Articles Tagués ‘Barrage de Sivens’

Nicolas Bourgoin

Dans le concert des réactions qui ont suivi la mort de Rémi Fraisse, une question a brillé par son absence : celle de la légitimité de l’emploi de grenades offensives par des gendarmes contre des manifestants désarmés et pacifiques. Que personne ne s’offusque de l’usage d’une arme de guerre en temps de paix contre des opposants politiques en dit long sur la banalisation de la répression policière, y compris dans ses aspects les plus violents. Le traité de Lisbonne qui légalise le meurtre de manifestants n’avait, il est vrai, suscité pas davantage de réactions. Aujourd’hui, le pouvoir politique peut tuer légalement, le ministre de l’Intérieur a lui-même concédé qu’il ne s’agissait pas d’une bavure. Mais le meurtre pour l’exemple est un choix politique risqué : loin de faire reculer la contestation, il peut au contraire l’amplifier. Ce drame en rappelle inévitablement un autre, celui du manifestant Malik Oussekine

Voir l’article original 487 mots de plus

Barrage deSivens: après la mort de Rémi, les écologistes dénoncent des « violences policières »

Par LEXPRESS.fr, publié le 27/10/2014 à 07:55, mis à jour à 07:57

Les circonstances de la mort d’un jeune homme de 21 ans retrouvé mort dimanche sur le site du barrage contesté à Sivens restent à éclaircir, a indiqué la préfecture dimanche. Les écologistes critiquent la gestion des événements par les autorités.

Barrage de Sivens: après la mort de Rémi, les écologistes dénoncent des "violences policières"

Une tache de sang (en bas à gauche) sur le site du barrage de Sivens, où un jeune opposant a été retrouvé mort, le 26 octobre 2014.

afp.com/Pascal Pavani

Indignation et colère après le décès de Rémi, 21 ans, à Sivens, sur le site du barrage contesté. Les causes exactes de la mort du jeune homme sont encore indéterminées, a expliqué à la presse le procureur d’Albi Claude Dérens, et les premiers résultats de l’autopsie prévue lundi à la mi-journée. Les écologistes, eux, attendent des explications.

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sivens-apres-la-mort-de-remi-les-ecologistes-denoncent-des-violences-policieres_1615648.html#b0yX3m0dg1xChrLt.99

00000000000000000000000000

civilwarineurope

imageDes échauffourées entre forces de l’ordre et « anarchistes » ont fait cinq blessés légers en marge d’un rassemblement autrement pacifique de deux milliers d’opposants au barrage contesté de Sivens, dans le Tarn. Selon le lieutenant-colonel Sylvain Renier, commandant du groupement de gendarmerie du Tarn, « 100 à 150 anarchistes encagoulés et tout de noir vêtus ont jeté des engins incendiaires » aux forces de l’ordre qui encadraient une mobilisation de « 2000 » opposants qui, eux, sont restés pacifiques, selon lui. Les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes, de grenades assourdissantes et de flash-balls, a-t-il ajouté.

« Quatre CRS et un gendarme ont été blessés, dont deux ont été hospitalisés », l’un pour avoir été touché au genou, l’autre à l’avant-bras, a indiqué à l’AFP le lieutenant-colonel, présent sur les lieux. Aucune personne n’a été blessée dans l’autre camp, a-t-il assuré. Les échauffourées se poursuivaient encore peu avant 19 heures, selon le gendarme. Il…

Voir l’article original 51 mots de plus

Mes coups de coeur

par Fabrice Nicolino

À dix kilomètres de Gaillac (Tarn), l’infernal barrage de Sivens entend claquer 9 millions d’euros d’argent public en faveur de 22 irrigants. Les opposants, qui défendent au passage la vie des papillons, des grenouilles et des genettes, se ramassent plein de coups dans la gueule.

La suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article26962

Voir l’article original

civilwarineurope

imageDes opposants au projet de barrage de Sivens dans le Tarn se sont affrontés aujourd’hui aux forces de l’ordre aux abords du site prévu, certains utilisant des cocktails molotov.

« Une centaine de gendarmes étaient sur les lieux depuis le matin, avec en renfort des gendarmes mobiles de Toulouse. Au plus fort de la tension, 80 cocktails molotov ont été lancés par les opposants sur les forces de l’ordre et trois interpellations ont eu lieu », a expliqué la gendarmerie du Tarn. La tension était forte depuis le retour hier matin de plusieurs dizaines de manifestants sur le site du projet de barrage de Sivens, près de Lisle-sur-Tarn. Ces militants font face aux gendarmes déployés pour permettre la réalisation de travaux de terrassement préparatoires à la construction. Deux collectifs sont impliqués dans la lutte contre le projet de barrage et ont appelé leurs sympathisants à venir dans les jours prochains perturber le…

Voir l’article original 52 mots de plus