Articles Tagués ‘arrestation d’un membre de l’ETA a eu lieu à Hernani’

Une arrestation d’un membre de l’ETA a eu lieu à Hernani au pays basque, annonce Madrid mardi. Le ministère de l’Intérieur indique que la police s’est appuyée pour ce faire sur les archives judiciaires remises par la France.

L’Espagne a annoncé mardi la première arrestation d’un membre de l’ETA effectuée grâce aux archives judiciaires remises cette année par la France à Madrid.

« C’est la première personne arrêtée depuis la remise des documents », a confirmé une source proche de l’enquête, cinq mois après la dissolution de l’organisation séparatiste basque armée ETA.

En prison, il communiquait avec ETA

Selon cette source, il s’agit de José Carlos Apeztegia Jaca, sorti de prison en 2013, après avoir été condamné à une peine de 20 ans d’emprisonnement notamment pour tentative d’assassinat et extorsion.

Arrêté à Hernani au pays basque, dans le nord de l’Espagne, il est cette fois soupçonné d’avoir remis à ETA en 2002 – alors qu’il était en prison – « des informations sur des objectifs potentiels » d’attentat, a indiqué le ministère de l’Intérieur dans un communiqué.

L’un des documents envoyés par Apeztegia Jaca à travers « un canal de communication stable et sûr » avec la direction d’ETA ainsi que « d’autres données […] se trouvaient au sein de la documentation qui a été récemment remise par la France aux autorités espagnoles », ajoute le ministère.

Des documents saisis à Saintes

Ces documents avaient été saisis en 2003 au cours d’une opération policière à Saintes, en Charente-Maritime, lors de laquelle plusieurs etarras avaient été arrêtés.

La France a remis depuis février à l’Espagne ses archives judiciaires sur l’ETA dans l’espoir qu’elles puissent aider à résoudre les plus de 350 crimes non résolus attribués à l’organisation, durant des décennies de lutte pour l’indépendance du Pays basque.

Une cérémonie officielle de remise de ces archives a été organisée le 1er octobre à Madrid en présence des chefs de gouvernement français et espagnol Édouard Philippe et Pedro Sanchez.

source

000000000000000000000000000000000000000000