Archives de la catégorie ‘Irak’

Global News

MURSITPINAR, Turkey – Iraqi peshmerga fighters prepared Saturday to battle Islamic State group militants in the Syrian border town of Kobani, just hours after they arrived in a town that’s become a focal point in the battle against the extremists.

The force brought in badly needed heavy weapons including artillery, heavy machine-guns and anti-tank missiles, material that could tip the balance of power in favour of the embattled Kurds fighting there.

The deployment came as Syria’s al-Qaida-linked Nusra Front scored a major victory against a moderate rebel faction, capturing their headquarters as well as the mountainous strategic region of Jabal al-Zawiya in the northwestern province of Idlib. Jabal al-Zawiya was one of the first areas to fall out of President Bashar Assad’s control after the uprising against his government began in March 2011.

READ MORE: Kurdish fighters arrive in Turkey en route to fight Islamic State militants

The push in…

Voir l’article original 521 mots de plus

More Inherent Resolve Airstrikes Target ISIL in Syria, Iraq; Vinson continues to attack (video)

Publié: 30 octobre 2014 dans ARMEMENT, Informations générales, Irak, MOYEN-ORIENT, Pentagone, Syrie, USA
Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

andrewemett

Originally published on October 24, 2014, at NationofChange.org

Four former Blackwater USA contractors have been convicted of murdering 14 unarmed Iraqi civilians and wounding 18 others in the 2007 Nisour Square massacre in Baghdad. The defendants falsely claimed they had been under attack when the shooting occurred, but surviving witnesses and fellow Blackwater operatives testified against them in federal court. After lying under oath to Congress, Blackwater’s founder and former CEO Erik Prince later fled to Abu Dhabi to elude Justice Department investigations.

On September 16, 2007, a Blackwater convoy codenamed Raven 23 disobeyed orders from US Embassy officials to remain in the Green Zone and instead established a blockade at Nisour Square. While driving his mother to an appointment, Ahmed Haithem Ahmed Al Rubia’y stopped his white Kia sedan at the checkpoint and waited for the Blackwater mercenaries to let them pass. Hiding inside the convoy’s command vehicle, Nicholas…

Voir l’article original 1 001 mots de plus

Solidarité Ouvrière

La première semaine d’août dernier, les gangs d’ISIS (Daesh) dans la ville de Tikrit ont commis un crime scandaleux contre des employés municipaux. Ces voyous ont enlevé huit travailleurs qui avaient protesté contre l’arbitraire à leur égard, les emmenant les yeux bandés vers un endroit inconnu. Après plus d’un mois de recherche, leurs familles ont trouvé huit cadavres décomposés cachés dans un puits qu’il a été difficile d’identifier.

Les agents municipaux de l’assainissement et du ramassage des ordures avaient commencé à s’opposer à ISIS en refusant de travailler car ils n’étaient plus payés depuis deux mois, et en protestant quand une mine dissimulée avait tué l’un des leurs. ISIS, qui ne fait aucun effort pour démanteler les mines dans les rues de la ville, les a obligé à travailler sans salaire, les rassemblant pour les sermonner dans le parc principal de Tikrit. Huit travailleurs ont alors quitté ce rassemblement en…

Voir l’article original 191 mots de plus

Operation Chammal: air support to Iraqi security forces continues

On 22 and 23 October 2014, the force Chammal continued support of ground operations by the Iraqi army in western Baghdad and the region of Mount Sinjar in northern Irak.Rafale in the Iraqi sky. credit: Staff of the armed / air Force - Staff of sarmées / air Force

On 22 and 23 October 2014, the force Chammal continued support of ground operations by the Iraqi army in western Baghdad and the region of Mount Sinjar in northern Iraq.

Al Dhafra Air Base – [Translation] – On 22 October, during an armed reconnaissance mission, Al Udeid air operations center (CAOC) directed a patrol of Rafale, who were flying in the area of ​​Fallujah, toward a target of opportunity. The target identified and confirmed by the crews were Daech (ISIS) fighters going up to an assault position against the Iraqi armed forces. Around 14:00, opening fire during gun passes, the Rafale neutralized the large group with 30mm shells.

The next day, the French Rafale fighters flying over Iraqi combat zones in the region of Mount Sinjar, conducted a new air raid. Around 11am, they destroyed a station housing a Daech (ISIS) vehicle using a laser-guided bomb (GBU 12).

Operation Chammal daily military air patrols continue their armed reconnaissance in support of the Iraqi armed forces.

Launched September 19, 2014, the Chammal operation aims at the request of the Iraqi government and in coordination with the allies of France in the region, to provide air support to Iraqi forces in their struggle against the self-proclaimed terrorist group Daech . Since October 5, following the strengthening of the French forces based on new Rafale aircraft, a C135 aircraft refueling and maritime patrol aircraft Atlantique 2 Since entering the Persian Gulf (GAP) anti-aircraft frigate Jean Bart participates in coordination with our allies, air traffic control of all the resources present in the area.

Sources: Staff of the Armed
Rights: Department of Defense

————————————————

en français

Chammal : l’appui aérien aux forces de sécurité irakiennes se poursuit

Les 22 et 23 octobre 2014, la force Chammal a poursuivi l’appui des opérations terrestres conduites par l’armée irakienne dans l’ouest de Bagdad et dans la région du Mont Sinjar au nord de l’Irak.

Le 22 octobre, lors d’une mission de reconnaissance armée, le centre opérationnel aérien d’Al Udeid (CAOC) a orienté une patrouille de Rafale, qui était alors en vol dans la région de Falloujah, sur une cible d’opportunité. L’objectif, identifié et confirmé par les équipages, était des combattants de Daech en train de monter à l’assaut de position des forces armées irakiennes. Vers 14h00, ouvrant le feu au cours d’une passe canon, les Rafale ont neutralisé le volume d’un groupe avec des obus de 30mm.

Le lendemain, les Rafale français évoluant au-dessus des zones de combat irakiennes dans la région du Mont Sinjar, ont mené un nouveau raid aérien. Aux environs de 11h, ils ont détruit un poste abritant un véhicule de Daech, à l’aide d’une bombe guidée laser (GBU 12).

Quotidiennement les militaires de la force Chammal poursuivent leurs missions de reconnaissance armée afin d’appuyer l’action des forces armées irakiennes.

Lancée le 19 septembre 2014, l’opération Chammal vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces armées irakiennes dans leur lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech. Depuis le 5 octobre, suite au renforcement du dispositif, les forces françaises s’appuient sur neuf avions Rafale, un avion de ravitaillement C135, et un avion de patrouille maritime Atlantique 2. Depuis son entrée dans le golfe arabo-persique (GAP), la frégate anti-aérienne Jean Bart participe, en coordination avec nos alliés, au contrôle aérien de l’ensemble des moyens présents sur zone.

Sources : Etat-major des armées
Droits : Ministère de la Défense

————————————————

auf Deutsch

Chammal: Unterstützung aus der Luft, um die irakischen Sicherheitskräfte weiter

Am 22. und 23. Oktober 2014 die Kraft Chammal weitere Unterstützung von Bodenoperationen von der irakischen Armee im Westen Bagdads und in der Region des Mount Schar im Nordirak.

Am 22. Oktober, während einer Mission bewaffnete Aufklärung, Al Udeid Luft Operations Center (CAOC) hat eine Patrouille der Rafale, die in der Gegend von Falludscha, Gelegenheitsziel fliegen gerichtet war. Der identifiziert und von den Mannschaften bestätigt Ziel war Daech Kämpfer bis hin zu dem Angriff Position der irakischen Streitkräfte. 14:00, Öffnungs Feuer während einer Pistole spielt die Rafale haben die Volume-Gruppe mit 30mm Granaten neutralisiert.

Am nächsten Tag, die Französisch Rafale fliegen über irakische Kampfzonen in der Region des Mount Schar, führte eine neue Luftangriff. Gegen 11 Uhr, eine Stationsgehäuse ein Fahrzeug Daech zerstört sie, mit Hilfe eines lasergelenkten Bombe (GBU 12).

Täglich militärischer Gewalt Chammal weiterhin ihre bewaffnete Aufklärung, um die Aktion der irakischen Streitkräfte zu unterstützen.

Gestartet 19. September 2014 will die Chammal Betrieb auf Antrag der irakischen Regierung und in Abstimmung mit den Verbündeten Frankreichs in der Region, um Luftunterstützung zu irakischen Streitkräfte in ihrem Kampf gegen die selbsternannten Terrorgruppe Daech bieten . Seit Oktober 5, nach der Stärkung der Französisch Kräfte auf der Grundlage neuer Kampfflugzeug Rafale, ein C135 Flugzeugbetankung und Seefernaufklärer Atlantique 2 Seit dem Eintritt in den Persischen Golf (GAP) Flugabwehr-Fregatte Jean Bart nimmt in Abstimmung mit unseren Verbündeten, Flugsicherung aller im Bereich vorhandenen Ressourcen.

Quellen: Stab der Streit
Rechte: Department of Defense

————————————————

in italiano

Chammal: supporto aereo alle forze di sicurezza irachene continua

Il 22 e 23 ottobre 2014, la forza Chammal continuato sostegno delle operazioni di terra da parte dell’esercito iracheno a Baghdad ovest e la regione del monte Sinjar nel nord dell’Iraq.

Il 22 ottobre, durante una missione di ricognizione armata, Al Udeid centro operazioni aeree (CAOC) ha diretto una pattuglia di Rafale, che stava volando nella zona di Falluja, un obiettivo di opportunità. L’obiettivo individuato e confermato dagli equipaggi era combattenti Daech salire alla posizione assalto delle forze armate irachene. Intorno alle 14:00, aprendo il fuoco durante una pistola passa, il Rafale hanno neutralizzato il gruppo di volumi con 30 millimetri conchiglie.

Il giorno successivo, il francese Rafale sorvolano zone di combattimento iracheni nella regione del Monte Sinjar, ha condotto un nuovo raid aereo. Intorno alle 11, hanno distrutto una stazione che ospita un veicolo Daech, con una bomba a guida laser (GBU 12).

Forza militare Quotidiano Chammal continuano la loro ricognizione armata di sostenere l’azione delle forze armate irachene.

Lanciato 19 Settembre 2014, l’operazione Chammal mira alla richiesta del governo iracheno e in coordinamento con gli alleati della Francia nella regione, per fornire supporto aereo alle forze irachene nella loro lotta contro il gruppo terroristico autoproclamato Daech . Dal 5 ottobre, in seguito al rafforzamento delle forze francesi sulla base di nuovi aerei Rafale, un rifornimento aereo C135 e velivoli da pattugliamento marittimo Atlantique 2 Da quando è entrato il Golfo Persico (GAP) fregata antiaerea Jean Bart partecipa in coordinamento con i nostri alleati, controllo del traffico aereo di tutte le risorse presenti sul territorio.

Fonti: Personale della Armed
Diritti: Dipartimento della Difesa

————————————————

source: http://globalaviationreport.com/2014/10/24/operation-chammal-air-support-to-iraqi-security-forces-continues/

0000000000000000000000000000000

 

Irak: les avions français détruisent 12 dépôts de l’EI

Forces aériennes françaises

13:26 24/10/2014
MOSCOU, 24 octobre – RIA Novosti

Les forces aériennes françaises ont détruit 12 dépôts d’armes appartenant à l’Etat islamique en Irak, a annoncé vendredi le chef d’état-major des armées françaises Pierre de Villiers dans une interview accordée à la radio Europe 1.

« Cette nuit nous avons réalisé une grosse opération en Irak, nous avons détruit des bâtiments dans lesquels l’EI produisait ses pièges, ses bombes, ses armes pour attaquer les forces irakiennes », a déclaré M.de Villiers.

Au total, 70 bombes et 12 bombes guidées au laser ont été larguées, ces dernières étant utilisées pour la première fois, a-t-il fait savoir.

Selon M.de Villiers, le plan de campagne contre l’EI en Irak consiste à « contenir, contre-attaquer au sol, stabiliser et enfin, mettre en place une gouvernance ». Pourtant, « il faudra de toute façon une action au sol pour accompagner les bombardements et regagner du terrain progressivement », a indiqué le chef de l’état-major.

Sur le même sujet

source: http://fr.ria.ru/world/20141024/202803825.html

000000000000000000000000000000

Solidarité Ouvrière

Selon des dépêches publiées ce 22 octobre peu après minuit par l’Orient le Jour, citant des sources du Pentagone, les forces kurdes contrôlent la majeure partie de la ville de Kobanê à la frontière syro-turque, et les jihadistes de Daesh n’ont pas réussi à progresser sur le terrain ces derniers jours.

La situation reste « fragile », mais pour le moment les forces kurdes, récemment réapprovisionnées en armes, munitions et médicaments par des parachutages, résistent et les assauts de Daesh sont freinés.

Voir l’article original 73 mots de plus

Kurdistan

En regardant les Kurdes de Syrie se faire massacrer sans réagir, tout en laissant passer les djihadistes, la Turquie est un allié objectif de l’Etat islamique, écrit Marie-Hélène Miauton. Ainsi, «avoir démasqué l’ami turc sera sans doute le seul effet collatéral positif du chaos qui règne au Proche-Orient»

Depuis près d’un mois, la ville syrienne kurde de Kobané, juste sur la frontière turque, n’en finit plus de résister face à l’Etat islamique (EI). L’enjeu est de taille. Pour les Kurdes, il s’agit de défendre leur territoire et leur peuple. Pour les attaquants, c’est une pièce maîtresse de leur propagande. Pour la coalition, c’est d’assumer sans broncher le massacre de la population qui n’a pas encore fui.

Qui se bat sur place? Au sol, les Kurdes, et seulement les Kurdes. Les Etats-Unis mènent des frappes ciblées qui sont adaptées pour détruire des chars en plein désert, mais perdent leur efficacité contre un ennemi installé au cœur de la ville. Les Français ont déplacé quelques Rafale mais n’ont jusqu’ici mené que de rares interventions. La Turquie a fermé ses frontières à l’aide destinée aux Kurdes mais laisse passer les djihadistes allant rejoindre l’EI sur place. Elle refuse l’usage de la base d’Incirlik aux Américains pour mener leurs interventions. Elle ne veut évidemment pas envoyer des troupes au sol pour assister les Kurdes qu’elle déteste et dont elle a peur, et qui d’ailleurs ne le leur demandent pas. Ils n’exigent que des armes qu’on ne leur fournit pas.

Mardi, une réunion a eu lieu à Washington, en présence du président américain, entre les chefs des armées des vingt-deux pays de la coalition. Il s’agissait avant tout d’harmoniser les points de vue entre les partisans de seules frappes aériennes et les tenants d’une intervention au sol. Qu’en est-il ressorti? Qui l’a emporté? Personne, évidemment, puisque chacun défend des intérêts divergents et reste empêtré dans ses contradictions. Ainsi, malgré l’urgence, rien de concret ne sera entrepris, ce qui prouve encore une fois combien la conscience internationale est à géométrie variable. Pourtant, le danger que représente l’EI, ses méthodes, sa barbarie face aux populations civiles, son embrigadement de jeunes de nos contrées prêts à revenir y semer la terreur, devrait susciter des actes au lieu des bavardages.

D’ailleurs, la composition de la coalition signe d’emblée son inefficacité. On y trouve, auprès du gendarme américain, les nations occidentales flanquées des principaux pays arabes, dont les amis inavoués de l’EI qu’il s’agirait de combattre. Quant aux Etats-Unis, on peut douter de leur bonne foi quand on entend John Kerry affirmer qu’au bout du compte «ce sera aux Irakiens de reprendre l’Irak». Après avoir fait de ce pays ce que l’on sait, l’avoir attaqué par deux fois, affamé, détruit ses structures et démantelé son armée, cette phrase ne manque pas de cynisme.

Mais le pire vient de la Turquie qui joue un double jeu évident dans ce conflit. Pour elle, la fin des Kurdes de Syrie permettrait de résoudre son problème de frontières au sud. Pour cette raison-là au moins, à laquelle s’ajoute sa détestation de Bachar el-Assad, elle est un soutien objectif de l’EI. Erdogan a beau jeu de prétendre que ceux qui l’incitent à s’engager sont de «nouveaux Lawrence d’Arabie qui se cachent derrière la liberté de la presse, la guerre d’indépendance ou le djihad». Quel culot de la part d’un membre à part entière de l’OTAN, dont il était même question qu’il rejoigne l’UE, perspective sans doute écartée pour longtemps. Avoir démasqué l’ami turc sera sans doute le seul effet collatéral positif du chaos qui règne au Proche-Orient.

Source Le Temps 17/10/2014

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/25af32e6-5559-11e4-b9f9-6d062b046f6b%7C1

 Survivre dans le piège de Kobané

PAR DELPHINE MINOUI ENVOYÉE SPÉCIALE À MURSITPINAR (FRONTIÈRE TURCO-SYRIENNE)/Le Temps 20/10/14

Assiégés depuis un mois dans la cité martyre, les combattants kurdes résistent aux assauts des djihadistes de l’Etat islamique. Reportage aux portes d’un enfer au quotidien

Un tonnerre de pluie et d’obus s’acharne sur Kobané. Il est 17h, suffisamment sombre pour franchir en douce les barbelés et rallier, malgré le danger, la cité martyre à travers champs. Pull vert sur débardeur noir, Ghamgin, 19 ans, embrasse une dernière fois son père. «N’y retourne pas! Si les gardes-frontière turcs ne t’abattent pas, c’est Daech qui aura ta peau. Cette ville est un piège!» sanglote le vieillard, les souliers crottés de boue. Dans le brouillard du soir, le jeune combattant kurde a déjà disparu de l’autre côté. Le voilà, le «piège», à quelques encablures d’ici: un méli-mélo d’immeubles grisâtres, au pied de deux collines, carte postale sanglante de détresse, assiégée depuis un mois par les djihadistes de l’Etat islamique. «Des monstres!» s’insurge le docteur Mohammad Arif Ali. Contacté par cellulaire – la ville kurde de Syrie est si proche de la frontière que le réseau téléphonique turc y fonctionne à la perfection –, il est l’un des quelques centaines de civils restés à Kobané. Ce jeudi après-midi, le quartier qui héberge sa clinique de fortune, au premier étage d’un immeuble anonyme, a essuyé des tirs de mortiers. «On a reçu deux morts, dont un civil, et six blessés», raconte le médecin.

Radiologue de formation, il se retrouve à tout faire, appuyé par une équipe médicale de dix personnes: nettoyage des plaies, points de suture, perfusion, transfusion sanguine. Il y a deux jours, il a même donné son sang à une combattante de 27 ans, blessée d’un tir de sniper dans la poitrine. «Les combattants font couler leur sang pour défendre notre terre. Je suis heureux que le mien puisse aider», dit-il. Les cas graves sont évacués dans des hôpitaux en Turquie pour être opérés d’urgence. «Parfois, ils doivent patienter jusqu’à dix heures au poste frontière pour qu’on les laisse passer. Malheureusement, cette attente peut s’avérer fatale. Certains blessés meurent avant d’arriver», s’attriste-t-il. En fonction des jours, et de l’intensité des attaques, Mohammad Arif Ali reçoit quotidiennement entre 6 et 30 patients. «Parfois, on voit arriver des blessés qui ont perdu une jambe, un bras. L’autre jour, on nous a amené une femme dont la tête avait été arrachée par un obus», poursuit-il. Imprimées à jamais dans sa mémoire, ces scènes de chaos de la fin septembre, quand les soldats du califat d’Al- Bagh­dadi ont fait irruption en centre-ville: «Ça tirait de partout à l’arme lourde. Dans les rues, c’était la panique. Les gens couraient sans se retourner. Ce jour-là, on a reçu une quarantaine de blessés, dont des gamins, et dix combattants. Des femmes hurlaient: où est mon fils? Où est ma sœur? Seule la moitié des blessés a survécu. Les médecins et infirmiers étaient à bout de nerfs. Une dizaine d’entre eux n’ont pas tenu. Ils sont partis.»

Depuis le 16 septembre, date du début de l’offensive des islamistes au drapeau noir, près de 600 personnes ont péri, en majorité des combattants, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme. La semaine dernière, l’espoir est revenu timidement: l’intensification des frappes de la coalition a freiné la progression de l’Etat islamique, chassant même ses soldats de plusieurs artères stratégiques. Mais Daech, qui encercle la ville, continue à pilonner la frontière, dernière issue de secours, et à refermer le piège sur les combattants kurdes. «Quand on entend les avions, on applaudit en direction du ciel. Dès que ça s’arrête, les guerriers de Daech se remettent à tirer au canon. Et là, on se sent de nouveau vulnérable. Parfois, on doit se réfugier au sous-sol», confie Mohammad Arif Ali. Sa voix se perd dans un énorme «boum», suivi de rafales de tirs. «Vous entendez? Ça tire de nouveau!» lance l’imperturbable médecin. En un mois, il a dû changer plusieurs fois de clinique de campagne au gré des nouvelles lignes de front, constamment changeantes. L’hôpital principal, évacué au début de l’offensive, a été défiguré par un attentat à la voiture piégée. «Les djihadistes s’infiltrent partout, dans les rues, sur les toits, dans les maisons», dit le praticien. Par précaution, les sorties sont limitées au maximum, juste le temps de fumer une cigarette à la va-vite, de s’approvisionner en pain ou d’aller chercher l’eau au puits. «Ensuite, on la fait bouillir, car il n’y a plus d’eau potable», ajoute-t-il.

Dehors, la ville a perdu son âme: rideaux de fer baissés, salons de beauté fermés, écoles vides. A Kobané, il n’y a plus d’enfants. Seulement des combattants – environ 5000, dont de nombreuses femmes. Et autant de civils, affirme Mohammad Arif Ali – même si ce chiffre est invérifiable. Dans les rues, l’écho des canons a chassé le chant des oiseaux. Et puis, ce spectacle sordide des cadavres «ennemis» qui jonchent les trottoirs. La semaine passée, le docteur Mohammad Arif Ali en a vu, de ses propres yeux. «Ils étaient Tunisiens. C’était écrit sur leurs papiers d’identité. J’étais choqué. L’année passée, j’ai travaillé à Tunis: une ville accueillante, sympathique. Ce n’est pas la Tunisie que je connais!» dit-il, consterné par ce Printemps arabe, parti de Tunisie, si vite métamorphosé en hiver djihadiste.

Il est revenu il y a 5 mois en Syrie pour aider les siens, et sa vie est aujourd’hui un enfer au quotidien. «Parfois, on ne se douche pas pendant 5 jours. Le soir, on dort à peine. En fait, de jour comme de nuit, on ferme l’œil quand on peut, entre deux soins d’urgence», confie-t-il. Avant d’ajouter, pragmatique: «De toute façon, dans la clinique, il n’y a pas assez de place pour tout le monde pour dormir!» Les repas, eux, sont sommaires: du pain et des conserves. «Pour garder le moral, on chante, on joue au tambourin, on fume la chicha», dit le docteur. A cause des combats, Mohammad Arif Ali n’est pas rentré chez lui depuis un mois. Son appartement, situé dans la partie ouest, sous le contrôle de l’YPG [les Unités de protection du peuple, la milice kurde], est néanmoins resté intact. «L’autre jour, un combattant kurde m’a appelé pour me dire qu’il était dans ma cuisine, en train de manger mon fromage. Bon appétit, je lui ai répondu!» rigole le médecin. L’humour, une carapace de protection en ces heures difficiles.

Fayza Abdi, elle, ne reverra jamais sa maison, dans le quartier de Sina. «Les djihadistes l’ont bombardée», raconte cette membre du Conseil municipal de Kobané, en visite éclair à Suruç, première ville turque après la frontière. Les photos qui commencent à circuler sur Internet montrent l’ampleur des dégâts: des bâtisses éventrées, des couloirs de ruines, des places méconnaissables. Un mini-Srebrenica aux portes de la Turquie. Car, pour les Kurdes, c’est bien d’un nettoyage ethnique qu’il s’agit. «Les djihadistes nous détestent. Ils nous traitent de kafir (infidèles). Ils ne supportent ni nos idées égalitaires, ni notre vision modérée de l’islam, ni l’importance donnée aux femmes», dit-elle. Elle non plus n’en revient pas de la vitesse à laquelle Kobané a sombré dans l’enfer.

Après le début de l’insurrection anti-Assad, en 2011, la minorité kurde (15% de la population syrienne) était pourtant parvenue à faire renaître son rêve d’indépendance. En marge de la guerre civile, le Rojava fut déclaré l’année suivante région auto-administrée, composée de trois cantons autonomes: Kobané, Afrine, à l’ouest, et Djazira, à l’est. Un rêve aujour­d’hui menacé par Daech. Et que la Turquie fait tout pour briser. «Pendant trois ans, elle a fermé les yeux sur le passage de rebelles syriens islamistes. Et, aujourd’hui, elle bloque la frontière aux combattants pro-kurdes. Ankara joue la carte djihadiste pour nettoyer le nord de la Syrie de la présence kurde», enrage Idris Nassan, un autre représentant politique de Kobané. Collé à son oreille, le portable ne cesse de sonner. Egalement de passage à Suruç, il a un agenda saturé: faire libérer ses confrères du Conseil municipal, arrêtés par les autorités turques, appeler à l’aide ses contacts occidentaux, convaincre les ambassades européennes de pousser Ankara à ouvrir un corridor… «A force de pression, les soldats nous ont laissé envoyer quelques camions de nourriture. Mais ce n’est pas suffisant», dit-il.

Là-bas, de l’autre côté, Asya Abdullah en supervise la distribution, avec une équipe de bénévoles. Retranchée dans un endroit secret de Kobané, la coprésidente du PYD (Parti de l’union kurde) affirme que les combattants kurdes, appuyés par des rebelles syriens, contrôlent désormais «70% de la ville, y compris le carré sécuritaire, repris aux djihadistes». «Dans chaque quartier, derrière chaque ligne de front, nous pouvons également compter sur le courage des civils, eux aussi armés. A Kobané, chacun met le pied à l’étrier: il y a des femmes qui font le pain chez elles, des jeunes qui en assurent la livraison», dit-elle, au bout d’une ligne téléphonique parasitée par de nouvelles violentes détonations. «Tout va bien, si, si, tout va bien», insiste-t-elle, presque vexée, quand on lui demande si elle a peur. Fidèle à la doctrine du PYD, un parti à la discipline de fer, héritée de l’idéologie marxiste des rebelles du PKK turc, elle enchaîne d’une voix martiale: «Daech est bien plus fort en armes et nombre, mais nous nous battrons jusqu’à la dernière balle!»

Pas de discours formaté pour Bavé Renas. Mais plutôt une détermination à toute épreuve. A 48 ans, cet agriculteur aux yeux turquoise a abandonné ses champs de pistaches pour endosser le treillis et protéger sa «terre» et son «honneur» contre Daech. «Jamais je n’avais touché à une arme de ma vie», dit-il, encore surpris par son geste. Ce jeudi, c’est lui qui nous accoste à quelques mètres des barbelés du poste frontière de Mursitpinar. Le temps d’une pause salutaire, il est venu embrasser sa famille, réfugiée dans un camp, avant de repartir au front. Il raconte Kobané: «La moitié de la ville est détruite. Il n’y a plus d’électricité. Les rues sentent la morgue, tant il y a de cadavres d’ennemis abandonnés.» Preuve, dit-il, du mépris des djihadistes pour la mort: «Ils s’en fichent de mourir. Je me souviens d’un combat de rue, début octobre. Avec mes hommes, on en a tué 65. Des renforts sont arrivés de leur côté. Ils ont formé un mur en empilant les 65 cadavres et ils ont continué, impassibles, à nous tirer dessus.» Lui qui a vu, fin septembre, un compagnon d’armes se faire décapiter sous ses yeux connaît le danger de ce combat. «Mais c’est mon devoir de résister. Ces gens-là violent les femmes, ils kidnappent les enfants, ils s’accaparent les terres. Si on cède, ils ne s’arrêteront pas à Kobané», insiste Bavé Renas, avant de repartir franchir les barbelés. En quelques secondes, l’obscurité du soir l’a déjà englouti. De l’autre côté, le piège de Kobané s’est refermé.

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/0e59a5c4-5886-11e4-b7f4-d2d5f283df81/Survivre_dans_le_pi%C3%A8ge_de_Koban%C3%A9

Les Américains larguent des armes PAR AFP 20/10/14

La Turquie fait un geste pour aider les peshmergas à Kobané

La pression internationale s’accentue sur les djihadistes à Kobané avec une première livraison d’armes aux Kurdes et la promesse de la Turquie de faciliter l’arrivée de combattants kurdes irakiens pour défendre la ville syrienne. Ces nouveaux développements interviennent alors que les combattants kurdes ont réussi ces derniers jours à freiner l’avancée des combattants de l’Etat islamique (EI) grâce notamment à l’augmentation des raids aériens de la coalition internationale.

 Pour la première fois depuis le début de l’offensive de l’EI, trois ­avions cargos C-130 américains ont largué à l’aube des armes, des munitions et du matériel médical, sur les positions des Unités de protection du peuple (YPG), qui contrôlent encore environ 50% de Kobané. Ces armes, fournies par les autorités kurdes d’Irak, vont être «d’une grande aide», s’est félicité le porte-parole des YPG. Le secrétaire d’Etat américain John Kerry a affirmé qu’il serait «irresponsable» pour les Etats-Unis et «moralement très difficile de tourner le dos à une communauté combattant» l’EI.

Ces dernières semaines, les Kurdes avaient multiplié les appels à renforcer les moyens des combattants des YPG, moins nombreux et moins bien armés que ceux de l’EI qui veulent conquérir la troisième ville kurde de Syrie. Mais désormais «l’équilibre des forces peut basculer à tout moment», a estimé l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

D’autant que la Turquie a surpris en annonçant qu’elle aidait «les forces des peshmergas kurdes» d’Irak «à franchir la frontière pour aller à Kobané». Malgré les pressions de ses alliés, Etats-Unis en tête, le gouvernement islamo-conservateur d’Ankara a jusqu’à présent toujours refusé d’intervenir pour venir en aide aux combattants kurdes syriens. Mais, a assuré le chef de la diplomatie turque Mevlut Cavusoglu, «nous n’avons jamais voulu que Kobané tombe». Dimanche encore, le président Recep Tayyip Erdogan avait rejeté catégoriquement les appels lancés à son pays pour qu’il fournisse directement des armes aux YPG.

SOURCE: http://leblogalupus.com/2014/10/21/kobane-par-marie-helene-miauton/

000000000000000000000000000000

Foreign Ministry: Syria rejects creation of buffer zones in its territories, will take measures to preserve its sovereignty
– Medvedev: Syria’s government is sole bearer of Syrian people’s sovereignty
– Lavrov: Russia & the U.S can effectively cooperate in combating terrorism
– MP Waris al-Younes and another civilian killed in terrorist attack in Hama
– Russia: Arrest of one terrorist involved in recruiting terrorists to fight in Iraq & Syria
– Iraq: Army arrests 15 most dangerous ISIL terrorists
– Egypt: Bomb blast injures 12 people in Cairo

00000000000000000000000000000000000000000

https://acenewsservices.files.wordpress.com/2014/10/triple-suicide-bombing-in-iraq-kills-26-kurdsscreenshot-from-2014-10-12-164602.png

plus : http://acenewsservices.wordpress.com/2014/10/12/baghdad-triple-suicide-bombing-carried-out-by-islamic-state-kills-police-chief-and-twenty-six-officers/

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Solidarité Ouvrière

Malgré le couvre-feu, la population de Kızıltepe (Kurdistan turc) continue de manifester son soutien à la résistance de Kobanê contre Daesh et à dénoncer la complicité du gouvernement Erdogan avec les assassins du groupe obscurantiste.

kur1

Dès le matin, des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues et ont défié le couvre-feu. Chaque quartier a été transformé en citadelle pour résister aux forces de répression. De jeunes habitants de la ville ont érigé des barricades pour résister aux forces de répression. A coups de cocktails molotov, de feu d’artifice et de pierres, la population a affronté des forces de répression armées de canons à eau, de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc.

Voir l’article original 21 mots de plus

histoireetsociete

.http://rt.com/news/193972-kurdish-women-fighters-isis/

Publié RT: 7 octobre 2014 18:30
Édité fois: 8 octobre 2014 05:55
RT Photo / Paula Slier

Photo de RT / Paula sournoise

 Les femmes combattantes kurdes  déclenchent la peur des militants de l’État islamique, qui croient qu’ils iront tout droit en enfer s’ils sont tués par une femme. RT s’est rendu à la frontière irako-syrienne pour rencontrer le GPJ, le bataillon féminin combat IS.

La zone frontalière entre l’Irak et la Syrie est actuellement contrôlée par des bénévoles  kurdes après l’abandon des forces militaires irakiennes et syriennes des passages frontaliers.

Les femmes combattantes  occupent le poste d’observation sur la frontière, ce qui leur permet de surveiller toutes les activités de l’IS en Irak et en Syrie.

000_Mvd6580355_0

Rosarine, une des femmes, a avoué qu’elle avait jamais tiré avec un pistolet dans sa vie avant que  la guerre contre l’Etat islamique (IS, anciennement ISIS) ait commencé.


« La première fois que j’ai tiré, j’ai eu peur…

Voir l’article original 438 mots de plus

0000000000000000000000000000

Solidarité Ouvrière

Samira Salih al-Nuaimi est une avocate de Mossoul connue pour son engagement pour les droits humains et en particulier les droits des détenus et son action contre la pauvreté.

Elle a été enlevée à son domicile le 17 septembre 2014 par des membres de Daesh (ex-Etat Islamique en Irak et au Levant) après avoir publié des messages sur facebook dénonçant la destruction de sites religieux à Mossoul par les fanatiques religieux réactionnaires de Daesh.

Voir l’article original 26 mots de plus

KTLA

[ooyala code= »ZkYmxvcDpR34bWZ5lxZMhOItsfyQZTR_ » player_id= »f987944e2b8d47c5ad7da7977780b8bd »]

U.S. and coalition warplanes pounded ISIS positions in eastern Syria on Wednesday, targeting what a Pentagon official described as mobile oil refineries being used by the so-called Islamic State terror group to help finance its operations.

The latest round of airstrikes were aimed at cutting off money flowing to ISIS, which makes up to $2 million a day from oil produced by the mobile refineries, Navy Rear Adm. John Kirby, the Pentagon spokesman, told CNN.

Fighter jets from Saudi Arabia and the United Arab Emirates flew alongside U.S. aircraft during the operation, hitting 12 locations, Kirby said.

While the U.S. military was still assessing the outcome of the attacks, Kirby said initial indications suggest the strikes were successful.

« We are very confident we hit what we were aiming at, and we caused the damage we wanted, » he said.

The airstrikes came just hours after U.S. President Barack…

Voir l’article original 767 mots de plus

SOURCE: http://resistanceauthentique.wordpress.com/2014/09/22/irak-certains-pays-membres-de-lue-acheteraient-du-petrole-du-daech-ou-etat-islamique-ei/

——————

IMAGE: http://static.latribune.fr/article_content/363987/carte-petrole.png

EXTRAIT:

En août dernier, le site Atlantico indiquait pour sa part que le pétrole et les produits dérivés sous contrôle de l’Etat islamique étaient revendus à prix réduit sur le marché noir local, en Irak et en Syrie (à un prix variant entre 25 et 50 dollars le baril contre un prix sur le marché de plus de 100 dollars).

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Irak : certains pays membres de l’UE achèteraient du pétrole de l’Etat Islamique (EI)

par Elisabeth Studer

Alors que nous indiquions récemment que du pétrole du Kurdistan est exporté depuis janvier vers la Turquie, laquelle assume pleinement ses relations économiques avec cette région d’Irak, affirmant même haut et clair destiner ce pétrole au marché international, selon Anadolu news agency, c’est désormais Jana Hybas-Kova, ambassadrice de l’Union européenne en Irak qui vient d’affirmer lors du Comité des Affaires étrangères du Parlement européen que certains pays européens avaient acheté du pétrole à « l’Etat islamique » .

Néanmoins, en dépit des questions pressantes de certains députés européens désireux d’en savoir plus, cette dernière a refusé de divulguer la liste des pays impliqués.

En août dernier, le site d’information « Jutarnji List », cité par l’agence de presse Reuters, indiquait quant à lui qu’un pétrolier transportant du pétrole brut du Kurdistan irakien, contenant 80.000 mètres cubes de brut, était entré dans le port croate d’Omisalj. Ajoutant qu’il s’agissait de la quatrième cargaison d’une telle envergure de brut en provenance du Kurdistan irakien, chargée dans un port de Turquie, à destination de la Croatie.

L’ambassadrice a par ailleurs déclaré que les tankers chargés du pétrole acquis auprès de l’Etat Islamique étaient arrivés dans plusieurs pays membres de l’UE, exhortant l’Union européenne à faire pression sur Iran, Kurdistan et Turquie en vue de faire stopper ces transactions.

Toujours selon Anadolu, Jana Hybas-Kova a ajouté que les contrées européennes qui alimentaient en arme les forces de Peshmerga en vue de soutenir leur combat contre l’Etat islamique ne se coordonnaient pas entre elles. Précisant que jusqu’à présent, il n’existe aucune garantie permettant de confirmer ou infirmer que l’Etat Islamique ou les terroristes kurdes se seraient emparés de ces armes.
L’ambassadrice a par ailleurs souligné la nécessité de développer un cadre juridique international via l’OTAN pour lutter contre l’EI, tout en mettant en garde sur les conséquences néfastes de tout éventuel soutien à l’indépendance du Kurdistan, déclarant qu’un tel mouvement serait susceptible d’engendrer l’effondrement complet du Moyen-Orient.

En ce qui concerne tout particulièrement l’achat de pétrole, précisons que selon David Rigoulet-Roze, spécialiste des questions énergétiques au Moyen-Orient, s’exprimant sur TV5Monde, du pétrole du Kurdistan est exporté depuis janvier, via des camions citernes vers la Turquie. Autre alternative en dehors de la voie maritime : depuis mai 2014, un pipeline ayant pour destination le port turc de Ceyhan permet également de fournir la Turquie en hydrocarbures. Laquelle assume pleinement ses relations économiques avec cette région d’Irak.
Le gouvernement du Kurdistan a en effet décidé d’octroyer des concessions pétrolières à des entreprises étrangères (Exxon Mobil, Chevron, Total) sans l’aval de Bagdad, avec l‘ouverture d’un oléoduc partant de Tak Tak (raffinerie dans la région d’Erbil), d’une capacité actuelle de transit vers la Turquie de 100 000 barils jour, pouvant atteindre à terme 400 000 barils jour.
Certes, l’intervention militaire américaine qui a débuté le 8 août dernier a officiellement pour objectif de protéger les minorités religieuses du Kurdistan irakien, massacrées par les djihadistes de l’Etat islamique. Néanmoins, certains analystes soulignent que cette partie de l’Irak s’avère être particulièrement riche en pétrole, puisqu’elle constitue le deuxième pôle exportateur d’Irak.

Après être rentrés à Qaraqosh, et avoir massacré les populations chrétiennes, les miliciens de l’État islamique d’Irak ont accru leur pression sur les champs de pétrole du Kurdistan. Toutefois, ils pourraient se heurter, au sud du gisement de Kirkouk, aux populations yézidies. Lesquelles, de culture et de langue iranienne, viennent de recevoir l’aide logistique et militaire des États-Unis et de la Grande-Bretagne.
Cette région, située autour de la ville d’Erbil, disputée entre les Kurdes et l’ l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL), suscite un intérêt particulier.  Si l’on superpose la carte des gisements pétroliers du nord de l’Irak et celle des minorités, on s’aperçoit que le foyer yézidi, situé au sud de Kirkouk, pourrait constituer un territoire tampon susceptible de protéger les gisements pétroliers du nord contre les appétits de l’EIIL.

En août dernier, le site Atlantico indiquait pour sa part que le pétrole et les produits dérivés sous contrôle de l’Etat islamique étaient revendus à prix réduit sur le marché noir local, en Irak et en Syrie (à un prix variant entre 25 et 50 dollars le baril contre un prix sur le marché de plus de 100 dollars).
Le site indiquait alors que ces produits étaient également utilisés par l’EI pour ses propres besoins, tout en ajoutant que l’EI contrôle également les routes de contrebande et de transit du pétrole vers la Jordanie, la Turquie et l’Iran (via le Kurdistan).
« En raison de la complexité et souvent de l’opacité des réseaux de distribution, ces pays pourraient en effet devenir les clients involontaires et indirects de l’Etat islamique, s’ils ne le sont pas déjà » affirmait par ailleurs le journaliste d’Atlantico. Lequel ajoutait «à terme, on ne peut pas exclure que du carburant vendu par des intermédiaires de l’Etat islamique ne soit commercialisé aux Etats-Unis et même en Europe ».

Le site French.irib – qui, soit dit en passant, reprend allègrement une grande partie de nos articles en bafouant toute notion de droit d’auteur et de déontologie – indique pour sa part que des rapports avaient déjà accusé la Turquie d’acheter et de transporter le pétrole vendu par « l’Etat islamique » et par le Front al-Nosra.

Selon les rapports, les services de renseignement occidentaux seraient capables de suivre les livraisons de pétrole des terroristes de l’EI se déplaçant à travers l’Irak et la Turquie. L’organisation terroriste contrôlerait quant à elle onze champs pétroliers dans le nord de l’Irak et dans la province syrienne de Raqqa (ville du centre du pays).

Sources : Anadolu news agency  La Voix de la Russie, French.irib, Atlantico

Elisabeth Studer – www.leblogfinance.com  – 21 septembre 2014

A lire également :

Irak : le pétrole, enjeu majeur du conflit, entre Kurdistan, Turquie et USA …

Turquie : émeute mortelle liée au Kurdistan, encore une odeur de pétrole ?

Irak / Turquie : conflit financier sous forte odeur de pétrole

Irak/pétrole : le Kurdistan s’oppose au projet de loi approuvé par Bagdad

000000000000000000000000000000000

IMAGE:  http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/f8/Rafale_070412-N-8157C-542.JPEG

EXTRAIT

« Ce ne sont pas quatre rafales qui vont faire basculer l’équilibre des forces sur le terrain.« 

civilwarineurope

imageL’Etat islamique a appelé aujourd’hui ses partisans à riposter aux frappes lancées par la France et les Etats-Unis dans le nord de l’Irak en s’en prenant à leurs ressortissants.

« La meilleure chose que vous puissiez faire est de vous efforcer de tuer tout infidèle, qu’il soit Français, Américain ou d’un de leurs pays alliés », déclare le porte-parole du groupe, Abou Mohamed al Adnani, dans un message audio diffusé lundi et repéré par le groupe de surveillance SITE.

« Si vous ne pouvez pas trouver d’engin explosif ou de munition, alors isolez l’Américain infidèle, le Français infidèle, ou n’importe lequel de ses alliés. Ecrasez-lui la tête à coup de pierre, tuez-le avec un couteau, renversez-le avec votre voiture, jetez-le dans le vide, étouffez-le ou empoisonnez-le », poursuit-il.

La France a mené vendredi ses premières frappes contre des cibles de l’Etat islamique dans le nord de l’Irak. L’aviation américaine est entrée en action contre…

Voir l’article original 243 mots de plus

Uprootedpalestinians's Blog

Global Research, September 17, 2014
boots on the ground

Who, President Barack Obama might well be asking, will rid me of this turbulent, loquacious general? Gen. Martin Dempsey of the Joint Chiefs of Staff is certainly one of those characters who may well have given the game away. The United States, he is suggesting, may well find its soldiers on the ground fighting the Islamic State. Caliphate pretenders will do war against freedom loving Marines on holy desert fields. 

The Senate Armed Services Committee were the first ones to receive the cheeky scoop, though it was hardly a remarkable one: everyone knows that any mission that begins in a noble, humanitarian way, with distantly directed missile strikes, has a habit of turning into a heavily laden ground mission.  Video game trigger pulling becomes mission hugging very quickly.

“My view at this point is that his coalition is the appropriate way forward…

Voir l’article original 1 008 mots de plus

Global News

TORONTO -[tweetable text= »Canada to deliver arms, ammunition to troops in Iraq fighting ISIS »] Canada will be conducting military airlifts out of the Czech Republic [/tweetable]to supply Kurdish fighters in northern Iraq with arms and ammunition.

« Canada’s facilitation of crucial airlifts is another demonstration of our support for Iraq at this critical time, » said Foreign Minister John Baird during an international conference in Paris.  « The threat posed by ISIL requires a firm response from the international community and Canada is committed to playing its part. »

READ MORE: Diplomatic push grows against ISIS

Diplomats around the world gathered  in France Monday to plot strategy against the Islamic State group.

Under Operation IMPACT, Baird said the Canadian Air Task Force Iraq will begin operating from the Czech Republic on September 18 and will deliver small-arms ammunition to Iraq to assist the Iraqi security forces protect civilians from the terrorist threat presented by ISIS, also known as ISIL.

The recent killing of…

Voir l’article original 36 mots de plus

Lu sur : http://allainjules.com/2014/09/15/silence-assourdissant-irak-quand-laurent-fabius-soutenait-les-djihadistes-en-syrie/

L’information déjantée, au Kärcher, et la liberté d’expression dans sa quintessence: « Mieux vaut mourir debout que de vivre à genoux » de Emiliano Zapata
SILENCE ASSOURDISSANT. Irak : Quand Laurent Fabius soutenait les djihadistes en Syrie

« Il n’y a pas de temps à perdre » face à Daesh (Etat islamique); « Nous devons tout faire contre l’embrigadement de nos jeunes ». C’est ce que nous pouvons retenir du discours de François Hollande lundi à Paris, lors de l’ouverture de la Conférence de paix en Irak. Il s’adresse à qui, à Fabius, aux médias, à lui ? Probablement, car, nous avions dénoncé ces monstres pendant que, eux, qui lancent aujourd’hui des cris d’orfraie les armaient et finançaient en Syrie pour faire tomber le Gouvernement Assad…pardon, le « régime » Assad. Hollande a persisté et signé en parlant de l’appui à tous prix aux combattants démocratiques. Encore ce genre d’oxymores aussi ridicules que pathétiques. . Le 12 décembre 2012, à Marrakech, Laurent Fabius critiquait la décision des États-Unis de placer le Front Al-Nosra, branche syrienne d’Al-Qaida, sur leur liste des organisations terroristes, estimant qu’en Syrie Al-Nosra « fait du bon boulot ». Il était même allé plus loin en souhaitant que Bachar al-Assad ne soit plus de ce monde. C’était en Turquie. Comment voulez-vous que des jeunes, qui voient un ministre de la République, appuyé qui plus est par la presse mainstream, ne soient pas attirés par le djihad ? Etrangement et hypocritement surtout, tout le monde monte au créneau pour fustiger…Internet. De qui se moque-t-on ? A ce sujet, écoutons le couple franco-syrien Antakli:

A quel moment il y aura une crise de conscience dans les pays occidentaux ? A quel moment ces gens comprendront qu’ils ont été les alliés des islamistes en Libye ? Ne retenant jamais les leçons du passé, avant même la mise en place de la coalition internationale contre l’Etat islamique, on peut déjà se dire que, ça sera un échec…Pendant ce temps-là, leur meilleur allié Laurent Fabius, assiste, goguenard, à la Conférence internationale contre l’EI, sans rien dire…Nous, ici,  nous n’oublierons jamais ses déclarations d’amour à al-Nosra ou même à l’EI comme le font les médias aux ordres… Nous attendons sa conférence de presse qui aura lieu ce jour juste après midi. Que peut bien dire Fabius ?

0000000000000000000000000000000000000000


%d blogueurs aiment cette page :