Articles Tagués ‘3 millions de Turcs’

Carte de l'Europe

© Flickr/ Caitlin Regan


Depuis quelques années, Berlin et Ankara s’adressent de nombreux reproches.

L’Allemagne, où vivent plus de 3 millions de Turcs, est indignée par la réticence de nombreux immigrés à s’intégrer à la société allemande. Le Bundestag est persuadé que c’est partiellement la faute du président turc Erdogan et de son entourage, qui ont appelé à plusieurs occasions les Turcs allemands à conserver leur langue natale, leur foi et leurs traditions. Ankara, de son côté, est en colère contre l’Allemagne qui ne contribue en rien à l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. Tout cela alors qu’un nouveau facteur d’irritation vient de s’immiscer dans les relations entre les deux pays: la reprise du conflit entre les autorités turques et les Kurdes.

Une brèche s’est formée dans les relations entre Berlin et Ankara une fois que la Turquie a définitivement compris qu’elle ne rejoindrait jamais l’UE. Ankara est dans le « sas de l’UE » depuis 1987 mais malgré cela, pratiquement tout le monde pense qu’elle n’arrivera pas à rejoindre la famille européenne dans un avenir proche. Ankara estime que l’Allemagne est l’un des principaux opposants à son adhésion.

La chancelière allemandeAngela Merkel et son entourage avaient d’abord soutenu l’idée d’une adhésion de la Turquie à l’Union européenne, mais ont perdu de leur assurance avec le temps.Au final, certains membres de l’entourage deMerkel ont commencé à dire que la Turquie n’était pas du tout un pays européen.Les relations personnelles entre les deux dirigeants n’ont jamais fonctionné. Certains journalistes soulignent le manque de sympathie personnelle entre Merkel et Erdogan. « Les relations entre le président et la chancelière sont assez tendues. Erdogan est trop charismatique par rapport à Merkel. Alors que la chancelière, avec son caractère, n’apprécie pas les dirigeants plus brillants qu’elle », estime Alexandre Kamkine du Centre d’études germaniques à l’Institut de l’Europe affilié à l’Académie des sciences de Russie.

Des espions turcs en Allemagne

Un nouveau scandale d’espionnage a éclaté entre l’Allemagne et la Turquie en décembre 2014, immédiatement après la publication par la revue Focus d’un article annonçant l’arrestation, en Allemagne, de trois Turcs soupçonnés d’espionnage. Ils auraient surveillé des représentants de la gauche turque et d’organisations kurdes résidant dans le pays, ainsi que les partisans du prêcheur musulman Fethullah Gülen. Erdogan accuse ce dernier de tentative de coup d’État et d’implication dans un scandale de corruption qui avait impliqué, en 2013, 50 hauts fonctionnaires et entrepreneurs turcs.

Muhammed Taha Gergerlioğlu, ancien conseiller d’Erdogan, faisait partie des individus arrêtés. On le considère comme le coordinateur du réseau d’espionnage.

La question arménienne

L’Allemagne a officiellement reconnu le génocide arménien commis par les Turcs en 1915 (jusqu’alors les autorités allemandes arrondissaient les angles quand ils s’exprimaient sur le sujet). Ankara n’a pas bien pris la nouvelle. Le premier à en parler fut le président allemand Joachim Gauck le 23 avril lors de la commémoration du 100e anniversaire du massacre. Le ministre des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier s’est ensuite exprimé: « Ce qui s’est produit en 1915 tombe sous la définition de génocide et je comprends les sentiments de ceux qui souhaitent qu’on l’appelle ainsi, tout comme leurs arguments ».

Bien queGauck ait reconnu la responsabilité partielle de Berlin dans ces événements (l’Allemagne a participé à la déportation des Arméniens), le ministère des Affaires étrangères de la Turquie a réagi par une déclaration rageuse. « Le présidentGauck n’a pas le droit d’attribuer au peuple turc des crimes qu’il n’a pas commis. […] Le peuple turc n’oubliera pas ni ne pardonnera les déclarations du présidentGauck », a annoncé le ministère des Affaires étrangères. Et de mettre en garde: « Si l’Allemagne ne renonçait pas à cette approche et n’adoptait pas une position constructive, cela aurait des conséquences négatives à long terme sur les relations entre Ankara et Berlin ».Selon Alexandre Kokeev de l’Institut d’économie mondiale et des relations internationales affilié à l’Académie des sciences de Russie, la négation du génocide arménien altère la vision qu’ont les Allemands de la Turquie. « C’est un sujet très sensible pour Ankara. Pour l’instant les Turcs refusent absolument de qualifier les événements de génocide. L’Allemagne, pays qui a entièrement reconnu sa responsabilité dans les événements de la Seconde Guerre mondiale, désapprouve cette attitude des autorités turques. Le déni du génocide arménien ne fait qu’éloigner la Turquie de son adhésion à l’UE », affirme le politologue.

Un demi-siècle de travailleurs immigrés

Quelques semaines après la déclaration du président Gauck, son homologue turc Erdogan s’est rendu à Karlsruhe où il a tenu un discours devant des milliers de personnes d’origine turque, critiquant la politique d’intégration des autorités allemands et appelant ses compatriotes vivant en Allemagne à conserver leur foi, leurs traditions et leur langue natale.

Le dirigeant turc a déjà demandé plusieurs fois à Berlin de « faire preuve de plus de solidarité envers les Turcs qui vivent en Allemagne ». Selon lui, trop peu d’efforts sont déployés pour intégrer les représentants de cette minorité. En particulier, Berlin s’oppose à la double nationalité — sur laquelle insiste Ankara. Le président turc critique également la préservation du régime de visas partiel entre les deux pays. Comme le rappelle l’analyste Kristian Brakel de l’Association allemande de politique étrangère (DGAP), les Allemands peuvent en effet aller librement en Turquie — il leur suffit de présenter leur passeport à la frontière. Tandis que les Turcs ont besoin d’un visa pour se rendre en Allemagne.

Les Turcs allemands

Les Turcs composent la plus importante minorité ethnique d’Allemagne. Au total, près de 3 millions vivent dans le pays (jusqu’à 4 millions selon d’autres informations). Sachant que moins de la moitié des Turcs habitant en Allemagne ont la citoyenneté allemande.

Depuis dix ans, Ankara demande à Berlin d’assouplir la législation migratoire afin que les familles turques résidant en Allemagne puissent se regrouper. Mais l’Allemagne refuse.

De son côté, le Bundestag estime qu’Erdogan prononce des déclarations dures pour tenter de gagner des voix parmi les électeurs turcs qui vivent en Allemagne. Et Berlin considère avoir déjà beaucoup fait pour l’intégration des Turcs, dont certains refusent tout bonnement d’accepter les valeurs de leur pays d’accueil. Bien que les petits-enfants des immigrés turcs puissent prétendre à la citoyenneté allemande, plus de 70% des jeunes continuent de vivre en Allemagne avec un passeport turc.

A une époque, les autorités allemandes avaient commis l’erreur d’autoriser les Turcs à s’installer tous ensemble et certains d’entre eux vivent aujourd’hui dans une sorte de monde parallèle, communiquant uniquement avec leurs compatriotes sans chercher à apprendre l’allemand. En raison de la barrière linguistique, certains adolescents turcs abandonnent le collège et ne parviennent pas à trouver un travail correct. Il existe également une autre tendance: les enfants et les petits-enfants d’immigrés turcs ayant étudié en Allemagne reviennent en Turquie où ils sont mieux payés et réussissent leur carrière.

Le problème kurde

La forte proportion de migrants entraîne des conflits interethniques dans les rues allemandes, ce qui indigne de plus en plus les citoyens du pays. Les affrontements déjà fréquents entre les Turcs et les Kurdes se multiplient depuis le début de l’opération d’Ankara en Syrie. Les Turcs pensent que les Kurdes syriens sont de mèche avec les combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan, officiellement reconnu en Turquie comme une organisation terroriste.

Selon Alexandre Kamkine, par la faute d’Ankara Berlin s’est retrouvé dans une situation difficile. D’un côté, l’Allemagne n’approuve pas l’opération punitive des Turcs contre les Kurdes syriens. Et dans l’ensemble les Allemands considèrent les Kurdes irakiens comme leurs alliés: ils entraînent les soldats peshmergas et leur fournissent des armes pour combattre l’État islamique. D’un autre côté, Berlin, qui critique le régime du président syrien Bachar al-Assad, doit s’abstenir de condamner Ankara. Dans ces conditions, il ne reste plus à Steinmeier et à Merkel, qui prônent la protection des minorités ethniques, qu’à appeler la Turquie à « ne pas rompre le processus de paix avec les Kurdes ».