Archives de la catégorie ‘Narcotrafic’

Aviseur International

FRANCE (narcotrafic aérien): un douanier placé en garde à vue pour importation de cocaïne

Publié: 13 octobre 2015

Image d’illustration des services des douanes, à Roissy. Photo © AFP

Trafic de cocaïne. Un fonctionnaire des douanes est soupçonné d’avoir été une pièce maîtresse d’un réseau de trafiquants de cocaïne entre la République Dominicaine et la France. Il vient d’être arrêté.

lire sur FRANCE (narcotrafic aérien): un douanier placé en garde à vue pour importation de cocaïne

0000

L’enquête tronquée sur les ripoux de la Douane et leurs comptes cachés à Andorre
À l’aéroport de Roissy, des douaniers subtilisaient des valises d’argent depuis 1997. ©
archives maxppp

L’enquête tronquée sur les ripoux de la Douane et leurs comptes cachés à Andorre

Principale révélation choc : c’est peut-être depuis… quinze ans, voire vingt, que les douaniers de la BSE, chargés de contrôler les bagages des voyageurs à l’embarquement, volaient l’argent envoyé aux cartels sud-américains par les mafieux européens pour rémunérer les envois de drogue.

lire sur http://www.sudouest.fr/2015/04/12/l-enquete-tronquee-sur-les-ripoux-de-la-douane-1889033-4697.php

Voir l’article original 244 mots de plus

Drapeau de Gibraltar

°°°

Londres acusa a Madrid de ‘violar la ley’ al entrar en aguas de Gibraltar y Exteriores dice que son españolas

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Un barco y un helicóptero trataban de dar caza a una embarcación de contrabandistas

Gibraltar acusa a Madrid de facilitar la huida de un ‘narco’ por no cooperar

Un grupo de pescadores frente al peñón de Gibraltar.

Un grupo de pescadores frente al peñón de Gibraltar.EL MUNDO

EUROPA PRESSLondres

Actualizado:09/08/2015 22:37 horas

El Ministro Principal de Gibraltar, Fabian Picardo, ha acusado este domingo al Servicio de Vigilancia Aduanera (SVA) de España de facilitar la huida de un narcotraficante por no pedir ayuda a las autoridades gibraltareñas durante una persecución efectuada este domingo que Reino Unido ha calificado de « violación de la soberanía británica », algo que las autoridades españolas han negado categóricamente tras recordar que las aguas de Gibraltar son de su titularidad.

« Sus acciones (del SVA) han dado como resultado, en última instancia, la fuga de un delincuente que los ciudadanos de ambos lados de la frontera quisieran haber visto detenido y encarcelado por tráfico de drogas », ha hecho saber Picardo en un comunicado emitido durante el último episodio de tensión entre España y Reino Unido.

« Si el SVA había estado haciendo un buen trabajo (…) lo debería haber culminado alertando a las excelentes fuerzas de seguridad gibraltareñas para que se hicieran cargo de la persecución », ha añadido.

« El conjunto de Gibraltar esperará que este asunto será adecuada y eficazmente perseguido por el Gobierno del Reino Unido. Entablaré contacto directo con los ministros del Reino Unido a este respecto para considerar qué acción se debe tomar ahora », concluyó Picardo.

La persecución, según fuentes de la Policía Real de Gibraltar, tuvo lugar en torno a las 02.40h de este domingo cuando un barco y un helicóptero del SVA comenzaron a dar caza a una embarcación presuntos contrabandistas de drogas que habían arrojados varios fardos de drogas a través del Estrecho, según informó a posteriori el SVA a la Policía gibraltareña, siempre de acuerdo con el comunicado oficial de las fuerzas de seguridad británicas.

España rechaza las quejas

España, por contra, ha rechazado siquiera calificar como « incidente » la acusación vertida este domingo por Reino Unido ya que España reconoce esas aguas territoriales como de su titularidad por lo que no se ha cometido violación alguna.

« No hay incidente. España reconoce esas aguas como españolas », han asegurado en respuesta fuentes de Exteriores a Europa Press. « Los barcos », ratificaron, « realizan tareas de control rutinario contra actividades ilegales en el cumplimiento de la ley ».

http://www.elmundo.es/espana/2015/08/09/55c7956fe2704edd388b458b.html

00000000000000000000000000000000

Agentes da DEA (Drug Enforcement Administration)
Bolívia denuncia operação secreta da DEA norte-americana contra Evo Morales

© flickr.com/ US Coast Guard photo by Petty Officer 2nd Class Rob Simpson
11:48 21.09.2015(atualizado 11:50 21.09.2015)

O ministro da Presidência da Bolívia, Juan Ramón Quintana, denunciou neste domingo (20) uma operação secreta dos EUA que estaria atualmente em curso no país andino para forjar uma ligação entre o narcotráfico e o Presidente Evo Morales.

« Atualmente há uma operação secreta em marcha contra o Presidente Evo Morales na Bolívia que é financiada, articulada e organizada por agências de inteligência e de segurança dos Estados Unidos », disse Quintana em entrevista ao programa El Pueblo Es Noticia, transmitido pela rede estatal de mídia boliviana.

De acordo com o ministro, a campanha difamatória contra o chefe de Estado boliviano na última década é ligada à longa história de “conspiração” da agência antidrogas dos EUA – Drug Enforcement Administration (DEA) –, que estaria ativamente contra Morales desde que ele atuava como líder dos sindicatos de produtores de coca na Bolívia, antes de se tornar deputado e, enfim, candidato à presidência.

“Não descansaram um só segundo e não vão descansar. Eles querem o Presidente fora do Governo, querem desacreditá-lo”, afirmou Quintana.

O alto funcionário boliviano disse ainda que Morales é “o alvo número um das agências de segurança dos EUA porque o Presidente é um dos líderes indiscutíveis na América Latina e no mundo, que não comunga com a política do país do norte”.

Primeiro presidente de origem indígena da Bolívia, Morales ocupa o cargo desde 2006 e foi reeleito novamente em 2014. Reconhecido por suas políticas de redução da pobreza e de combate à influência de Washington e das corporações multinacionais na Bolívia, ele nunca foi encarado pelo governo norte-americano como um aliado, especialmente no contexto da guerra em curso contra as drogas.

No entanto, as intervenções estrangeiras dos EUA – que incluem ajuda militar e intervenção política como métodos para tentar estancar os fluxos de cocaína provenientes da América Latina –, continuam sendo amplamente impopulares no continente, além de basicamente ineficazes.Nas palavras do ministro Quintana, “há uma maquinaria midiática” que alimenta a construção de escândalos para tentar deslegitimar a voz “clara, firme e honesta” de Morales na comunidade internacional.

“A partir desta construção de uma matriz de opinião se pretende instalar a opinião de que a Bolívia é um narcoestado », disse ele, lamentando a existência no país de uma « imprensa » e de políticos « bobos », que repetem “sem qualquer tipo de reflexão este tipo de slogan, fazendo um favor aos EUA para legitimar o relato de que a Bolívia não contribui » na luta internacional contra o narcotráfico.

00000000000000000000000000000000000000000000

La République Dominicaine, pays lui aussi en fort mauvais état, on l’a vu dans l’épisode XVIII de notre longue saga, nous avait emmené bien loin déjà, à suivre les appareils des trafiquants. Le pays, géographiquement, oriente ceux qui en décollent vers bien des destinations : l’Europe, avec des jets comme celui que louait Afflelou et qui a fait lui aussi la une des journaux, cet été encore, avec ces  « zones d’ombres » ou les USA vers la Floride, le vivier de la contrebande de coke depuis des lustres, ou vers… le Honduras, via un petit crochet au Vénézuela, le temps d’embarquer la cocaïne descendue de la Colombie voisine. C’est par ce troisième cas d’école que je vous propose de commencer. Par un vol spectaculaire… ou plutôt plusieurs. Dont celui qui pose de sérieux problèmes aujourd’hui, deux pilotes français, soutenus aujourdhui par le Syndicat National des Pilotes, s’étant fait prendre en 2013 dans l’étau de la Police Dominicaine (et de la DEA américaine visiblement), à bord d’un avion de location société de location de la société SN-THS, installée à Bron (France*). La lecture des forums les concernant donnant une toute autre vision que celle formulée par le Syndicat… ces deux pilotes, anciens pilotes de Chasse, viennent de se voir infligé une très lourde condamnation (20 ans de prison, dont ils font appel !), après avoir semble-t-il choisi un mauvais axe de défense (ils ont soutenu l’idée d’un vol commercial, où juridiquement ils n’étaient pas responsables des bagages et non d’un vol privé, où ils peuvent l’être, un distinguo que la justice dominicaine ne semble pas connaître, alors que c’est une des conventions internationales **).

 Nous sommes alors à l’aéroport de La Isabela International en ce dimanche 7 mars 2010, et la tour de contrôle vient de s’affoler : en quelques minutes, un avion s’est présenté sans prévenir sur la piste principale est s’est aussitôt envolé, faisant fi du trafic et des alertes qui retentissaient. L’appareil est un Cessna 210L Centurion, dont le plan de vol déposé annonçait comme destination Port-au-Prince. L’avion portait alors l’immatriculation HI-369, une immatriculation correspondante en fait à un aéronef dominicain qui était en cours de réparation dans l’un des hangars de l’aéroport, mais qui n’était pas de ce modèle : il s’agît bien d’un vol d’appareil, donc. L’avion, juste sorti de l’enveloppe de surveillance radar de l’aéroport a aussitôt tourné à 180 degrés et a donc ainsi raté le second radar installé à l’aéroport Las America situé à 65 miles, alors qu’il devrait rester visible sur cet écran radar jusqu’à au moins 115 km : il avait donc foncé au ras des flots pour éviter de se voir détecté. C’était bien un coup monté.
Le mois suivant c’était le Cessna 172 AP, numéroté N6028Y appartenant à l’école de vol de Dan Juan, vu ici à Fernando Ribas Dominicci Airport – l’Isla Grande Airport-, de San Juan, Puerto Rico) qui avait fait de même, avec un vol annnoncé au départ d’El Portillo vers Punta Cana. Au mois de décembre qui précédait, c’était le Cessna T210L Turbo Centurion numéroté N-2066S, de Capital Executive Aviation Services, situé à Davie, en Floride (vu ici à droite à Colombus en Ohio), qui avait pris la même tangente l’aéroport dominicain était devenu à l’évidence une vraie passoire question sécurité ! Quant à savoir où partaient ces modèles Centurions, devenus les modèles préférés des voleurs de la région, on en obient une petite idée quand l’un d’entre eux, un modèle P210N, à savoir un avion pressurisé (ça se remarque immédiatement à la forme de ses hublots, bien plus petits que sur les autres modèles similaires) est retrouvé le 20 octobre 2010…. complètement vide, dans l’eau, sur une plage de French Harbour, dans la province du Roatan, au Honduras, démuni de toute identification, Selon les riverains, l’avion se dirigeait vers l’île de Guanaja, où se posent des avions de touristes, l’île étant dotée d’une piste en dur (où se posent aussi parfois des pilotes maladroits). Un concurrent de plus à la course à la cocaïne, pour sûr, qui avait raté son atterrissage de nuit ou s’était trouvé à cours d’essence. A noter que l’avion était démuni de radar, qui se fixe sur son aile droite sur ce modèle.

Le Cessna 172 AP volé sera un peu plus tard aperçu sur un terrain clandestin de Porto-Rico. Après s’être posé pour décharger sa cocaïne, l’avion était reparti comme si de rien n’était pour San Juan (Puerto Rico) en annonçant à la tour qu’il venait d’El Catey International Airport… l’appareil a donc été retrouvé depuis. Particularité, « le vol clandestin était piloté par Roberto Enrique Bougeois, un citoyen américain, qui selon les autorités a fait plusieurs vols clandestins avec le Cessna 172, empruntant les aéroports locaux en tant que base d’opérations. Bougeois volait en dépit du fait que sa licence de pilote avait été suspendu par la Federal Aviation Administration en 2005″. Bougeois se fera pincer en février dernier seulement à l’aéroport Ramón Villeda Morales en possession de 18 000 dollars, s’apprêtant à décoller à bord du vol commercial 675 de la ligne Aeroméxico. Le 2 février 2009, l’homme avait déjà été accusé de trafic d’êtres humains (un trafic visant essentiellement les honduriens). Son avion était alors immatriculé N6028Y, un Cessna CESSNA 172S de 2006 de l‘école d’entraînement de San Juan. L’avion cité comme celui utilisé à nouveau en avril 2010.

Une constante qui se dégage dans ces transports de coke ou d’êtres humains : très souvent, les avions ont des pilotes expérimentés, mais dont la licence a été révoquée antérieurement, le plus souvent déjà pour des délits liés au trafic de drogue : des récidivistes, pour la plupart. Expérimentés, mais qui commettent des accidents car on leur demande des prouesses peu communes : de se poser de nuit sur une plage, par exemple, ou sur une route balisée par des feux, ou dans des champs juste coupés éclairés par des lumières disposées peu de temps avant leur atterrissage, quand ce n’est pas sur de la terre boueuse : bref, un travail de casse-cou. Dans un saisissant reportage sur un vol de Cessna 210 Centurion de 1978 (N6154N, enregistré à Miami) filmé en juin 2009, on s’aperçoit que des vols réguliers ou touristiques vers des hauts lieux des trafics de jadis ont lieu régulièrement : ainsi celui-ci, qui finalement, , en raison du mauvais temps parti de Kendall-Tamiani, évite de se poser à Great Harbor pour atterrir à Bimini… l’aéroport de l’ancien trafiquant Carlos Lehder (lire ici le phénomène).

Le moins qu’on puisse dire, c’est que les autorités dominicaines seraient plutôt du genre… laxistes, en ne reconnaissant dans ces vols qu’une immigration sauvage et non des transports de drogue : « les vols clandestins partent de points différents à travers le pays. Il y a une mafia qui emporte les gens hors du pays », a déclaré le procureur général adjoint Bolivar Sanchez pour le Diario Libre. Sanchez dirige la commission qui enquête sur ces vols. »Pas vraiment à tort non plus dans ce cas précis : le 2 février, le dénommé Bougeois s’est fait accuser accusé de ramener dans son pays trois femmes et deux mineures, à partir d’​un vol domestique partant de Samaná jusque Punta Cana, le point d’arrivée final prévu étant l‘île de Borinquen. Depuis l’affaire d’Adrian Jimenez de 2008, ancien cadet de la Dominican Republic Armed Forces et la disparition de son trimoteur Norman-Britten N650LP, vieux de 32 ans au look impayable avec son moteur juché en hait de la queue, le mot revient régulièrement en effet dans la bouche des autorités. Le pilote volait sans licence depuis octobre 2006, sans que les services aéroportuaires ne s’en soient réellement inquiétés, ni son employeur, fautif également. Un excellent documentaire, dont je conseille la vision (***) raconte par le détail l’étrange cas de la disparition de Jimenez, en mettant surtout l’accent sur l’incapacité de la police et des douanes locales à surveiller les allées et venues des avions dans le pays. A ce jour, certains pensent toujours que son « Trislander » ne s’est pas abîmé en mer, et qu’il aurait bien fui le pays en emmenant des candidats à l’immigration. Avec l’aide des autorités policières ou douanières. A un moment du reportage, on distingue Jimenez en train de s’enquérir d’un avion qui s’est posé en catastrophe, train plié, un avion soupçonné lui aussi d’avoir fait dans le transfert de drogue ou d’émigrants.

Cette situation policière déplorable, cette corruption étendue comme une gangrène, je vous l’avais décrite ici en 2010 déjà : « le 14 décembre 2009 encore, un Twin Aero Commander à aile haute comme ceux déjà aperçus au Honduras (l’YV-2175 notamment, avec son double vu ici au Panama en 2007) se pose sur l’aéroport de Punta Cana, la principale station balnéaire de République Dominicaine, située dans la province d’Altagracia, à 20H 55, piloté par Kenneth Méndez et Gustavo Martinez, deux vénézueliens. L’avion vient de Valencia, la capitale de l’État de Carabobo, au Vénézuela. L’avion porte le numéro de registre YV-2058, et la National Drugs Control Agency (DNCD) dominicaine, renseignée par une longue filature, monte à bord alors que les deux passagers, Amílcar Rodríguez et Bárbara Susana, sont déjà descendus. A bord de la soute à bagages, il reste deux sacs. Pleins. Contenant 58 paquets de drogue. Visiblement, les gens à bord s’attendaient à passer avec à la douane sans encombre et se sont ravisés dès l’arrivée des pandores. Informés auparavant, certainement. Car le pays est rongé par la corruption. Une corruption généralisée en effet qui empêche en fait toute lutte efficace. En mars 2010, « le trafic de drogue alimente la corruption endémique de l’administration dominicaine et ses agents d’exécution, selon le Département d’Etat américain, qui a déclaré dans un rapport ce mois-ci que les unités de police dans leur ensemble sont en cours d’investigation pour leur implication présumée dans le trafic. Ricardo Ivanovich Smester, le comptable présumé du gang de Figueroa a été arrêté le 8 janvier avec un carnet détaillant plus de 1 million de dollars en dépenses sur plus de deux jours en octobre dernier. Parmi les paiements, figurait 175 000 dollars en pots de vin destinés à un obscur procureur et un juge »… 

Un avion qui était un habitué des lieux : il avait déjà été pointé à Punta Cana le 5 et le 8 du même mois, ce qui laissait envisager d’autres transferts… non détectés. A chaque fois, les membres de l’équipage avaient subi des contrôles, pourtant… ce qui laissait aussi entrevoir de nombreuses complicités sur place : 18 personnes seront arrêtées à la suite de cette capture, un grand nombre travaillant à l’aéroport de Punta Cana, devenu donc plaque tournante d’un trafic de cocaïne. Le trafic existait, donc, mais il y avait aussi et surtout des officiels corrompus pour le couvrir durant des années. La condamnation récente visant les français en est aussi la preuve : en plus parmi les personnes jugées, on trouve quatre anciens fonctionnaires de la Direction nationale de contrôle des drogues (DNCD) en poste à l’aéroport de Punta Cana qui ont été condamnés à des peines allant de cinq à dix ans de prison (le pourquoi de la lourdeur du verdict visant les seuls français demeurant une énigme, à ce jour… comme l’est l’apparition de dernière minute d’un « repenti », qui écope d’une condamnation allégée en échange de charger la mule… des français).

Selon le rapport de 2012 de l’Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS), il y avait un mieux, pourtant depuis deux ans : « L’OICS a dépêché en octobre 2012 une mission en République dominicaine, où une précédente mission s’était rendue en 2010. La République dominicaine est partie aux trois conventions relatives au contrôle des drogues, et elle est déterminée à en appliquer intégralement les dispositions. De grandes quantités de drogues en provenance d’Amérique du Sud et à destination des marchés de consommation nord-américains transitent toujours en contrebande par le pays, mais le Gouvernement a intensifié ses opérations d’interception des envois de drogues, notamment en coopérant davantage avec les services de détection et de répression d’autres pays de la région, ce qui a permis de faire reculer le trafic de transit. » Mais les faits demeurent, et la drogue circule toujours autant dans les aéroports dominicains, comme demeure également le fléau des vols d’avions dans les aéroports ou le simple siphonnage du carburant des appareils, un sport très répandu entre hangars.

Un observateur extérieur attentif désirant de faire un mauvais coup lié à un transport de cocaïne, s’il avait dû choisir un point de départ, aurait donc choisi Saint Domingue ou mieux encore, Punta auna, pour passer inaperçu : après quelques « graissements » de pattes et quelques billets verts échangés, il devait être toujours possible de soudoyer des policiers ou des douaniers dominicains. A condition d’être organisé et en liaison avec des pointures des Cartels, par exemple, qui ont infiltré tous les stades du pouvoir dominicain comme ils ont pu le faire au Honduras, ou au Mexique (et au Venezuela !), c’est sûrement possible. Si en prime au retour le pays aussi présente des douaniers douteux, on peut même espérer de gros profits en jouant sur des transferts massifs, testés dans les mois qui précèdent par des envois (non détectés) de quelques kilos. En ce sens, l’arrivée à Roissy même de cocaïne le 18 avril 2012 peut être vu comme une épreuve de test… raté : « lors du contrôle d’un avion en provenance de Punta Cana (République Dominicaine), les agents ont découvert 23 kilos de cocaïne, a appris 20 Minutes auprès de la douane. Les sachets étaient simplement « posés en tas » et de « façon assez grossière » dans un carton, lui-même enveloppé dans des couvertures. « Ce n’est pas commun de retrouver une telle quantité qui n’est pas cachée dans un moyen sophistiqué », explique Michel Horn, le secrétaire général des douanes de Roissy. La drogue était composée de « cocaïne pure à 90 %, destinée à être coupée trois à quatre fois avant d’inonder le marché », poursuit Michel Horn. Le prix à la revente avoisine les 900 000 euros. En disposant « grossièrement » leurs pains de cocaïne dans un carton, les trafiquants ont cru penser passer entre les mailles du filet. « Punta Cana est une destination où transitent surtout des touristes. On peut penser qu’ils voulaient se fondre dans la masse », analyse Michel Horn. A ce jour, personne n’a été interpellé. « Mais l’enquête se poursuit. Environ 100 000 personnes travaillent sur la plateforme de Roissy et il n’est pas exclu qu’il y ait eu des complices. » Etonnant test de près d’un million d’euros… de perdus, pour les trafiquants, un peu amateurs sur ce coup-là (la photo est des douanes : « les sachets étaient simplement « posés en tas » et de « façon assez grossière » dans un carton, lui-même enveloppé dans des couvertures ».).. en octobre 2012, une autre affaire était apparue : celle d’un mamie qui, de retour de vacances de Répubique Dominicaine, avait découvert dans un de ses bagages 25 kilos de poudre blanche. Elle s’était trompée de sac à sa descente d’avion… à Roissy-Charles-de-Gaulle, où pas un seul douanier n’avait ausculté le sac… pas plus qu’au départ de Punta Cana !!!

Un homme va tenter un bien plus gros coup, en arrosant au départ les douaniers, comme se doute aujourd’hui encore la juge la juge Christine Saunier-Ruellan, chargée de la parte française de l’affaire. C’est exactement ce qu’a dû faire en effet un personnage de réputation douteuse, mêlé à des détournements de fonds d’assurance dans le domaine de l’aviation. L’homme est français, de Narbonne, il s’appelle Alain Castany, et il sort d’une condamnation en mars 2002 par la 12e chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris à 18 mois avec sursis pour malversations. Son activité délictueuse remonte à quinze années maintenant, avant sa condamnation, pendant lesquelles ce courtier spécialisé dans l’aviation (avec son bureau « Bussac-Castany ») a grugé l’assureur de la Fédération Française de Vol Libre (FFVL)  en détournant une importante partie des assurances versées à son seul profit. Le montant total de ses malversations avait été fixé à 24 millions de francs de l’époque, ce qui est énorme. Le genre bas de laine méticuleux, subtilisant ici et là des sommes variables difficiles à remonter en cas d’enquête : un jongleur de chiffres, et un beau parleur sachant séduire ses clients. Le passé de l’homme aurait dû inquiéter sinon la douane, du moins l’entreprise où il s’était présenté comme… troisième pilote du fameux vol. En fait, simple passager, comme son homme de main, il avait enfilé à la va-vite la veste d’un des pilotes lors de l’arrestation… sachant que les pilotes ; logiquement, échappent aux condamnations. C’est vers lui que se tournent aujourd’hui les projecteurs, car on en a encore à découvrir à son propos, comme on va le voir bientôt…

Pour réaliser son coup, il va commander à l’entreprise SN-THS un Falcon 50, immatriculé F-GXMC, avec qui il se retrouve à Punta Cana. La police dominicaine le pince le soir de l’intervention, décidée semble-t-il par la DEA américaine alors que la douane française aurait préféré une saisie sur le terriroire français, dans le Falcon 50, a donc lieu au point de départ dominicain de Punta Cana alors qu’un retour en France dans un lieu qui ne semblait pas bien déterminé : un terrain proche de Paris (on pense à Versailles, mais la piste est courte !) ou sur celui de Saint-Trop. Avec lui deux pilotes de THS, Pascal Fauret et Bruno Odos, ainsi que Nicolas Pisapia, le passager, un marseillais considéré comme l’homme de main de Castany. Fauret est un pilote expérimenté ancien de la 12 F, qui a volé sur Crusader et Etendard(ici c’est celui accroupi à gauche devant un Corsair de l’Aéronavale). Odos est lui aussi un ancien pilote de chasse (ici en Alpha Jet).

Le chargement étonne : l’avion est littéralement bourré de valises… ce qui aurait dû éveiller tout de suite les soupçons, sa soute arrière est en effet archi-pleine, elles débordent jusqu’en cabine comme le montre les photos (l’argument évoqué ici dans le Parisien d’un chargement à l’insu des pilotes est intenable, tant un équipage a comme souci principal l’équilibrage de l’appareil). On en dénombrera 26 différentes, des noires, des rouges, des bleues, bien ordinaires au regard de l’appareil « classe » emprunté (le Point les juge « cheap ») contenant au total pour 680 kilos de cocaïne répartis en paquets serrés de 1 kilo. Impossible de passer inaperçu dans un aéroport en bourrant autant un avion avec deux personnes comme passager : même la plus grande star du show-bizz, type Lady Gaga, ne le ferait pas. Pour faire arriver une telle quantité de drogue jusqu’aux plages du Var, on pense automatiquement aux exploits et au talent d’un retraité… récemment libéré : Raymond Boulanger (****), celui qui s’était fait prendre en 1992 avec 4443 kilos de coke à Casey au Québec à bord de son Convair 580 (*****). Boulanger volait pour Vito Rizzuto, le chef de la mafia québécoise, mais il avait appris à trafiquer au milieu des années 80, en travaillant pour les compagnies aériennes écrans de la CIA, celle des Contras au Nicaragua ! Si l’on se dit qu’en République Dominicaine c’est possible avec des complicités (on en relèvera de belles, en particuliers de responsables de la police, de l’antidrogue et des douanes, au total 35 personnes au départ, dont une grande partie « oubliée » durant le procès !), à l’autre bout ce devrait être la même chose. Or l’autre bout c’est en France,où une organisation mafieuse est donc présente derrière l’opération (dans son réquisitoire, le procureur, Milciades Guzman, a cité la Mafia Corse, en prenant comme référence un ouvrage français, celui de Jean-François Gayraud « Le Monde des mafias. Géopolitique du crime organisé »). Gayraud, il faut le noter, est aussi commissaire divisionnaire de la police nationale… selon beaucoup d’observateurs, en réalité les douanes françaises étaient au courant du chargement et attendaient, en France, l’avion pour effectuer une saisie record, mais elles ont visiblement été doublées par les douanes dominicaines… ou la DEA américaine, qu’elles avaient dû informer : cette sombre affaire est aussi quelque part celle d’une trahison, à un certain niveau.

Obligatoirement, en particulier à St-Tropez où l’avion a l’habitude d’atterrir. Car c’est là où ça devient intéressant… on se rappelle en effet le scandale de 2007 à St-Trop avec la découverte d’un réseau de trafiquants dans lequel Catherine Sénéquier, la propre fille du patron du célèbre café de Saint-Tropez, (vendu en 2012) avait été soupçonnée d’être impliquée dans un trafic de cocaïne, alimentant les milieux branchés de la ville. A ce moment-là, tout le monde savait où en trouver, en ville comme sur les plages.  L’aéroport du Var cité où il aurait dû se poser n’est en effet pas une vue de l’esprit nous rappelle Le Parisien : « à des milliers de kilomètres de Punta Cana, plus près de chez nous, d’autres enquêteurs s’intéressent de près à ces « VIP de la coke ». Depuis le mois de janvier, un juge d’instruction de Draguignan (Var) mène des investigations sur un curieux jet privé et ses non moins étonnants passagers qui ont été aperçus à plusieurs reprises sur le petit aéroport de la Môle-Saint-Tropez, avec les soutes remplies d’énigmatiques valises. Des deux côtés de l’Atlantique, les trafiquants au Falcon étaient donc suivis de près. » Et il est vrai qu’on en a vu des Falcon ces derniers mois, à cet endroit, l’un d’entre eux ayant même été filmé en train d’en redécoller. C’est le F-HDCB de Darta Aero Charter, un habitué des lieux (pris en photo ici le 30 juillet 2011 à l’atterrissage becs sortis à la Môle). Le Falcon 50 y démontre avec adresse ses facultés de décollage court. La liste des visiteurs de l’endroit, surveillé par des spotters est en effet très intéressante à suivre pour les juges chargés de l’affaire…. Car la concentration de jets à cet endroit, un petit aéroport difficile d’accès laisse rêveur en effet…

En France, on s’intéresse surtout à autre chose, car l’annonce de la capture de plus d’une demi-tonne de coke a provoqué un double émoi quand certains ont découvert que le fameux Falcon avait comme propriétaire Alain Afflelou, qui lorsqu’il ne l’utilise pas le met en location chez THS, ce qui est plutôt une pratique courante . Si le lunettier n’est donc visiblement pour rien dans l’affaire, mais chez certains on s’emballe vite avec des détournements faciles genre « tchin tchin », etc… l’avion et l’aéroport sont eux bien en cause :  « l’aéroport de La Môle aurait vu se poser ce Falcon 50, « cinq ou six fois en 2012 », apparemment pour des vols intérieurs » précise le 26 mars Var-Matin . La Môle (vu du ciel ci-dessous) serait-il devenu un Mena à la française  ??? Un aéroport au passé mouvementé dont l’agrandissement avait été voulu de tous ses vœux par la 14ème fortune française, installé.. en Suisse. Michel Reybier, le mystérieux patron de Cochonou, des jambons d’Aoste et de la marque Justin Bridou (entre autres). Celui qui prête régulièrement son avion à Gérard Depardieu (qui emprunte aussi ce lui de Gérard Bourgoin, le « roi du poulet »). Reybier et ses 9,82% de parts dans la société autrichienne d’aviation Global Jet Austria (GJA) fondée en 2005. L’homme qui avait mis fin également en 2003 à l’activité publique de l’aéroport varois «  »les lignes régulières et le service public n’étant pas des activités rentables « . Vive le privé haut de gamme, pouvait-on se dire après cet épisode ! Quant à l’exploitation sur une zone inondable, on ne l’évoque même pas…

Autre surprise de l’enquête : on ne sait si le juge chargé des avions de la coke du Var en a fait part, mais au soir où on annonçait que l’avion de République Dominicaine avait été saisi, coïncidence, un autre homme attendait ses services : notre ex-président,qui avait effectué une demande auprès de THS pour se faire rapatrier fissa en Falcon 50, de préférence, de Bordeaux où le juge Gentil venait de lui signaler qu’il le poursuivait pour « abus de faiblesse ».. dans un entretien musclé. Un fait relevé par le Canard Enchaîné. Ce n’est pas le seul lien entre Nicolas Sarkozy et l’aéroport de la Môle. Une étude rapide des déplacements de l’ex-président, qui avait été si attentionné lors de l’affaire du rapatriement de l’homme de la DGSE chargé de suivre de près l’arrivée du Boeing de la coke au Mali, où qui avait eu comme témoin de mariage Thierry Gaubert, embarqué en Colombie dans une bien étrange affaire de villa double reliée à une autre par tunnel, façon Escobar, révèle qu’il avait aussi l’habitude de passer par la Môle (lire ici et là)… ou pour tout bêtement se rendre au Cap Nègre dans la villa de madame… celui de Carla Bruni, son épouse, ancienne vedette du show-bizz. Un épisode croquignolet de vie politique le rappelait il n’y a pas si longtemps.

Cet épisode, c’est celui d’un véritable caprice présidentiel ayant coûté des milliers d’euros au contribuable français : « Le Canard enchaîné, dans son édition du 31 août dernier, nous fait part du dernier gros caprice (connu) du Président de la « République irréprochable ». Pour se rendre en Nouvelle-Calédonie via Pékin, le 26 août 2011, Nicolas Sarkozy a utilisé son avion présidentiel flambant neuf. Pourtant, notre cher président a dû abandonner son gros avion à Pékin sur le chemin du retour. En effet, celui-ci est trop gros pour atterrir sur le petit aéroport près de Saint-Tropez. Or, c’est bien là que Nicolas Ier voulait se rendre pour « prolonger ses vacances en compagnie de madame au Cap Nègre », écrit le journal satirique. Le Président aurait pu rentrer à bord du (trop) gros avion présidentiel avec toute sa suite, et parcourir les 700 km séparant Paris de St-Tropez en avion, en limousine, en hélicoptère ou en carrosse. Mais c’était apparemment trop de dérangement pour Sa Majesté. Pour pouvoir obtenir ce qu’il désirait, Nicolas Ier a donc tout simplement fait venir « un Falcon 7X à cocarde tricolore », vide de passagers, depuis Paris jusqu’à Pékin (soit 8 200 km), afin d’atterrir directement à St-Tropez sans passer par Paris (c’est tout de même plus commode). Ainsi, tandis que la suite présidentielle regagnait Paris à bord du (trop) gros avion présidentiel, Nicolas Ier a emprunté le jet de la République qui l’attendait sur le tarmac pékinois depuis deux jours, « gardé par deux poulets du Groupe de sécurité de la présidence de la République ». Une belle preuve de l’esprit astucieux de notre souverain élu » note le journal satirique repris ici par le Post. Étonnant caprice.

Et si l’on cherche un peu plus loin, on trouve, et bien pire encore : dans le livre « Sarko s’est tuer » signé par Fabrice Lhomme et Gérard Davet, qui ne sont pas des débutants en journalisme, on tombe sur ces incroyables découvertes : « dans le téléphone portable d’Alain Castany, qui s’est présenté à eux comme le troisième pilote du Falcon, les policiers dominicains découvrent les numéros de téléphone de nombreuses personnalités. Un peu plus tard, la justice française, qui mène ses propres investigations, fera une découverte intéressante en examinant le contenu de son ordinateur fixe, dans son bureau parisien. S’y trouvent notamment les coordonnées personnelles d’un certain Nicolas Sarkozy. Elles figuraient en fait dans la sauvegarde d’un iPad, copié dans l’ordinateur d’Alain Castany. Cet iPad appartenait à… Alexandre Balkany, l’un des fils d’Isabelle et Patrick Balkany, intimes de Sarkozy. » Ouh là, on tombe sur du lourd là !!! A noter que le dénommé Alexandre est aussi le représentant en France de la firme PokerStars, basée sur l’île de Man, un paradis fiscal… Certes, Castany se déclare « apporteur d’affaires » chez SN-THS, mais pourquoi donc cette étrange copie sauvegardée dans son ordinateur personnel ? Qui avait accès d’autre que lui à cet ordinateur ?

Et ne croyez pas que ce soit terminé : « informée des déclarations devant la police dominicaine de MM. Castany et Pisapia qui ont assuré que le vol avait été affrété par Franck Colin, la juge Saunier-Ruellan fait rapidement Interpeller ce dernier. Il est arrêté début avril 2013 au moment où il tente de récupérer les 95 000 euros qui dormaient dans un coffre ouvert à son nom dans une banque parisienne. Originaire de Toulon, ce quadragénaire au parcours atypique est une figure de la jet-set parisienne. Marié à une créatrice de mode en vogue à Bucarest, il fait régulièrement la une de la presse people roumaine. En expertisant son téléphone portable, les policiers de l’Office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants (OCRTIS) – dessaisis en juillet 2014 de l’enquête au profit des gendarmes de la section de recherches de Paris – tombent à nouveau sur la famille Sarkozy. Ils constatent en effet que Franck Colin est en contact régulier avec Pierre Sarkozy, l’un des fils de l’ancien président de la République. Le jeune homme est enregistré dans le répertoire sous le nom de « DJ Jed Sarkosi  ». Pas si surprenant : Franck Colin et Pierre Sarkozy, disc jockey de son état, évoluent dans le monde de la nuit. » Bon, on peut toujours parler de connaissances du même milieu, pourquoi-pas, ou des copains de papa qui vole gratis grâce à l’avion affrété par son ami Courbit. Mais un autre détail cloche, indiquent Fabrice Lhomme et Gérard Davet, plutôt intrigués par ses coïncidences répétées : « fait notable : lorsque les enquêteurs examinent la comptabilité de la société d’hélicoptères, ils découvrent que plusieurs de ses comptes clients ont disparu. Dont celui de LG (pour Lov Group de Stéphane Courbit) – pourtant le client principal -, ainsi que celui de l’Association de soutien à l’action de Nicolas Sarkozy… Y aurait-il des choses à cacher ? » concluent-ils, passablement surpris. Bref, il s’en est passé de belles, sur le petit aéroport varois. Comme à Roissy d’ailleurs, ou on a pu découvrir en février dernier des gardiens de la paix… également nightclubbers à leurs heures, baladant 39 kilos de coke dans le coffre de leur voiture ! Les policiers touchaient « 80 000 € par couple de passeurs et jusqu’à 180 000 € pour un trio » selon le Parisien ! L’un des deux roulait même… en Ferrari devant ses confrères en Clio ! Sidérant !

Sur l’aéroport de la Môle, on trouve en fait tous les business jets de la jet-set (en photo, le Falcon F-HDCB se posant bien cabré à la Mole). Un habitué lui aussi des lieux, celui de Darta Aéro Charter, autre firme de location de jets pour VIP ou pour greffons médicaux, ou d’appareils plus imposants. Comme le Falcon 100 du groupe JC Darmon, ex grand argentier du football français et le grand ami de notre jojo national (vu à la Mole en 2005 dans son ancienne livrée griselui aussi géré par Trans Hélicoptère Service – THS). Darmon possède surtout le F-HAIR, un Falcon 50 de 1981 à la tenue chatoyante, ornée d’un beau Pégase sur la queue, vu ici à la Mole. Un autre habitué. On trouve aussi un autre fan de Johnny venu lui en Pilatus (F-GJFG) : Jean-François Gobertier, responsable de GDP Vendôme ; société gérant plus d’une centaine de.. maisons de retraite et 109eme fortune française… collectionneur de voitures à ses heures (Corvette, Cadillac, Maserati, etc…), venu pour jouer à la pétanque, son autre passion. Bref, la Môle, devenu l’aéroport attitré de la jet-set, avait vu l’avion faire plusieurs fois le trajet avec des valises… il n’y a donc pas que Punta Cana d’impliqué !!! Et beaucoup étaient au courant ! Car des choses troubles demeurent : en particulier le fait que Fabrice Alcaud, le second dirigeant actionnaire de SN THS, avait averti un agent de la Direction de la coopération internationale (DCI) début 2013 ; il s’inquiétait de la personnalié de son nouveau client : Nicolas Pasapia. Un témoignage qui disculperait totalement les deux pilotes ! L’officier de police judiciaire, qui a été interrogé par la juge, a reconnu qu’Alcaud été bien entré en contact avec lui. La police avait été prévenue. Le bout de l’iceberg resté en France est à découvrir, ce que je ferai ici dans un prochain article. Aurait-on laissé faire ce fameux troisième vol pour obtenir un « flag » mémorable, les enquêteurs se doutant déjà que le second vol avait déjà été l’objet d’un transport conséquent de coke (revenu à La Môle le 9 décembre 2012) qui avait été « pisté » de bout en bout ? C’est à quoi doivent aujourd’hui songer les familles des deux pilotes, en effet…. comme l’avait écrit Le Monde le 24 juin 2013, car l’arrestation avait été totalement mise en scène côté dominicain : « Filmée par la DNCD, l’agence antidrogue dominicaine, l’arrestation, de nuit, par une unité d’élite arrivée en hélicoptère, semble tirée d’un film hollywoodien. Hagards, les quatre Français ont subi un premier interrogatoire sur le tarmac. Puis la caméra de la DNCD a filmé les valises entassées jusque sur les fauteuils du jet, 26 au total, pour une valeur totale estimée à plus de 20 millions d’euros ». C’était tout sauf un hasard ou un coup de chance que cette arrestation !!! Car ceux qui filmaient étaient aussi ceux qui trafiquaient !!!

Depuis que ce texte a été proposé ici pour la première fois (en juillet 2013, soit peu de temps après la découverte de l’affaire !!!), les choses ont donc grandement évolué avec tout d’abord la décision touchant la société de location de Falcon SN -THS : l’affaire a été rapidement (et discrètement) liquidée : « octobre 2013 : Suite à cette affaire de drogue retrouvée dans l’avion d’Alain Afflelou, et avec les dirigeants Pierre Dreyfus et Fabrice Alcaud toujours écroués à Marseille, la société de ces deux derniers a été placée en procédure collective et liquidée mi-octobre 2013. La douzaine d’employés a été également licenciée. Les biens et le patrimoine de la société nouvelle THS vont être vendus dans les prochaines semaines, par décision judiciaire » avait-on ou lire quelque temps après. L’enquête a aussi avancé de ce côté avec la découverte de l’intercession d’un douanier français, ami d’un « ex-garde du corps qui a fait fortune en Roumanie » (il s’agit du troisième larron parmi les passagers, Frank Colin, qui a aussi été ancien légionnaire, et a assuré ensuite la sécurité de Jean Roch, le propriétaire du Bash, puis du VIP Room, sur les Champs-Élysées, avec qui Colin est aussi en affaire en Roumanie. Mais elle sent toujours autant le soufre, étant donné ses ramifications, comme continuent de le stipuler des intervenants en forum… l’intervention du Syndicat des Pilotes étant souvent jugée malvenue, voire maladroite… j’y reviendrai, dans un second épisode sur le sujet ; ce troisième larron étant bien la clé de l’affaire semble-t-il. Plus subtil semble-t-il que les condamnés du jour (hormis les pilotes), il avait réussi à se faire porter pâle pour ce fameux vol auquel il devait participer (lire ici ****** ce détail fort évocateur)…

Il y en a un autre, en tout cas, qui a dû ravaler le jugement rendu il y a quelques jours : Alain Afflelou, dont l’avion (le Falcon F-GXMC******) a été confisqué par le procureur dominicain, un fait plutôt rare là aussi. Il a droit à des dédommagements, l’appareil ayant une assurance croquignolette. Même délaissé deux ans sans entretien sur le parking de Punta Cana, il vaut encore une bonne paire de millions d’euros… Bruno Odos ici fixe la valeur actuelle de l’appareil qui n’était pas neuf à 8,5 millions d’euros – ici à partir de 7’11 »-, et selon lui, pour le rendre en état de vol, il va falloir dépenser une somme considérable… que devrait régler l’auteur de l’arrestation, à savoir l’Etat Dominicain (le fait d’avoir laissé traîner le procès pendant deux ans n’arrangeant pas l’état de l’avion) !

PS : La dépêche AFP du lundi 24 février annonçant le boycott demandé de la desserte de St-Domingue :

« Selon nos informations, le principal syndicat des pilotes de ligne français (SNPL), appellera demain au boycott des vols pour la République dominicaine, en soutien aux deux pilotes français, Pascal Fauret et Bruno Odos, emprisonnés à Punta Cana depuis le 23 mars 2013. Ils sont soupçonnés d’avoir volontairement pris part à une opération de transport de drogue vers la France. L’audience préliminaire, initialement prévue demain, a été reportée pour la sixième fois sans véritable explication. Aucune date n’a été fixée pour l’instant.

Le syndicat va mettre ainsi à exécution les menaces lancées il y a plusieurs jours. Il avait en effet appelé les pilotes à ne plus desservir la République dominicaine dès le 25 février si, lors de cette audience préliminaire, « des avancées significatives n’étaient pas actées ».

Rappel des faits

L’affaire a débuté le 20 mars 2013, avec une opération de l’agence anti-drogue dominicaine, agissant sur des renseignements livrés par des agences étrangères. 700 kilos de cocaïne en partance pour la France avaient été saisis. Parmi les personnes interpellées figuraient les deux pilotes, qui avaient pris les commandes d’un avion privé contenant la drogue et devant décoller de Punta Cana. Ce Falcon 50 appartenait au lunetier français Alain Afflelou mais avait été affrété par une société de location, SN-THS, installée à Bron (France).

« J’ai la conviction que le dossier (à l’encontre des pilotes) est vide », avait déclaré Yves Deshayes, le président du SNPL, rappelant que « les pilotes n’ont pas le pouvoir de police » et ne peuvent d’eux-mêmes contrôler des bagages »

Le problème c’est que le même avion n’en était pas à son premier voyage :

http://cote-d-azur.france3.fr/2013/03/23/friture-sur-la-ligne-aerienne-saint-tropez-punta-cana-saint-domingue-saisie-de-700kg-de-cocaine-saisis-221811.html.

(*) dissoute depuis.

(**) l’espoir, si l’on peut dire, pour les pilotes repose sur le cas Liana Guillon, cette française mère de cinq enfants accusée de trafic de drogue lors d’un voyage en 2012 (son voyage de noces en fait) les douaniers ayant découvert 11 kilos de coke dans un bagage à main. L’enquête dominicaine avait été inexistante, l’accusation bâclée, et le mari de Liana libéré car le bagage suspecté ne contenait que son nom à elle ! Condamnée à 8 ans de détention après un appel, elle avait été rapatriée à condition d’effectuer sa peine en France : elle aura effectué 2 ans, 8 mois et 22 jours au total, avant d’être libérée portant toujours un bracelet électronique. Elle avait visiblement été piégée par des trafiquants locaux, sur les lieux mêmes de l’aéroport de Punta Cana ! Deux autres jeunes filles, Sarah Zaknoun et Céline Faye avaient été accusées de la même façon (de ramener 6 kilos de coke cette fois). Elles avaient bénéficié d’une grâce présidentielle, formulée par Leonel Fernandez. Ils possèdent un supporter de taille : Laurent Fabius, convaincu de leur innocence. A noter qu’en février 2014, un habitant Antony dans les Hauts-de-Seine s’était présenté au commissariat de la ville ; dans sa valise, réceptionnée le lendemain de son arrivée à Orly, il avait découvert 6 kilos de coke : or il avait fait escale en Espagne, mais aussi à Punta Cana. 

(****) « Ses premières livraisons de drogue remontent à 1973 alors qu’il était pilote à temps partiel. Boulanger partait en avion de Floride, d’où il rejoignait la Colombie et revenait quelques heures plus tard. Les trafiquants ? Des vétérans de la guerre du Vietnam, raconte-t-il au Journal de Québec. Raymond Boulanger affirme même avoir travaillé pour la CIA au milieu des années 80. L’agence américaine avait créé des compagnies aériennes fictives « pour aider les Contras qui tentaient de renverser le gouvernement de Daniel Ortega au Salvador », explique le journaliste Daniel Renaud. Son rôle était alors de « larguer des marchandises » dans les bois et de faire des « vols de reconnaissance » pour repérer les camps. Des faits qui n’ont évidemment jamais été confirmés par voie officielle (…) Ces activités lui auraient permis d’entrer en contact avec les cartels colombiens. Il aurait même côtoyé Pablo Escobar. Raymond Boulanger forme des pilotes, leur apprend à atterrir dans le noir sur des pistes improvisées. « On faisait des « drops » sur les îles des Caraïbes ou en mer. (…) À cette époque, il y avait entre 40 et 50 vols qui sortaient tous les soirs », raconte-t-il, toujours au Journal de Québec. L’homme se fait finalement arrêter à Casey au Québec avec plus de 4 tonnes de cocaïne dans l’avion. Il est condamné à 23 ans de prison. Lors de sa première escapade, en 1998 (il profite d’une libération conditionnelle), il file droit vers la Colombie, où il connaît de nouvelles aventures. Il est pris en otage par un groupe marxiste et sera finalement relâché au bout de deux mois grâce à l’intervention des Farc avec lesquelles il est en contact depuis de nombreuses années. Les termes exacts de sa libération (qui a payé la caution ?) restent troubles. Ce qui alimente encore davantage sa légende ». Sa vie est un vrai roman, raconté ici par des témoins.

(*****) « Boulanger admet également avoir fait un autre vol de cocaïne avant celui de novembre 1992 : un vol test de 500 kilos qui a eu lieu le 27 août précédent. À bord d’un King Air Turbo 200 à hélices dont les bancs de passagers avaient été remplacés par 20bidons jerrycans remplis d’essence pour faire le plein en vol, il a décollé de la Colombie, survolé successivement la République Dominicaine, les Bermudes, la Nouvelle-Écosse et le Bas-du-Fleuve avant d’atterrir à Casey ». Boulanger est un cas incroyable en effet :  En 1998, il profite d’une permission de 4 jours pour se faire la belle. Il retourne en Colombie où il prépare un « voyage » pour le compte des FARC, mais un pneu de son avion éclate au décollage. Le temps de la réparation, alors qu’il se promène en ville, il est kidnappé par un autre groupe de rebelles qui le prennent pour un Gringo. C’est la mafia qui aurait payé sa rançon (mais où commence la légende ?). En tout cas, 18 mois après son évasion, la police colombienne lui met le grappin dessus et il est extradé vers le Canada. En 2001, alors qu’il effectue des travaux pour la communauté, il rebelote. Une deuxième cavale au cours de laquelle on ne sait pas trop ce qu’il a fait. Il serait allé au Mexique pour mettre de l’ordre dans ses affaires. Un business plus classique, peut-être ! Il est finalement arrêté à Montréal, où il est venu voir son père, malade ».

(******) ont été vus, entre autres à la Môle : Le Cessna 550B Citation Bravo HB-VNZ suisse de Jet Aviation, société détenue par General Dynamics et Jet Aviation Flight Services, le LX-JFK Pilatus de JettFly, le Falcon F-HDCB de Darta Transports Aériens, le Pilatus F-GJFG de GDP Vendôme, dirigée par Jean-François Gobertier, 109eme fortune française, le roi des maisons de retraite, grand fan d’Hallyday et de voitures de collection, le Citation Cessna 550, avion privé US, comme le Cessna 550B Citation Bravo N28SP d’Echo Aviation Inc Trustee, le petit Mustang Cessna 510 Citation privé US, un Falcon 10 anglais tout noir G-ECJI, un Cessna Citation 510 Mustang espagnol, de Jetnova de Aviación Ejecutiva, immatriculé EC-LDK, un autre, belge, un Citation Jet C1, le 250 ième construit, marqué OO-JDK, le Cessna 500 Citation VP-COM enregistré aux îles Caïman, Cessna C525 Citation CJ1 immatriculé M-DINO, lui venant de Guernesey, mais possédant la même adresse que le N28SP, le LX-JFE, unSocata TBM-700 de JetFly, « aux pilotes expérimentés, issus de l’Armée ou de compagnies aériennes commerciales » comme le dit son dépliant, le Cessna525A CitationJet CJ2 d’Avcon Jet, dont le droit de voler en Autriche a été récemment mis sur la sellette…

(******) commentaire à noter : « Il est techniquement impossible de rallier d’une seule traite, le Var depuis les Caraïbes, à bord d’un Falcon 50. Qu’à cela ne tienne, les trafiquants faisaient escale sur un petit et, lui aussi, discret aéroport de l’île des Açores. Et ils se gardaient bien de se poser sur l’aéroport international de Nice, extrêmement fréquenté et surveillé. Côté dominicain, pas de problèmes. Ils avaient corrompu une trentaine de policiers et de militaires, dont certains officiers, tous aujourd’hui sous les verrous. Les policiers ont saisi 700 kg de cocaïne, répartis dans 26 valises. Mais les 4 Français, aujourd’hui incarcérés dans les geôles dominicaines, détenaient de très fortes sommes d’argent ; des milliers d’euros et de la monnaie roumaine, ce qui pourrait laisser supposer des ramifications en Europe de l’Est ». 

(******) il date en effet de 1989 (26 ans) et c’est beaucoup moins que ce qu’annonce le pilote : un Falcon 50 de cette date de construction est annoncé ici à moins de 2 millions de dollars. En registration, il était au nom de Mascaralain EURL, la société d’Afflelou : le 3 avril 2013, il est passé chez Holding AA-OC, à Aubervilliers. Or l’appareil a été saisi à Punta Cana le 20 mars 2013. Explication : « le Falcon 50 F-GXMC. La location de Lixxbail à Mascaralain était prévue du 5 juillet 2007 au 4 juillet 2014. Elle avait pour objet l’exploitation des campagnes publicitaires d’Alain Afflelou et l’achat d’aéronefs. Les 22 octobre et 10 novembre 2012, Afflelou décide de dissoudre sa société Mascaralain et d’apporter sa valeur, estimée à 3.973.982 euros (la valeur du Falcon 50 ?) à sa holding AA-OC. Cette décision est enregistrée au tribunal de commerce de Bobigny le 29 janvier 2013, mais ne sera portée à la connaissance de la DGAC que le 3 avril 2013″. Le 3 avril 2013, la Holding AA-OC devient locataire de Lixxbail, mais le nom de la société absorbée, Mascaralain, disparaît du registre : il n’y a plus de locataire entre le 5 juillet 2007 et le 2 avril 2013 … » Holding AA-OC a été elle radiée le 6 décembre 2013. A qui appartient donc l’avion, aujourd’hui ? Au Crédit Agricole, via Lixxbail ?

Reportage du National Geographic sir la drogue en République Dominicaine, vu côté DEA « cocain war – Dominican Republic »

1) http://www.youtube.com/watch?v=ycG2…

2) http://www.youtube.com/watch?v=Xd2F…

3) http://www.youtube.com/watch?v=f6eT…

 

Les transporteurs de drogue colombienne (les mules) vus par la DEA US

http://www.youtube.com/watch?v=oZy1…

http://www.youtube.com/watch?v=-tkP…

 

L’historique de la Môle
Le blog des deux pilotes :
L’étonnant forum de discussion sur leur arrestation :
Il en est à la 473 eme page, et a dénoncé l’attitude des « experts » français venus défendre les deux compatriotes, dont le célèbre Christophe Naudin, auto bombardé expert en aviation chez BFM, celui des aventures d’Ikea, qui, il y a peu de temps déclarait que l’énorme bout d’aileron retrouvé à la Réunion appartenait plutôt selon lui à un « petit bimoteur », un Piper Aztec de 1968, modèle PA 23-250 immatriculé F-OHSA  – un Aztec étant petit comme ça…, tombé à moins d’1km de la côte le 4 mai 2006 !!! Avec Philippe Heneman, le président de l’ASPB et Naudin, pas sûr que les deux pilotes aient bénéficié d’une aide quelconque pour tenter d’amadouer le procureur…
un résumé succint de l’affaire :
un autre :
0000000000000000000000000000000000000000
mouvement_remigration_Trafic-Sahara

08/09/2015 – 08h00 Paris (Breizh-info.com) – Le mouvement pour la remigration, dirigé par Laurent Ozon, a traduit un rapport accablant rédigé sur le site Global initiatives against transnational organized crimes. Nous le reproduisons ci-dessous. 

Et si la fabrication de réfugiés n’était qu’un secteur de la criminalité comme les autres ? 

C’est en substance la conclusion de ce document explosif. Que les motivations soient politiques, religieuses ou purement crapuleuses, les convergences d’intérêts entre les groupes armés de la moitié nord de l’Afrique et du Moyen-Orient sont au cœur du problème migratoire. Faisant feu de tous les trafics ; cigarettes, armes, drogues et surtout migrants, les criminels répartissent et élargissent leurs zones d’action. 

Loin des insinuations journalistiques, ce rapport tisse également les liens entre le trafic migratoire et le terrorisme qu’il finance, anéantissant par-là même les considérations humanitaires de ceux qui veulent nous imposer toujours plus de clandestins, alors que survivent, seulement en France 150 000 SDF et plus de 8 millions de précaires.

Les réseaux criminels sont en réalité les premiers bénéficiaires de la générosité européenne, car chaque point de passage est l’occasion de rançonner les candidats à l’exil. Sous des mots pudiques, se dessine la violence à laquelle sont soumises ces poules aux œufs d’or : racket, traite d’êtres humains, exploitation sexuelle.

Par une stratégie de dominos, les groupes armés « recrutent » ainsi toujours plus de réfugiés. Ces « migrants » deviennent à leur insu les banquiers du crime et du terrorisme, finançant du matériel, des hommes, et des armes. Et ceux qui les encouragent, les « associés » de ces trafics.

Ce rapport prouve que l’approche politique de la crise migratoire doit radicalement changer et l’on distingue pour ce faire deux solutions à mettre en œuvre simultanément. D’une part, il faut anéantir tous les espoirs d’accueil en Europe pour tarir les routes migratoires tenues par les criminels. D’autre part, il est également crucial de réaffirmer l’ancrage des réfugiés sur leur propre territoire pour ne pas céder de terrain aux terroristes.

Le rapport ne vise pas à mesurer les responsabilités politiques dans le chaos libyen mais à tracer une ébauche des voies d’action offertes aux politiques qui veulent vraiment agir. Preuve est ainsi faite que toute manœuvre gouvernementale ne suivant pas ces prescriptions ne fait que se rendre complice de ces trafics, y compris humains.

Face à l’inaction de dirigeants englués dans les bons sentiments et le marketing à visée électorale, il revient donc aux citoyens de réagir vigoureusement pour briser les pompes aspirantes migratoires qui ne servent que les mafias ; et aux élus et représentants du peuple fidèles à l’intérêt collectif, de s’associer à ce sursaut vital en partageant et en faisant connaître ce travail.

Le véritable courage, c’est de ne plus les accueillir ici pour les aider là-bas. Il fallait le démontrer, c’est maintenant fait !

Introduction

Depuis plus de mille ans, le Sahara est une région de  contrebande et de trafic de nombreux types de produits. La Libye, dont les liens avec l’Europe datent de l’Empire romain, a toujours été une destination et une voie de transit importante pour nombre de ces activités illicites. Depuis la chute de Kadhafi, la contrebande et le trafic impliquant à la fois des groupes armés et des réseaux du crime organisé a augmenté de façon spectaculaire en Libye. La chute du régime avait permis à la traditionnelle répartition tribale du commerce trans-Sahara, dans les drogues, les produits de contrefaçon, les migrants et les armes, de croître pour atteindre environ 43-80M$ au maximum, revenus réparties entre un grand nombre de trafiquants, clans et  groupes.

L’augmentation des flux d’argent et de marchandises illégales a des répercussions à travers l’Afrique du Nord et le Sahel. Cet argent et les armes en provenance de Libye ont contribué à faciliter la rébellion au Mali en 2010, et continuent à alimenter les conflits aujourd’hui. Plus important encore, le nombre élevé de migrants le long de la côte en Afrique du Nord a permis le développement d’un commerce de « passage » beaucoup plus lucratif, désormais évalué entre 255 et  323 millions de dollar par an, pour la seule Libye. La valeur de ce commerce surpasse de loin toutes les entreprises de traite et de trafic dans la région, et a renforcé des groupes terroristes, y compris l’État islamique.

Cette synthèse est basée sur des données accessibles à tous et de nombreux entretiens récents dans la région subsaharienne. Elle vise à mesurer la portée actuelle et l’ampleur des économies criminelles transsahariennes et souligne leurs possibles implications sur la stabilité et la sécurité. Le but de cette synthèse est de fournir une mise à jour des informations pertinentes sur les facteurs de conflits potentiels dans la grande région du Sahara, à destination des décideurs politiques, des intervenants et des chercheurs. Ce document a été établi en collaboration entre le Centre norvégien pour l’analyse globale (Rhipto) et l’Initiative mondiale contre la criminalité transnationale organisée.

Compte tenu de l’importance des revenus que peut générer le trafic migratoire, cette synthèse conclut que les principales priorités devraient être  d’une part d’empêcher Daesh et les groupes armés lybiens de tirer profit de cette activité, d’autre part de couper les voies migratoires transsahariennes établies de longue date qui passent par le Sahel vers la Libye.

Les économies criminelles trans-sahariennes

_mouvement_remigration_Trafic-Sahara
Figure 1 : Routes de trafic à travers le Sahara

La contrebande traditionnelle, impliquant les clans dans tout le sahara, existe au moins depuis le VIIIe siècle. Depuis peu, les criminels de la région se sont concentrés par type de trafics particuliers : les trafiquants et les groupes terroristes sont spécialisés en cigarettes contrefaites,  les trafiquants de drogue opérèrent en avions légers pour le trafic de cocaïne, et les trafiquants d’armes ne travaillent presque qu’avec les groupes activistes armés, pour ne citer que trois types d’activités. 

Les valeurs de ces principaux trafics dans la région sont estimées à :

•  Trafic de drogue colombienne via Guinée-Bissau : valeur « de rue » 1,25 milliard de dollar en Europe et 150 millions en Afrique de l’Ouest, générant des revenus locaux de 10 à plus de 20 millions de dollars pour les opérateurs dans le Sahel, l’Algérie et la Libye.

• La chute du régime libyen a permis à des groupes criminels de profiter largement de tous les trafics : contrefaçon et contrebande de marchandises, y compris les cigarettes, les produits pharmaceutiques, agricoles, de construction et de transport. Le montant de ce commerce est difficile à quantifier.

• La valeur totale du commerce libyen des armes dans l’ère post-Kadhafi est probablement de l’ordre de 15 à 30 millions de dollars par an. Ces armes sont plus destinées à des groupes militants en Libye et au Sahel (dont le Mali, le Niger, et le Tchad) qu’au commerce. Ceci étant, des livraisons d’armes ont été détectées vers des pays du Golfe et ailleurs en Afrique, et les conséquences négatives du commerce des armes sont évidemment beaucoup plus élevées que sa seule valeur monétaire.

• Le traditionnel trafic de migrants à travers le Sahara était auparavant évalué de 8 à 20million$, mais avec l’augmentation récente des migrants en transit, la valeur actuelle du commerce le long de la côte (en contournant les traditionnels voies tribales) – est estimée entre 255 – 323 millions par an.

Les sections suivantes fournissent une vue des principaux trafics trans-sahariens :

Drogue

On estime à 18 tonnes la quantité de cocaïne (originaire de Colombie) qui circule par les côtes d’Afrique de l’Ouest, en particulier la Guinée-Bissau et la guinéen après un pic de 47 tonnes en 2007. Ces 18 tonnes représenteraient une valeur d’environ 1,25 milliard de dollar sur le marché européen. Leur trafic fournit donc un revenu substantiel aux trafiquants d’Afrique de l’Ouest, de l’ordre de 150 millions de dollar par an. Les revenus liés seraient d’environ 15 à 20 millions en Lybie, Tunisie et Algérie.

La cocaïne qui transite par la Lybie y arrive généralement par le sud, cheminant par les voies terrestres depuis la Guinée-Bissau jusqu’à la Méditerranée et l’Europe. Comme la cocaïne est perçue comme une menace en Europe et en Amérique du Nord, faire transiter la drogue par le Sahara et la Lybie demande de plus en plus de complicités de la part des agents chargés de la sécurité des Etats traversés.

Le cannabis et la résine de cannabis transitent eux aussi par la Lybie. Selon les calculs, le Maroc est le premier ou le deuxième producteur de cannabis. Le  produit chemine jusqu’en Europe, son principal marché, en passant par des réseaux en Egypte et dans la région des Balkans. Deux chemins existent entre le Maroc et l’Egypte. La première route passe par le sud et traverse le Sahel pour contourner la frontière fermée entre le Maroc et l’Algérie, la deuxième longe les côtes du nord du continent. Le volume de cannabis qui passe par la Lybie demeure inconnu, par manque d’analyse sur ce sujet, mais il est probablement très important et l’on sait que contrairement à la cocaïne, la majeure partie des revenus issus de ce trafic reste dans la région et finance des trafics armés.

Contrefaçon et contrebande

Les Etats du Maghreb Algérie, Lybie, Maroc et Tunisie et l’Egypte fument 44% des cigarettes de tout le continent. Le commerce illégal de tabac y serait d’environ 1miiliard de dollar par an, le Mali représentant une plaque tournante majeure grâce aux réseaux établis par Mokhtar Belmokhtar, salafiste algérien co-fondateur d’AQMI et qui gère désormais son propre réseau autonome , Al Mourabitoun (signifiant Les Almoravides, dynastie des XI et XII siècles).

Le trafic de faux médicaments ou de médicaments interdits est florissant dans la Lybie post-révolutionnaire, à la fois pour les groupes criminels en recherche de profits et pour les pharmaciens désireux de stabiliser leurs revenus dans une situation désormais chaotique d’après-guerre.  De la même façon, de nombreuses milices ont pillé des sites publics à la recherche d’équipement de construction et agricoles qu’ils ont vendus au marché noir dans toute la région, les bénéfices leur permettant de se fournir en armes et moyens de transports pour renforcer leur trafic.

En dehors du trafic de cigarettes profondément enraciné et aux réseaux bien établis, les produits contrefaits et vendus en contrebande sont surtout des opportunités saisies  au vol et ne contribuent pas de façon systématique au financement de groupes spécifiques ou d’acteurs belliqueux. Bien souvent, les produits sont simplement jetés à l’arrière d’un camion au hasard d’un voyage retour d’un autre trafic pour arrondir les bénéfices.

Armes 

En 2011, l’armée libyenne était estimée à 76000 membres actifs et 40000 agents de réserve, avec un arsenal de 250 à 700000 armes à feu, dont trois quarts de fusils d’assaut. A la chute de Khadafi et la désintégration de l’Etat libyen, ces armes sont tombées aux mains de groupes armés et de trafiquants.  Les conflits en Lybie sont toujours alimentés par les soldats et les armes qui formaient jusqu’alors la colonne vertébrale de la puissance de l’Etat.

Le prix d’un AK-47 en Lybie varie généralement de 150 à 1000 dollars, parfois plus, sachant que la moyenne sur le reste du continent avoisine les 500 dollars. Pour des armes plus évoluées, comme des MANPADS ou des SA-7 (lance-missiles sol-air portatif), il faut compter plusieurs milliers de dollars par pièce. Le trafic d’armes en Lybie varie de 4 à 15 millions par an pour les armes légères. En comptant les munitions, ce trafic atteint 15 à 30 millions, bien que la valeur réelle pourrait être double compte tenu de la grande incertitude sur le nombre d’armes impliqué.

La puissance de feu du régime a également un impact important sur les pays frontaliers. L’UNODC (Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime) a laissé entendre que l’arsenal du régime Khadafi comptait 22000 lance-missiles dont au moins 17000 sont portés manquants et 400 sont partis dans le trafic avec certitude. On estime qu’entre 10 et 20000 armes à feu libyennes ont rejoint le Mali, le Niger, le Tchad et le Soudan.  Certaines estimations donnent des chiffres bien plus importants, parfois quadruplés, suite à la chute de l’armée libyenne et des institutions de l’Etat.

Beaucoup de preuves pointent le rôle critique d’armes et de milices venant de Lybie dans le déclenchement du mouvement séparatiste au Mali en 2011, et de façon durable en alimentant l’instabilité mais aussi des attaques contre du personnel des Nations Unies et d’autres cibles. En outre, l’accès aux armes et leur contrôle dans la région du Sahara est devenu un élément critique pour être capable de contrôler les routes de trafic et les territoires.

Le trafic de migrants

Il y a désormais un très grand nombre de trafiquants de migrants et réfugiés venant de Syrie via le Liban et l’Egypte. Les Syriens comptent en effet pour la plus grande part des migrants exploités via la Lybie, même si un nombre rapidement croissant de migrants sub-sahariens arrive aussi par ces voies. Ce business florissant est aujourd’hui la source de revenus la plus accessible pour les réseaux de crimes organisés et les groupes armés, leur permettant ensuite d’acheter des armes, de conquérir de plus grands territoires, de former des armées,  et de pratiquer du racket.

Le trafic migratoire a augmenté de façon spectaculaire à partir de la Lybie et de la Tunisie. Grâce à des moyens variés, dont des accord avec l’Italie, le régime de Khadafi avait drastiquement limité les flux migratoires et les trafics d’individus entre les deux pays : seuls 4500 réfugiés avaient été décomptés en 2010. En 2014, ce chiffre a explosé pour atteindre au moins 170 000, malgré l’insécurité croissante en Lybie et les dangers de la traversée de la Méditerranée. D’après Frontex, les migrants qui arrivent en Europe en traversant la Méditerranée depuis la Lybie (route dite de méditerranée centrale) représentent environ 60% des arrivées clandestines en Europe. Pour les 170 000 migrants qui ont utilisé cette voie en 2014, les deux premiers pays d’origine étaient la Syrie (39651 migrants) et l’Erythrée (33559), le reste venait d’Afrique sub-saharienne (26340).

Les migrations forcées et illégales (mais volontaires) ont assez augmenté pour devenir une des plus importantes sources de revenus en Lybie, et un vaste spectre de groupes en profite. Depuis la chute de Khadafi, les milices harcèlent les migrants et leur famille pour leur extorquer des fonds ou vont jusqu’à vendre des migrants aux trafiquants.

Quiconque a accès à un bateau peut tirer profit substantiel en mettant des migrants à l’eau. De façon générale, les passeurs facturent 800 à 1000 dollars par personne pour le passage vers la Lybie, et encore 1500 à 1900 pour le périple en Méditerranée, souvent en extorquant les fonds de force. Selon le type de bateau, une traversée peut accueillir plusieurs centaines de migrants. Une fois en mer, peu d’attention est portée au devenir de ces migrants ou à leur destination finale, les passeurs présument qu’ils seront secourus à un moment de la traversée. On a par ailleurs peu de preuves que les passeurs aient établi des services d’accueil pour l’arrivée en Europe.

Pour atteindre la Lybie, les réfugiés syriens passent souvent par l’Egypte ou le Soudan, deux des quelques pays qui n’exigent pas encore de visa pour les citoyens syriens. Sous le gouvernement Morsi, les Syriens étaient largement bienvenus en Egypte et nombreux s’y sont établis au début de l’exode des réfugiés. Depuis sa chute toutefois, les comportements ont changé et se sont durcis envers les réfugiés syriens de plus en plus nombreux.  Beaucoup ont donc continué leur trajet jusqu’en Lybie, d’où l’on peut partir vers l’Europe. Les difficultés d’accès grandissantes pour l’Egypte ont poussé les migrants à prendre des routes plus au sud, par le Sinaï, là où les contrôles officiels sont plus faibles, ce qui a en conséquence contribué à impliquer Daesh dans le racket et l’aide au passage illégal. Ceci crée des incitations qui permettent à Daesh d’augmenter ses profits en exacerbant les flux migratoires grâce à des attaques ciblées sur les civils dans leurs zones conquises ou en ciblant les camps de réfugiés frontaliers avec la Jordanie  et le Liban. Cette tactique a été largement utilisée par les rebelles congolais, en créant des réfugiés puis en les exploitant. Augmenter le nombre de réfugiés syriens et faciliter le commerce sur le dos des migrants peut ainsi aider Daesh à prendre position indirecte en Lybie.

 

_mouvement_remigration_migrants_Trafic-en-Libye
Figure 2 : Zoom sur certaines routes de trafic en Lybie. Les flux côtiers Est-Ouest sont 
de plus grande importance comparés aux flux traditionnels par les voies à travers 
du Sahara, y compris pour les Syriens et les Erythréens, suggérant des actions coordonnées
de l’Egypte au Sinaï, la Jordanie et le Liban. 
Le montant total sur les côtes est estimé au minimum entre 255 et 323 millions de dollars.

 

Pour la population sans cesse grandissante de migrants sub-sahariens, de nombreuses routes sont accessibles. Les réfugiées d’Erythrée, de Somalie, et de la corne de l’Afrique à traverser le Soudan, passer par la mer rouge et la péninsule du Sinaï, une région où le gouvernement égyptien perd de plus en plus contrôle. Une ancienne voie allant de Djibouti au Yemen en passant par les pays du Golfe est depuis désertée à cause des contrôles importants de ces derniers. Ajoutons que compte-tenu de l’instabilité du Yemen, les flux migratoires vont désormais en sens inverse, avec des centaines de Yéménites arrivant à Djibouti et grossissant l’exode vers l’ouest ou passant par une nouvelle route le long de la mer noire, au nord. Les Somaliens, les Erythréens, et désormais les Yéménites, sont éligibles de prime abord au statut de réfugiés en Europe, ce qui rend l’investissement du trajet pour les plages d’Europe particulièrement juteux.

Les réfugiés venant d’Afrique de l’Ouest, du Centre et plus au sud ont tendance à suivre les vieilles routes de commerce à travers le Sahel, comme la route allant du Mali à la Lybie en passant par le sud de l’Algérie ou encore par le Niger, d’Agadez (un nœud de circulation)  puis par le sud de la Lybie jusqu’à la côte. L’instabilité de la Lybie e bien évidemment offert des opportunités sans précédent d’atteindre l’Europe pour ces migrants très largement économiques. Ce business lucratif est responsable d’une augmentation énorme du nombre de groupes impliqués dans ce trafic, des habituelles tribus nomades du Sahara tels que les Touareg et les Tebou qui concourent au voyage de 5 à 20000 migrants par an, à partir de n’importe où vers la Lybie. Les migrants peuvent être obligés de travailler plusieurs mois lors d’escales sur ces routes de trafic, les abus physiques et sexuels étant assez fréquents. Orchestrer des migrations illégales massives requiert un « contrat » établi avec les passeurs des tribus, comprenant aussi des autochtones de clans au Mali, au Niger et au Tchad.

 

 

_mouvement_remigration_Global-Afrique-nord
Figure 3 : Routes de trafic rejoignant la Lybie à partir du Mali, de l’Algérie, du Tchad, 
du Soudan et de l’Egypte. Le Sinaï est un point de trafic à partir de la Jordanie 
et du Liban, et partiellement à partir du Soudan et de l’Erythrée

 

Les groupes armés et le financement du terrorisme

L’importance des activités criminelles dans le financement des groupes djihadistes ne saurait être sous-estimée. La fragmentation de la Lybie et l’insécurité régnante ont eu un effet d’entraînement dans tout le Sahel et le Maghreb, créant ainsi des havres de paix pour les groupes terroristes qui peuvent désormais opérer en complète impunité. Il semble que les opportunités d’alliance ne leur manquent pas tirer profit ou racketter les divers trafics du nombre croissant de groupes armés et de réseaux criminels dans la région.

La formation « d’économies de protection » qui peuvent au gré s’intégrer à un trafic ou le taxer a de sérieuses conséquences sur la stabilité et la sécurité régionales. Dans certaines régions, cette économie mafieuse surpasse l’activité économique légale et sape la capacité de l’Etat à gérer les affaires. Alors que différentes dynamiques et caractéristiques sont en jeu, toutes ces ressources accumulées, contrôlant ou protégeant les trafics à travers le Sahara, ne viendront en aucun cas aider à une meilleure gouvernance ou un meilleur contrôle de l’Etat. Elles serviront plutôt à perturber ou à saper le pouvoir et sa légitimité, et permettront de profiter des opportunités de trafics sur les ressources pour gagner de l’influence durant ces périodes de transition démocratiques.

Les groupes terroristes transsahariens 

La Lybie sert de base arrière sûre à plusieurs groupes terroristes et/ou djihadistes qui opèrent dans le Sahel.  Il y a deux principales raisons à cela. Premièrement, La déchéance rapide du régime de Khadafi a laissé une vacuité à la tête de l’Etat et fourni des opportunités à des minorités comme les Touareg (victimes de persécutions sous le régime Khadafi) de prendre leur revanche et d’asseoir leur pouvoir. Deuxièmement, l’opération française Serval menée au nord-Mali a plutôt réussi à repousser les groupes armés et terroristes en dehors du pays, groupes qui ont trouvé la sécurité en Lybie.

La situation en Lybie est assez complexe, avec de nombreuses milices combattant entre elles. Al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI) est toujours actif dans une grande partie du Sahel, mais le groupe le plus dangereux opérant en Lybie est probablement Al Mourabitoun, mené par Mokhtar Belmokhtar. S’y ajoutent, Ansar-Edine (signifiant les défenseurs de la religion), Boko-Haram et Ansar-el Sharia (les défenseurs de la loi islamique) tous respectivement très actifs au Mali, au Niger et en Lybie, il y en outre toujours eu des contacts entre Boko-Haram et les groupes agissant au Sahel.

Tous ces groupes profitent des différents trafics et commerces en expansion, étant donné qu’il y a peu de véritables opérateurs économiques dans la région du Sahel. Al Mourabitoun est le plus célèbre, son fondateur Belmokhtar disposant d’une expérience de longue date dans le trafic de cigarettes et d’armes, avec des réseaux bien établis dans tout le Sahel et le Maghreb. Ce groupe est désormais en lien avec les trafiquants de cocaïne, via une fusion avec MUJOA (Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest) en 2013. Les membres de MUJOA au Mali sont suspectés d’être liés au trafic de cocaïne. AQMI est quant à lui renommé pour ses enlèvements avec demandes de rançons servant à financer ses activités terroristes. Cette habitude semble toutefois avoir pris fin, plus faute de cibles rentables que de changement de stratégie.

Tant AQMI que Al Mourabitoun jouit d’une totale liberté de mouvement dans certaines régions du Mali, du sud de l’Algérie, mais les deux groupes conservent leurs bases arrières en Lybie. Il n’y en effet qu’en Lybie qu’ils ont pu établir des bases logistiques et des camps d’entraînement en toute quiétude et sans risque d’être détectés. Ceci étant, ils maintiennent des caches d’armes, de petits camps et des postes logistiques au Mali, Niger et en Algérie. Ces deux groupes savent tirer parti des terrains montagneux accidentés : cela leur permet de masquer leurs pistes, protéger des caches d’armes, et même de mettre en échec les scanners infrarouges (les signatures de température peuvent en effet être masquées dans les caves naturelles ou parmi les rochers chauffés par le soleil). Les régions montagneuses souvent exploités par les groupes terroristes sont notoirement difficiles à pénétrer pour les armées occidentales et l’incursion franco-tchadienne dans l’Adrar des Ifoghas en 2012 est l’une des rares exceptions.

Même une opération française continue dans la région, l’opération Barkhane, n’a eu que peu d’effets pour stopper les groupes armés. Cette opération ciblait les groupes djihadistes régionaux, basée sur une coopération entre la France et cinq pays du Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad), cette opération permettrait à la France de définir ses cibles à son souhait dans les cinq pays. Malgré un certain succès, les récentes attaques de Mokhtar Belmokhtar et de d’Al Mourabitoun ont montré que les groupes avaient assez préservé leurs capacités logistiques, leurs ressources, leur matériel et leur personnel pour attaquer des cibles stratégiques. Al Mourabitoun bénéficie largement des liens avec les cartels de la drogue depuis sa fusion avec MUJOA en 2013 ; AQMI est quant à lui plus enclin à retourner à ses méthodes de trafic et d’enlèvements pour financer ses activités.

Une autre facteur de complication est la mesure dans laquelle les groupes djihadistes et les réseaux criminels sont jumelés avec les groupes armés insurgés du mouvement de libération Azawad. Ce dernier prend officiellement part aux accords de paix avec le gouvernement malien, sous l’égide de la communauté internationale. Il est donc hors de portée même pour les forces françaises et ses activités criminelles (comprenant trafic d’armes et de drogues) ont été largement minorées dans le cadre du process politique. Des situations similaires se retrouvent en Lybie, par exemple avec les mouvements touareg qui peuvent porter des éléments djihadistes, sont très actifs dans les trafics d’être humains et le transport de cocaïne. La tribu nomade Tébou forme un groupe qui est isolé des discussions politiques  tant en Lybie qu’au Mali. Ce groupe, qui s’étend sur quatre pays au Sahel et au Maghreb, avec une concentration en sud-Lybie et au Tchad, s’est rapidement engagé sur le commerce de migrants et on dit que son contrôle territorial s’étend largement vers le sud au Niger.

Le rôle de L’Etat islamique dans le Sahara

Le rôle de l’IS dans le Sahara est en constante évolution et il est encore trop tôt pour en faire une évaluation valable. Alors que le groupe n’a fait matériellement aucune incursion de ses activités dans le Sahel, ni n’a reporté de serments d’allégeances par d’autres groupes comme Boko-Haram, l’état chaotique de la Lybie et la première apparition d’une cellule issue de l’IS en Afrique en nord rendent bien possible que l’IS décide de faire de la Lybie une base, pour l’entraînement et l’organisation ou  pour son expansion.

Le flux de migrants en plein essor sera très motivant pour une expansion de l’IS vers l’ouest et le Maghreb, considérant que les ressources jusqu’alors mobilisées (trafic de pétrole et de biens culturels) deviennent de plus en plus contraintes. Par ses activités au Moyen-Orient, Daesh a montré sa capacité à contrôler un territoire et à racketter autant l’économie légale que l’économie souterraine. Il a sans doute devenu de loin supérieur à tout autre groupe armé non-étatique dans le monde, capable d’établir efficacement des systèmes d’audit, des services sociaux et du contrôle.

Actuellement, une grande partie des réfugiés transitant par la Lybie sur le chemin de l’Europe est de Syrie, mais sont canalisés à travers une chaîne de trafic du Liban à la Lybie. IS  a délibérément mené des attaques contre les camps de réfugiés à l’Ouest de la Syrie pour augmenter le flux de migrants sur les routes des passeurs contrôlées par l’organisation, afin de générer des revenus additionnels. Il y a donc une tendance à voir une augmentation des réfugiés si les troubles en Syrie et en Irak venaient  à affecter la stabilité du Liban ou de la Jordanie.

La faiblesse du Sinaï est un véritable problème, considérant la proximité des places fortes de Daesh avec la Syrie et la Jordanie. Toutefois, il est possible que Daesh se retrouve en concurrence avec d’autres groupes armés ou djihadistes  en Lybie et au Sahel si l’organisation décidait de poursuivre son extension vers l’ouest ou le sud, conduisant ainsi à de violents conflits. Les Tebou par exemple ont établi plusieurs zones sous contrôle sur une bande est du Sahel et aux frontières tchadiennes. Ils ont également sécurisés des puits de pétrole et tiennent le monopole du trafic de migrants de la corne de l’Afrique vers la Lybie. Cependant, des alliances stratégiques ont déjà été conclues par le passé entre des groupes du Sahel, en particulier contre des ennemis communs. Il n’est donc pas possible de prédire aujourd’hui comment les interactions peuvent évoluer.

Pour le moment, il est clair que le potentiel stratégique et financier d’un engagement de Daesh au Sahel est considérable ; et les mouvements de populations forment un terreau propice au recrutement de combattants à l’étranger et à leur couverture, ce qui forme la force de l’Etat islamique de longue date.

Conclusion

Il y a peu de place pour le doute quant à l’immense inquiétude que suscite le nœud entre crime et terrorisme dans le Sahara. Il y a de plus en plus de preuve que des groupes armés, y compris des groupes extremistes ceux recourant à la violence, tirent pleinement profit des activités économiques criminelles avec une grande impunité. Avec le statu quo actuel, le scenario le plus probable est que les forces d’AQMI et d’Al Mourabitoun restent à leur niveau pendant que celles de Daesh augmentent, ce qui signifie que les attaques dans le Sahel vont se poursuivre contre des cibles de fortes valeurs, y compris des attaques suicides et visant des cibles occidentales (ambassades, hotels, night clubs) ainsi que des symboles de puissance des Etats. Plus longtemps un groupe criminel reste inattaqué par les forces légitimes, plus  ses réseaux sont établis, plus grande est son influence lors de discussions dans un process politique, sous réserve qu’ils en fassent le choix.

D’un point de vue politique, les réponses apportées aux conflits, à l’instabilité et au terrorisme doivent être réinterprétées sur ces bases. Les décisions par défaut qui consistent à renforcer les frontières risquent de n’avoir que peu d’impact compte tenu des grands territoires et de l’utilisation des voies maritimes ainsi que de la dispersion des groupes sur les différents territoires. En outre, l’enchevêtrement d’intérêts politiques, terroristes et criminels porte de grandes implications sur les stratégies de retour à la paix. En effet, il est d’autant plus difficile d’intégrer les groupes criminels dans un processus de paix qu’ils bénéficient des divers trafics et rackets qui disparaitraient en temps de paix. Ils manquent donc de motivations à rejoindre un Etat structuré sauf à légaliser des économies criminelles sous couvert d’un processus démocratique et diplomatique, mais fournissant peu de retour réel de stabilité et de développement pour les populations.

De toutes ces activités criminelles, la plus urgente à traiter est celle du trafic de migrants à travers la Méditerranée car l’augmentation des flux finance en retour les groupes radicaux impliqués dans les trafics au Sinaï et en Egypte, liés à la Lybie, la Syrie, l’Irak, y compris Daesh. Une plus grande implication des réseaux de crimes organisés dans les trafics est possible sur les voies venant et allant vers la Jordanie, ainsi que sur celles qui transitent vers la Lybie ou l’Egypte. L’augmentation du nombre de réfugiés syriens, en particulier résultant d’attaques de Daesh près de Damas (comme nous avons observé autour des camps de réfugiés)  est susceptible d’alimenter les trafics de migrants et la traite d’êtres humains. Cela augmente nettement a capacité des groupes armés à se retrancher plus profondément en Libye et à capter des sources de revenus en dehors de l’Irak et la Syrie.

S’attaquer aux flux migratoires est un véritable enjeu et les interventions au large des côtes libyennes ont peu de chance de faire réduire les flux de migrants compte tenu de l’étendue de la zone de repêchage. Au contraire, elles peuvent augmenter les départs, étant donné le peu d’attention que les trafiquants portent au sort des migrants qu’ils mettent sur les bateaux une fois les plages libyennes quittées. Ainsi toute intervention pour secourir les bateaux de réfugiés doit s’accompagner d’une analyse ciblée  sur comment réduire les bénéfices de trafics et comment faire en sorte que les sauvetages ne fassent qu’alimenter le modèle économique de Daesh, ce qui va bien au-delà de l’ère libyenne.

Recommandations

Il est vital de réduire la motivation des migrants et des réfugiés à passer en Lybie par les maillons du crime organisé. Non seulement pour réduire les risques physiques des migrants eux-mêmes mais aussi pour porter atteinte à la plus grande opportunité financière de Daesh  en Afrique du Nord. La meilleure façon de faire est :

  • Améliorer les aides d’urgence aux réfugiés au Liban, en Syrie et en Jordanie en augmentant significativement l’aide portée et la protection aux camps de réfugiés,
  • Faire des campagnes de promotion auprès des refugiés pour les informer des risques d’abus, d’esclavage et même de mort inhérents  au recours de réseaux de passeurs,
  • Cibler plus efficacement les réseaux de passeurs et les points de passage (ndt : points d’étranglement dans le texte), comme les côtés libanaises, le Sinaï, l’Egypte et le Soudan, détourner et faciliter les flux migratoires par des voies terrestres. Le Sinaï devrait être l’objet d’une attention particulière, ainsi que les flux en provenance du Yemen vers cette voie,
  • Améliorer significativement les renseignements et les analyses sur les routes, les points de passage et les organisations structurées de trafic migratoire, au plus près des pays d’origine,
  • Sur le long terme, réduire l’exode des réfugiés fuyant les zones de conflit est la seule solution. Cependant, les mesures ci-dessus sont des actions de court terme qui peuvent être prises et empêcher l’afflux de ressources financières vers les groupes radicaux, mais aussi empêcher la déstabilisation complète du Liban ou de la Jordanie et par voie de conséquence le financement de groupes armés dans le Sinaï en Egypte et en Lybie.
Bibliographie

Mark Shaw and Fiona Mangan, Illicit Trafficking and Libya’s Transition: Profits and Losses, United States Institute for Peace, Washington DC 2014

Tuesday Reitano and Mark Shaw, Fixing a Fractured State? Breaking the cycles of crime, conflict and corruption in Mali and the Sahel, Global Initiative against Transnational Organized Crime, Geneva 2015

Arezo Malakooti, Mixed Migration: Libya at the Crossroads, Mapping of Migration Routes from Africa to Europe and Drivers of Migration in Post-revolution Libya, UNHCR, Tripoli 2013

Brian McQuinn, After the fall: Libya’s evolving armed groups, Small Arms Survey, Geneva 2012 Frontex, Annual Risk Analysis 2015, Warsaw 2015

About 

This brief was prepared as a joint collaboration between:

RHIPTO, the Norwegian Center for Global Analysis, set up to support the UN with rapid response capacities regarding acute and timely information and analysis relating to risks to the environment, development, peace and security.

The Global Initiative against Transnational Organized Crime (www.globalinitiative.net), an independent network of prominent law enforcement, governance and development practitioners who are dedicated to seeking new and innovative strategies to end organized crime.

Document publié sur le site internet Global initiatives against transnational organized crimes, traduit de l’anglais par le Mouvement pour la Remigration le 30 Août 2015. 

http://www.globalinitiative.net/download/global-initiative/Libya%20Criminal%20Economies%20in%20the%20trans-Sahara%20-%20May%202015.pdf

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

source: http://www.breizh-info.com/30671/actualite-internationale/immigration-et-crime-organise-le-rapport-choc-qui-accable/

00000000000000000000000000000000000000000000

Aviseur International

Un francés expatriado en Gibraltar, trabaja como un agente infiltrado para la DNRED, el servicio especial de las Aduanas Francesas.

00000000000000000000000

Voir l’article original

Aviseur International

Le bitcoin et l’ombre de l’économie informelle

Nessim Ait-Kacimi / Journaliste

BITCOIN« Nous avons gagné la guerre sur les drogues grâce à bitcoin. » Ross Ulbrich, le fondateur de Silk Road, le supermarché en ligne des drogues qui a été fermé par les autorités fin 2013, avait de quoi être satisfait. Entre 2012 et septembre 2013, la croissance de ses ventes a été de 600 %, de 14,4 millions de dollars à près de 90 millions. Selon Nicolas Christin de Carnegie Mellon, en 2012, les transactions en bitcoins sur le site représentaient entre 4,5 % et 9 % des volumes traités sur toutes les Bourses mondiales du bitcoin.

Une myriade de sites

Depuis la chute de Silk Road, le marché des drogues en ligne autrefois concentré sur un nombre réduit d’acteurs (Black Market Reloaded, Atlantis, Open Vendor Database, Farmer’s Market) s’est morcelé en une myriade de sites, des centaines mais de plus petite taille. Il est très…

Voir l’article original 595 mots de plus

Aviseur International

La doble moral y la hipocresía son la regla al hablar de la cocaína. El análisis y la reflexión, la excepción.

El informe de consumo de drogas de la Oficina de las Naciones Unidas contra la droga y el delito (UNDOC) de 2014, concluye que ningún dato estadístico permite inferir una reducción de la demanda de cocaína en los EE.UU. o Europa occidental. Al contrario. Los datos disponibles señalan un aumento de las cantidades vendidas y la ampliación del consumo debido al surgimiento de nuevos mercados en Europa Central y del Este. La demanda también ha aumentado en América del sur, en Chile, Uruguay, y particularmente en Argentina, que ahora está en la lista de los tres grandes consumidores mundiales junto a los EE.UU. y España.

Las incautaciones son otro de los temas abordados en el informe. Entre 2011 y 2012 estas pasaron de 362 a 418 toneladas en el…

Voir l’article original 542 mots de plus

Le narcotrafic, la French connection, Les otages français, les généreuses enveloppes de Elf, les allers-retours de certaines éminences de la classe politique en Afrique, les projets immobiliers douteux, les accords secrets avec le FN ou l’UDF, les contrats d’armes, l’affaire Boulin, le suicide de François de Grossouvre, les disgrâces de quelques barons qui avaient cessé de plaire au roi… etc. ETC. ETC.

Tout cela…et plus encore n’avait plus de secrets pour lui!

Lire plus ur FRANCE: Charles Pasqua est décédé.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Aviseur International

Voir l’article original

Bercy interdit les paiements en espèces supérieurs à 1000 euros

Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Fini la discrétion et l’anonymat des paiements de petits extras en espèces… Selon un décret paru au Journal Officiel du 27 juin, il sera désormais interdit de payer en espèces ou au moyen de monnaie électronique toute somme supérieure à 1.000 euros.

L’Etat français applique ici la directive du code monétaire et financier relatif à l’interdiction du paiement en espèce de certaines créances. Cette mesure, annoncée par le ministre lors de la présentation du plan de lutte contre le financement du terrorisme le 18 mars 2015, avait été réaffirmée à l’occasion du Comité National de Lutte contre La Fraude le 23 juin dernier. Ce texte, qui abaisse le seuil de paiement en espèces, entrera en vigueur à compter du 1er septembre 2015.

Renforcement du pistage des flux financiers

Cet ajustement de 3.000 euros à 1.000 euros du montant maximum des règlements en liquide « vise à renforcer la lutte contre les circuits financiers illicites qui ont recours à des moyens de paiement anonymes ». Avec ce renforcement législatif, Bercy se dote donc de meilleures possibilités de traçage des flux financiers, notamment ceux issus des circuits parallèles ou dissimulés comme le trafic de drogue, le travail au noir, ou l’évasion fiscale. Afin de justifier la mise en place de cet abaissement de seuil, Michel Sapin précise également que « le décret tire les conséquences de l’interdiction du paiement en espèces pour l’achat de métaux », et supprime le seuil de 500 euros relatifs à l’achat des métaux ferreux et non ferreux.

La suite sur: http://www.boursier.com/actualites/economie/bercy-interdit-les-paiements-en-especes-superieurs-a-1000-euros-28447.html

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000

Aviseur International

cocainaIl est maintenant possible de savoir si une personne a consommé de la cocaïne simplement en claquant des doigts. Des chercheurs ont effectivement découvert que la cocaïne est détectable dans les empreintes digitales des gens qui en consomment. 

Comme le rappelle The Independent, les chercheurs tentent depuis longtemps de développer de nouvelles techniques de dépistage des drogues qui permettraient de déterminer si une personne a ingéré de la cocaïne sans procéder à des prélèvements sanguins. La solution pourrait se trouver dans les empreintes digitales, soutient une équipe de chercheurs de l’Université de Surrey.

« Nous pouvons faire la différence entre de la cocaïne ayant été manipulée et de la cocaïne ayant été ingérée », a expliqué la docteure Mélanie Bailey, qui a piloté la recherche, en entrevue à Motherboard. Sachant que la majorité des billets de banque dans le monde contiennent des traces de cocaïne, cela permettrait d’éviter les faux…

Voir l’article original 43 mots de plus

Aviseur International

Parmi les drogues les plus prisées : l’héroïne. – REUTERS

20/05/2015 16:09
(RV) En Argentine, une enquête menée par l’université catholique Sainte-Marie de Buenos Aires, a mis en évidence l’ampleur du trafic et de la consommation de stupéfiants, avec leur cortège de violence et de corruption, un fléau qui exige une intervention directe de l’État
« Baromètre du trafic de drogue et de la toxicomanie en Argentine », c’est le titre de l’étude rendue publique lundi en présence du coordinateur de l’Observatoire de la Dette sociale argentine. C’est la première fois qu’une aussi vaste enquête est menée dans le pays. Elle révèle qu’entre 2010 et 2014, la vente de drogue dans les quartiers de Buenos Aires a augmenté de 50% et qu’elle touche 45% des familles ; 4,6% des foyers, soit quelque 500 000 personnes, sont gravement concernés. Le fléau fait tache d’huile, prévient l’Université catholique, et il devient de plus en plus…

Voir l’article original 193 mots de plus

Aviseur International

http://www.mysecurite.com/wp-content/uploads/2013/04/trafic-de-drogue_909526.jpeg

Dans le monde, environ 210 millions de personnes – soit 4,8 % de la population âgée de 15 à 64 ans ont consommé des substances illicites au moins une fois au cours des 12 derniers mois. Avec un chiffre d’affaires estimé entre 300 et 500 milliards de dollars, le trafic de drogue est devenu le deuxième marché économique au monde, juste derrière les armes ,mais devant le pétrole.

Les bénéfices et les sommes en jeu sont colossales. En effet, les profits des petits et grands trafiquants sont immenses. Le chiffre d’affaire du trafic de stupéfiant est de 243 milliards d’euros par an : si les trafiquants de drogues étaient un pays, leur PIB les classerait au 21è rang mondial, juste derrière la Suède. Malgré la répression, l’ONU estime que seuls 42% de la production mondiale de cocaïne est saisie (23% pour la héroïne). Dans certains pays de production ou…

Voir l’article original 1 030 mots de plus

Huit marins de la société de transport maritime, en redressement judiciaire, comparaîtront le 10 juin pour divers trafics.

Un navire de la SNCM dans le porte de Porto Vecchio, en Corse du sud, le 11 mai 2015.
Un navire de la SNCM dans le porte de Porto Vecchio, en Corse du sud, le 11 mai 2015. ( MAXPPP)

La SNCM n’avait pas besoin de ça. L’avenir de la compagnie, en redressement judiciaire, est plus qu’incertain et quelque 1 500 salariés attendent une offre de rachat solide. Mais le 10 juin s’ouvre le procès de huit d’entre eux, au tribunal correctionnel de Marseille (Bouches-du-Rhône). Ils sont soupçonnés d’avoir participé à un vaste trafic de drogues et d’armes entre la Corse et le continent, explique Le Parisien, dimanche 17 mai.

Les documents consultés par le journal « détaillent une organisation quasi mafieuse »« Une quarantaine de kilos de drogue, de toute nature, auraient ainsi transité par cette filière, à l’abri des cabines des marins mis en cause », écrit le quotidien, dans un autre article consacré à l’enquête. Il s’agit principalement de cocaïne et de résine de cannabis. « On laissait tous nos cabines ouvertes », témoigne un des prévenus, qui reconnaît avoir tiré des avantages de ces services rendus.

Un syndicaliste au cœur de l’enquête

Des dizaines d’armes auraient également fait la traversée dans des véhicules stationnés dans les cales des navires de la SNCM : armes de poing, fusils à lunette, kalachnikov, lance-roquettes, grenades, explosifs et munitions. « Les marins utilisent leurs connaissances des installations portuaires pour se jouer des douanes et des forces de police », explique Le Parisien. Ainsi, des passagers clandestins ont pu passer de l’île au continent, ou du continent à l’île, sans être vus.

Un homme semble avoir été le maillon central de l’organisation. Camille Abboche, 46 ans, secrétaire général adjoint du syndicat CFTC, est incarcéré depuis deux ans, soupçonné d’avoir entraîné des marins « fragiles », qui « rencontraient de sérieux problèmes financiers », dans cette affaire. Parmi eux toutefois, au moins six affichaient déjà des condamnations, dont un pour trafic de stupéfiants.

L’avocat de Camille Abboche assure qu’il n’est pas un « voyou au sens strict », mais un homme « fasciné par ce milieu interlope des armes et de ces types que se promènent avec plein d’argent dans les poches ». Fasciné au point de se risquer, avec d’autres marins, à tremper dans les affaires d’un milieu corse aux noms bien connus : Francis Mariani, Ange-Toussaint Federici, et le gang de la Brise de mer. Et d’être également mis en cause dans un projet d’assassinat avorté.

source: http://www.francetvinfo.fr/economie/entreprises/conflit-a-la-sncm/cocaine-kalachnikov-et-marins-complices-des-bateaux-de-la-sncm-au-service-du-banditisme_908243.html

0000000000000000000000000000000

Aulnaycap

Bruno_Beschizza_SarkozyLes auditeurs de France Info ont certainement écouté l’interview de Bruno Beschizza suite à la décision de l’état de renforcer le dispositif de sécurité à Saint-Ouen. Cette ville, plaque tournante du commerce souterrain de la drogue en région Parisienne, va recevoir le renfort définitif de plusieurs unités de CRS.

Si cette décision semble réjouir le Maire de Saint-Ouen William Delannoy, Bruno Beschizza semblait nettement plus sceptique au micro de France-Info. Le Maire d’Aulnay-sous-Bois indiquait en effet que, si la Police faisait son boulot, la justice était trop laxiste pour que cela soit suivi d’effet. Il cite ainsi deux cas :

  • Un dealeur arrêté à Aulnay-sous-Bois en possession de plusieurs dizaines de kilos de cannabis. Présenté au juge, il est relâché de suite
  • Un autre dealeur, toujours arrêté à Aulnay-sous-Bois pour le même motif. Présenté au juge, il est relâché de suite

Bruno Beschizza dénonce l’impunité de ces voyous à cause…

Voir l’article original 23 mots de plus

civilwarineurope

image«
La police Française n’a pas autorité à l’étranger…». Un commentaire qui en dit long sur ceux qui occupent le terrain à Roubaix, ville connue pour être la zone de non droit la plus musulmane et la plus pauvre de France, en y faisant régner leur loi, celle qui oblige les Français originellement nordistes à partir pour ne pas mourir, et contraint ceux qui restent à subir leur calvaire en silence.

Au lieu de « veiller à l’exécution des lois, à assurer la protection des personnes et des biens, à prévenir les troubles à l’ordre public et à la tranquillité publique ainsi que la délinquance », la police ne sert plus aujourd’hui qu’à verbaliser les automobilistes et à protéger les squatteurs contre les dangereuses vieilles dames qui auraient des velléités coupables de récupérer ce qui leur appartient de droit.

Le commissariat est à 300m de la rue Desaix où vit la…

Voir l’article original 1 104 mots de plus

Les services étrangers se servent eux aussi allègrement dans les données volées par la France à ses citoyens et aux internautes étrangers. Selon Le Monde, l’Agence nationale de sécurité américaine (NSA) et son homologue britannique, le GCHQ, s’adressent régulièrement à la DGSE pour récupérer des « blocs » concernant des régions du monde particulièrement surveillées par la France, dont notamment le Sahel.

Olivier Demeulenaere - Regards sur l'économie

france surveillance massive« Les services secrets volent « des milliards de données » aux Français avec la plateforme nationale de cryptage et de décryptement (PNCD), selon « Le Monde ».

C’est bien pire que ce que l’on craignait. Selon les informations du Monde, la France a mis en place depuis 2007 un système de surveillance massive qui dépasse les pires craintes des défenseurs des libertés. La plateforme nationale de cryptage et de décryptement (PNCD), installée « pour l’essentiel » dans les bâtiments du siège de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) à Paris, dispose des plus puissants calculateurs de France et intercepte puis stocke « des milliards de données françaises et étrangères ».

Gérée par la DGSE, les espions qui assurent la préservation des intérêts français hors du territoire national (en théorie…), la PNCD est aussi une source majeure d’informations pour les autres services de renseignement, tels que la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), mais aussi…

Voir l’article original 648 mots de plus

NARCO-BUSINESS: l’implication du pouvoir… et des banques.

Les généraux sont en cause, on l’a vu. Mais pour mettre à l’abri leurs fortunes longuement amassées, ils ont dû faire appel à des banques. Celles du blanchiment, qui sont bien entendu les mêmes que celles des trafiquants. La coke, et l’argent qu’elle génère, corrompt tout (*), au plus haut niveau. Jusqu’aux chefs d’Etat, parfois, ou bien leur famille, comme en Colombie. A ce stade, il n’y a plus à parler d’éthique. C’est à celui qui va empocher la mise le premier, car le flux est tel que tout le monde en profite. Devant cette chienlit qui envahit tous les rouages d’un Etat, certains se lèvent et résistent, comme un certain juge, qui, en France, avait fait front devant les mafieux. Son équivalent hondurien, Julian Aristides Gonzalez, a connu hélas le même sort… mais depuis quelque temps, ça se lézarde, et des rats quittent le navire vénézuélien. Et viennent raconter, une fois avoir mis leur famille à l’abri, les turpitudes d’un régime qui parle un double langage constant.

Un document implacable

Un excellent rapport de mai 2011 de l’ OFDT (**), signé David Weinberger, de l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ) nous dresse un tableau éloquent de la tendance générale du circuit de cocaïne désormais autour du Venezuela : « depuis 2005 et 2006, du fait des bouleversements régionaux susmentionnés, les États vénézuéliens du Zulia, du Táchira mais surtout d’Apure, limitrophes de la Colombie, deviennent ainsi, les principaux lieux de départ de la cocaïne colombienne vers le marché nord-américain, notamment au moyen du vecteur aérien. Si le crash d’un DC9 à Playa del Carmen avec 5,5 t de cocaïne à son bord en 2005 a marqué les esprits, il n’en reste pas moins exceptionnel car le trafic par les airs est majoritairement le fait de petits avions qui ne rejoignent que très rarement le Mexique sans escale. Ils atterrissent généralement dans des zones où l’espace aérien est moins contrôlé, comme en République Dominicaine et Haïti jusqu’en 2009, puis au Honduras, au Guatemala, au Costa Rica ou au Belize. » Exactement ce que je vous ai décrit ici en de multiples épisodes de la série « Coke en Stock » ! « Ces États, dotés de faibles moyens, sont désormais profondément déstabilisés par la mainmise partielle des organisations criminelles, notamment mexicaines, qui acheminent la drogue vers le nord par la voie terrestre ou maritime ». L’emprise de l’argent de la coke devenant le principal levier de corruption des hommes politiques dans ces pays.

Des avions, mais aussi des bateaux et des containers

Car il n’y a pas bien sûr que les avions pour transporter la drogue : « cependant, le moyen le plus usité reste celui des containers. Ceux-ci partent des grands ports vénézuéliens comme Maracaibo pour acheminer la drogue dans le monde entier, notamment vers le Panama et le cône sud du continent américain. Selon l’ONUDC, plus de la moitié de la drogue saisie en 2013 au Brésil proviendrait du Venezuela. Mais les portes-containers transitent généralement aussi en Colombie et il est donc difficile d’identifier le lieu précis de chargement de la drogue. Hormis ces routes, l’ONUDC observe, depuis 2005, une nette augmentation du trafic transatlantique destiné à l’Europe en provenance du Venezuela. Jusqu’en 2009, de nombreuses saisies maritimes ont été opérées, comme celle du Doña Fortuna arraisonné au milieu de l’Atlantique avec cinq tonnes de cocaïne (un petit bateau de pêche (ici à droite) ayant contenu 5 tonnes de cocaïne d’une valeur de 250 millions d’euros. En 2009, une frégate anglaise, l’HMS Iron Duke, avait arraisonné le MV Cristal (à gauche) au large des Caraïbes, il contenait lui aussi la même quantité en 212 ballots de cocaine de 26kg chacun..) ,  « mais depuis 2011 plus aucune saisie maritime majeure n’a été réalisée. Il semblerait que les trafiquants privilégient aussi les routes transatlantiques aériennes par avions privés au départ du Venezuela. La saisie la plus médiatisée est sans nul doute celle surnommée « Air Cocaïne », concernant un Boeing 727, chargé de plusieurs tonnes de drogues, retrouvé incendié au Mali en 2009  (c’est le point de départ fondamental de toute cette série !). Les radars vénézuéliens avaient détecté l’avion entrant dans l’espace aérien vénézuélien, avant de perdre sa trace dans la région d’Apure où vraisemblablement le Boeing a pris possession du chargement illicite. L’aéronef fut de nouveau observé au niveau de Valencia se dirigeant vers l’Atlantique. Fait notable, les pilotes vénézuéliens, deux frères, se trouvaient aussi à bord de l’avion retrouvé à Playa del Carmen (qui avaient donc été relâchés ou avaient bénéficié de complicités dans la police mexicaine…). Et ce n’est pas un cas isolé puisque nombre d’avions s’envolent depuis les aéroports côtiers du Venezuela vers l’Afrique mais aussi directement vers l’Europe. Ainsi, en 2011, les pilotes d’un jet privé ont été obligés par une dizaine de membres de la Garde nationale vénézuélienne de transporter 1,2 t de cocaïne qui a été interceptée aux Iles Canaries (Espagne). C’est le fameux Gulfstream 9H-FED Global Express 9234 qui a été ici l’objet ici d’une étude plus approfondie dans l’épisode précédent). » Partant des zones de stockage à la frontière colombienne, la cocaïne est chargée dans les aérodromes de Valencia et Barcelona, ou dans les ports de Maracaibo, La Guaira et Puerto Cabello. Les avions et les navires traversent alors l’Atlantique pour atteindre l’Afrique de l’Ouest, en passant notamment par l’archipel des Bijagos (Guinée-Bissau) et le Cap-Vert : cette route est surnommée l’« autoroute 10 » car elle longe approximativement la latitude 10″… l’autoroute maritime ou aérienne de la drogue !!

 

LIRE la suite sur http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/coke-en-stock-lxxxvi-l-implication-165185

0000000000000000000000000000000000000000

Aviseur International

DICK MARTY Docteur en droit, ancien procureur général du Tessin, conseiller aux Etats, conseiller d’Etat  et membre de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, pour laquelle il a mené différentes enquêtes qui l’ont fait connaître sur la scène internationale.

DICK MARTY Docteur en droit, ancien procureur général du Tessin, conseiller aux Etats, conseiller d’Etat et membre de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, pour laquelle il a mené différentes enquêtes qui l’ont fait connaître sur la scène internationale.

© Lukas Lehmann, Keystone

Par Dick Marti

Pour lutter contre les narcotrafiquants, il est nécessaire de mener une importante action de sensibilisation au niveau mondial, selon Dick Marty. Et il faut progressivement s’acheminer vers un marché contrôlé dans lequel la réglementation est définie en fonction de la dangerosité de la substance et de l’âge du consommateur.

Après des décennies de faillites ruineuses dans la réponse sociale au problème des dépendances, on doit le dire clairement: le prohibitionnisme en matière de drogue et la criminalisation des consommateurs sont une voie sans issue. Plus, ils ont directement contribué à produire le plus important phénomène criminel de tous les temps, qui alimente toutes sortes d’autres trafics. L’argent…

Voir l’article original 1 488 mots de plus

Le Haut Parleur

Unknown-15 000 € de stupéfiants saisis chez les trafiquants de drogue

Le trafic s’était mis en place discrètement depuis plusieurs mois sur un secteur situé sur deux communes limitrophes : Enghien-les-Bains et Montmorency. Quatre trafiquants de cannabis et de cocaïne ont été interpellés début Mars par la police et déférés au parquet de Pontoise en vue d’une comparution devant le tribunal correctionnel.

L’identité de la personne à la tête de ce trafic est parvenu via une information confidentielle livrée auprès des enquêteurs de la sûreté départementale (SD) du Val-d’Oise. La ligne téléphonique du suspect, âgé de 22 ans, a été placée sous surveillance jusqu’à son interpellation en flagrant délit à Montmorency. Les policiers ont également arrêté sur place deux de ses complices présumés : le premier, âgé de 36 ans, habite Montmagny. Le deuxième, également 22 ans, vit à Montmorency.

Suite aux éléments recueillis par les enquêteurs de la SD, l’interpellation d’un quatrième suspect — un homme de 23 ans — a…

Voir l’article original 71 mots de plus

Les aérodromes en France

http://www.aerodromes.fr/

http://www.pilotes-prives.fr/

***

Le Point – Publié le 11/03/2015 à 09:00 – Modifié le 11/03/2015 à 15:21

EXCLUSIF. Contrôles insuffisants, indulgence des banques…, comment les riches font entrer leur cash en France sans alerter les autorités.

Arrivée à La Mole d'un avion. Un 4x4 entre directement sur le tarmac de l'aéroport pour accueillir son chargement et ses passagers. Une scène courante dans l'aviation d'affaires.
Arrivée à La Mole d’un avion. Un 4×4 entre directement sur le tarmac de l’aéroport pour accueillir son chargement et ses passagers. Une scène courante dans l’aviation d’affaires. © DR
Par et

Yachts et avions remplis d’argent, déclarations en douane purement déclaratives, banques désinvoltes… Le Point a enquêté sur la très médiatique affaire « Air Cocaïne », alors que le procès des quatre Français en République dominicaine a été une nouvelle fois suspendu. Partout, à chaque stade des investigations, c’est le monde extrêmement opaque de l’aviation d’affaires qui se révèle un peu plus. Déplacements secrets d’avoirs, blanchiment d’argent, investissements douteux…, la France des riches est une véritable passoire. Révélations.

Dans http://www.lepoint.fr/justice/air-cocaine-la-france-des-riches-une-veritable-passoire-3-11-03-2015-1911861_2386.php

*DNRED: http://fr.wikipedia.org/wiki/Direction_nationale_du_renseignement_et_des_enqu%C3%AAtes_douani%C3%A8res

**TRACFIN: http://www.economie.gouv.fr/tracfin/accueil-tracfin

source: FRANCE: pour les riches, c’est une véritable passoire! Jean Paul Garcia, le boss de la DNRED* comme Jean Baptiste Carpentier, le directeur du TRACFIN** ne peuvent l’ignorer!.

00000000000000000000000000000000

Aviseur International

1153-MarocRifCannabis
Le Maroc se situe toujours comme l’une des plaques tournantes du trafic de cannabis mondial, selon l’Organe international de contrôle des stupéfiants
Cannabis: Le Maroc très compétitif à l’export

Au moment où fumer du cannabis est devenu légal à Washington, un nouveau rapport de l’Organe international de contrôle des stupéfiants s’inquiète de la multiplication des nouvelles drogues.

Sur le cannabis, le Maroc garde son avantage compétitif sur les marchés internationaux. Il est toujours le premier producteur de résine en Afrique et l’un des premiers au monde, «même s’il semble que la production y soit en recul», relève l’Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS), affilié aux Nations unies dans son rapport 2014 publié le 3 mars.
Sur le terrain, les services de la douane et de la police renforcent les contrôles dans de nombreux points. En début de semaine, ils ont fait avorter à Bab Sebta deux opérations et saisi 82 kg de chira (résine de cannabis)…

Voir l’article original 39 mots de plus

Aviseur International

 La plage d'Ostende, sur la côte belge

March 3, 2015 | 8:40 pm

Authorities in Belgium pulled in a massive catch on Saturday after they recovered a ton of cocaine that was spotted floating 15 miles off the Belgian port of Ostend in the North Sea.

A pilot boat that transports personnel to and from ships noticed duffel bags laden with 16 sealed packages containing the drug while conducting maneuvers in the area. Maritime police used a tugboat with a crane to collect the contraband bring it ashore. The investigation has since been handed over to the prosecutor in Bruges.

The loot weighed in at more than 2,100 pounds and has an estimated street value of 50 million euros ($56 million). To evade customs, smugglers have been increasingly tossing illegal goods over the sides of shipping vessels to be retrieved by accomplices trailing behind. This is the third such discovery in recent weeks — 2,650 pounds…

Voir l’article original 130 mots de plus

Le Vatican tente de calmer le jeu avec le Mexique, après la publication d’un courriel du pape qui s’inquiète de la possible « mexicanisation » de son pays d’origine, l’Argentine, sur fond de trafic de drogue. « Le pape n’avait absolument aucune intention d’offenser les sentiments du peuple mexicain, qu’il aime vraiment beaucoup, ou d’ignorer l’engagement du gouvernement mexicain dans la lutte contre le trafic de drogue », indique un communiqué du Saint-Siège, mercredi 25 février.

Le Mexique avait dénoncé une « stigmatisation »

La brouille diplomatique est née avec la publication en ligne d’un échange privé, lundi, sur le site de La Alameda (en espagnol), un groupe argentin de défense des droits de l’homme dirigé par un proche du pape François. « Heureusement, nous sommes encore en mesure d’éviter [en Argentine] la ‘mexicanisation’, écrit le pape à Gustavo Vera. J’ai parlé à des évêques mexicains, c’est une situation terrible. »

lire: http://www.francetvinfo.fr/mexicanisation-de-l-argentine-un-courriel-du-pape-cree-une-brouille-diplomatique_834099.html

*******

LA ALAMEDA

Gustavo Vera y el Papa Gustavo Vera y el Papa en su cuarto en Santa Marta

Compartimos una carta del Papa Francisco recibida ayer sábado 21 de febrero en respuesta a otra que le envió el legislador del Bien Común y candidato a Jefe de Gobierno, Gustavo Vera, en la que le informó el crecimiento sin pausa del narcotráfico y las próximas denuncias de la Alameda.

“Querido hermano:
Gracias por tu correo. Veo tu trabajo incansable a todo vapor. Pido mucho para que Dios te proteja a vos y a los alamedenses. Y ojalá estemos a tiempo de evitar la mexicanización. Estuve hablando con algunos obispos mexicanos y la cosa es de terror.

Mañana me voy, por una semana, a hacer Ejercicios Espirituales con la Curia Romana. Una semana de oración y meditación me hará bien.
Te deseo cosas buenas. Saludos a tu madre. Y, por favor, no te olvides de rezar por mí.

Que Jesús te…

Voir l’article original 9 mots de plus

Christian Patriots

(NaturalNews) Mexico-based drug cartels are using technology to smuggle drugs into the United States, including small drones like one that crashed in a city located along the southwest border in California, authorities said.

As reported by Fox News and other media, police in the Mexican border city of Tijuana, just south of San Diego, crash-landed in the parking lot of a supermarket because it was overloaded with methamphetamine.

« Tijuana police spokesman Jorge Morrua said authorities were alerted after the drone fell Tuesday night near the San Ysidro crossing at Mexico’s border with California, » Fox News reported.

Authorities retrieved six packets of the dangerous addictive drug, weighing, in sum, more than six pounds. The packets were duct-taped to a six-propeller, remotely controlled aircraft.

Not the first drone-related smuggling incident

Morrua noted that Mexican police are looking into where the drone originated from and who might have been controlling it. He added…

Voir l’article original 645 mots de plus

HSBC, née de deux guerres et du trafic de drogue

Au temps des colonies

Pour être sobre, c’est sobre. C’est même le moins qu’on puisse dire devant la présentation lapidaire de l’histoire d’HSBC sur son site institutionnel : « HSBC est ainsi baptisée en référence à sa structure fondatrice, la Hongkong & Shanghai Banking Corporation, établie en 1865 pour financer le commerce florissant entre l’Europe, l’Inde et la Chine ».

Oh, c’est exact. Mais un rien court. Le commerce international est effectivement en pleine bourre à l’époque, facilité par les progrès des transports maritimes et ferroviaires. Un exemple ? Dans toutes les zones contrôlées par l’Empire britannique, première puissance coloniale du monde, partent et arrivent des marchandises qui font fureur un peu partout : textiles, bois rares, épices, sucre, indigo… L’esprit d’entreprise fait merveille ; des fortunes se construisent à vitesse grand V dans ce contexte de boom économique mondialisé – déjà – dont les romans de Jules Verne (« Le tour du monde en 80 jours », en particulier) donnent une petite idée.

Comme il faut bien acheminer ces richesses vers leurs heureux destinataires, plusieurs compagnies de transport maritime luttent alors pour se tailler une place au soleil. Parmi elle, la P&O [1], née en 1837 et initialement spécialisée dans le transport de courrier et les toutes premières croisières de luxe du monde, en Méditerranée. En 1865, la compagnie a suffisamment grandi pour étendre ses activités aux Indes britanniques. Ses navires à vapeur multiplient leurs activités dans tout le nord de l’Océan Indien, entre l’Inde et la Chine en particulier. Au sein du conseil d’administration de P&O, un certain Thomas Sutherland, un Écossais, voit plus grand : il décide d’adosser la compagnie sur un établissement bancaire directement installé à Hongkong : HSBC. Parmi les principaux investisseurs, un certain Thomas Dent. Homme d’affaires multicartes, armateur, banquier.

Oh, et baron de la drogue.

De l’opium pour un Empire

Car c’est un peu ce qu’HSBC oublie avec de préciser – avec infiniment de pudeur – en évoquant ce « commerce florissant » dont elle finance la croissance. Une bonne part des marchandises transportées par la compagnie qu’elle finance sont une drogue dure – l’opium.

Et pas qu’un peu : dans les années 1870, on estime que les cargaisons d’opium représentent 70 % du volume de marchandises qui transitent par Hongkong, territoire britannique où P&O a implanté des docks truffés de drogue jusqu’aux toits.  Et lance des navires armés avec le joyeux soutien de la banque HSBC, précisément créée à cet effet.

Revenons à Thomas Dent. Le cher homme a de l’ancienneté dans le trafic de drogue : il s’échine depuis un bon quart de siècle déjà à écouler l’opium indien en Europe, où elle fait des ravages, mais surtout sur l’un des plus vastes marchés du monde, plus proche encore : la Chine, où on estime que 7 millions d’opiomanes donneraient à peu près n’importe quoi pour s’abrutir dans l’une des fumeries de Shanghai ou d’ailleurs.

China_opium_den.tif

Un activisme qui rendait fou de rage le pouvoir impérial. En 1839, la Chine avait même lancé un mandat d’arrêt contre celui qu’elle considérait ni plus ni moins comme un chef de cartel d’une envergure à faire rougir Pablo Escobar. Le tout alors que l’Empire du Milieu essaie de se débarrasser de l’opium depuis déjà près d’un siècle à l’arrivée des Occidentaux en Asie. Cette drogue dure, qu’on fume pour s’abrutir et qu’on surnomme « tabac d’honneur » a d’abord été l’équivalent de notre cocaïne, une drogue réservée aux happy few capables de se payer leurs doses. La puissance de l’industrie anglaise, en faisant exploser la production de pavot change la donne, et fait passer l’opium du statut de produit élitiste à celui de drogue grand public.

En 1729, 200 caisses d’opium avaient été exportées en Chine. En 1838, 40 000…

Deux guerres en vingt ans

Catastrophique du point de vue de l’Empire chinois, bien décidé à tout faire pour empêcher les Anglais d’écouler l’opium indien sur son territoire. Le hic ? Des personnages comme Thomas Dent savent très défendre leurs intérêts auprès de la couronne britannique – en lui rappelant que les taxes sur ces transports ne peuvent que contribuer à la puissance de l’empire de sa Majesté et en faisant valoir cette fameuse » mission civilisatrice de l’Occident » chère aux colonialistes.

Le résultat ? Deux guerres de l’opium successives (1839-1842 et 1856-1860) entre l’Angleterre (puis d’autres puissances occidentales, France et États-Unis en tête) et la Chine. Et deux défaites de suite pour celle-ci, incapable de résister à la force de frappe des Occidentaux. Déjà contrainte quelques années plus tôt de leur abandonner une série de comptoirs comme Hongkong, elle est contrainte d’autoriser la vente d’opium sur son territoire. Bilan : une Chine humiliée et territorialement réduite, un pouvoir impérial en capilotade, Pékin pillée… Le tout au nom de la liberté du commerce et sans compter les quelques centaines de milliers de vies ruinées par une drogue dont les effets sont comparables à ceux de l’héroïne : sensation d’extase, relaxation intense, insensibilité totale à la douleur… Et dépendance massive.

Bref, un épisode moyennement glorieux de l’histoire coloniale. Mais fort profitable aux quelques hommes d’affaires qui ont la joie de se trouver au bon endroit au bon moment. Le conflit est achevé depuis cinq ans lorsque naît HSBC – pile le bon moment pour tirer les fruits d’un trafic juteux, qui garantit à la banque une croissance particulièrement rapide.

De l’histoire ancienne ? Bof.

Évidemment, on pourra toujours se dire qu’il s’agit d’une vieille histoire et qu’après des décennies d’existence, le lien entre la banque et le trafic de drogue sont depuis longtemps oublié. Bref, que la sixième banque du monde s’est achetée une conduite depuis lurette.

Sauf que non. Avant de faire dans le scandale pour des questions de fraude fiscale, HSBC s’est déjà ramassée une amende record, infligée par la justice américaine en 2012. 1,9 milliard de dollars[2] tout de même. Le motif ? Avoir joyeusement blanchi l’argent des cartels mexicains au travers de ses agences locales. Détail ahurissant : les caisses de cash livrées à la banque par les trafiquants étaient parfois si énormes que certaines agences durent adapter leurs locaux et … élargir leurs fenêtres pour parvenir à les faire passer…

_________

[1] Pour « Peninsular and Oriental Steam Navigation Company »

[2] Soit l’équivalent de… cinq semaines de profits. Pas cher payé, compte tenu du fait qu’aucun responsable n’a fait l’objet de la moindre condamnation.

source: http://blog.francetvinfo.fr/deja-vu/2015/02/10/hsbc-nee-de-deux-guerres-et-du-trafic-de-drogue.html

00000000000000000000000000000000000000000000

Après la réconciliation…

Bernard Cazeneuve, en visite dans le Narco-Etat du Maroc, veut promouvoir l’un de ses hauts dignitaires, monsieur Abdellatif  Hammouchi.

Déjà,  en 2011, la France lui avait attribué le titre de Chevalier de l’ordre de la Légion d’honneur. Elle saura prochainement lui témoigner à nouveau son estime en lui remettant cette fois les insignes d’Officier.

LIRE ou Relire:

Terroristes et trafiquants passent une alliance impie

extrait – Les groupes terroristes disposent de deux sources principales de financement, explique le président de la CMAIS Mountacir Zian à Magharebia : le trafic de drogues et les enlèvements avec demande de rançons.

MAROC: l’une des richesses du roi, c’est le commerce international de la drogue (Narcotrafic).

extrait – Concernant votre question sur les revenues du roi émanant directement de la drogue, il est logique, puisque que le produit de la drogue de cannabis extraite des plantes cultivées dans des champs sont une propriété propre du roi et par suite on n’a pas besoin d’un intelligence surnaturelle pour confirmer que l’une des richesse du roi est le commerce international de la drogue.

MAROC – Narcotrafic: complicité de l’armée marocaine avec le narcotrafic dénoncé dans un nouveau livre

extrait – Peu de pressions internationales

Tant tous les cas, ces sommes doivent profiter à beaucoup de patrons, banquiers, policiers, douaniers, hommes politiques au Maroc, c’est sans doute la principale ressource du pays après les devises des travailleurs immigrés. Dans un pays pauvre et corrompu, le marzen n’a pas de peine à se développer. Mais pour des volumes et des sommes pareilles, il faut aussi des complicités en Europe. Comment ce petit pays pourrait-il tenir tête à ses puissants voisins ? Pourtant, Mohamed VI est courtisé par tous les dirigeants européens alors que son pays nous pompe chaque année des milliards d’euros hors taxes.

°°°°°°°°°°°°°°

La France s'apprête à décorer le patron du contre-espionnage marocain, accusé de torture

Par LEXPRESS.fr avec AFP, publié le 15/02/2015 à  17:31
Le ministre de l’Intérieur français Bernard Cazeneuve a annoncé qu’il remettrait les insignes d’officier à Abdellatif Hammouchi, patron du contre-espionnage marocain, visé en France par une plainte pour torture. Un « scandale » pour le président de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme.

SUISSE (Genève): Shimon Yelinek, homme d’affaires (trafiquant d’armes, de diamants et de drogue, participant au financement du terrorisme) client de HSBC

Publié: 15 février 2015 dans 1 - Revue de presse - Journaux télévisés - Videos, 36, 4 - REGALIENNES, Cocaïne, Défense, DCRI, DGSI, DNRED, Douane, Gendarmerie, Informations générales, INTERPOL, Justice, Narcotrafic, OCRTIS, Police, Secret défense, Services de renseignement, TRACFIN
Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

https://i2.wp.com/www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/dpsd/service-de-renseignement/1421754-1-fre-FR/service-de-renseignement.jpg

Comme d’habitude, les « grands services français » ne savaient pas…ou ne voulaient pas savoir!

Aviseur International

Shimon Yelinek, criminel polyvalent mais pour HSBC, un client sans histoire

Fiche de police sur Shimon Yelinek

image: http://s1.lemde.fr/image/2015/02/14/768×0/4576774_6_14f1_fiche-de-police-sur-shimon-yelinek_b8b7b94d5a0d1c2227d0d0d74d3c819e.jpg

Shimon Yelinek est un homme d’affaire Israélien basé au Panama. Derrière ce masque anodin se cache en vérité l’un des criminels les plus polyvalents que l’on trouve parmi les clients de HSBC à Genève : trafiquant d’armes, de diamants et de drogue, il a aussi participé au financement du terrorisme.

Son plus grand fait d’arme ? L’opération Otterloo. Fin 2001, un chargement de 3 117 kalachnikovs et 5 millions de cartouches quitte le navire Otterloo, dans le port de Turbo, en Colombie. Achetées à l’armée du Nicaragua, les armes étaient destinées en théorie à la police du Panama. Yelinek s’arrange en fait pour les livrer aux Autodéfenses Unies de Colombie (AUC), un groupe paramilitaire d’extrême droite.

Lire aussi : SwissLeaks : qui sont les millionnaires africains de HSBC ?

Ses compétences et son réseau de…

Voir l’article original 906 mots de plus

Capture (1)Le livre de Gerald Posner  » God’s Bankers: A History of Money and Power at the Vatican (banquiers de Dieu: Une histoire d’argent et de pouvoir au Vatican) relate le côté secret de la Banque du Vatican, l’institution financière totalement indépendante de l’Église catholique. Une partie de cette histoire évoque la façon dont la banque est devenue un refuge pour le butin des gangsters, des hommes de la mafia et les blanchisseurs d’argent, indique Posner dans une interview mardi au Huffington Post.

La Banque duVatican a fait appel aux gangsters, expliquePosner, car elle n’était absolument pas surveillée par les autorités italiennes grâce au statut de nation de la Cité duVatican. Une fois que la mafia a réalisé qu’elle pouvait cacher son argent là bas, des personnages suspects aux poches bien remplies ont transformé la Banque duVatican en « l’une des plus grandes banques pour les blanchisseurs d’argent et les truands », a déclaréPosner.La connaissance de ce système n’a pas atteint le sommet de la hiérarchie de l’église, cependant, Posner indique que la corruption provenait de la banque.

« La Banque du Vatican a été utilisée par des gangsters à la fois en Amérique et en Italie en tant que référentiel pour certains de ses comptes – à l’insu des papes à l’époque, je suis convaincu de cela. Peut-être même que le chef de la Banque du Vatican n’était pas au courant (Ndt: un peu difficile à croire). Les contrôles étaient tellement négligents à l’époque, que les gangsters en profitaient « a-t-il dit.

Mais il semble que l’église fait un effort pour faire le ménage dans la banque. Posner a dit que plus de 200 comptes « louches » ont été fermés l’année dernière, et plusieurs années auparavant la banque a clôturé un compte clandestin qui appartenait à Giulio Andreotti, sept fois Premier ministre italien.

« Il avait un compte à la Banque du Vatican, cosigné par un monseigneur, à travers lequel une caisse noire de 60 millions de dollars transitaient vers des amis, bienfaiteurs politiques et autres, donc c’était un endroit idéal non seulement pour les truands, mais aussi pour les  politiciens les plus  puissants en Italie », dit Posner.

http://embed.live.huffingtonpost.com/HPLEmbedPlayer/?segmentId=54c94cc6fe34447dea00041c&autoPlay=false

Lien connexe:

Vatican Bank may be too corrupt for Pope Francis to save: Posner

Sources:

Huffington Post

http://philippehua.com/2015/02/14/lhistoire-secrete-du-blanchiment-dargent-des-mafieux-par-la-banque-du-vatican/

 

00000000000000000000000000000000000000


%d blogueurs aiment cette page :