Articles Tagués ‘Belgique’

Le constat est sans appel. Au Maroc comme en Europe, la plupart des armes à feu utilisées dans des opérations de terrorisme ou de grand banditisme proviennent de Belgique.

Quand la Belgique se transforme en plaque tournante du trafic d’armesC’est en tout cas ce que rapporte Le360 ce lundi 24 août 2015, avec un récapitulatif des principales affaires qui démontrent que la Belgique devient une plaque tournante du trafic d’armes.

Fusil à pompe « browning » de calibre 12mm, 33 cartouches de chevrotine, mitraillette de marque « FAB » avec 4 chargeurs et 304 cartouches de calibre 7.62 mm, cinq bombes fumigènes… Voici la liste des armes saisies par les services de police chez la bande criminelle qui a tenté, le 13 août à Tanger, de braquer un fourgon de transport de fonds. Cet arsenal de guerre a été introduit au royaume par des Belgo-Marocains qui ont fait leurs emplettes en Belgique.

«Cela conforte l’amplitude de la menace provenant de la Belgique, notamment de la part d’une nouvelle génération de bi-nationaux, dont des repris de justice, pour des faits liés au grand banditisme, au narcotrafic international et au terrorisme», confie une source sécuritaire. Et d’ajouter: «C’est la preuve d’un risque patent, émanant de la Belgique, sachant que ce pays européen est apparu de manière récurrente, lors du traitement précédent d’affaires liées au terrorisme, comme une plaque tournante du trafic d’armes».

Et le journal électronique d’énumérer les affaires liées à des trafics d’armes en Belgique, où il ne serait pas compliqué de se procurer un pistolet mitrailleur avec silencieux à 1000 euros ou un automatique 9mm à 600 euros.

Cette accessibilité aux armes de guerre donne parfois lieu à des affaires dramatiques. La fusillade du musée juif de Bruxelles, perpétrée en mai 2014, qui a coûté la vie à quatre personnes en est un exemple. Encore plus proche, l’auteur du massacre  de la fusillade dans un train Thalys, vendredi 21 août, est non seulement un de ces autres Marocains extrémistes résidant en Belgique, mais en plus, il n’est pas exclu que l’arme qu’il a brandie dans le train reliant Paris à Amsterdam serait en provenance de Bruxelles.

En Belgique, ajoute le journal, le trafic d’armes prend, parfois, des proportions industrielles. En mars dernier, la presse belge avait fait état du démantèlement à Charleroi d’un réseau qui falsifiait la signature du ministre-président Wallon pour importer de grandes quantités d’armes. L’affaire de ce gang qui a agi pendant de longs mois sans être inquiété démontre un certain laxisme de la part des autorités belges dans la lutte contre ce type de trafic. Un laisser-aller dont les répercussions se ressentent souvent dans d’autres pays dont les services sécuritaires sont forcés de redoubler de vigilance.

SOURCE: http://www.tuniscope.com/article/76690/actualites/international/belgique-375223

00000000000000000000000000000000000000

Solidarité Ouvrière

7 sur 7,12 janvier 2015 :

Quelque 150 sans-papiers du Front des Migrants, un collectif regroupant cinq associations de sans-papiers ou défendant leurs droits, ont manifesté lundi matin devant le Ministère de l’Emploi de la région de Bruxelles afin de demander la régularisation de leur situation par le travail. Une délégation a été reçue par le ministre bruxellois de l’Emploi Didier Gosuin.

« Jeudi dernier, après une manifestation ayant rassemblé 200 sans-papiers devant le cabinet du secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, Theo Francken, une délégation du Front des Migrants a pu rencontrer Freddy Roosemont, l’actuel directeur de l’Office des Etrangers. Les sans-papiers ont obtenu la garantie d’une régularisation s’ils parvenaient à obtenir un contrat de travail dans les secteurs d’emplois en pénurie. Cette décision laisse entrevoir une porte de sortie pour les sans-papiers qui vivent dans des conditions inhumaines en Belgique depuis de nombreuses années », a indiqué Oscar Flores…

Voir l’article original 112 mots de plus

Solidarité Ouvrière

7 sur 7, 8 décembre 2014 :

Environ 200 syndicalistes de la CSC se sont rassemblés, lundi de 13h00 à 15h00, au Théâtre de la Bourse, à Bruxelles.

« C’est un vrai mouvement interprofessionnel », se réjouit Nic Görtz, permanent fédéral CSC Bruxelles-Halle-Vilvoorde. « A Bruxelles, on n’a jamais vu une telle mobilisation depuis 20 ans. Des entreprises ont fait grève pour la première fois. Des secteurs qui sont compliqués à mobiliser ont répondu à l’appel, comme les maisons de repos, les hôtels ou les banques, notamment AG Insurance et Belfius. Au niveau des écoles, il y a eu une très forte mobilisation, ce qui est rare car l’enseignement est plutôt corporatiste ».

Voir l’article original 198 mots de plus

Solidarité Ouvrière

L’Avenir, 8 décembre 2014 :

Des manifestants, dont des jeunes militants du JOC et certains membres de la CNE, ont été interpellés brusquement par la police ce 8 décembre, lors d’un piquet rue Neuve, au carrefour avec le boulevard Botanique.

«J’ai senti deux mains m’attraper par-derrière et me soulever»

Patrice Debrandt est interloqué. Comme d’autres, ce permanent de la CSC service public est dès 7h ce lundi dans le piquet de la rue Neuve, au carrefour avec le boulevard Botanique.

Voir l’article original 291 mots de plus

Solidarité Ouvrière

Belga, 7 décembre 2014 :

Une trentaine de membres du collectif de la Voix des Sans-Papiers sur la cinquantaine qui a entamé une grève de la faim le 17 novembre dernier, ont été hospitalisés depuis le début de l’action à Molenbeek-Saint-Jean, indique le collectif dimanche dans un communiqué. Le but de cette dernière est, selon eux, de dénoncer les conditions inhumaines dans lesquelles ils vivent depuis des années.

Le collectif, établi à Molenbeek, rassemble 200 personnes dont 13 enfants et une quarantaine de femmes originaires d’Afrique du nord et d’Afrique subsaharienne, qui occupent une maison de repos désaffectée du boulevard Léopold II, à Molenbeek-Saint-Jean. Ses membres demandent notamment la régularisation de tous les sans-papiers vivant dans le squat.

Voir l’article original 131 mots de plus

Solidarité Ouvrière

DH, 27 novembre 2014 :

Les syndicats assurent que la région liégeoise sera « totalement à l’arrêt ».

Les grèves tournantes font leurs œuvres et, ce lundi 1er décembre, c’est au tour de l’économie liégeoise au sens large de subir la colère des travailleurs. Après le succès du mouvement qui a débuté ce lundi 24 novembre dans le Hainaut, au Luxembourg ainsi qu’à Anvers et dans le Limbourg, c’est au tour de Liège, de Namur et du Brabant wallon (ainsi que de la Flandre orientale et de la Flandre occidentale), de débrayer.

Voir l’article original 458 mots de plus

Solidarité Ouvrière

7 sur 7, 24 novembre 2014 :

La mobilisation dans le centre du Hainaut et en Wallonie Picarde est importante dans le cadre des grèves tournantes organisée en Hainaut ce lundi. Tous les secteurs sont touchés par les actions menées par les militants du front commun syndical.

A Mons et dans le Centre, le mouvement a commencé dimanche à 22 heures avec le blocage des gares, des cabines et des postes d’entretien des gares de Mons et de La Louvière. « Les dépôts des TEC de Mons-Bassins et de La Louvière sont bloqués depuis lundi à 3h20 », a indiqué Marie Marlier de la CSC. « Tous les zonings importants sont bloqués au niveau de leurs accès, notamment ceux de Frameries, Saint-Ghislain, Binche, Péronnes, Feluy, Strépy, Cuesmes, Tertre, Baudour, ainsi que les centres commerciaux d’Hyon, des Grands Prés à Mons. La mobilisation est très importante. Pour l’heure, aucun incident n’est à signaler. »

Voir l’article original 148 mots de plus

Solidarité Ouvrière

RTL Infos, 24 novembre 2014 :

L’aéroport de Charleroi a été bloqué dès ce matin par les gréviste à l’occasion de la première grève tournante qui touche le Hainaut, mais également les provinces de Luxembourg, d’Anvers et du Limbourg.

L’aéroport est ouvert et le traffic aérien n’est pas impacté. Les piquets de grève empêchent l’arrivée des voitures à l’aéroport. Les passagers doivent donc s’y rendre à pied sur les derniers kilomètres. L’accès est donc fortement compliqué.

Voir l’article original

civilwarineurope

imageDes incidents se sont déclarés ce jeudi 6 novembre dans la capitale belge entre la Porte de Hal et la gare de Bruxelles-Midi, à l’issue de la manifestation nationale.

Un noyau de plusieurs centaines de manifestants continuent à affronter les forces de l’ordre, qui ont utilisé du gaz lacrymogène et des arroseuses pour disperser la foule. Des véhicules ont également été incendiés.

Des manifestants s’en sont pris à des véhicules en stationnement, en les incendiant et en les déplaçant sur la chaussée pour ériger des barricades. Les manifestants se sont également armés de bâtons, de pierres, de bouteilles et de barrières Nadar. D’autres brasiers ont été constatés à proximité de la gare de Bruxelles-Midi. Les manifestants ont par ailleurs dégradé des panneaux publicitaires.

Source : http://www.lematin.ch/monde/europe/Bruxelles-heurts-apres-la-manif-contre-la-politique-d-austerite/story/12089532

Voir l’article original

BRUXELLES, 4 sept 2014 (AFP) – La désignation jeudi par la Belgique, après de longs atermoiements, d’une candidate à la Commission européenne change la donne pour la composition du gouvernement fédéral, qui se fait toujours attendre plus de trois mois après les élections.

Les tractations pour aboutir à la désignation de la députée européenne démocrate-chrétienne flamande Marianne Thyssen pour rejoindre l’équipe de Jean-Claude Juncker ont duré des semaines. La fumée blanche n’est apparue que jeudi matin vers 09H00, soit une heure à peine avant la fin de l’ultimatum posé par le futur président de la Commission, de plus en plus irrité par les hésitations du pays hôte des institutions européennes.

Alliance Wallonie France

Philippe Siuberski est correspondant de l’ AFP à Bruxelles. Il relate dans le billet repris ci desous la danse des négociateurs pour désigner commissaire européen et premier ministre fédéral. Ce texte remarquablement pédagogique est écrit à destination d’un public français et étranger souvent éloigné des arcanes de la politique belge.

Tout comme pour Yves Leterme, le CD&V a préféré une place de commissaire européenne pour la très flamande Marianne Thyssen qui en 2010 s’était illustrée par le violent accrochage qu’elle avait entretenu avec la Madame « non » de l’époque, Joëlle Milquet, alors présidente du cdH, qui refusait, avec d’autres partis francophones, la scission de BHV sans obtenir en échange l’élargissement de la Région bruxelloise. On sait ce qu’il en advint !

J’ajouterai que les termes de familles (libérale, sociale-chrétienne, socialiste) n’ont plus guère de sens dans cette Belgique « fédéralo-confédéraliste ». Lune de miel CD&V-MR et cdH dans l’opposition avec un CD&V dans la majorité fédérale montrent à souhait que le terme de famille politique est…

Voir l’article original 772 mots de plus

belgique2