libye. Sans oublier les anciens du parti du président déchu Ben Ali.

La sécurité du scrutin est un sujet d’inquiétude majeure pour l’Instance d’organisation des élections (ISIE). Quelque 80 000 policiers sont déployés dans tout le pays. Deux jours après l’assaut meurtrier contre des jihadistes en périphérie de Tunis, les autorités craignent qu’une attaque terroriste ne perturbe le processus démocratique. Quant aux résultats, même si les partis devraient publier leurs propres décomptes, les chiffres officiels ne seront pas communiqués ce dimanche. L’ISIE à jusqu’à jeudi pour les annoncer.

http://www.rfi.fr/afrique/20141026-tunisie-enjeux-deuxiemes-legislatives-apres-ben-ali/

00000000000000000000000000000000000