Archives de la catégorie ‘Les élus’

Blanchi dans son affaire de prise illégale d'intérêts, Aquilino Morelle, l'ex-conseiller du président, contre-attaque et dénonce «des dérives plus graves» que les siennes.

L’ex-conseiller de François Hollande, Aquilino Morelle, contre-attaque dans les colonnes du Parisien. L’ancien collaborateur du président, contraint à la démission, dénonce des dérives plus graves que les siennes.

Dans une interview accordée au quotidien Le Parisien, l’ex-conseiller de François Hollande sort les griffes et répond aux critiques. Soupçonné de prise illégale d’intérêts avec des laboratoires pharmaceutiques, et d’avoir eu des écarts de comportement, Aquilino Morelle est contraint à la démission le 18 avril 2014.
.
Près d’un an après les faits, le haut fonctionnaire dénonce dans Le Parisien une « calomnie visant à le contraindre à quitter ses fonctions ». Une affaire qui pour lui est « un dossier vide et un lynchage médiatique organisé ». Interrogé sur la possible implication de François Hollande dans la couverture de l’implication, Morelle a dit ne pas y croire tout en ne négligeant pas toute « part d’ombre ». Il dénonce par ailleurs « la bassesse et l’ignorance » de ceux qui l’ont attaqué..

De quoi était-il accusé ?

Le 18 avril 2014, Aquilino Morelle est visé par une enquête préliminaire pour ses liens passés avec des laboratoires pharmaceutiques. Alors conseiller politique du président de la République, il est accusé d’avoir été rémunéré 12.500 euros en 2007 par un laboratoire danois, Lundbeck, alors qu’il travaillait à l’Inspection générale des affaires sociales (Igas). Des faits qui, s’ils avaient été caractérisés, auraient pu relever du délit de prise illégale d’intérêt, et passible de deux ans de prison et 30.000 euros d’amende.

Peu après, le train de vie particulier du conseiller est mis au grand jour. Morelle a fait venir à l’Elysée un cireur de chaussures pour lustrer ses souliers de luxe alignés en ordre de bataille dans une salle réservée à cet effet. L’affaire fait alors scandale dans la classe politique.
.

Qui est Aquilino Morelle ?

Médecin de formation, il est notamment l’auteur du fameux discours du Bourget qui avait relancé la campagne présidentielle de François Hollande. Ancien directeur de campagne d’Arnaud Montebourg, lors de la primaire socialiste de 2011, il a été auparavant la plume de Lionel Jospin à Matignon..

Plusieurs fois candidat, il n’a jamais été élu : candidat PS dans la ville de Nontron en Dordogne (2001) ; candidat PS aux législatives dans la Seine-Maritime (2007). En 2012, il a été chargé du projet présidentiel, au côté de Michel Sapin, dans l’équipe de campagne de François Hollande. Membre du conseil national du PS, il a notamment écrit « Enquête sur le Mediator ».

source: http://lci.tf1.fr/politique/aquilino-morelle-regle-ses-comptes-8576051.html

000000000000000000000000000000000000000

Le nucléaire ou la bougie ! C’est avec cette boutade éculée que les contempteurs de l’énergie nucléaire prétendent envoyer dans les cordes ceux qui ouvrent les yeux sur cette horreur catastrophique, dangereuse, doublée d’un gouffre financier qu’est l’industrie nucléaire.

Fessenheim, la très ancienne et très controversée centrale alsacienne à l’arrêt pour une énième fois. Et surtout le premier groupe nucléaire français et mondial, Areva, « fleuron » de notre industrie nucléaire qui avoue être au bord de la faillite avec une perte abyssale de 4,9 milliards d’euros.

Brillants nos nucléocrates ! Surtout avec nos sous qu’ils balancent allègrement par les fenêtres… Parce qu’Areva est une entreprise dans laquelle l’État français est actionnaire à 87% et devra donc contribuer à son sauvetage financier. Ceci en pleine période d’austérité. On va donc piquer dans la poche des contribuables – contribuable mais aussi citoyens en majorité critiques vis-à-vis de l’industrie nucléaire – des milliards pour sauver une industrie passéiste, mortifère, gérée de manière aussi irresponsable qu’incompétente par une caste (le corps des Mines, Polytechnique).

Comment en est-on arrivé là ?

D’abord, il y a l’EPR. Ce réacteur « nouvelle génération » s’avère catastrophique. Son coût a quasi triplé, passant de 3 milliards à très de 9 milliards et ce n’est pas fini. Il n’est pas au point techniquement, comme le prouve les innombrables retards dus à des éléments de constructions défectueux à refaire, à des défauts de sûreté suite au nouveau cahier des charges tenant compte de la catastrophe de Fukushima, etc. Ce qui se passe à Flamanville, en Normandie, se passe aussi, en pire, sur le chantier de l’EPR en construction à Olkiluoto, en Finlande. Innombrables arrêts de construction, retards à répétition, magouilles dus à des entreprises de sous-traitance plus que douteuses qui sévissent aussi à Flamanville. Ce seul chantier finlandais a déjà généré une perte de 3,9 milliards d’euros et son coût est passé de 3 à 8,5 milliards d’euros. Et qui croyez-vous qui va payer la différence. Les Finlandais ? Tè ! Fumes… Ce sont les contribuables français puisque ce chantier est assuré par la COFACE.

Et puis il y a le scandale UraMin – du nom d’une société canadienne dont le siège est dans des paradis fiscaux des Caraïbes – qui a vendu aux « grosses têtes » d’Areva rien d’autre que du vent ! Le secteur minier étant le plus rentable, Areva s’est lancé dans une politique d’achat de sites uranifères partout dans le monde. C’est ainsi qu’elle s’est faite somptueusement enflée par une bande d’aigrefins, parmi lesquels apparaissent des noms bien connus en France… Areva a ainsi acheté pour 2,5 milliards de dollars, en 2007, à UraMin des sites soi-disant uranifères à Bakouma (République centre africaine), Trakkopje (Namibie) et Ryst Kuil (Afrique du Sud). On peut raisonnablement s’interroger sur le bien fondé de ces achats effectués sans que la compagnie, référence mondiale en la matière, n’ait mené quelque expertise que ce soit sur la valeur exploitable de ces sites, se fiant aveuglément aux documents fournis par le « cabinet d’experts » anglo-saxon SRK payé…par les vendeurs ! Or, tout était archi-faux, tant au plan des teneurs uranifères des minerais que des qualités du produit et des conditions d’exploitation. La teneur uranifère de ces « mines d’uranium » est moindre, parait-il, que les délaissés des anciennes mines uranifères du Limousin et de Lozère ! Du bidon ! Que du bidon !

Areva : « plus kon que moi, tu meurs ! »

Le plus scandaleux, c’est que tous les responsables qui suivent la gestion d’Areva savaient depuis longtemps qu’UraMin vendait des sites inexploitables. Le ministère des finances, le ministère des affaires étrangères, le CEA (premier actionnaire d’Areva) et même les barbouzes de la DCRI ont été avertis, par des filières plus ou moins discrètes, de la réalité sur ces sites. Mais rien n’y a fait. Pourquoi ? Qui avait intérêt à cette opération et à cette omerta ? Où sont passés les milliards ? Combien se sont-ils « évaporés », et dans quelles poches ? Qui lo sa ?

Résultats : des milliards d’argent public gaspillés en pure perte et probablement des milliers de travailleurs de la filière nucléaire au chomdu.

Ne serait-il pas temps, au vu de ce fiasco, de remettre au pas le trop puissant lobby des nucléocrates et d’arrêter les frais en ayant le courage d’abandonner le chantier EPR pour mettre enfin le pognon et les compétences nécessaires dans la tant espérée arlésienne qu’est la « transition énergétique » ?

Et qu’a trouvé notre grand stratège national ? Il va « rapprocher » Areva d’EDF. Ben voyons, comme ça il suffira d’augmenter les tarifs d’électricité et le « bonkon » renflouera Areva sans s’en apercevoir…

VICTOR
VICTORGaulois sans filtre,  homme des tavernes et de bonne volupté, épicurien convaincu nourri à la tétée d’octobre.
Accessoirement reporter de guerre au Viet-Nam, cuisinier à Bangkok, hippy à Goa, bûcheron dans les Pyrénées, plongeur sous-marin à Marseille, acheteur de peaux en Turquie, de pierres précieuses en Afghanistan, directeur de presse en Provence, etc.
Surtout fainéant robuste…

Sources :

http://www.mediapart.fr/journal/economie/220611/uramin-lautre-dossier-quareva-voudrait-oublier?page_article=2

http://sortirdunucleaire.org/Pertes-record-chez-Areva-ni-les-contribuables-ni

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/areva-plus-kon-que-moi-tumeur-164549

***

Sur le même thème

Uramin : le lent poison nucléaire ?
Areva, dossier explosif pour la filière nucléaire
La poche trouée d’AREVA
L’EPR de Flamanville et l’avenir du nucléaire en France et dans le monde
Ségolène Royal envisage… 35 réacteurs nucléaires à construire !

0000000000000000000000000000000000000000

Pourquoi les juges demandent la levée de l’immunité parlementaire de Patrick Balkany ?

Le 18 mars, le bureau de l’Assemblée nationale devra se prononcer sur la demande de levée de l’immunité du député UMP des Hauts-de-Seine, Patrick Balkany, formulée par des magistrats du pôle financier. Le Monde a pris connaissance du document de neuf pages, daté du 11 février, rédigé par les juges Renaud Van Ruymbeke et Patricia Simon et adressé au parquet financier, à la chancellerie puis à l’Assemblée nationale. Ils y exposent dans le détail les soupçons qui pèsent sur le patrimoine des époux Balkany et qui les ont conduits à mettre en examen Mme Balkany le 22 mai 2014 pour blanchiment de fraude fiscale et M. Balkany le 21 octobre 2014 pour corruption passive, blanchiment de corruption et blanchiment de fraude fiscale.
°°°
La  Villa Pamplemousse, la propriété que le maire de Levallois possède sur l’île de Saint-Martin à Terres-Basses
villa avec piscine
villa avec piscine 3
https://i0.wp.com/ripostelaique.com/wp-content/uploads/2013/11/villa-avec-piscine-2.jpg
***
Le Riad Dar Gyucy à Marrakech.
Le moulin de Cossy à… Giverny.
La vie très discrète des Balkany à Giverny
————
————————–
LIRE AUSSI
000000000000000000000000000000000000

Manuel Valls se trouvait mardi à Strasbourg, pour un déplacement consacré à l’islam de France et à sa réforme, lancée la semaine dernière par le gouvernement.

 

Le Premier ministre a insisté sur la formation des imams et du financement des mosquées.

Le défi est « historique », selon Manuel Valls. Le Premier ministre était mardi 3 mars en déplacement à Strasbourg, pour parler de la réforme de l’islam de France, lancée par son gouvernement la semaine dernière. Il a mis en avant deux grands axes d’action : la formation des imams et le financement des mosquées.

« Je souhaite agir, nous souhaitons agir (…) Et nous souhaitons que tout le monde, vous les premiers, voie la profondeur des problèmes qu’il faut aujourd’hui traiter », a déclaré le Premier ministre lors d’une rencontre avec des responsables musulmans à la Grande mosquée de Strasbourg. Manuel Valls a dit vouloir s’attaquer à « tout ce qui retarde un islam de France ».

LIRE sur https://streettelevirtuelle.wordpress.com/2015/03/05/societe-valls-mise-sur-la-formation-des-imams-pour-un-islam-de-france/

000000000000000000000000000000000000000000

Image: http://stripsjournal.canalblog.com/tag/corruption/p10-0.html

Prises illégales d’intérêts, blanchiment, détournement, évasion fiscale, conflits d’intérêts sans nombre, attribution de marchés publics honteusement biaisée, la Françafrique

La France est sur le point d’atteindre le dernier degré de la corruption ; les sommes volées, détournées, captées par la corruption sous l’œil complaisant, voire bienveillant, du pouvoir politique et administratif jusqu’au niveau des procureurs, s’élèvent à 600 milliards d’euros, soit 1/3 du budget français.

Les ventes d’armes représentent une partie importante de cette corruption ; ventes d’armes à des individus peu regardants et dont nous ne savons rien ou si peu et qui peuvent, à tout moment, se retourner contre la France ; le « Secret défense » invoqué à chaque fois qu’il est question de mener une enquête sur le versement de rétro-commissions n’a alors qu’un but : décourager quiconque de poursuivre les investigations.
Une telle accumulation, une telle gravité ! Arrogance et impunité selon le principe « Si je ne m’enrichis pas, vous ne serez pas moins pauvres pour autant ! », il est bien question d’une corruption à haute intensité : du jamais vu ! A titre d’exemple : près de 12 enquêtes en cours sur la seule personne de Nicolas Sarkozy, tour à tour maire de Neuilly-sur-Seine, député des Hauts-de-Seine, ministre du Budget, porte-parole du gouvernement, ministre de la Communication, ministre de l’Intérieur, ministre de l’Économie et des Finances, président du conseil général des Hauts-de-Seine et l’Union pour un mouvement populaire (UMP), Président de la République en 2007 ; enquêtes à propos de délits qui s’élèvent à plusieurs milliards d’euros.

Quant à la loi de 2013 sur la corruption et la fraude fiscale, la Présidence PS et le gouvernement du même nom, ont refusé de faire sauter le verrou de Bercy : en droit français, pour pouvoir poursuivre un contribuable qui a délibérément dissimulé une partie de ses revenus ou de son patrimoine pour se soustraire à l’impôt, la justice doit obtenir le feu vert de l’administration fiscale.

PS – UMP : « Je te tiens, tu me tiens par la barbichette ! »… alternativement et respectivement, à toutes fins utiles… jusqu’à se neutraliser l’un l’autre.

Serge ULESKI Serge ULESKI

son blog littérature et écriture : http://sergeuleski.blogs.nouvelobs.com

 

source/ http://www.agoravox.fr/auteur/serge-uleski-17867

———————————

000000000000000000000

Défilé du SEA le 14 juillet 2012Pourquoi ne pas supprimer aussi le 14 juillet?

Maxime Tandonnet - Mon blog personnel

images (2)Les socialistes ont décidé, par amendement parlementaire, dans le cadre de la loi Macron, de rendre possible le remplacement des jours fériés chrétiens dans les départements d’Outre-Mer par des jours fériés correspondant  aux autres religion. Celà concernera Noël, Pâques, l’Ascension… Cette décision ne me surprend pas particulièrement. Elle correspond à un état d’esprit qui consiste à fuir la réalité – 5,5 millions de chômeurs, la violence, les banlieues, etc. – par une plongée dans l’idéologie, notamment antichrétienne, à l’instar des conventionnels de 1792-1794 qui abolirent le calendrier grégorien, brûlaient les  églises et tuaient les prêtres et les soeurs.  Cette décision est particulièrement malvenue à un moment où les chrétiens sont massacrés, suppliciés, réduits à l’esclavage et exterminés dans plusieurs régions du monde. Elle est regrettable dans un pays rongé par le communautarisme. Si les jours fériés ne sont plus les mêmes pour tout le monde, c’est une référence, un repère…

Voir l’article original 207 mots de plus

https://i1.wp.com/www.lefigaro.fr/assets/infographie/print/proche_orient_chretiens.png

***

« L’histoire retiendra les noms des dirigeants occidentaux qui n’ont pas bougé le petit doigt face à ce génocide. Le silence de la classe politique et intellectuelle française et européenne à ce sujet est une abomination.« 

Maxime Tandonnet - Mon blog personnel

13.01-jean-d-ormesson-1280x640Ce matin, sur Europe 1, Jean d’Ormesson a dénoncé le génocide des chrétiens d’orient par le Daesh, ou Etat islamique d’Irak et de Syrie, à la suite de l’enlèvement de 100 chrétiens d’un village. Il faut s’attendre à leur massacre dans les jours à venir, femmes et enfants inclus, dans des conditions d’une atrocité inouïe. Ce génocide, comme tous les grands génocides de l’histoire, se déroule dans la passivité et la lâcheté de la communauté internationale, peut-être même la satisfaction secrète de ceux qui cultivent la haine des chrétiens. L’histoire retiendra les noms des dirigeants occidentaux qui n’ont pas bougé le petit doigt face à ce génocide. Le silence de la classe politique et intellectuelle française et européenne à ce sujet est une abomination. Il faut qu’un écrivain nonagénaire prenne la parole pour tenter de remuer les esprit. Ce qui se passe est dans l’ordre du crime contre l’humanité.  Est-ce…

Voir l’article original 114 mots de plus

« Hollande et toute la classe politique dehors, Place à la VI éme république »

Thierry Borne et Xavier Kemlin ont roulé toute la journée a bord de leur camion flanqué du slogan « Hollande et toute la classe politique dehors, Place à la VI éme république » pour arriver à Paris en début de soirée.
Durant leur trajet ils ont été suivit par les forces de l’ ordre.
Après nouveau contrôle porte de Brancion à Paris, le véhicule sera parqué pour la nuit aux abords de la porte de Versailles.
Ils tenteront de rouler sur le périphérique demain durant la journée en attendant un rendez vous avec la présidence de la république.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

En d’autres temps, lors du « Narco Tour » de Marc Fievet (aka NS 55 DNRED), les forces de l’ordre, une fois encore s’étaient employées à dégager ce véhicule qui pouvait importuner le président de la République qui n’était autre que Nicolas Sarkozy.

et la suite

0000000000000000000000000000

Un général français dénonce la manipulation dans l’affaire des attentats de Paris

Dans une lettre adressée à un officier musulman, le général français Henri Poncet s’élève contre les opérations de manipulation des émotions suscitées par les attentats contre le journal satirique Charlie Hebdo. Publiée par un site web, la lettre de cet officier supérieur confirme tout ce qui se dit sur la grosse machine propagandiste anti-musulmans et anti-immigration qui s’est mise en branle depuis ces attentats meurtriers.

Rentrant des États-Unis quelques jours après les actions terroristes qui ont frappé la France, le général Poncet se joint ainsi à ces voix dissonantes qui dénoncent l’hypocrisie d’une classe politique en panne d’idées. « Je comprends ton malaise, car je me rappelle ton regard inquiet alors que, jeune sous-officier, tu venais d’être affecté à mon état-major et que, dans le cadre du petit tour que j’aimais faire régulièrement, j’étais entré à l’improviste dans ton bureau. Tu avais tout de suite vu que j’avais remarqué ton tapis de prière plié dans un coin. ‘Pratiquant ?’ t’avais-je demandé. Tu m’avais répondu par l’affirmative et j’avais vu ton soulagement quand j’avais ajouté : ‘Soldat français et musulman, pas de problème’ », a souligné cet officier supérieur de l’armée française.

Il poursuit dans sa lettre au capitaine Djamel : « Tu me dis également que tu t’es refusé de participer à un quelconque rassemblement. Je le comprends. L’élan émotionnel et spontané a été récupéré pour initier une opération de manipulation des foules qui a engendré ces manifestations de très grande ampleur. Je te rassure, si j’avais été en France, je m’en serais également abstenu ».

Cet ancien commandant des opérations spéciales ira plus loin en affirmant que « la liberté d’expression n’excuse pas tout et ne justifie en rien le droit à la caricature outrancière que j’assimile à l’insulte la plus méprisable ». Pour le général Henri Poncet, les caricatures de Charlie Hebdo ne sont donc pas de l’art. Elles ne cadrent pas non plus avec les valeurs républicaines ni avec le principe de la liberté d’expression et d’opinion. Il considère que la forte émotion suscitée par ces attentats a été utilisée par certains politiciens français au nom de la laïcité pour attiser leur haine du musulman.

« Gageons qu’avoir porté ces caricatures en valeur républicaine et en symbole de liberté, d’avoir voulu leur donner une caution nationale, va nous entraîner à chercher à marier la carpe et le lapin », avertit-il, rappelant ainsi ce qu’a écrit Albert Camus dans L’Homme révolté : « La liberté absolue raille la justice. La justice absolue nie la liberté. Pour être fécondes, les deux notions doivent trouver l’une dans l’autre leurs limites ».

Et toujours dans L’Homme révolté, il évoque cette limite en se référant aux Grecs et à « Némésis, déesse de la mesure, fatale aux démesurés ». Cet officier supérieur, révolté, estime que « c’est tout un pan de nos opérations psychologiques qui vient de s’écrouler. J’espère que nos autorités ne vont pas oublier que la liberté d’expression se décline aussi avec la responsabilité ». « Mais la classe politique, toutes catégories confondues, a voulu cacher son incurie et son incapacité à exercer les fonctions régaliennes de l’État depuis près de vingt ans », dénonce-t-il.

Il regrette qu’en se serrant les coudes, cette classe politique « ait joué à fond sur l’émotionnel pour ne pas se retrouver en position d’accusé par le peuple ». Il appelle ainsi le capitaine Djamel à ne pas baisser les yeux parce qu’il est musulman et à être fier de son armée. « De ton armée, Djamel, tu as le droit d’être fier, fier de toi-même, de tes frères d’armes. Tu peux regarder le drapeau de ton régiment sans baisser les yeux. Tu as droit au respect de tes concitoyens, de ton pays, de ton commandant en chef, parce que tu te bats pour la liberté, l’égalité et la fraternité », a conclu le général Henri Poncet.

Une lettre magistrale qui risque de soulever des vagues médiatiques dans l’Hexagone, plus particulièrement dans les milieux politico-médiatiques de Paris.

Rafik Meddour

Source : algeriepatriotique.com

Via http://www.cercledesvolontaires.fr/2015/02/16/un-general-francais-denonce-la-manipulation-dans-laffaire-des-attentats-de-paris-algerie-patriotique/

source:http://reseauinternational.net/un-general-francais-denonce-la-manipulation-dans-laffaire-des-attentats-de-paris/

* http://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Poncet

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000

Xamxam Islam

Un parti musulman qui compte revenir sur l’interdiction du port du voile à l’école va présenter plusieurs candidats aux élections départementales de mars prochain en France, a-t-on appris jeudi de sources concordantes. L’Union des démocrates musulmans de France (UDMF) veut aussi promouvoir la finance islamique.

L’UDMF est dirigée par Najib Azergui, qui dit s’inspirer de l’exemple du parti chrétien-démocrate (centre-droit) de l’ex-ministre Christine Boutin. Ce parti entend notamment promouvoir la finance islamique, conçue comme une alternative «éthique» à la finance traditionnelle et un moyen d’enrayer de futures crises. La finance islamique proscrit les intérêts. Il se dit favorable au droit de vote aux élections locales pour les étrangers et veut revenir sur l’interdiction du port du voile à l’école.

Enseignement de la langue arabe

Estimant que certains «épisodes tragiques» (Algérie, colonisation, etc.) de l’histoire de France sont «passés sous silence» dans les programmes scolaires, il milite pour leur enseignement ainsi…

Voir l’article original 191 mots de plus

PORTRAIT

L’ancien président de l’UMP a été mis en examen ce mardi…

UMP: Jean-François Copé, l’ambitieux qui s’est brûlé les ailes

Nadia et Jean-François Copé lors de la "fête de la violette" à La Ferte-Imbault dans le centre de la France, le 6 juillet 2013 Nadia et Jean-François Copé lors de la « fête de la violette » à La Ferte-Imbault dans le centre de la France, le 6 juillet 2013 – Alain Jocard AFP  20 Minutes avec AFP

Jean-François Copé, mis en examen ce mardi pour «abus de confiance» dans l’affaire des pénalités de Nicolas Sarkozy, a vu ses ambitions élyséennes se fracasser après s’être brûlé les ailes à la tête de l’UMP, dont il a été chassé au printemps dernier.

«En 2017, la présidentielle se jouera entre Manuel Valls et moi!», confiait il y a quelques années celui qui a coché, en fidèle chiraquien, la plupart des cases du parcours politique classique: maire d’une grande ville, député, plusieurs fois ministre de 2002 à 2007 (Relations avec le Parlement, Ministère délégué à l’Intérieur, Budget), président du groupe UMP à l’Assemblée et chef du premier parti de France.

Depuis toujours, cet ambitieux assumé, 50 ans, consacre chaque seconde à son objectif clairement affiché: Conquérir l’Elysée.
Objectif Elysée

S’il a toujours entretenu avec Nicolas Sarkozy une relation complexe, passée, dit-il, par «toutes les couleurs de l’arc-en-ciel», il partage avec lui le même rêve d’enfant, la même obsession: devenir président de la République. En se mariant, en 1991, ne lance-t-il pas à des invités interloqués: «Vous avez de la chance, vous venez d’assister au mariage du futur président» ?

A la surprise générale, il convainc, à l’automne 2010, Nicolas Sarkozy de lui confier les clefs de l’UMP. Du donnant-donnant. En retour, il mène sa campagne à «1.000%» en 2012. «Il a fait le job», reconnaît son ancien ennemi numéro un Xavier Bertrand.

«Petit Français de sang mêlé» lui aussi, (aïeux juifs roumains côté paternel, famille maternelle séfarade débarquée d’Algérie) Copé a retenu le premier conseil donné par Sarkozy: «en politique, on ne te donnera jamais rien ! Il ne faut pas demander, il faut prendre !»

Un précepte que «JFC» applique à la lettre en conquérant à la hussarde, en 1995, la ville de Meaux. De culot il ne manque pas non plus pour s’imposer, à la tête des députés UMP (2007-2010), «placard à balais» où Sarkozy a espéré le neutraliser, comme un personnage clé de la droite.
Victoire à la Pyrrhus

Après la défaite de 2012, il n’oublie pas cet autre conseil sarkozyen: «En politique, ce qui compte, ce ne sont pas les mandats, c’est le parti». Il se lance dans un duel sanglant avec François Fillon et s’empare de la présidence de l’UMP au terme d’une élection contestée par l’ex-Premier ministre, qui se dit «volé».

Cette victoire à la Pyrrhus, «c’est son péché originel», dit un ténor UMP. Il n’a jamais été considéré comme le chef légitime.

Mais il voulait coûte que coûte contrôler «le magot» du parti. Son talon d’Achille, «c’est son goût pour l’argent», dénoncent ses détracteurs, pas étonnés de voir son nom mêlé à l’affaire Bygmalion.

«Clanique» pour ses ennemis, il est apprécié pour sa «fidélité sans faille en amitié» par ses proches. «Il est souvent jugé cassant mais c’est un pudique et un grand affectif», assure son ami Christian Jacob.

Né à Boulogne-Billancourt le 5 mai 1964, Copé grandit dans les beaux quartiers de Paris. Lycée Victor-Duruy, Sciences-Po puis l’Ena… Lui qui, à 7 ans, affiche fièrement une photo du gouvernement Pompidou au-dessus de son lit, adhère tout naturellement au RPR.

Diète médiatique

En 1995, il reste fidèle jusqu’au bout à Chirac. Dans la foulée de la présidentielle, ce suppléant de Guy Drut devient député de Seine-et-Marne mais est fauché deux ans plus tard par la fameuse dissolution. Sa dernière défaite jusqu’à sa démission forcée de la présidence de l’UMP.

S’il a longtemps fait mentir le titre d’un de ses livres «Promis, j’arrête la langue de bois», Copé se lance à l’UMP dans les formules choc, comme le «pain au chocolat» ou le «racisme anti-Blancs», en néo-converti à la droite «décomplexée».

Remarié en 2011 avec Nadia, qui l’accompagne partout sur le terrain, il est père de quatre enfants. Depuis son éviction de l’UMP, Jean-François Copé a réactivé son club Génération France mais s’astreint à une diète médiatique: un effort surhumain pour ce boulimique de plateaux télévisés.

source: http://www.20minutes.fr/politique/1532531-20150203-ump-jean-francois-cope-ambitieux-brule-ailes

00000000000000000000000000000000000

FRANCE-NARCOTRAFIC: plus la répression est efficace, plus les prix grimpent – et plus les trafiquants s’en mettent plein les poches.

Publié: 1 février 2015 dans 1 - Revue de presse - Journaux télévisés - Videos, 3 - POLITIQUE, 36, 4 - REGALIENNES, Administration pénitentiaire, Cannabis, Cocaïne, Défense, DCRI, DGSI, DNRED, Douane, Education nationale, Gendarmerie, Héroïne, Informations générales, INTERPOL, Justice, Les élus, Les Menteurs, Les tartuffes, mafia, Narcotrafic, OCGRDF, OCRTIS, Paris, Police, Réflexions, Secret défense, Services de renseignement, Terrorisme, TRACFIN
Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Aviseur International

31 janvier 2015, par G.Moréas

Cocaïne, fric et flics

L’arrestation ces derniers jours de policiers de la PAF, mis en cause dans un trafic qu’ils sont censés surveiller ; la disparition d’une cinquantaine de kilos de cocaïne dans la salle des scellés de la brigade des stups du quai des Orfèvres, autant d’affaires récentes qui plombent la police. Une seule raison : le fric. En octobre dernier, c’était un ancien chef d’Interpol qui était mis sous les verrous en Équateur, et l’on se souvient des nombreuses arrestations parmi les autorités de l’aéroport de la station balnéaire de Punta Cana, en République Dominicaine, après la découverte de 682 kg de cette drogue dans un Falcon 50 français, en mars 2014.

http://moreas.blog.lemonde.fr/files/2015/01/Narcops.jpg

Le trafic de stupéfiants, et notamment celui de la cocaïne, génère de tels bénéfices que tous les intermédiaires s’enrichissent… en une traînée de poudre – du moins s’ils ne vont pas…

Voir l’article original 1 359 mots de plus

histoireetsociete

Je vais être très méchante et pourtant croyez-moi ce n’est pas dénué de tendresse : Charlie Hebdo c’est toute la dérive de la direction du PCF, de Mélenchon… une incapacité à être autre chose que des petits bourgeois…je les vois sans illusions et en même temps ce sont aussi les miens, y compris le fait que de nombreux enseignants pleins de bonne volonté partagent leur cécité.

Partant de l’essentiel, du fait brutal, à savoir que les assassins sont des fascistes qui tuent pour une caricature et dont toutes les victimes sont des innocents de l’oppression réelle au Moyen Orient, ils croient devenir les héros d’un combat qui lui aussi atteint ceux qui ne l’ont pas mérité…et sert l’extrême-droite et les impérialistes. Ce n’est pas une erreur liée simplement à l’événement c’est devenu un trait structurel de l’incapacité à comprendre la réalité, l’opportunisme…
Il n’y a pas sous couvert de défense…

Voir l’article original 414 mots de plus

Christiane Taubira, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve, le trio ministériel qui a entouré François Hollande. A l’Elysée, jeudi 8 janvier.

 

Christiane Taubira, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve, le trio ministériel qui a entouré François Hollande. A l’Elysée, jeudi 8 janvier. | Vincent Isore/IP3 pour « Le Monde »

Faut-il renforcer l’arsenal législatif français en matière de lutte contre le terrorisme ? La question a été posée vendredi 9 janvier avant même que les deux auteurs de l’attentat contre Charlie Hebdo et le preneur d’otages de la porte de Vincennes, auteur du meurtre de la policière municipale à Montrouge (Hauts-de-Seine), ne soient abattus par les forces de l’ordre.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/01/10/pour-manuel-valls-il-faut-envisager-de-nouveaux-dispositifs-en-matiere-de-securite_4553263_823448.html#hJWwgfYTWhVjrMiS.99
000000000000000000000000000000000000

 

 

"Vite, plus de démocratie" inscrit sur la statue de la Liberté place de la République lors de la marche républicaine le 11 janvier 2015 à Paris

« Vite, plus de démocratie » inscrit sur la statue de la Liberté place de la République lors de la marche républicaine le 11 janvier 2015 à Paris © AFP – Joel Saget

Une « journée historique » que « la classe politique doit faire fructifier », selon les éditorialistes

Les éditorialistes sont unanimes lundi pour qualifier de « journée historique », le dimanche 11 janvier 2015 avec la marche républicaine qui a rassemblé près de quatre millions de personnes en France contre le terrorisme, et appellent « la classe politique à faire fructifier » cet élan.

La suite: http://www.lepoint.fr/politique/journee-historique-que-la-classe-politique-doit-faire-fructifier-selon-la-presse-12-01-2015-1895683_20.php

0000000000000000000000000000000

 

Originally posted on Street Télé Virtuelle:

Même s’il juge « formidable » le soutien dont bénéficie l’hebdomadaire satirique, le dessinateurLuz, « rescapé » de l’attentat, estime qu’il est « à contre-sens de ce que sont les dessins deCharlie »

Luz, l’un des dessinateurs de Charlie Hedbo « rescapés » de l’attentat meurtrier qui a frappé sa rédaction mercredi s’exprime dans une interview au magazine « Les Inrocks ». Il donne son regard sur le mouvement « Je suis Charlie » unanimement repris à travers la France, jusqu’à faire de « Charlie Hebdo » un vrai symbole universel.

« On doit porter une responsabilité symbolique qui n’est pas inscrite dans le dessin de Charlie »

« Tout le monde nous regarde, on est devenu des symboles, tout comme nos dessins ». « On doit porter une responsabilité symbolique qui n’est pas inscrite dans le dessin de Charlie », explique Luz. « C’est formidable que les gens nous soutiennent mais on est dans un contre-sens de ce que sont les dessins de Charlie », ajoute le…

Voir l’original 263 mots de plus

000000000000000000000000000000000000

Peu après sa rencontre avec François Hollande, vendredi à l’Elysée, la présidente du Front national, Marine Le Pen, a déclaré aux journalistes avoir demandé que l’espace Schengen soit suspendu. « J’ai également exprimé la nécessité […] de mettre en place des mesures visant à la déchéance de nationalité », a-t-elle ajouté, parlant des « double nationaux [qui] sont partis soit s’entraîner, soit combattre dans un pays étranger puis reviennent sur notre territoire pour y commettre des crimes barbares ».
00000000000000000000000000000000000

Charlie 1Ainsi donc, après avoir constamment et systématiquement sous-estimé le danger islamiste, après avoir passé la moitié de votre mandat à flatter les musulmans qui avaient voté pour vous, à banaliser leurs exactions, à ouvrir grandes les vannes de l’immigration, à laisser se développer les zones de non-droit dans les banlieues ; après avoir caché – avec la complicité des journalistes – les violences quotidiennes qui se multiplient dans les « quartiers » (et ailleurs) ; après avoir baptisé « Vladimir » les sales petits criminels musulmans, après avoir préféré le mot « Daesh » à l »’Etat Islamique », trop « stigmatisant » ; après voir réclamé comme une incantation de ne pas faire « d’amalgames » ; après avoir tenté de transformer en faibles d’esprit les minables assassins des marchés de Noël ; après tout celà, et bien d’autres choses encore, drapé piteusement dans ce que vous croyez être une attitude présidentielle, pédant satisfait que vous êtes, vous en appelez à l’Unité nationale?

L’Unité Nationale, Monsieur Hollande ? Ben voyons ! Pour remonter un peu dans les sondages ? Pour vous refaire une santé ? Pour faire oublier la médiocrité de vos vœux que si peu de Français ont regardé ? Pour ne pas trop parler de cette fameuse « 5ème place mondiale de la France », évoquée le 31 décembre et perdue le 7 janvier ? Pour faire oublier les 1000 chômeurs de plus par jour et la dette publique qui se creuse de plus en plus ? Pour ne plus parler de cette pression fiscale ignoble qui s’est abattue sur les classes moyennes et maintenant sur les retraités ? Pour qu’on n’évoque plus les réformes nécessaires de l’État que vous n’aurez jamais le courage de faire, parce que nous sommes dans un régime de castes et que la caste de privilégiés que vous représentez est précisément celle qu’il faut briser ?

L’Unité Nationale, Monsieur Hollande ? Pour la France ou pour vous ? Avez vous su nous défendre ? Avez vous su redresser l’économie dont vous accusiez votre prédécesseur de l’avoir si mal gérée ? Avez vous su protéger les Français de l’insécurité, cette fameuse insécurité que vos amis niaient jadis, en la réduisant à un « sentiment d’insécurité » ? Avez vous songé à l’Unité Nationale quand des millions de personnes de la Manif pour Tous réclamaient l’abandon de cette loi scélérate sur le mariage gay, qui n’a pour l’instant « profité » qu’à quelques petits milliers d’homosexuels dont 70 % résident à Paris dans les quartiers du Marais ? C’est alors qu’il fallait la faire, l’Unité Nationale, Monsieur Hollande, mais vous n’en aviez cure. Elle se fera peut-être, maintenant, mais sans vous. Contre vous, même.

Vous aurez été le plus détestable président de la République. Le plus incompétent. Le plus sournois. Le plus minable. Le moins patriote. Vous resterez dans l’Histoire comme une erreur de casting, un clown, un personnage stupide et détestable, pour lequel seule compte sa petite personne, qu’il surestime énormément, comme tous les gens à la fois suffisants et insuffisants. Toute la planète se gausse de vous, ridicule pantin grotesque immortalisé à jamais en bordée nocturne sur son scooter. Macho de base primaire, méprisant envers les femmes, les sans-dents et le petit peuple qui travaille – verbe que vous vous flattiez d’ignorer dans une vidéo devenue fameuse…

L’Unité Nationale, Monsieur Hollande ? Pour vous donner l’oxygène nécessaire pour mener à bien votre petite cuisine électorale que nous avons tous compris ? Pour vous donner l’opportunité de dissoudre l’Assemblée Nationale après la raclée annoncée des prochaines élections régionales ? Pour organiser une cohabitation avec Alain Juppé, par exemple, ce qui vous permettrait d’aborder 2017 avec le beau rôle ?

Car, pour ça on vous fait confiance, vous ne faites pas grand-chose mais les magouilles électorales ça vous connait ! Vous n’avez pas manqué de noter que le seul moyen d’être réélu sous la V° république était de provoquer une « cohabitation » ! Comme Mitterrand, votre idole, a su le faire en 1988 ! Comme Chirac en 1992, ex roi-fainéant aujourd’hui alzeimerisé à tel point qu’il est devenu votre plus fidèle supporter ?

Un 2ème tour Hollande – Marine Le Pen, en 2017, vous en rêvez dans vos nuits les plus folles ! Vous en salivez d’avance. Après l’Union Nationale aujourd’hui, vous peaufinez déjà votre appel à la fameuse « Discipline Républicaine », qui vous permettra – espérez-vous – de passer en force pour un 2ème mandat, pour le plus grand malheur de la France… Même l’affiche est prête !

Hollande brandit le glaive de l'islamParmi les 18 millions de Français inconscients qui ont eu la sottise de voter pour vous en 2012, combien en reste t’il ? Ils ne sont plus très nombreux à oser avouer qu’ils ont utilisé leur droit de vote, si chèrement acquis par nos pères, pour envoyer un personnage aussi minable à l’Elysée… Mais il faut reconnaître qu’on a peut-être les chefs qu’on mérite…

Alors l’Unité Nationale, oui, nous allons la faire, Monsieur Hollande.
Contre les ennemis de la France.
Contre l’Islam.
Et contre vous, qui en êtes l’allié objectif.

Je pense aux familles des journalistes et collaborateurs de Charlie Hebdo, qui ont été tués ou blessés ce matin. TUES, Monsieur Cazeneuve, pas DISPARUS comme vous avez osé le dire, toujours pour banaliser l’information, la rendre moins dure, moins brute, moins agressive. « Dormez, dormez braves gens, le bon régime Hollande veille sur vous ».

Tu parles, Charles ! On vous ponctionne chaque jour un peu plus, pour payer la gabegie de l’État, les primes des recteurs d’Académie par exemple… Ceux-ci ont en effet bien mérité de la Nation, quand on voit l’état de l’Éducation Nationale. Il faut bien aussi financer l’annulation des dettes des pays d’Afrique que vous visitez, tel un nouveau César au petit pied, flatté et heureux d’entendre des foules en liesse crier votre nom.
Ça vous change des huées hexagonales, évidemment…

Je pense à vous, Wolinski, Cabu, Tignous, Charb et tous les autres.
Je pense aux policiers qui ont été abattus comme des chiens par ces cochons d’islamistes.
Je pense à vous tous, et à vos familles et je pleure avec elles.
Je pense aux blessés qui souffrent dans leur chair ce soir, et je souffre avec eux.
Je pense enfin à Charlie Hebdo, qui va peut-être en mourir, lui aussi.
44 ans après Colombey, « Bal tragique à Charlie : 12 morts ».
Mais ça ne ferait plus rire.

J’ai décidé de penser que vous n’êtes pas morts pour rien. Victimes devant l’Histoire d’un islam détestable, qui a décrété la guerre totale à un Occident abruti par une idéologie mortifère, instillée vicieusement par la combinaison perverse des politiques, des médias et du système éducatif.

Charlie 2
Ce qui restera peut-être dans l’Histoire comme le 11 septembre français sera peut-être l’électrochoc que nous redoutions tous, mais qui permettra au peuple français de se ressaisir et de se relever après tant d’années d’acceptation et d’abandon.

Pour qu’il se batte et défende enfin sa Patrie comme elle le mérite.

A tout prix

Marc Le Stahler

bandeau_minurne

source: http://www.minurne.org/?p=523

000000000000000000000000000000000

Bernard Cazeneuve, le facteur de BERCY, décoré de l’Ordre royal du Cambodge (Magouille en vue: Bernard Cazeneuve décoré par un ordre templier bidon….) sait aussi se faire généreux avec ses adversaires politiques.

Bernard Cazeneuve en déplacement dans Paris, le 28 septembre 2014. (WITT/SIPA)

Lorsqu’il était ministre du Budget, l’ancien maire de Cherbourg aurait accordé une « faveur fiscale » à la belle-mère de l’UMP Gérard Larcher, rapporte « Le Canard enchaîné » à paraître ce mercredi 7 janvier.

Gérard Larcher, président UMP du SénatFin 2013, alors qu’il n’avait pas encore regagné son siège de président du Sénat, Gérard Larcher a personnellement écrit au ministre du Budget de l’époque pour plaider la cause d’une association présidée par sa belle-mère à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine). Pour quelle raison ? Le Résidence Club de Neuilly (un club très fermé réservé aux copropriétaires) est sous le coup d’un redressement fiscal de 498.599 euros pour avoir appliqué un mauvais taux de TVA et s’être soustrait à des impôts commerciaux, le fisc considérant la structure comme une association à but lucratif.

Un « dégrèvement de 450.000 euros »

Bernard Cazeneuve décide alors de répondre au sénateur Larcher – « Je peux vous assurer que j’ai fait procéder à une étude particulièrement attentive de votre demande par la Direction générale des finances publiques » – et de lui donner gain de cause. Conséquence immédiate : comme le raconte le journal satirique, l’association bénéficie d’un « dégrèvement de 450.000 euros ».

Interrogé sur ce coup de pouce par « Le Canard enchaîné », Gérard Larcher balaie toute polémique. « C’est classique. Les parlementaires sont l’intermédiaire entre les citoyens et l’administration », se contente-t-il d’expliquer. Le cabinet de Bernard Cazeneuve explique de son côté qu' »il n’y a eu aucune intervention pour influencer ce contrôle » fiscal. « Quand un ministre est saisi par un parlementaire, il interroge ses services puis signe le courrier de réponse, c’est l’usage ». Autrement dit : Cazeneuve a joué les facteurs, rien d’autre.

G.S.

SOURCE: http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20150106.OBS9410/le-coup-de-pouce-fiscal-de-cazeneuve-a-la-belle-mere-de-larcher.html

PLUS:

Dans l’actualité

0000000000000000000000000000000000

Louis XIV en 1661 par Charles Le Brun.

À 23 ans, il décide de prendre réellement le pouvoir en devenant monarque absolu.

Également connu sous le nom du Roi-Soleil (appellation tardive qui remonte à la Monarchie de Juillet même si le roi prend cet emblème lors de la fête du carrousel le 5 juin 1662), Louis XIV renforce la monarchie qui devient monarchie absolue de droit divin. Lorsque le 13 avril 1655, le roi qui – à 16 ans – vient de prendre le pouvoir seul décrète dix-sept édits visant à renflouer les caisses de l’État, ce qui a pour effet de faire passer le total des revenus fiscaux du royaume de 130 millions de livres en 1653 à plus de 160 millions en 1659-1660, la légende raconte qu’il aurait déclaré aux parlementaires réticents le célèbre mais contesté : « l’État c’est moi ! » (qu’il n’a en fait, jamais prononcé).

Même si Louis XIV se dissocie de l’État, dont il se définit lui-même comme, seulement, le premier serviteur et s’il indique sur son lit de mort, en 1715 : « Je m’en vais mais l’État demeurera toujours » cette phrase résume toutefois l’idée que ses contemporains se sont fait du rapport au pouvoir du roi : par des réformes politiques administratives et fiscales, par une politique étrangère et religieuse centralisant le pouvoir.

SOURCE: http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_XIV

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Maxime Tandonnet - Mon blog personnel

images[3]« Nous verrons à la fin si j’ai pris le bon chemin » a déclaré le président Hollande ce matin sur France Inter. Qu’est-ce que cela signifie? Que le sort d’une Nation réside dans le seul cerveau d’un homme? Le nombre de « je » dans son intervention est proprement hallucinant.

http://www.lejdd.fr/Politique/Francois-Hollande-Nous-verrons-a-la-fin-si-j-ai-pris-le-bon-chemin-710548

Il faut y voir le paroxysme de la déliquescence de notre vie politique, de notre démocratie. L’illusion est totale: un personnage, avec titre de chef de l’Etat, parle de phrase en phrase, comme s’il détenait entre ses seules mains les clés de l’avenir de tout un peuple. Or, les choses sont loin de se passer ainsi. Le pays évolue sous l’impact d’une multitude de paramètres, les influences internationales, européennes, financières, les décisions du secteur privé, des administrations, des juridictions, de la société civile, l’air du temps, la presse et les médias, etc. Et puis autour du président, il y a une équipe, un gouvernement, une…

Voir l’article original 112 mots de plus

https://i1.wp.com/www.minurne.org/wp-content/uploads/2014/12/000-general-antoine-martinez.jpgChers amis, chères amies,

Je n’imaginais pas, en diffusant ma lettre ouverte au président de la République, qu’elle circulerait aussi rapidement et toucherait autant de personnes en si peu de temps.(Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République française par le Général Antoine Martinez.)
Je vous avoue être agréablement impressionné par le nombre de messages que je reçois depuis l’envoi de cette lettre.

C’est le miracle de l’internet. L’effet boule de neige semble fonctionner à merveille.

Je tenais donc à vous remercier pour les commentaires et encouragements que vous avez bien voulu me faire parvenir. Je ne sais pas encore quelle sera la réaction, mais on peut penser que ce document ne plaira pas à tout le monde.

Sachez que je suis très touché et je dirais même bouleversé par certains messages révélant la désespérance de certains de nos compatriotes qui témoigne et révèle un vrai malaise dans leur vie quotidienne. J’ai une pensée particulière pour eux. Mais cela n’intéresse cependant absolument pas nos responsables politiques dont la seule obsession est de gagner des élections. Mais pour faire quoi ?

J’en profite pour répondre à ceux qui me posent la question de savoir si c’est bien moi qui ai écrit cette lettre ouverte et me demandent de l’authentifier. Alors, oui, à ceux-là je confirme que j’ai bien écrit cette lettre et que je l’ai bien envoyée au président par courrier postal, le 23 décembre.

A ceux-là et à d’autres qui me le demandent, je réponds que vous avez toute latitude pour retransmettre cette lettre à vos propres contacts, à la diffuser, à la publier.

Voilà ce que je souhaitais vous dire pour vous remercier. Je forme le vœu que la France, cette France que nous aimons, se réveille et retrouve sa grandeur. Car renoncer à défendre son héritage historique, spirituel et culturel, c’est se condamner à disparaître.

Bien cordialement.

Général (2s) Antoine MARTINEZ


Le Général Martinez avait publié en 2013 un essai dont nous nous étions fait l’écho sur Minurne « Devoir d’Expression d’un Citoyen (pas) Ordinaire ».
Vous pourrez constater en lisant le résumé et le sommaire qu’avec ce livre, nous sommes en plein dans le sujet évoqué dans sa lettre ouverte.
Cet ouvrage l peut être commandé chez l’éditeur, à la FNAC, Amazon.fr, librairies Decitre, Chapitre.com

000 Général Martinez

Devoir d’expression d’un citoyen (pas) ordinaire

L’unité de la nation française est mise en sérieux danger en raison de la fracture identitaire qui ronge insidieusement le peuple français. Trois facteurs interagissent depuis plusieurs décennies : le manque de clairvoyance, de lucidité et de courage des responsables politiques ; le règne du politiquement correct qui terrorise notre liberté d’expression ; la mondialisation qui a mis à mal le sens du collectif. C’est pourquoi l’avenir de notre société est menacé.
Cette situation désastreuse, amplifiée par une immigration extra-européenne massive dont la culture et la religion invalident tout espoir d’intégration, est aggravée par des mesures sociales insensées adoptées ces dernières années, par la politique contestable de l’Éducation nationale depuis plusieurs décennies et par la suspension du service militaire non remplacé.
Les citoyens attachés à leurs racines, aux valeurs qui ont fait de la France une grande nation, héritiers d’une Histoire et d’une culture, ne peuvent plus rester silencieux face à l’imprévoyance et au laxisme de leurs responsables politiques : Antoine Martinez se fait leur porte-parole.

Sommaire

  • Introduction
  • Le politique
  • Le politiquement correct
  • La mondialisation
  • Vers le désastre programmé
  • L’immigration extra-européenne
  • Des mesures insensées qui aggravent la situation
  • L’école et son environnement : état d’urgence
  • Des mesures conservatoires urgentes
  • Le débat sur l’identité nationale
  • Un constat dramatique qui interpelle le citoyen
  • Les ambiguïtés de la gauche française
  • L’islam, une menace pour la Nation et pour la démocratie
  • Notre engagement en Afghanistan
  • Le problème de l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne
  • Conclusion

Editions Amalthée – 238 pages – n° ISBN 978 2 310 01314 7 – 19,80 €
Site internet : http://www.editions-amalthee.com

minurne.org

SOURCE: http://www.minurne.org/?p=325

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Réponse au discours du Président de la République, prononcé à l’occasion de l’inauguration du musée de l’immigration.

 

000 general-antoine-martinez

Monsieur le Président de la République,

Il n’est pas fréquent qu’un général s’adresse au président pour exprimer son inquiétude et sa crainte pour l’avenir de la nation française. Mais au lendemain de l’inauguration du musée de l’immigration, je souhaiterais vous faire part de mon désaccord – probablement commun à beaucoup de Français – sur l’esprit d’une partie de votre discours prononcé à cette occasion.

Vous y fustigez en effet, ceux qui agitent la peur d’une « dislocation » de la France. Vous y dénoncez un « sentiment de dépossession, entretenu avec malice sinon avec malignité » soulignant – à juste titre – qu’un Français sur quatre est issu de l’immigration et insistant – toujours à juste titre – sur la nécessité de rappeler aux Français d’où ils viennent et quelles sont les valeurs qu’ils portent. Vous vous déclarez, à nouveau, favorable au droit de vote des étrangers en affirmant que « rien ne peut se faire sans une révision de la Constitution, ce qui suppose une majorité des 3/5 au Parlement » et appelez, pour y parvenir, les forces républicaines à prendre leurs responsabilités.

Vous permettrez qu’après avoir servi l’État et la Nation sous l’uniforme pendant une quarantaine d’années, le citoyen engagé que je suis, attentif aux évolutions du monde et soucieux des intérêts de la France et de son peuple, ne militant dans aucun parti politique car attaché à sa liberté de pensée et d’expression, vous porte respectueusement la contradiction. 

Tout d’abord, il n’est pas exact de dire que rien ne peut se faire sans une révision de la Constitution. En effet, cette dernière prévoit en son article 89 une seconde possibilité, à savoir le référendum. Encore faudrait-il que nos gouvernants successifs cessent de considérer le référendum comme un plébiscite ou pire, que subodorant le résultat contraire à leurs vœux ils ne l’utilisent pas estimant que le peuple n’a pas son mot à dire sur des sujets qui concernent pourtant son avenir. Et sur le droit de vote des étrangers extracommunautaires, pour des raisons évidentes mais que vous ne souhaitez pas évoquer, le peuple a son mot à dire. Il est même souverain en dernier ressort. Ne pas le consulter dans un cas aussi essentiel, c’est simplement le mépriser, ce qui n’est pas de nature à privilégier la sérénité. Les conséquences d’un tel mépris, dont le peuple est habitué depuis longtemps, sont désastreuses et funestes sur le fonctionnement de notre démocratie. Car, frustrés et impuissants mais furieux, les citoyens ont de plus en plus tendance, devant ce qu’ils considèrent comme du laxisme, un manque de courage, un déni de réalité et donc un renoncement de la part de leurs responsables politiques, à vouloir se venger soit en boycottant l’isoloir, soit en donnant leur voix à ceux qui ont affiché clairement une stratégie qui vise à violer intentionnellement et sans ambiguïté le politiquement correct. Et au bout du compte, lorsque la réalité est ignorée et occultée de façon si peu responsable et pendant si longtemps, les conséquences d’une telle dérive sont incalculables et imprévisibles. Car on fait savoir depuis trop longtemps aux citoyens que leur avis n’a aucune importance. Mais il arrive un moment où un peuple éduqué dans l’idée démocratique, cependant las d’être ignoré par ses élites, pourrait exiger d’être écouté. 

Cela dit, j’approuve totalement votre propos lorsque vous insistez sur la nécessité de rappeler aux Français d’où ils viennent et les valeurs qu’ils portent, mais à condition de ne pas considérer que l’histoire de France commence avec la Révolution française et de ne pas accepter le délire de certains, arrivés récemment dans notre pays, qui estiment que l’histoire commence avec eux. La France est un vieux pays qui a une histoire de deux mille ans et qui est depuis quinze siècles un pays catholique même si la sécularisation est passée par là. Elle possède donc un héritage historique, spirituel et culturel qui a fait ce qu’elle est et que nous avons à défendre, à faire fructifier et à transmettre.

En vous écoutant, certains de vos propos provoquent une incompréhension qui interpelle naturellement les citoyens. En effet, qui contesterait que la richesse de l’héritage légué par les migrants au fil du temps fasse partie de l’identité française ? La réponse est claire : personne. Personne, pour une simple et bonne raison, c’est que ces migrants, dont nombre d’entre nous sont les descendants, n’ont pas été intégrés mais se sont intégrés et ont été assimilés dès la deuxième génération.

Mais alors, où est le problème ? Pourquoi est-il si difficile aujourd’hui de parler de l’immigration, sujet devenu tabou ? Pourquoi certains de nos concitoyens ne se sentent-ils plus chez eux ? Pourquoi est-on dorénavant abreuvé sans cesse de termes comme laïcité ou vivre-ensemble qui n’avaient jusqu’à récemment pas besoin d’être évoqués tant ces principes étaient vécus par les citoyens presque sans le savoir, comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir ? Leur usage répétitif et intempestif ne constitue-t-il pas, en fait, un aveu de reconnaissance d’un véritable problème qui se pose aujourd’hui pour l’unité de la nation ?

La réponse est simple mais, comme d’autres, vous ne voulez pas l’évoquer : l’immigration que la France a connue jusqu’au milieu des années 1970 était d’origine européenne, donc de culture commune nourrie par l’héritage chrétien qui est le trésor non seulement des chrétiens mais de toute l’Europe, ce qui a facilité l’assimilation dès la deuxième génération. En revanche, l’immigration que notre pays subit depuis l’adoption de mesures comme le regroupement familial, puis les régularisations massives de clandestins de 1981 et 1997, mais également celles effectuées régulièrement (au moins 30 000 par an) – sachant que qui dit régularisation, dit regroupement familial dans la foulée – est de nature totalement différente par sa culture modelée par l’islam. Cet islam qui ne connaît que les droits de Dieu et ne reconnaît pas, de fait, la séparation du pouvoir spirituel et du pouvoir temporel ni, par voie de conséquence, les droits de l’Homme. Cela conduit inévitablement à des situations non seulement insupportables et mal vécues par nos concitoyens mais qui deviennent dangereuses pour l’avenir. Et alors que déjà en 1981, M. Georges Marchais (personnage plutôt positionné à gauche sur l’échiquier politique, vous en conviendrez) tirait la sonnette d’alarme avec sa lettre – plus que jamais d’actualité – adressée au recteur de la Mosquée de Paris et publiée le 16 janvier dans le journal L’Humanité (*), nos gouvernants n’ont, depuis, toujours rien changé, fermant les yeux sur un sujet pourtant capital pour l’avenir de la nation. Il n’est tout de même pas difficile de comprendre (l’actualité quotidienne nous le démontre) que sous les coups de boutoir d’une radicalisation des esprits d’une partie de cette immigration nous courrons au-devant de lendemains douloureux car sa culture n’est pas celle de notre conception chrétienne de la liberté, de la dignité et du respect de la personne humaine et de la distinction des pouvoirs. Des valeurs universelles léguées par notre civilisation gréco-romaine et chrétienne, celles de nos racines : Athènes, Rome et Jérusalem. Vous avez donc raison, il faut rappeler aux Français d’où ils viennent. Cela permet ainsi de mettre en évidence le fossé qui existe entre les valeurs que porte et promeut la France et celles revendiquées par une partie de plus en plus importante de ceux qui se réclament de l’islam et de mieux comprendre les réactions de nos concitoyens que vous considérez à tort comme un repli sur soi, un rejet de l’autre qui serait marqué par « un sentiment de dépossession, entretenu avec malice sinon avec malignité ». Nos concitoyens sont simplement lucides et consternés devant un tel manque de clairvoyance.

Car il faut également écouter certains responsables religieux musulmans, sur notre propre sol, qui ne sont d’ailleurs nullement inquiétés par les pouvoirs publics : « Dans l’islam la notion de citoyenneté n’existe pas, mais celle de communauté est très importante, car reconnaître une communauté, c’est reconnaître les lois qui la régissent. Nous travaillons à ce que la notion de communauté soit reconnue par la République. Alors, nous pourrons constituer une communauté islamique, appuyée sur les lois que nous avons en commun avec la République, et ensuite appliquer nos propres lois à notre communauté »« L’assimilation suppose que les populations islamiques se fondent à terme dans la population. Ceci est exclu car cela signifie l’abandon de la loi islamique […] Il n’y aura pas de dérogation à cette règle. »

Leur message est clair et appliqué par leurs fidèles. Le nier ou vouloir l’occulter est faire preuve de déni de réalité et compromettre ainsi l’avenir. D’ailleurs, pourquoi nos parlementaires ont-ils été conduits à voter une loi sur l’interdiction du port du voile à l’école ? Pourquoi une loi sur l’interdiction de la burqa ? Pourquoi une charte sur la laïcité dans les écoles ? C’est bien la preuve que l’islam pose problème à nos sociétés européennes et que ces différences de comportement ne sont pas, comme certains voudraient nous le faire croire, le produit de contextes sociaux made in France mais bien importés par une culture incompatible avec nos traditions et notre mode de vie. 

Le cardinal De Richelieu affirmait que « la politique consiste à rendre possible ce qui est nécessaire ». Et ce qui est nécessaire aujourd’hui c’est la refondation urgente de notre politique sur l’immigration et l’application ferme de nos lois. Au lieu de cela, vous affirmez à nouveau la nécessité d’accorder le droit de vote (et d’éligibilité) aux étrangers extracommunautaires, en vous gardant bien de demander son avis au peuple. Il faut bien que vous compreniez que l’instauration d’un tel droit mènerait indubitablement à l’émergence d’une société biculturelle qui ne pourra que se déchirer car conduisant vers la libanisation de notre pays et donc, à terme, vers la guerre civile.

Car en adoptant une telle mesure, à un moment où l’intégration ne fonctionne plus sous l’effet du nombre, il n’est pas difficile de comprendre que des groupes de pression se mettront inévitablement en place pour chercher à imposer encore plus leurs revendications. Comment ne pas comprendre que nos valeurs, nos principes de vie, nos relations seront profondément affectées si des millions d’étrangers originaires d’Afrique et du Maghreb ont leur mot à dire sur la vie quotidienne de la cité ? Comment ne pas comprendre que c’est ouvrir un boulevard aux partisans du communautarisme, qui plus est un communautarisme dorénavant agressif et vindicatif ? Il semble que le bon sens ne soit pas une qualité répandue chez nos responsables politiques. Pourtant, l’une des tâches nobles du politique est de maintenir et entretenir l’unité de la Nation laquelle ne peut exister qu’à la condition que la société possède un minimum de cohérence interne. Il serait donc temps non seulement de cesser d’accepter mais de revenir sur cette multitude d’accommodements sans fin imposés en fait à la société française alors que c’est à celui qui est accueilli de s’adapter à sa nouvelle vie et non pas à celui qui le reçoit. Car en acceptant ces dérives, nos responsables politiques encouragent la surenchère avec des revendications inacceptables et insupportables qui ont conduit, entre autres – c’est tout de même ahurissant – à introduire des méthodes barbares dans l’abattage des animaux contraires à nos traditions et aux principes d’une société civilisée, ou à ce que nos lois ne soient pas appliquées partout car non acceptées par certains.

C’est ainsi qu’une crise identitaire est imposée à notre nation, car c’est bien de cela dont il s’agit. Elle n’aurait jamais dû se produire si nos responsables politiques avaient œuvré, et ce, depuis une quarantaine d’années, pour le bien commun et dans l’intérêt de la Nation. Et le bon sens voudrait que l’on rappelle ou que l’on apprenne à cette immigration extra-européenne que la misère dans laquelle elle vivait avant de rejoindre notre pays est en grande partie la conséquence de sa culture fermée à la connaissance et au progrès. La suite logique est qu’elle doit en prendre conscience et décider de s’intégrer à la société qui l’a accueillie et qui lui offre des conditions de vie enfin décentes. Elle doit se fondre dans la masse, comme d’autres l’ont fait, pour réussir sa nouvelle vie et donner à ses enfants des perspectives de réussite dans une nouvelle culture qu’elle doit progressivement adopter pour y inscrire sa descendance. Et celui qui refuse ce pacte, n’a pas sa place chez nous. Encore faudrait-il que l’école abandonne un système insensé et suicidaire qu’elle applique et maintient depuis une quarantaine d’années et qui constitue un frein puissant à l’intégration des jeunes immigrés malgré les avis successifs émis par le Haut Conseil à l’Intégration et curieusement ignorés. C’est ainsi que notre école prépare des lendemains qui seront difficiles avec la violence comme seul outil d’expression. Mais, on l’a bien compris, le problème que pose cette immigration n’est pas tant le pays d’origine que la culture qui la réunit. Cette dernière est modelée par l’islam qui est, il faut bien l’admettre, incompatible avec nos sociétés européennes démocratiques. D’ailleurs, ces immigrants et même leurs enfants nés dans notre pays et appelés à devenir français à 18 ans par le droit du sol (90.000 chaque année), restent viscéralement très attachés à la nationalité du pays d’origine et à leur religion à laquelle ils font allégeance pour la plupart. Et les premiers résultats d’une telle politique suicidaire menée par l’Éducation nationale se sont concrétisés avec les émeutes que le pays a connues en fin d’année 2005. Elles se reproduiront. Une dizaine d’années plus tard, les choses se sont aggravées avec les bombes à retardement que représentent les Merah, Nemmouche, Kelkhal, et autres djihadistes dans nos cités dont les rangs ne cessent de croître pour atteindre aujourd’hui, il faut être lucide, plusieurs milliers d’individus potentiellement dangereux. Comment interpréter le sondage d’ICM Research qui révèle que 27% des 18 à 24 ans et 22% des 25 à 34 ans dans notre pays ont une opinion favorable à l’État islamique ? Cela ne doit-il pas interpeller nos responsables politiques et les amener à en tirer les conséquences en révisant leur vision idyllique et angélique de cette « France rêvée de 2025 » qui risque de tourner au cauchemar ? Gouverner, n’est-ce pas prévoir ? 

Alors une question lancinante taraude les citoyens fidèles à leurs racines et attachés aux valeurs qui ont fait la France : combien d’immigrés de culture différente une société peut-elle accueillir sans rompre son équilibre identitaire, sans mettre en péril son identité et donc son unité ? Pouvez-vous admettre que les citoyens ne comprennent pas l’intérêt qu’il y a à favoriser une mutation de notre identité à marche forcée en accueillant toujours plus d’immigrés de culture différente, voire hostile à la nôtre, qui plus est alors que d’un simple point de vue financier notre pays ne peut plus se le permettre ? C’est une simple question de bon sens et non pas une réaction xénophobe qui serait « entretenue avec malice et malignité ».

Il est vrai que dans notre pays, depuis plusieurs années, la bienpensance et le politiquement correct règnent dans la tête de la plupart de nos responsables politiques ainsi qu’au sein d’une grande partie de nos médias incapables de traiter les faits avec objectivité mais en revanche prompts à se comporter en procureurs et en juges à l’égard de ceux qui tentent d’alerter sur les dangers qui guettent notre pays en sonnant le tocsin. Le cas de l’éviction du journaliste/écrivain Éric Zemmour par une chaîne de télévision est symptomatique de cette attitude qui s’apparente à du terrorisme intellectuel. Mais Chamfort n’avait-il pas affirmé : « En France, on laisse en repos ceux qui mettent le feu et on persécute ceux qui sonnent le tocsin » ?

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma très haute considération.

Général (2s) Antoine Martinez

(*) Pour plus d’informations sur la lettre de Marchais à la Mosquée de Paris en 1981, reportez vous à ce post de RIPOSTE LAIQUE

minurne.org

SOURCE: http://www.minurne.org/?p=319

 

00000000000000000000000000000

Solidarité Ouvrière

Communiqué de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Dans plusieurs départements, les travailleurs sociaux du 115 alertent sur le manque criant de places d’hébergement d’urgence. Ainsi, en novembre, sur 17.200 personnes qui ont sollicité le 115 dans 37 départements, 9.000 n’ont obtenu aucune solution. A entendre préfets et politiciens, il ne serait pas possible de loger tout le monde, il n’y aurait ni les places ni les fonds nécessaires pour offrir au moins un hébergement d’urgence à des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants qui vivent dans les rues d’un des pays les plus riches du monde.

Pourtant, en quelques heures, la préfecture de Savoie a pu assurer un hébergement d’urgence à 15.000 « naufragés de la route » pris dans les chutes de neige dans la nuit du 27 au 28 décembre. Cela montre qu’il suffit d’une volonté politique pour, en urgence, faire en sorte que personne ne dorme dehors.

Voir l’article original 53 mots de plus

https://i2.wp.com/fr.academic.ru/pictures/frwiki/80/Pacific_231G_558_-photo_-2.JPG
(Actualisé avec ministère des Transports)
PARIS, 26 décembre (Reuters) – Les tarifs « de base » de la SNCF augmenteront de 2,6% en 2015 sur l’ensemble des lignes, annonce vendredi la compagnie de transport ferroviaire. L’augmentation concerne les billets sans réservation pour les TER et Intercités, et « le tarif réglementaire de base Plein Tarif Loisirs » pour les trains grandes lignes à réservation obligatoire (Intercités ou TGV), précise la SNCF dans un
communiqué.
La compagnie ajoute que les prix des cartes de réduction, des abonnements « forfaits » et « étudiants, élèves et apprentis » et les « PREM’S », billets vendus à tarif réduit mais ni échangeables ni remboursables, ne sont pas affectés.
Cette hausse des prix de base, qui prend effet le 31 décembre, est très supérieure à l’inflation qui s’établissait en novembre à 0,3% en rythme annuel. ID:nL6N0TU3XK
Le ministère des Transports a défendu vendredi soir cette hausse, qu’il a validée, en expliquant qu’elle était « nécessaire à l’amélioration de la qualité du service offert aux voyageurs car en 2014, seule la hausse de la TVA avait été répercutée

LIRE: http://www.boursorama.com/actualites/france-les-tarifs-de-la-sncf-augmenteront-de-2-6-en-2015-29129327dcd95bd4f8f8f15569432dd9

00000000000000000000000000000000000

 

Discours de Victor Hugo sur la misère ( à partager autour de vous )

Victor_hugo

Victor Hugo « discours sur la misère » à l’Assemblée Nationale le 9 juillet 1849 

«Je ne suis pas, Messieurs, de ceux qui croient qu’on peut supprimer la souffrance en ce monde, la souffrance est une loi divine, mais je suis de ceux qui pensent et qui affirment qu’on peut détruire la misère. Remarquez-le bien, Messieurs, je ne dis pas diminuer, amoindrir, limiter, circonscrire, je dis détruire. La misère est une maladie du corps social comme la lèpre était une maladie du corps humain ; la misère peut disparaître comme la lèpre a disparu. Détruire la misère ! Oui, cela est possible ! Les législateurs et les gouvernants doivent y songer sans cesse ; car, en pareille matière, tant que le possible n’est pas le fait, le devoir n’est pas rempli.

La misère, Messieurs, j’aborde ici le vif de la question, voulez-vous savoir où elle en est, la misère ? Voulez-vous savoir jusqu’où elle peut aller, jusqu’où elle va, je ne dis pas en Irlande, je ne dis pas au moyen-âge, je dis en France, je dis à Paris, et au temps où nous vivons ? Voulez-vous des faits ?

Mon Dieu, je n’hésite pas à les citer, ces faits. Ils sont tristes, mais nécessaires à révéler ; et tenez, s’il faut dire toute ma pensée, je voudrais qu’il sortît de cette assemblée, et au besoin j’en ferai la proposition formelle, une grande et solennelle enquête sur la situation vraie des classes laborieuses et souffrantes en France. Je voudrais que tous les faits éclatassent au grand jour. Comment veut-on guérir le mal si l’on ne sonde pas les plaies ?

Voici donc ces faits :

Il y a dans Paris, dans ces faubourgs de Paris que le vent de l’émeute soulevait naguère si aisément, il y a des rues, des maisons, des cloaques, où des familles, des familles entières, vivent pêle-mêle, hommes, femmes, jeunes filles, enfants, n’ayant pour lits, n’ayant pour couvertures, j’ai presque dit pour vêtements, que des monceaux infects de chiffons en fermentation, ramassés dans la fange du coin des bornes, espèce de fumier des villes, où des créatures humaines s’enfouissent toutes vivantes pour échapper au froid de l’hiver. Voilà un fait. En voici d’autres : Ces jours derniers, un homme, mon Dieu, un malheureux homme de lettres, car la misère n’épargne pas plus les professions libérales que les professions manuelles, un malheureux homme est mort de faim, mort de faim à la lettre, et l’on a constaté après sa mort qu’il n’avait pas mangé depuis six jours. Voulez-vous quelque chose de plus douloureux encore ? Le mois passé, pendant la recrudescence du choléra, on a trouvé une mère et ses quatre enfants qui cherchaient leur nourriture dans les débris immondes et pestilentiels des charniers de Montfaucon!

Eh bien, messieurs, je dis que ce sont là des choses qui ne doivent pas être ; je dis que la société doit dépenser toute sa force, toute sa sollicitude, toute son intelligence, toute sa volonté, pour que de telles choses ne soient pas ! Je dis que de tels faits, dans un pays civilisé, engagent la conscience de la société toute entière ; que je m’en sens, moi qui parle, complice et solidaire, et que de tels faits ne sont pas seulement des torts envers l’homme, que ce sont des crimes envers Dieu !

Voilà pourquoi je suis pénétré, voilà pourquoi je voudrais pénétrer tous ceux qui m’écoutent de la haute importance de la proposition qui vous est soumise. Ce n’est qu’un premier pas, mais il est décisif. Je voudrais que cette assemblée, majorité et minorité, n’importe, je ne connais pas, moi de majorité et de minorité en de telles questions ; je voudrais que cette assemblée n’eût qu’une seule âme pour marcher à ce grand but, à ce but magnifique, à ce but sublime, l’abolition de la misère!

Et, messieurs, je ne m’adresse pas seulement à votre générosité, je m’adresse à ce qu’il y a de plus sérieux dans le sentiment politique d’une assemblée de législateurs ! Et à ce sujet, un dernier mot : je terminerai là.

Messieurs, comme je vous le disais tout à l’heure, vous venez avec le concours de la garde nationale, de l’armée et de toutes les forces vives du pays, vous venez de raffermir l’Etat ébranlé encore une fois. Vous n’avez reculé devant aucun péril, vous n’avez hésité devant aucun devoir. Vous avez sauvé la société régulière, le gouvernement légal, les institutions, la paix publique, la civilisation même. Vous avez fait une chose considérable… Eh bien ! Vous n’avez rien fait !

Vous n’avez rien fait, j’insiste sur ce point, tant que l’ordre matériel raffermi n’a point pour base l’ordre moral consolidé ! Vous n’avez rien fait tant que le peuple souffre ! Vous n’avez rien fait tant qu’il y a au-dessous de vous une partie du peuple qui désespère ! Vous n’avez rien fait, tant que ceux qui sont dans la force de l’âge et qui travaillent peuvent être sans pain ! tant que ceux qui sont vieux et ont travaillé peuvent être sans asile ! tant que l’usure dévore nos campagnes, tant qu’on meurt de faim dans nos villes tant qu’il n’y a pas des lois fraternelles, des lois évangéliques qui viennent de toutes parts en aide aux pauvres familles honnêtes, aux bons paysans, aux bons ouvriers, aux gens de cœur ! Vous n’avez rien fait, tant que l’esprit de révolution a pour auxiliaire la souffrance publique ! Vous n’avez rien fait, rien fait, tant que dans cette œuvre de destruction et de ténèbres, qui se continue souterrainement, l’homme méchant a pour collaborateur fatal l’homme malheureux!»

Victor Hugo

source: http://jeunecitoyen.wordpress.com/2013/12/09/discours-de-victor-hugo-sur-la-misere-a-partager-autour-de-vous/

—————————–

Voici la dernière mouture de la démo du spectacle « Victor Hugo, l’âme du peuple » présenté par Excès Terra Cie et mis en scène par Stéphan Lhuillier.

http://www.exces-terra-cie.com/article-victor-hugo-l-ame-du-peuple-121044306.html

000000000000000000000000000000

France : le site Minurne flingué pour ses révélations ?

Par La Voix de la Russie | Le site Minurne, qui depuis quatre ans a publié des milliers d’articles, a été retiré du Net sans explication de la part de la justice française il y a plus de 10 jours.

Nous avons téléphoné au Ministère de la justice et envoyé un mail pour obtenir les raisons de la fermeture de ce petit blog. N’ayant obtenu aucune réponse sur les causes de cette demande de fermeture de Minurne par voie de justice, nous avons interviewé des créateurs et rédacteurs du site Minurne afin de comprendre les raisons. La fermeture de Minurne, un site, comme des centaines d’autres, fait par des citoyens qui critiquent la politique actuelle du pays en proposant des solutions, qui a 5000 abonnés, interroge, inquiète, dans un pays qui se prétend être le pays des droits de l’Homme. Un auteur de Minurne, ancien espion de l’armée française, va faire une révélation inédite, révélation qui aurait provoqué la fermeture de Minurne.

Digne d’un régime totalitaire.

Les auteurs de Minurne, qui ont réouvert sur un serveur suisse, sont toujours en colère de voir qu’en France des ordres sont donnés pour interdire la liberté d’écrire et de penser sans contacter les personnes intéressées. « Nous avons publié des milliers d’articles, politiques, économiques, sociaux, sociétaux, destinés à ré-informer, faire réfléchir et faire débattre ceux des patriotes qui ne se satisfont pas de la litanie habituelle des informations officielles tronquées et orientées, distillées par les médias aux ordres du régime et du politiquement correct. C’est donc un gouvernement dit « de gauche », supposé défendre bec et ongles les institutions de la République, les droits de l’Homme, la Liberté, qui a osé, sans motif explicite, exiger de l’ancien hébergeur de Minurne, Blog4ever, la fermeture sans préavis de notre site », écrivent les administrateurs, qui accusent la France d’agir comme une dictature, « C’est – au mieux une minable et détestable tentative d’intimidation, – au pire une forfaiture relevant d’un régime totalitaire ne supportant plus la forme et le contenu d’un organe d’information pourtant respectueux de la loi républicaine et des principes fondamentaux de la liberté de penser, d’informer, d’écrire et d’échanger. »

Mystère du crash d’Air Algérie.

Minurne a proposé un projet de gouvernement pour la France intitulé Union des Patriotes qui veut réformer le pays, qui est, « depuis presque 50 ans, crispé dans un prétendu « modèle social » qui n’est plus que l’immobilisme réactionnaire, égoïste et frileux des intérêts catégoriels et corporatistes, bloquant de fait toute réforme nécessaire à l’entrée de notre pays dans le monde moderne ».

Minurne souligne une politique d’immigration débridée qui sans raison économique, laisse se développer un multiculturalisme de fait où une partie croissante de la population vit exclusivement de subventions et de transferts sociaux, évoque les ghettos qui provoque l’exode des français de souche par quartiers entiers, parle de « la Vraie Nature de l’Islam ». Mais cela serait une publication sur les causes du crash d’Air Algérie de juillet 2014 qui expliquerait l’intervention d’un juge. « J’ai été intrigué par l’activisme de François Hollande sur le sujet du crash d’Air Algérie. Il est intervenu sur toutes les chaînes le 24 juillet. Sur les photos on ne voyait rien. Il n’y aucune trace de corps ou de chair. 116 passagers cela fait entre 6 et 7 tonnes de viande. Les autorités disent que les corps ont explosé en miettes et ont brûlé. Il n’y a pas de traces d’incendie. Les buissons avoisinant ne sont pas noircis alors que nous sommes dans le Sahara et que tout est sec », explique l’ancien espion français auteur de l’article sur le crash d’Air Algérie publié sur Minurne.

« Deux mirages 2000 ont décollé dans la nuit du 24 juillet au moment où le DC9 83 passait ». Les médias nous auraient montré le crash d’un mirage 2000 mais pas du DC9 83 d’Air Algérie. Un mirage aurait heurté le DC9 ? « J’ai téléphoné au Burkina et appris qu’un seul mirage est rentré à la base et que les 2 autres pilotes ont sauté en parachute, qu’ils ont été récupérés par un hélicoptère arrivé sur place pour aussi faire le ménage (retirer des morceaux compromettants) ». L’auteur de Minurne accuse un maquillage du site car il n’y a aucune trace de DC9. « Le DC9 se serait écrasé dans une zone dangereuse où personne ne peut intervenir. Personne ne sait ce qu’il s’est passé après ».

Les autorités nous ont menti, « le nombre de passagers a varié de 110 à 150. Fabius a annoncé la mort de 110 personnes. On a eu 116 décès. 6 sont arrivés après l’embarquement et n’auraient pas été comptés. 1 des 6 est redescendu sur la piste sans ses bagages. On avait 3 agents du Hezbollah et 3 de la DGSE. 6 à 29 Libanais se seraient trouvés à bord (nombreux aurait été des binationaux). Le trésorier du Hezbollah, son garde du corps, son secrétaire auraient fait la tournée des pays de l’Afrique de l’ouest pour récolter des fonds. Tous les passagers continuaient sur Paris, puis sur Marseille-Toulouse, le Liban, un sur le Caire ».

Minurne, ce petit blog interdit en France pour avoir révélé la vérité sur le crash d’Air Algérie avec à son bord des membres du Hezbollah et des services secrets français ?

Q’en-est-il des autres sites qui dérangent ? « La France inquiète le monde libre quand des sites font l’éloge du djihad et ne sont pas fermés », s’insurgent les auteurs de Minurne. /N
Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_12_21/France-le-site-Minurne-flingue-pour-ses-revelations-1386/

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

minurne.org

http://www.minurne.org/

000000000000000000000000000000000000000000000