Archives de la catégorie ‘USA’

Selon un document de la DIA l’Occident facilite la montée de l’Etat islamique « afin d’isoler le régime syrien »

diaDéfense Intelligence Agency (DIA)

Le lundi 18 mai, Judicial Watch, le groupe de vigilance du gouvernement conservateur, a publié une sélection de documents autrefois classifiés obtenus du Département américain de la Défense et du Département d’Etat grâce à un procès fédéral.

Alors que les grands médias se concentraient sur le traitement par la Maison Blanche de l’attaque du consulat de Benghazi, un bien plus «grand tableau» se dégage de la lecture d’un document de la Defense  Intelligence Agency rédigé en 2012: à savoir que l’avènement d’un «État islamique» dans l’est de la Syrie est souhaitable pour que l’Occident puisse arriver à ses fins dans la région.

De manière surprenante, le rapport récemment déclassifié stipule que pour «l’Occident, les pays du Golfe et la Turquie [qui] soutiennent l’opposition [syrienne]… il y a la possibilité d’établir une principauté salafiste officielle ou pas, dans l’est de la Syrie (Hasaka et der Zor), et c’est exactement ce que veulent les puissances qui soutiennent l’opposition, afin d’isoler le régime syrien …».

Le rapport de la DIA, anciennement classé «SECRET // NOFORN*» et daté du 12 août 2012, a été largement diffusé dans les divers organes gouvernementaux, y compris CENTCOM, la CIA, le FBI, le DHS, NGA, le Département d’État et beaucoup d’autres.

Le document montre que, dès 2012, le renseignement américain avait prédit la montée de l’Etat Islamique en Irak et au Levant (ISIL ou ISIS), mais au lieu de désigner clairement le groupe comme un ennemi, le rapport considère le groupe terroriste comme un atout stratégique américain.

Bien qu’un certain nombre d’analystes et de journalistes documentent depuis longtemps le rôle des agences de renseignement occidentales dans la formation et l’entrainement de l’opposition armée en Syrie, ce document constitue la confirmation par les plus hautes sphères du Renseignement étasunien de l’idée que les gouvernements occidentaux voient essentiellement ISIS [EIIL] comme le meilleur moyen de parvenir à un changement de régime en Syrie. Non seulement ce document le dit clairement mais il le dit comme si c’était la chose la plus naturelle qui soit.

Des preuves matérielles, des vidéos, ainsi que les récents aveux de hauts fonctionnaires impliqués (voir l’aveu de l’ancien ambassadeur des Etats-Unis en Syrie, Robert Ford, ici et ici), ont, depuis, prouvé que le soutien matériel des terroristes d’ISIS sur le champ de bataille syrien par le Département d’État et la CIA remonte à au moins 2012 et 2013 (pour un exemple clair de «preuves matérielles»: voir le rapport de l’organisation anglaise, Conflict Armement Research, qui, en remontant la trace des roquettes anti-chars croates récupérées auprès de combattants ISIS, est arrivée à un programme conjoint CIA /Arabie Saoudite via des numéros de série identifiables).

On peut résumer ainsi les points clés du rapport de la DIA, concernant «ISI» (en 2012 : «Etat Islamique en Irak») et son futur compère ISIS, qui vient d’être déclassifié  :

  • Al-Qaïda conduit l’opposition en Syrie
  • L’Occident s’identifie avec l’opposition
  • L’établissement d’un Etat Islamique naissant n’est devenu réalité qu’avec la montée de l’insurrection syrienne (il n’y a aucune raison de penser que le retrait des troupes américaines d’Irak ait joué le rôle de catalyseur dans l’essor de l’Etat Islamique, comme l’affirment d’innombrables politiciens et experts; voir la section 4 .D. ci-dessous)
  • La mise en place d’une «principauté salafiste» en Syrie orientale est «exactement» ce que veulent les puissances extérieures qui soutiennent l’opposition (identifiées comme «l’Occident, les pays du Golfe, et la Turquie») pour affaiblir le gouvernement d’Assad
  • Il est suggéré de créer des «lieux de refuge sûrs» dans les zones conquises par les insurgés islamistes comme cela a été fait en Libye (ce qui dans les faits, se traduit par une soi-disant zone d’exclusion aérienne comme premier acte d’une «guerre humanitaire»; voir 7.B.)
  • L’Irak est identifié à «l’expansion chiite» (de 8.C)
  • Un « «état islamique» sunnite pourrait empêcher «l’unification de l’Irak» et pourrait «faciliter à nouveau l’entrée d’éléments terroristes de tout le monde arabe dans l’arène irakienne.» (Voir la dernière ligne du PDF.)

_____________________________________________

 

Ce qui suit est extrait du rapport de sept pages déclassifié de la DIA (C’est nous qui soulignons ) :

 

dia-2012-syria-islamic-state1

R 050839Z 12 août

La situation générale:

  1. A l’intérieur, les événements prennent une tournure clairement sectaire.
  2. Les Salafistes [sic], Les Frères musulmans et Al-Qaïda – Irak, sont les forces principales de l’insurrection en Syrie.
  3. L’Occident, les pays du Golfe et la Turquie soutiennent l’opposition, tandis que la Russie, la Chine et l’Iran soutiennent le régime.

  1. (C) Al-Qaïda – Irak (IQA): … B. IQA soutient l’opposition syrienne depuis le début, à la fois idéologiquement et dans les médias …

4.D. IQA a perdu du terrain dans les provinces de l’ouest de l’Irak en 2009 et 2010. Cependant, après la montée de l’insurrection en Syrie, les pouvoirs religieux et tribaux régionaux ont sympathisé avec le soulèvement sectaire. Cette (sympathie) s’est concrétisée par l’appel à bénévoles pour soutenir les sunnites [sic] en Syrie, dans les sermons du vendredi.

  1. (C) Hypothèses sur le développement futur de la crise:
  2. le régime va survivre et garder le contrôle du territoire syrien.
  3. Evolution de la situation actuelle en guerre par procuration: … les forces d’opposition tentent de contrôler les zones orientales (Hasaka et Der Zor), qui touchent les provinces irakiennes orientales (Mossoul et Anbar), en plus des frontières turques voisines. Les pays occidentaux, les pays du Golfe et la Turquie soutiennent ces efforts. Cette hypothèse, qui est le plus probable étant donné ce que nous savons des événements récents, permettra de préparer des lieux de refuges sûrs sous contrôle international comme cela a été fait en Libye quand Benghazi a été choisi comme centre de commande du gouvernement provisoire.

8.C. Si la situation se détériore,  on pourra établir une principauté salafiste officielle ou pas, dans l’est de la Syrie (Hasaka et Der Zor), Et c’est exactement ce que veulent les puissances qui soutiennent l’opposition, afin d’isoler le régime syrien qui est considéré comme l’extrémité stratégique de l’expansion shiite (Irak et l’Iran)

8.D.1. … ISI pourrait aussi constituer un Etat islamique en s’unissant avec  d’autres organisations terroristes en Irak et en Syrie, ce qui mettrait gravement en danger l’unification de l’Irak et la défense de son territoire.

Brad Hoff, Levant Report | Mai 19, 2015

Note : * no foreign nationals : ne pas communiquer aux étrangers

Traduction : Dominique Muselet 

Article original : http://levantreport.com/2015/05/19/2012-defense-intelligence-agency-document-west-will-facilitate-rise-of-islamic-state-in-order-to-isolate-the-syrian-regime/

Chacun est libre de diffuser les articles publiés par Arrêt sur info à condition de mentionner le nom de l’auteur et le lien

Source: http://arretsurinfo.ch/selon-un-document-de-la-dia-de-2012-loccident-facilitera-la-montee-de-letat-islamique-afin-disoler-le-regime-syrien/

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

US Department of Defense Admits Supporting ISIS, Buffer Zones In Syria

syria-nato

While the Western mainstream media and even independent gatekeepers like Noam Chomsky for years spread the lie that any suggestion that the United States and NATO were supporting ISIS was a “conspiracy theory,”recently uncovered and declassified documents from the Defense Intelligence Agency have proven the Western press and the likes of Chomsky wrong and, yet again, the so-called “conspiracy theorists” right.

This is because, on May 18, Judicial Watch published a selection of recently declassified documents that were obtained from the US Department of Defense and the US State Department as a result of a lawsuit filed against the US government. The lawsuit and most of the documents contained within the release revolved around the Benghazi scandal but a deeper look into the documents dating back to 2012 reveal an even bigger story – that the US and NATO have admitted in their own documents to supporting al-Qaeda and ISIS in Syria and Iraq.

MORE: http://www.globalresearch.ca/us-department-of-defense-admits-supporting-isis-buffer-zones-in-syria/5451809

0000000000000000000000000000000000

blogradiofranceirib

4bhddca08439fef1d_620C350

IRIB- Un policier blanc jugé pour avoir abattu deux Noirs non armés dans leur voiture à la suite d’une course poursuite en 2012 à Cleveland (Ohio, nord des Etats-Unis), a été acquitté samedi, ravivant des tensions raciales entre les forces de l’ordre et……………….Lire la suite http://french.irib.ir/info/international/item/370117-usa-un-policier-qui-avait-abattu-deux-noirs-acquitt%C3%A9-%C3%A0-cleveland

Voir l’article original

US-Zerstörer DDG 71 „Ross“

Militär

16:39 23.05.2015(aktualisiert 17:06 23.05.2015) Zum Kurzlink
 

Der Zerstörer DDG 71 „Ross“ der US-Marine wird am Samstag im Schwarzen Meer erwartet. Der Einsatz gelte der „Erhaltung von Frieden und Stabilität in der Region“, wie die Pressestelle der 6. US-Flotte mitteilte.

„Die Präsenz desZerstörerswirdeinweiteres MaldasInteresse der USAvorAugenführen,dieKooperationunddasoperativeZusammenwirken mitPartnern in der Schwarzmeer-Region unter derÄgide derNATOzu festigen“,hieß es. Die „Ross“ hatdaselektronisches Warn- undFeuerleitsystemAegis, Tomahawk-Raketen, Fla- und U-Boot-Abwehrraketen sowie diverseKanonen an Bord.Laut Montreux-Konvention vom 20. Juli 1936 dürfen sich Schiffe von Nichtanrainer-Staaten höchstens 21 Tage im Schwarzen Meer aufhalten.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Un Citoyen

Je suis natif de ce beau et grand pays, multicolore et multiculturel qu'ont appelait autrefois la Yougoslavie. Un pays, mon pays, détruit par cet Occident dit civilisé et démocratique et jeté aux chiens de guerre occidentaux. Tout ça pour du pognon; la seule vraie valeur occidentale.

Je vis par ici, en France, depuis un peu plus de 45 ans, je suis donc un acteur et observateur. Mais le fait d'avoir vécu une partie de ma vie de l'autre côté de la barrière idéologique me permet de faire des comparaisons et une analyse plus réaliste de ce monde-ci.

Filo

Par Filo – Le 19 mai 2015

http://lesakerfrancophone.net/la-macedoine-un-pion-americain-sur-lechiquier-balkanique
2015-05-22_13h33_04La Macédoine, Македонија est l’une des six républiques de l’ex-Yougoslavie, tout au sud sur la carte ci-jointe, mais aussi la plus pauvre et la plus fragile.

Environ 2 500 000 habitants sur une superficie de 25 713 km² (un peu plus petite que la Belgique). La capitale du…

Voir l’article original 3 197 mots de plus

“Le mensonge au plus haut niveau reste le modus operandi de la politique américaine, ainsi que les prisons secrètes, les frappes de drones, les raids nocturnes des forces spéciales, le tout en passant allègrement au-dessus de la chaîne de commandement et en court-circuitant ceux qui auraient pu dire non.” – Seymour Hersh

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Dans le dernier numéro de la London Review of Books, le journaliste d’investigation américain Seymour Hersh publie une longue enquête sur le raid qui a coûté la vie à Oussama ben Laden à Abbottabad en mai 2011 et fait voler en éclats la version officielle de la Maison-Blanche.


https://civilwarineurope.files.wordpress.com/2015/05/image49.jpg
le 11 mai 2015

imageAlors que la Russie vient de nouer un partenariat énergétique stratégique avec la Turquie et la Grèce pour un gazoduc commun devant rejoindre la Serbie, la Hongrie, l’Autriche et l’Italie. La CIA a réagi en déclenchant une agitation islamo-nationaliste albanaise depuis le Kosovo en Macédoine. Un exemple caricatural de l’alliance stratégique islamo-atlantiste en Europe.

Alternative au projet South Stream

De la même façon que la Russie achemine son gaz en Allemagne via le gazoduc “North Stream” (“Courant Nord”), Moscou entend garantir son partenariat avec l’Union Européenne en développant un projet analogue pour l’Europe méridionale et centrale, “South Stream” (“Courant Sud”) tout en contournant l’Ukraine.

Les USA, soucieux de briser une alliance stratégique euro-russe afin de s’assurer de la domination mondiale au détriment des Européens et des Russes, tentent en effet de créer un “cordon sanitaire” tourné contre Moscou partant des états baltes jusqu’à la Mer Noire, Ukraine incluse. D’où le coup d’état mené à Kiev par la CIA dans ce pays en février 2014.

Suite à cet événement, Washington a obtenu l’abandon du soutien bulgare au projet “South Stream” qui devait voir le jour.

Vladimir Poutine, actant de la soumission de la Bulgarie aux USA, annonçait formellement, début décembre 2014, l’abandon du projet “South Stream” :

“Comme nous n’avons toujours pas reçu la permission de la Bulgarie, nous pensons que dans la situation actuelle la Russie ne peut pas poursuivre la réalisation de ce projet”.

Accord russo-turco-grecque

La Turquie ambitionnait de faire transiter du gaz d’Asie Centrale et d’Orient – en concertation avec les USA – sur son territoire vers l’Europe dans le cadre du projet de gazoduc “Nabucco”. Ce concurrent direct au projet “South Stream” a été progressivement abandonné et Moscou vient d’offrir à Ankara une alternative : le “Turkish Stream”.

Ce gazoduc permettra de livrer, dès 2016, la Turquie en gaz à un prix revu à la baisse par Gazprom (source). Avec l’arrivée d’Alexis Tsipras au pouvoir à Athènes, le nouveau gouvernement grec est à la recherche de toutes les opportunités économiques possibles.

Moscou a profité de ce changement politique pour proposer aux Grecs l’extension du projet turco-russe à la Grèce. Ce qu’a rapidement accepté le gouvernement d’extrême-gauche. Cet accord entre la Russie et la Grèce avait été salué par l’Allemagne, Berlin s’opposant de plus en plus fermement à l’ingérence américaine dans les affaires euro-russes.

La Macédoine en ligne de mire de la CIA

Avec la création de ce “Turkish Stream”, la Russie dispose d’une alternative au South Stream pour l’acheminement de son gaz vers l’Italie, la Serbie et la Hongrie. Aussi, les efforts américains en Ukraine et en Bulgarie pour couper l’accès du gaz russe au marché européen sont-ils sérieusement menacés d’échec.

image

Cette perspective d’un accord entre la Grèce et la Russie fait littéralement paniquer Washington qui a envoyé il y a deux jours un émissaire à Athènes pour exiger de la Grèce qu’elle abandonne son partenariat avec Moscou (source). Le ministre de l’Energie grec a redit la volonté de la Grèce de maintenir son projet de participation au projet russe.

Mais pour réaliser le “Balkans Stream”, alternative au “South Stream”, il faut que la Russie puisse faire transiter le gazoduc conjoint par la Macédoine.

Agitation albano-islamiste fomentée par la CIA

La CIA a donc décidé d’agiter ses fidèles vassaux de la mafia albanaise. Ainsi, une attaque menée depuis le Kosovo, un non-état où est située une des plus grandes bases américaines en Europe (Camp Bondsteel), a frappé le territoire macédonien au non d’un séparatisme albanais sur les frontières de l’actuelle Macédoine. Après avoir tué 22 personnes, les assaillants se sont ensuite repliés vers leur base arrière, protégés par les forces de l’OTAN.

Le but de la manoeuvre est clair : faire échec à l’alternative d’acheminement de gaz russe en Europe en menaçant de guerre indirectes les autorités macédoniennes susceptibles de rejoindre l’accord entre Russes, Grecs et Turcs.

En guise de hors d’oeuvre, les Macédoniens ont vu une résurgence récente de l’action des musulmans albanais sur leur territoire. D’abord une action contre 4 policiers s’était déroulée fin avril.

Le but est bien sûr de mener une guerre non-conventionnelle identique à celle menée en Syrie par les USA et leurs vassaux, en agitant leurs alliés musulmans locaux.

Dans le même temps, des provocations multiples de la part des ultranationalistes musulmans d’Albanie ont visé la Serbie, comme l’annonce faite en avril d’une annexion “inéluctable” du Kosovo par Tirana (source). Une façon indirecte pour Washington de faire chanter Belgrade, au cas où le gouvernement serbe accepterait de faire transiter le gaz russe vers l’Europe centrale, Hongrie et Autriche notamment.

Révolution colorée en Macédoine

En parallèle, l’OTAN et les USA pourraient tenter de créer une crise politique visant à mettre au pouvoir un gouvernement fantoche, sur le modèle ukrainien, afin de contrecarrer le projet russe établi en concertation avec les Serbes, les Grecs et les Hongrois.

Sources :

http://breizatao.com/2015/05/11/la-cia-declenche-une-attaque-islamiste-en-macedoine-pour-contrer-le-projet-gazier-russo-grec/

http://civilwarineurope.com/2015/05/11/la-cia-declenche-une-attaque-islamiste-en-macedoine-pour-contrer-le-projet-gazier-russo-grec/

0000000000000000000000000000000

 

CYBER-RISQUES et NOUVEAU MONDE

LA NSA, l’Agence américaine de renseignements, n’utilise pas des petits mains qui retranscrivent les conversations de centaines de millions d’humains, chaque jour. Ces derniers font appels à des robots qui convertissent les formats audios en format texte. Ces informations proviennent des documents secrets de la NSA divulgués par Edward Snowden.

Le renseignement high tech. La NSA fait appel à des robots pour retranscrire vos conversations lors d’écoutes téléphoniques. Une fois retranscrits, ces documents sont classés dans une base de données. Le média en ligne The Intercept nous révèle que ce logiciel a énormément progressé depuis son utilisation après le 11 septembre. La NSA est passée à l’Ere du Big Data.

Lire

Voir l’article original

Olivier Demeulenaere - Regards sur l'économie

flop-reprise-croissance-usa« + 0,2% seulement, telle est la croissance de l’économie américaine au premier trimestre. Chacun aura remarqué comment la nouvelle a rapidement disparu des journaux après avoir fait une timide apparition parmi les titres principaux, elle mérite pourtant des analyses approfondies, l’avenir de l’économie mondiale est en jeu. Or ce chiffre montre tout simplement que la « reprise » américaine relève, une fois de plus, du mythe. Depuis 2009, la moyenne annuelle de la croissance du PIB des Etats-Unis tourne autour de 2%, ce qui ne traduit en rien une sortie de crise et un redécollage de l’économie.

En creusant un peu les chiffres, on se rend compte que le peu de croissance existant provenait pour une part significative du pétrole de schiste. Manque de chance, le cours du baril de pétrole s’est effondré au deuxième semestre 2014 (de 120 à 60 dollars) rendant cette technologie plus du tout rentable. Le nombre de…

Voir l’article original 197 mots de plus

Publié le par Philippe WAECHTER

Très intéressante discussion par Ben de la règle de Taylor appliquée à la politique menée par la Federal Reserve américaine.

La règle de Taylor formalisée, en 1993, par l’économiste John Taylor lie le taux des fed funds à l’activité économique (mesurée en écart par rapport au potentiel) et à l’inflation (mesurée en écart à l’objectif de la Fed (2%)). Bernanke montre que cette règle décrit assez bien le profil du taux des fed funds piloté par la Banque centrale.  Taylor indique qu’il y a des écarts significatifs entre le taux observé et le taux calculé selon la règle. Il en conclut que la politique monétaire au début des années 2000 et durant la crise a probablement été trop accommodante.


Néanmoins Bernanke suggère qu’en s’écartant de certaines hypothèses  du papier initial de Taylor, la politique monétaire serait mieux décrite. En modifiant la règle il indique que la Fed a plutôt bien piloté sa politique monétaire y compris dans la période de crise.

Les changements pris en compte par l’ancien président de la Fed sont l’utilisation du taux d’inflation sous-jacent plutôt que le déflateur du PIB pour mesurer l’évolution des prix et une plus grande sensibilité de la politique monétaire à l’évolution de l’activité (le paramètre 1.0 dans le graphe au lieu de 0.5 dans la formule initiale)


En d’autres termes l’économiste Ben Bernanke félicite le président de la Fed Bernanke Ben pour la politique que ce dernier a mis en place.

Au delà de ce point, la discussion notamment sur le caractère automatique d’une règle monétaire que certains républicains voudraient imposer à la Fed est pertinente.  Pour imposer une règle il faudrait que les membres du comité de politique monétaire de la Fed soient d’accord sur le positionnement de l’économie dans le cycle. On constate qu’actuellement ce n’est clairement pas le cas. Les discussions relatives à l’équilibre du marché du travail trahissent ces désaccords. Comment dès lors positionner les paramètres de la règle monétaire à appliquer ? La règle permet de jauger la politique monétaire mais elle ne fixe pas l’état de l’économie à partir duquel elle doit être mise en œuvre.

SOURCE: http://philippewaechter.nam.natixis.com/2015/04/29/leconomiste-ben-bernanke-felicite-bernanke-ben-le-president-de-la-fed/

0000000000000000000000000000000000000

Émeutes à Baltimore : état d'urgence et couvre-feu décrétés

© Les voitures de police, tout comme les commerces, ont été la cible de émeutiers.CHIP SOMODEVILLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Depuis lundi soir, les rues des quartiers ouest de Baltimore, réputés les moins sûrs de cette ville du Maryland touchée par la criminalité, ont été le théâtre de scènes de guérilla urbaine. Des manifestants en colère, noyautés par des membres de gangs, ont affronté les forces de l’ordre toute la journée. Le bilan est lourd côté policier, avec pas moins de 15 agents blessés par les jets de projectiles, tandis que 27 arrestations ont été menées. Les manifestants ont mis le feu à certains bâtiments, détruisant les voitures de police et pillant plusieurs boutiques.

LES TROIS INFOS A RETENIR

· Freddy Gray, jeune Noir décédé alors qu’il était en détention au commissariat, a été enterré lundi.

· Des manifestations en soutien de Freddy Gray, noyautées par les gangs, ont dégénéré.

· 5.500 gardes nationaux sont mobilisés, l’état d’urgence et un couvre-feu ont été décrétés jusqu’à nouvel ordre.

Quelle est la raison de cette flambée de colère et de violence ?

Les amateurs de séries-télé connaissent Baltimore à travers la saga The Wire, oeuvre ultra-réaliste plongeant le spectateur dans les arcanes des réseaux de trafic des quartiers populaires de la ville. Outre les affaires de drogue, la série illustre aussi parfaitement la tension raciale qui règne dans cette ville du Maryland touchée par la pauvreté et la ségrégation sociale et géographique.

Par Barthélémy Gaillard avec AFP

 ***

lire la suite: http://www.europe1.fr/international/emeutes-a-baltimore-la-garde-nationale-deployee-2439091

Une voiture de police brûle, le 27 avril 2015,  lors des émeutes à Baltimore
Une voiture de police brûle, le 27 avril 2015, lors des émeutes à Baltimore – SIPANY/SIPA

Après l’état d’urgence et le déploiement massif de la garde nationale, la situation s’apaise. Le calme est revenu progressivement à Baltimore dans la nuit de lundi à mardi.

LIRE: http://www.20minutes.fr/monde/1596851-20150428-etats-unis-retour-calme-progressif-baltimore-apres-nouvelles-emeutes

000000000000000000000000000000000000

http://www.ariva.de/1393776116_a620346Les services de renseignements allemands sont à nouveau dans la tourmente.

Der Spiegel a révélé que le BND a aidé, au moins depuis 2008, la NSA dans ses activités d’espionnage industriel en Europe, outrepassant largement la coopération contre le terrorisme.

Les services de renseignements allemands sont de nouveau au centre d’un scandale. Jeudi, le Spiegel a révélé un nouveau faux pas du BND, qui semble avoir largement outrepassé son mandat. Depuis plus de dix ans, l’agence coopère avec la NSA pour surveiller certaines cibles. Mais ce qui devait être cantonné aux actions antiterroristes s’est étendu à d’autres domaines.

Dans sa quête d’information, le renseignement américain s’est intéressé à des grands groupes industriels sensibles comme EADS ou Eurocopter, à des responsables politiques allemands ou à l’administration français, écrit Der Spiegel, sans donner plus de détails. Selon le journal, le BND l’y a aidé.

Techniquement, la NSA demandait au BND de surveiller certaines adresses électroniques IP ou des numéros de téléphone particuliers. Mais les renseignements allemands n’ont pas cherché à vérifier systématiquement la nature des cibles identifiées par les Américains. Plus de 40.000 données auraient été collectées selon la presse allemande, sans lien avec l’antiterrorisme.
Plus de 40.000 données auraient été collectées

L’affaire a atterri sur le bureau de la chancelière sans attendre. Le porte-parole d’Angela Merkel, Steffen Seibert a critiqué «des manquements techniques et d’organisation» de la part du BND. L’opposition au Bundestag a réclamé la démission du chef des services de renseignements Gerhard Schindler. «C’est trop tôt», temporise cependant un membre de la commission d’enquête au Bundestag sur les écoutes de la NSA. «Il faut en savoir davantage». «Le procureur général va enquêter», a annoncé vendredi le président de la commission, le député Patrick Sensburg. Quoi qu’il en soit, ce nouvel épisode dans le scandale des écoutes de la NSA, qu’Angela Merkel et son gouvernement trainent comme un boulet, ébranle déjà la grande coalition.

Depuis la révélation des écoutes américaines, qui sont allés jusqu’à intercepter les communications de la chancelière, le renseignement allemand est dans la tourmente. Puis, l’année dernière ce sont des affaires d’espionnage par les États-Unis au sein même du BND qui ont été révélés. Quant à la commission d’enquête, elle s’est ensuite plainte du manque de coopération des services de renseignements, qui n’ont pas livré les documents qu’elle avait réclamés. Enfin, en début de semaine, la plus importante plateforme internet du monde, DE-CIX, installée en Allemagne, a décidé de porter plainte contre le BND en «doutant de la légalité» des opérations de surveillance informatique qu’il a menées.

source: http://www.lefigaro.fr/international/2015/04/24/01003-20150424ARTFIG00264-nouveau-scandale-au-sein-du-renseignement-allemand.php

*******

Et aussi:

L'ancienne station d'écoute de la NSA de Bad Aibling, dans le sud de l'Allemagne. -  AFP PHOTO/CHRISTOF STACHEAirbus aurait été espionné par les services de renseignement allemands pour le compte des Etats-Unis
Mis à jour le 24/04/2015 à 11:49

L’ancienne station d’écoute de la NSA de Bad Aibling, dans le sud de l’Allemagne. AFP PHOTO/CHRISTOF STACHE

Ces dernières années, les services de renseignement allemands ont espionné des entreprises, des responsables politiques et des hauts fonctionnaires européens pour le compte des Etats-Unis, a révélé le Spiegel Online, jeudi 23 avril. Parmi ces entreprises, figurerait le groupe aéronautique EADS, renommé Airbus Group l’année dernière.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

00000000000000000000000000000000000000000

Le Blog de Philippe Waechter

La question posée par Sicavonline est la suivante:
L’économie américaine peut-elle aujourd’hui vraiment se passer d’une Fed bienveillante ?

Ma réponse
La Fed a une très grande tentation de remonter son taux d’intervention. Elle ne veut pas être « collée » à 0% et perdre toute marge de manœuvre en cas de retournement conjoncturel. En effet si elle maintient son taux de référence à 0 et que le cycle se retourne ou s’infléchit elle ne disposera que de la possibilité d’un ajustement par les liquidités. Cet argument lié à une possible intervention est d’autant plus probant que le cycle américain est long. Le point bas, après la crise, avait été touché en juin 2009. Depuis l’activité a progressé de façon régulière. Le cycle est long sans possibilité de modulation de la part de la banque centrale américaine puisque ses taux sont à 0%.

L’étape suivante est celle de la mise en œuvre de…

Voir l’article original 590 mots de plus

El Centinela

54baf61972139ede7f8b4593La vigilancia total de la NSA parece ser sólo la punta del iceberg. La agencia está desarrollando armas cibernéticas preparándose para una futura guerra digital.

Según revelan nuevos documentos clasificados que ha dado a conocer el excontratista de la NSA, Edward Snowden, están elaborándose armas digitales que podrían controlar totalmente Internet y los sitios del enemigo, lo que sería clave para la victoria en la guerra cibernética del futuro, informa el diario aleman ‘Der Spiegel‘.

De acuerdo con los documentos clasificados, las armas de la NSA serán capaces de utilizar Internet para paralizar las redesde los ordenadores del enemigo y las infraestructuras que están controlando, incluso el abastecimiento de energía y agua, aeropuertos y sistemas bancarios.

Según los documentos recientemente revelados, la vigilancia masiva es sólo ‘la fase #0’ de la estrategia guerrera de EE.UU. y ha sido llevada al cabo para detectar los puntos débiles en los sistemas de enemigos para…

Voir l’article original 66 mots de plus

NARCO-BUSINESS: l’implication du pouvoir… et des banques.

Les généraux sont en cause, on l’a vu. Mais pour mettre à l’abri leurs fortunes longuement amassées, ils ont dû faire appel à des banques. Celles du blanchiment, qui sont bien entendu les mêmes que celles des trafiquants. La coke, et l’argent qu’elle génère, corrompt tout (*), au plus haut niveau. Jusqu’aux chefs d’Etat, parfois, ou bien leur famille, comme en Colombie. A ce stade, il n’y a plus à parler d’éthique. C’est à celui qui va empocher la mise le premier, car le flux est tel que tout le monde en profite. Devant cette chienlit qui envahit tous les rouages d’un Etat, certains se lèvent et résistent, comme un certain juge, qui, en France, avait fait front devant les mafieux. Son équivalent hondurien, Julian Aristides Gonzalez, a connu hélas le même sort… mais depuis quelque temps, ça se lézarde, et des rats quittent le navire vénézuélien. Et viennent raconter, une fois avoir mis leur famille à l’abri, les turpitudes d’un régime qui parle un double langage constant.

Un document implacable

Un excellent rapport de mai 2011 de l’ OFDT (**), signé David Weinberger, de l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ) nous dresse un tableau éloquent de la tendance générale du circuit de cocaïne désormais autour du Venezuela : « depuis 2005 et 2006, du fait des bouleversements régionaux susmentionnés, les États vénézuéliens du Zulia, du Táchira mais surtout d’Apure, limitrophes de la Colombie, deviennent ainsi, les principaux lieux de départ de la cocaïne colombienne vers le marché nord-américain, notamment au moyen du vecteur aérien. Si le crash d’un DC9 à Playa del Carmen avec 5,5 t de cocaïne à son bord en 2005 a marqué les esprits, il n’en reste pas moins exceptionnel car le trafic par les airs est majoritairement le fait de petits avions qui ne rejoignent que très rarement le Mexique sans escale. Ils atterrissent généralement dans des zones où l’espace aérien est moins contrôlé, comme en République Dominicaine et Haïti jusqu’en 2009, puis au Honduras, au Guatemala, au Costa Rica ou au Belize. » Exactement ce que je vous ai décrit ici en de multiples épisodes de la série « Coke en Stock » ! « Ces États, dotés de faibles moyens, sont désormais profondément déstabilisés par la mainmise partielle des organisations criminelles, notamment mexicaines, qui acheminent la drogue vers le nord par la voie terrestre ou maritime ». L’emprise de l’argent de la coke devenant le principal levier de corruption des hommes politiques dans ces pays.

Des avions, mais aussi des bateaux et des containers

Car il n’y a pas bien sûr que les avions pour transporter la drogue : « cependant, le moyen le plus usité reste celui des containers. Ceux-ci partent des grands ports vénézuéliens comme Maracaibo pour acheminer la drogue dans le monde entier, notamment vers le Panama et le cône sud du continent américain. Selon l’ONUDC, plus de la moitié de la drogue saisie en 2013 au Brésil proviendrait du Venezuela. Mais les portes-containers transitent généralement aussi en Colombie et il est donc difficile d’identifier le lieu précis de chargement de la drogue. Hormis ces routes, l’ONUDC observe, depuis 2005, une nette augmentation du trafic transatlantique destiné à l’Europe en provenance du Venezuela. Jusqu’en 2009, de nombreuses saisies maritimes ont été opérées, comme celle du Doña Fortuna arraisonné au milieu de l’Atlantique avec cinq tonnes de cocaïne (un petit bateau de pêche (ici à droite) ayant contenu 5 tonnes de cocaïne d’une valeur de 250 millions d’euros. En 2009, une frégate anglaise, l’HMS Iron Duke, avait arraisonné le MV Cristal (à gauche) au large des Caraïbes, il contenait lui aussi la même quantité en 212 ballots de cocaine de 26kg chacun..) ,  « mais depuis 2011 plus aucune saisie maritime majeure n’a été réalisée. Il semblerait que les trafiquants privilégient aussi les routes transatlantiques aériennes par avions privés au départ du Venezuela. La saisie la plus médiatisée est sans nul doute celle surnommée « Air Cocaïne », concernant un Boeing 727, chargé de plusieurs tonnes de drogues, retrouvé incendié au Mali en 2009  (c’est le point de départ fondamental de toute cette série !). Les radars vénézuéliens avaient détecté l’avion entrant dans l’espace aérien vénézuélien, avant de perdre sa trace dans la région d’Apure où vraisemblablement le Boeing a pris possession du chargement illicite. L’aéronef fut de nouveau observé au niveau de Valencia se dirigeant vers l’Atlantique. Fait notable, les pilotes vénézuéliens, deux frères, se trouvaient aussi à bord de l’avion retrouvé à Playa del Carmen (qui avaient donc été relâchés ou avaient bénéficié de complicités dans la police mexicaine…). Et ce n’est pas un cas isolé puisque nombre d’avions s’envolent depuis les aéroports côtiers du Venezuela vers l’Afrique mais aussi directement vers l’Europe. Ainsi, en 2011, les pilotes d’un jet privé ont été obligés par une dizaine de membres de la Garde nationale vénézuélienne de transporter 1,2 t de cocaïne qui a été interceptée aux Iles Canaries (Espagne). C’est le fameux Gulfstream 9H-FED Global Express 9234 qui a été ici l’objet ici d’une étude plus approfondie dans l’épisode précédent). » Partant des zones de stockage à la frontière colombienne, la cocaïne est chargée dans les aérodromes de Valencia et Barcelona, ou dans les ports de Maracaibo, La Guaira et Puerto Cabello. Les avions et les navires traversent alors l’Atlantique pour atteindre l’Afrique de l’Ouest, en passant notamment par l’archipel des Bijagos (Guinée-Bissau) et le Cap-Vert : cette route est surnommée l’« autoroute 10 » car elle longe approximativement la latitude 10″… l’autoroute maritime ou aérienne de la drogue !!

 

LIRE la suite sur http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/coke-en-stock-lxxxvi-l-implication-165185

0000000000000000000000000000000000000000

Enfin!

OK, Fine.

Raul Castro and Barack Obama's historic handshake in Panama

U.S. President Barack Obama and Cuban President Raul Castro sat down on Saturday afternoon for talks in a meeting that made history as the first between the leaders of the two old Cold War adversaries for more than half a century.

On Friday evening, the two leaders shook hands. They met at The Summit of the Americas in Panama.

It was their first formal meeting in more than half a century, states the New York Times.  The meeting cleared the way for a normalization of relations that had seemed unthinkable to both Cubans and Americans for generations.

In a small conference room in a Panama City convention center on Saturday, President Barack Obama and Cuban President Raul Castro sat side by side.  Obama said he wanted to « turn the page » on old divisions, although he acknowledged that significant differences between the governments would remain.

« This is obviously a historic meeting, » Obama…

Voir l’article original 88 mots de plus

Olivier Demeulenaere - Regards sur l'économie

Le Kansas veut limiter les loisirs des plus pauvres - Libération« Une proposition de loi prévoit de restreindre l’accès aux piscines, salons de tatouage, salles de jeux ou cinémas aux personnes bénéficiant de l’aide sociale, pour les encourager à dépenser leur argent de façon «raisonnable».

Si l’article du Washington Post ne datait pas du lundi 6, on aurait immédiatement pensé à un poisson d’avril. Mais non : une proposition de loi dans le Kansas, aux Etats-Unis, prévoit réellement de limiter l’accès aux activités récréatives pour les personnes bénéficiant des minima sociaux (qui reçoivent entre 454 et 497 dollars par mois), rapporte le quotidien.

Voir l’article original 352 mots de plus

Aux États-Unis, la surveillance de masse a commencé 10 ans avant le 11 Septembre
Michelle Leonhart dirige la DEA, l'agence de lutte contre le trafic de drogue à l'origine du programme de surveillance.

Une enquête du quotidien USA Today livre les détails d’un programme de surveillance de masse lancé en 1992 visant les citoyens américains et les ressortissants de 116 pays liés au trafic de drogue.

George Bush n’est pas le premier de sa famille à autoriser un programme de surveillance de masse. Son père, George H. W. Bush, président des États-Unis entre 1989 et 1993, a lancé le sien en 1992. Presque dix ans avant les attentats du 11 septembre 2011, le Patriot Act, et l’extension des pouvoirs de la NSA. Le quotidien américain USA Today dévoile l’ampleur de ce programme, baptisé USTO, arrêté en 2013 après les révélations d’Edward Snowden sur les pratiques de la NSA.

À l’époque, l’ennemi n’est pas le terrorisme, mais la drogue, principalement en provenance d’Amérique du Sud. Et l’agence américaine ne s’appelle pas NSA, mais DEA, pour Drug Enforcment Administration, la police fédérale qui lutte contre le trafic de drogue. «La DEA débute un programme de collecte de données dans les années 1980, alors que l’État cherche de nouvelles manières de lutter contre les cartels colombiens», explique USA Today. L’agence commence à s’intéresser aux communications de ces groupes en récupérant les données des appels (numéro composé, date, durée…), personne par personne.

 

DEALa DEA peut récupérer tous les appels vers un pays ciblé

Aidée par le Pentagone, qui lui fournit ses «superordinateurs» et son expertise acquise en espionnant les communications des Soviétiques, la DEA possède «une énorme collection de données pour cartographier le trafic de drogue et le blanchiment d’argent, aux États-Unis comme à l’étranger», raconte le quotidien.

En 1992, le procureur général (l’équivalent du ministre de la Justice) autorise la DEA à élargir drastiquement le périmètre de sa collecte de données. «Au lieu simplement de demander aux opérateurs téléphoniques les registres des appels passés par des personnes suspectées de trafic de drogue, le département de la Justice leur ordonne de livrer les listes de tous les appels depuis les États-Unis vers des pays où l’État estimait que des trafiquants de drogue opéraient». Le premier programme de surveillance de masse américain est né. Les agents de la DEA le surnommeront USTO, pour «US to other countries», un jeu de mot en rapport avec l’espionnage d’appels depuis les États-Unis vers l’étranger.

L’ampleur d’USTO s’étend à la fin des années 1990, lorsque le département de la Justice simplifie les conditions pour espionner les appels passés vers un pays étranger, relate encore USA Today. Un pays est ajouté à la liste si on y trouve «des groupes qui produisent ou font du trafic de drogue ou sont impliqués dans du blanchiment d’argent ou d’autres crimes liés à la drogue.» Une définition tellement large qu’elle pourrait s’appliquer à presque tous les pays du monde.

Résultat: jusqu’à 116 pays ont été concernés à un moment ou un autre par USTO. La liste exhaustive des pays n’a pas été révélée, les seuls cités nommément sont l’Afghanistan, le Pakistan, l’Iran, l’Italie, le Mexique et le Canada. Plusieurs pays européens auraient également été visés.

USTO aurait servi de base aux opérations de surveillance de masse de la NSA, mais a été arrêté en 2013 après les révélations d’Edward Snowden, car il semblait difficile de défendre ces deux programmes à la fois auprès du public.

source: http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2015/04/08/01007-20150408ARTFIG00151-aux-etats-unis-la-surveillance-de-masse-a-commence-10-ans-avant-le-11-septembre.php

00000000000000000000000000000000000000000

Solidarité Ouvrière

Le Monde, 8 avril 2015 :

Au départ, il s’agit d’un banal contrôle. Walter Scott, un homme noir de 50 ans, circulait samedi 4 avril dans un véhicule avec un feu cassé. Arrêté par la police dans la ville de North Charleston, en Caroline du Sud, il sort de la voiture pour s’échapper dans un petit jardin public voisin. Rattrapé par un policier, l’incident tourne au drame. M. Scott tente à nouveau de s’échapper et commence à courir. Le policier dégaine alors son arme et tire à huit reprises. L’homme s’effondre.

Selon l’un des avocats de la famille de la victime, cité par le New York Times, M. Scott a été touché cinq fois : trois fois dans le dos, une fois dans le haut du postérieur et une fois à l’oreille. Au moins l’une des balles a atteint le coeur, précise l’avocat qui affirme tirer ses informations du médecin…

Voir l’article original 391 mots de plus

Aviseur International

Scène de crime

Le fils aîné de la consule générale du Canada à Miami Roxane Dubé a été tué au moment où il tentait en compagnie de son frère cadet de cambrioler une maison où se trouvaient des trafiquants de drogue, a annoncé mercredi un porte-parole de la police locale aux journalistes.

Après s’être armés de pistolets, les deux fils de la diplomate, Jean (17 ans) et Marc (15 ans), ont tenté de voler un trafiquant avec lequel ils faisaient une transaction. Mais la tentative de braquage a échoué. Lors de la fusillade qui a éclaté dans la maison, Jean a été tué. Son frère, qui était dehors, a été arrêté par la police.

« Nous estimons qu’il s’agit d’une querelle concernant le trafic de stupéfiants », a indiqué Rodolfo Llanes, chef de la police de Miami, cité par le Miami Herald.

« Nous sommes au courant de ce qui s’est passé à Miami », a déclaré…

Voir l’article original 18 mots de plus

image dediée

 Crédits : Zoonar RF/iStock/ThinStock
Securité

Deux agents fédéraux américains sont désormais sur le banc des accusés dans la zone d’attraction de l’affaire Silk Road. Ils auraient amassé plusieurs millions de dollars en bitcoins durant l’enquête, soit en détournant les fonds cumulés durant le succès de l’entreprise criminelle, soit en essayant de monnayer des informations.

Détournement et blanchiment d’argent

Silk Road, que beaucoup comparaient au « eBay de la drogue », était un site criminel qui a fait l’objet d’une large enquête d’une véritable traque qui s’est poursuivie jusque dans le réseau Tor. Pour la justice américaine, il s’agissait d’envoyer un message fort : ce n’est pas parce qu’un service se développe dans le « Darknet » qu’il peut se considérer comme à l’abri des forces de l’ordre. Silk Road avait permis à pas moins de 200 millions de dollars de transiter pour acheter des marchandises largement interdites, telles que des drogues et des armes.

Le FBI avait fini par faire fermer le site et avait arrêté le fondateur, Ross Ulbricht. Pourtant, un an et demi après ce coup d’arrêt, Silk Road continue de faire parler de lui. Il faut dire que l’odeur de soufre du service a potentiellement entrainé dans son sillage deux agents fédéraux, accusés désormais d’avoir profité des informations récoltées par le FBI pour monnayer des informations et détourner une partie des gains générés.

lire plus:http://www.nextinpact.com/news/93656-silkroad-deux-agents-federaux-arretes-pour-avoir-detourne-bitcoins-durant-enquete.htm

0000000000000000000000000000000000000000000

Une voiture a tenté d’enfoncer l’une des portes d’entrée du complexe, dans le Maryland. Il y aurait un mort et deux blessés. (Images : AFP)

000000000000000000000000000000000000000000

civilwarineurope

imageL’Ukraine risque de perdre l’aide du FMI en raison de son créancier russe. La cause : un défaut de l’Ukraine sur les 3 milliards de dollars dus à la Russie d’ici à la fin de l’année. Voilà qui n’arrange pas les affaires d’un Porochenko confronté à l’affaire Kolomoïsky et à la gestion des groupes de paramilitaires d’extrême droite assez peu contrôlables. Mais son suzerain états-unien lui accorde toujours un soutien indéfectible. Cela suffira-t-il à mâter la rébellion du Donbass ? Nous en doutons toujours.

imageWashington ne lâchera pas Kiev de sitôt, puisque des contrats faramineux sont en préparation. Ainsi, la société américaine Monsanto, spécialisée dans les OGM alimentaires, projette de construire une usine de semences en Ukraine en 2016. Cela a été discuté lors d’une réunion à Washington entre le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation de l’Ukraine Oleksiy Pavlenko et des représentants de Monsanto. Les produits de cette usine…

Voir l’article original 1 976 mots de plus

Le Monde.fr avec AFP | 26.03.2015 à 20h58

Des policiers américains de l’Agence fédérale de contrôle des stupéfiants (Drug Enforcement Administration, DEA) recevaient des prostituées, de l’argent, des armes et d’onéreux cadeaux des cartels de la drogue lorsqu’ils étaient en enquête à l’étranger, révèle un rapport publié jeudi 26 mars.

Ce rapport de l’inspecteur général du ministère de la justice a été réalisé après la révélation que des agents du gouvernement avaient passé des soirées avec des prostituées lors d’un voyage présidentiel en Colombie, en 2012. L’enquête a porté sur les agissements entre 2009 et 2012 des policiers de quatre agences fédérales, celle contrôlant les stupéfiants (DEA), celle contrôlant l’alcool et les armes (ATF), le FBI et les US Marshals chargés de la sécurité en vol, précise un communiqué accompagnant le rapport.Un policiers américain de l'Agence fédérale de contrôle des stupéfiants (Drug Enforcement Administration, DEA).

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2015/03/26/les-cadeaux-des-cartels-de-la-drogue-aux-stups-americains_4602384_3222.html#eoE8lS8CVZFpAJER.99

0000000000000000000000000000000000000000000000000

CYBER-RISQUES et NOUVEAU MONDE

Plusieurs documents exfiltrés par Edward Snowden font la lumière sur les activités du renseignement canadien et ses relations avec la NSA.

Détournement de trafic, infiltration de réseaux stratégiques, compromission d’infrastructures critiques, probable entente avec certains éditeurs de solutions de sécurité informatique : l’influence du Canada dans le cyberespace est non négligeable.

C’est le principal enseignement à tirer d’une série de documents communiqués par le lanceur d’alertes Edward Snowden à plusieurs médias américains, dont CBC News et The Intercept.

En tête de liste, un diaporama – document PDF, 46 pages – daté de 2011… et qui présente pas moins de 32 techniques mises en oeuvre par le CSEC (Communications Security Establishment Canada), souvent en coordination avec la NSA. Certaines de ces méthodes sont peut-être encore exploitées à l’heure actuelle.

En savoir plus sur http://www.itespresso.fr/cyber-espionnage-petits-arrangements-canada-nsa-91844.html#ZAyt0B5Iix4z7TEw.99

Voir l’article original

El Centinela

experimentos

En el pasado de Estados Unidos abundan los experimentos inhumanos que afectaban tanto a otros países como a sus propios ciudadanos.

A continuación le ofrecemos algunos de los más crueles.

MKULTRA, Subproyecto 68 

El proyecto de la CIA MKULTRA, que pretendía encontrar métodos para controlar la mente, pagó al doctor Donald Ewen Cameron, quien encabezó experimentos en el marco del Subproyecto 68.

En su Instituto Memorial Allen en Montreal el doctor sometía a los pacientes ingresados con depresión bipolar o trastornos de ansiedad a una ‘terapia’ que les dejó serios daños y alteró sus vidas de manera irreparable.

Entre 1957 y 1964 Cameron sometió a sus pacientes a una terapia electroconvulsiva, que sobrepasaba en 30-40 veces las normas.

tecnicasen.blogspot.com

Ponía a los pacientes en estado de coma inducido por drogas durante meses y reproducía cintas con declaraciones simples o ruidos repetitivos una y otra vez. Las víctimas olvidaron cómo…

Voir l’article original 878 mots de plus


%d blogueurs aiment cette page :