Articles Tagués ‘antisemitisme’

civilwarineurope

maxresdefault-660x330La mosquée de l’Union, située dans le quartier des Cévennes à Montpellier, vient de dévoiler son programme de conférences pour l’année 2015-2016. Cette mosquée, gérée par l’Union des Musulmans de l’Hérault, branche locale de l’UOIF (Union des Organisations Islamiques de France) ne s’embarrasse visiblement pas des propos inquiétants qu’ont pu tenir certains des conférenciers invités cette année.

Parmi la liste d’orateurs, deux noms sont bien connus. Le premier n’est autre que Hani Ramadan, le frère de Tariq Ramadan et connu pour ses propos islamistes. En 2002, il a publié une tribune intitulée « La Charia incomprise » dans le journal Le Monde dans laquelle il faisait entre autres la promotion de la lapidation qu’il considérait comme une « punition » mais aussi une « purification ». Il a également désigné le virus du SIDA comme un châtiment contre ceux qui avaient un comportement déviant. Plus récemment, Hani Ramadan s’en est…

Voir l’article original 227 mots de plus

L’antisémitisme du crime…

Les statistiques sur les actes antisémites sont fluctuantes (Le Parisien).

Alors que pour l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, la violence à caractère antisémite aurait sensiblement reflué en 2013 par rapport à l’année précédente, en revanche, pour le Service de protection de la communauté juive, une très forte augmentation d’actes antisémites, souvent graves, a été constatée dans les sept premiers mois de cette année.

La dramatique agression commise le premier décembre à Créteil – avec ces qualifications pénales : vols avec armes, extorsion accompagnée de violence et en raison de l’appartenance religieuse de la victime, séquestration et viol en réunion et trois mises en examen de jeunes hommes âgés de 18 à 20 ans – est venue tragiquement démontrer ce que la globalité des chiffres laisse entrevoir sur un plan général.

Le ressort antisémite de ces malfaisances semble acquis si on s’en tient à la déclaration de l’une des victimes : « Ils m’ont dit : vu que vous êtes une famille juive, vous avez de l’argent » (Le Monde).

Ce même trio est également soupçonné de « violences aggravées en raison de l’appartenance à une religion » perpétrées sur un septuagénaire juif le 10 novembre, toujours à Créteil (Le Figaro).

Même si on ne peut qu’approuver Me Marie Dosé, conseil de l’un des mis en examen, quand elle craint « une absence de sérénité et un emballement médiatique », le ministre de l’Intérieur, sans exacerber d’ailleurs, était fondé à considérer comme probable le caractère antisémite pour les faits de décembre.

Force est d’admettre que la manière dont le racisme et l’antisémitisme sont combattus dans notre pays n’est pas couronnée de succès. J’entends bien qu’on ne parviendra jamais à éradiquer absolument ces fléaux mais on pourrait espérer une évolution favorable. Il n’en est rien. Plus on condamne verbalement, politiquement, médiatiquement et parfois judiciairement, moins une décrue éthique et républicaine se manifeste. Il y a une corrélation entre la dénonciation frénétique et pas toujours opportune et le triste bilan que la réalité inflige.

Dans l’excellent journal de Wendy Bouchard sur Europe 1, j’ai été amené à répondre à la pertinente observation d’une auditrice soulignant en substance que le racisme et l’antisémitisme étaient l’un des masques que prenait la libération de la haine et de la violence en France. Ce qui est premier n’est pas le ressort raciste mais la propension, qui s’accroît, à laisser aller le pire de soi. Ensuite, on déguise.

Il ne faut pas oublier, dans l’antisémitisme qui ramasse les stéréotypes éculés – les juifs, l’argent et le pouvoir – l’infinie bêtise de jeunes gens qui mêlent le lucre et les clichés et vont vers l’antisémitisme comme vers un trésor fantasmé. Des Fofana du pauvre, si j’ose dire.

Il y a autre chose, qui n’est pas seulement l’incidence sur notre communauté nationale de tensions et de haines internationales qui, pour une minorité, rendraient politiques et donc plus acceptables des antagonismes de pure détestation de l’autre et de sa religion.

Dans la montée de l’antisémitisme au quotidien, dans cette banalisation qui fait de l’intolérable d’hier une liberté douteuse aujourd’hui, il y a évidemment les défaillances de l’éducation familiale, de l’autorité et de la transmission scolaires.

Mais je souhaiterais attirer l’attention sur ce qui n’est pas assez perçu dans sa nocivité. En France, la loi est une menace et elle attire plus par ses lacunes qu’elle n’est respectée pour sa cohérence. En même temps que politiques, médias et moralistes expriment leur opprobre trop souvent stérile contre le racisme, se développe, à cause de cette indignation même, une volonté perverse de faire autrement, de penser mal et de s’en prendre à ceux que l’éthique, la loi et la démocratie protègent.

Le racisme devient alors une tentation, une aubaine et l’antisémitisme, une rupture, une opposition virile. Trop parler de la malfaisance, même pour la bonne cause, subtilement instille le poison qu’on prétend éradiquer. Les imbéciles odieux s’engouffrent dans la violation des règles parce qu’elles sont, à la fois, trop convenables et qu’ils refusent de voir brimer leur instinct. Racistes et antisémites pour montrer de quoi ils sont capables !

Enfin, ces perversions ne constituent pas un monde à part mais sont liées, connectées à une infinité de transgressions, d’indélicatesses et d’immoralités à cause desquelles la France du pouvoir et des élites représente un déplorable exemple pour la France qui ne travaille pas, qui souffre, qui se morfond, qui dérive et qui se sent frustrée et abandonnée.

Elles sont aussi les conséquences déplorables, les fruits pervers d’une morale publique en déconfiture. Pour pouvoir donner des leçons, il faut être digne d’être maître. François Hollande n’est plus crédible comme dispensateur de préceptes civiques. Ses propos répétés sur ce plan n’ont plus la moindre efficacité car sa légitimité est plus que battue en brèche.

Le Crif, s’il est dans son rôle d’alerte et de vigilance, reste tout de même dans un registre guère opératoire et trop classique quand il réclame « qu’un plan spécifique d’urgence soit mis en place avec des moyens judiciaires et policiers sans précédent pour inverser cette tendance ».

De haut en bas, il faut inventer un humanisme moins verbeux et plus exemplaire.

Car l’antisémitisme du crime, à Créteil, est venu, sur le visage de la République, afficher sans détour sa débilité odieuse.

http://www.philippebilger.com/

00000000000000000000000000000000000

00000000000000000000000000

00000000000000000000000000

Parmi les commentaires

EXTRAIT

Qui est Israël, et qui est le peuple juif ?

Par Hadassah Borreman, membre de l’association juive antisioniste « Yechouroun – Judaïsme contre Sionisme »

Avec l’aide du Tout-Puissant,

Tout d’abord, en ce 28ème jour de guerre injuste sur la Bande de Ghazzah, 1720 morts, 9080 blessés,…

… Je veux exprimer ma profonde indignation, ma colère et mon sentiment d’impuissance face à la méchanceté, la haine que le régime sioniste, son armée et la majorité de ses habitants déversent sur la population palestinienne, majoritairement musulmane, et particulièrement la population civile de Ghazzah.

Allain Jules

Par Nèg Mawon

Certains se rendent bien compte que l’humoriste Dieudonné ne fait pas que dire des conneries ! Ceux qui liront ce deuxième papier de moi, sur ce site (le premier), je sais, bien sûr s’il est publié, me traiteront de tous les noms d’oiseaux. Pas tous mais, tous les cons et pourfendeurs d’un état raciste, xénophobe et criminel: Israël. La seule démocratie du Moyen-Orient, l’armée la plus morale au monde et tutti quanti, que de la daube. Bon, évitons d’avoir un langage fleuri mais, tout comme les noirs qui se convertissent à l’islam, ou judaïsme ou au christianisme sont des cons et réfléchissent avec leurs pieds, voter pour le criminel Netanyahu c’est être un criminel. Bon, ces trois religions -opium du peuple-, ne sont que des sectes esclavagistes. Bon, la foi est personnelle. Allez, revenons à nos moutons !

Voir l’article original 562 mots de plus

3 août 2014

Relais de Eva Lock Khua: « je les ai vus devant le métro! A gerber! »
48 interpellations en marge de la manifestation pro-palestinienne à Paris

Par LEXPRESS.fr, publié le 03/08/2014 à 11:13, mis à jour à 11:21

La manifestation s’est globalement déroulée dans le calme samedi à Paris. Mais une cinquantaine de manifestants se sont dirigés vers un quartier juif de la capitale pour en découdre.

rue_des_rosiers

La rue des Rosiers, dans le quartier du Marais à Paris, en 2010.
AFP/JACQUES DEMARTHON
Avec 11 500 à 20 000 participants, la manifestation en faveur de Gaza qui s’est tenue ce samedi à Paris s’est déroulée dans le calme. Mais en fin de cortège, une cinquantaine de manifestants se sont dirigés vers le quartier du Marais, à Paris, où réside une importante communauté juive. 48 personnes ont été interpellées par la police selon Europe 1.
Au moment de la dispersion de la manifestation, une cinquantaine d’individus cagoulés ont pris le métro pour se rendre dans le Marais, où se trouve la rue des Rosiers en plein coeur du quartier juif. La police les a interpellés à la sortie du métro Saint Paul alors qu’elles « tentaient manifestement de provoquer des affrontements », indique une source policière à la radio.
Les deux derniers week-ends, des rassemblements non autorisés ont été émaillés d’incidents dans la capitale. Cette fois, les organisateurs parlaient d’une manifestation « unitaire », regroupant partis politiques, associations et ONG, qui a été autorisée par la préfecture de police de Paris.

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/societe/48-interpellations-en-marge-de-la-manifestation-pro-gaza-a-paris_1563801.html#cAqPhAr06FJ7f16K.99

SOURCE: http://lesazas.org/2014/08/03/une-cinquantaine-dindividus-cagoules-ont-pris-le-metro-pour-se-rendre-en-plein-coeur-du-quartier-juif/

0000000000000000000000000000000000000000000