Archives de la catégorie ‘Sciences et Avenir’

35-000-morses-echoues-sur-une-plage-en-alaska

Un évènement marquant.

Environ 35 000 morses se sont échoués sur une plage d’Alaska. La fonte des glaces de l’Arctique, conséquence du réchauffement climatique, serait en cause.

Le 27 septembre, les morses ont été observés par voie aérienne près de Point Lay. Quatre jours plus tôt, ils n’étaient que 1500, ont expliqué des experts de l’USGS.

« C’était près de 24 fois plus », a insisté Megan Ferguson, spécialiste de la surveillance aérienne des mammifères marins pour l’agence américaine océanographique et atmosphérique (NOAA), qui participait à la conférence.

Elle a souligné qu’il s’agissait d’une estimation visuelle des experts du NOAA et de l’USGS, et que ce chiffre serait affiné.
35 000 morses se sont échoués sur une plage d’Alaska. Ils vivent d’ordinaire sur la banquise.

M. Ferguson a également noté que davantage d’ours bruns avaient été remarqués au même endroit et qu’en revanche, des baleines grises qui étaient présentes dans les environs jusque dans les années 90, avaient disparu, « signe d’un changement de l’environnement arctique ».
Fonte importante des glaces

D’après Chadwick Jay, chercheur à l’USGS, ce nombre anormal de morses échoués « est vraiment une conséquence du réchauffement climatique » et de la « diminution de la couche de glace » dans l’océan Arctique à la fin de l’été.

D’ordinaire, les animaux vivent sur la banquise et pêchent dans des eaux peu profondes. Mais avec la fonte importante des glaces cet été, les morses se sont retrouvés à des profondeurs trop importantes pour pouvoir se nourrir et ils ont donc cherché refuge sur la terre ferme pour y pêcher plus facilement, a expliqué M. Jay.
35 000 morses se sont échoués sur une plage d’Alaska. Ils vivent d’ordinaire sur la banquise.

| National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA)

Ce phénomène propre aux morses du Pacifique et plus précisément de la Mer des Tchouktches, d’après l’USGS, « ne se produisait pas il y a dix ans », précise l’institut sur son site.

Si les experts ne savent pas encore si ce changement des comportements des morses peut avoir un impact sur leur mortalité, ils estiment que les bébés morses sont plus fragiles sur la terre ferme et que les animaux perdent plus d’énergie à rechercher des proies sur terre que lorsqu’ils sont installés sur la glace.

Les photos sont visibles à partir du lien : http://www.ouest-france.fr/rechauffement-climatique-35-000-morses-echoues-sur-une-plage-en-alaska-2867953
Voir aussi http://www.metronews.fr/info/photos-prives-de-banquise-35-000-morses-se-refugient-en-alaska/mnjb!l0zRsN5HTHd6/

00000000000000000000000000000000000

EXTRAIT: Selon le Ministère français de la santé, chaque jour en France, en 2012, 411 personnes sont mortes à cause du cancer. Ce sont 149.000 décès par an dont 85.000 hommes et 63.000 femmes.

le monde à l'ENVERS

Il existe une histoire terriblement triste qu’on a cachée à des générations d’Européens (…). Car ils n’ont jamais pu se poser cette question qui est pourtant  tellement élémentaire : depuis la révolution industrielle du 19ème siècle, qu’ont fait leurs différents pays de tous les déchets toxiques, la résultante des erreurs et tâtonnements du début de l’industrialisation ?

DECHETS NUCLEAIRES

La vérité tenue secrète est que l’Europe, toute l’Europe est une sorte de poubelle radioactive.

Voir l’article original 5 127 mots de plus

EXTRAIT

« Il existe un site internet appelé CAS, tenu par la Société chimique américaine, qui est une sorte de répertoire mondial des produits chimiques « publiquement dévoilés ». Chaque nouvelle substance se voit assigner un numéro CAS. À ce jour, on en est presque à 90 millions de substances répertoriées ! Or l’industrie chimique américaine ne reconnaît officiellement l’existence que de 50 000 produits chimiques, ce qui est déjà colossal. Sur les autres, on ne sait quasiment rien, et le peu que l’on sait est extrêmement angoissant.« 

Mes coups de coeur

par Olivier Petitjean

90 millions de substances : tel est l’héritage, non définitif, que nous lègue l’industrie chimique depuis son inexorable essor, lors de la Première guerre mondiale. Parmi elles, combien de substances toxiques – DDT, phtalates, bisphénol A, cancérogènes et autres perturbateurs endocriniens… ? Pourquoi un tel silence, une telle absence de contrôle ? Dans son livre « Un empoisonnement universel », le journaliste Fabrice Nicolino raconte l’histoire de cette industrie et comment elle a, impunément et littéralement, inondé nos vie de molécules. Une situation dont nous prenons conscience seulement aujourd’hui en constatant ses terribles conséquences, de l’explosion des cancers à celle la maladie d’Alzheimer en passant par le diabète. Entretien.

A lire sur : http://www.bastamag.net/Face-a-l-industrie-chimique-tout

Voir l’article original

Les députés viennent d’adopter le projet de loi sur le terrorisme après les débats que vous avez pu suivre ces derniers jours sur ce flux ou en suivant le hashtag #PJLterrorisme sur Twitter. Voici notre compte-rendu.

Art. 3 Diffuser des plans de bombes en ligne devient un acte de terrorisme

Les députés viennent d’adopter l’article 3. Cet article va qualifier d’acte de terrorisme le fait de diffuser sur Internet des plans de fabrication de bombes, exception faite lorsque cette diffusion vise les professionnels du secteur. Ces faits sont déjà punis dans le Code pénal par trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende, mais l’assimilation de cette diffusion à des actes de terrorisme permettra d’appliquer aux auteurs toute la rigueur des procédures pénales liées au terrorisme.

Art. 4 Provoquer ou faire l’apologie du terrorisme sur Internet

La députée Isabelle Attard regrettera : avec cet article « vous tentez de punir la propagande terroriste comme s’il existait une définition claire la concernant ». Et pour cause, le texte indique que provoquer sur Internet à des actes de terrorisme sera puni de 5 ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende. Quand ces provocations ou simplement leur apologie auront lieu sur un site accessible à tous et donc public, les peines sont portées à 7 ans d’emprisonnement et 100 000 euros d’amende. Dans ce texte, la diffusion sur Internet devient donc une circonstance aggravante.

Sur cette question, la députée apparentée EELV, note : « celui qui est prêt à déverser sa haine sur Internet, il faut le remercier » puisqu’il aide la police à tracer son auteur. « L’usage d’internet, c’est une traçabilité simplifiée ». Internet « doit être une circonstance atténuante car il facilite le travail de la police ! » Le député Nicolas Dhuicq (UMP) ne partage pas cette opinion : « la traçabilité sur Internet n’est pas si facile, sinon les services de certains pays qui ont subi des attaques dans la cyberguerre seraient bien contents d’avoir la recette pour pister le message. »

Pierre Lellouche (UMP) « cet article 4 est salutaire […] il faut endiguer la propagande terroriste sur Internet. J’ai été choqué à la vue de ces vidéos de français qui se livrent depuis l’Irak ou la Syrie à des crimes. » Il ajoutera « J’espère que cet article s’appliquera à Dieudonné »  pour son jeu de mot sur « Feu » Foley (le nom du journaliste égorgé).

Christian Paul (PS) qui marque là sa première intervention sur le texte, a critiqué un autre point de cet article : ceux qui provoquent ou glorifient les actes de terrorisme étaient déjà punissables dans le cadre de la loi de 1881 sur la liberté de la presse. Mais l’article 4 veut faire basculer ces délits dans le Code pénal afin de leur appliquer des règles de procédure plus musclées. Notamment des saisies, le mécanisme de la comparution immédiate et des délais de prescription allongée. « Avant de modifier cette loi, ou de l’extraire de cette loi, des faits d’incitation ou d’apologie au terrorisme, il est très important de faire la démonstration que c’est nécessaire. Je n’ai pas entendu la démonstration que c’était nécessaire en tout cas pour l’apologie du terrorisme. »

La deuxième question soulevée par le député, au titre de Président de la Commission des libertés numériques, porte sur les circonstances aggravantes : « La question du terrorisme ne doit pas être obscurcie par une sorte de diabolisation voire croisade contre les réseaux numériques. Ces réseaux contribuent à la diffusion des contenus abominables, mais cette circulation des faits on peut la trouver sur d’autres supports, livres, tracts, chaînes de TV. S’il faut aggraver les peines, on peut y penser, mais prévoir une telle circonstance aggravante pour INternet peut procéder d’une simplification de la réalité. » Il va défendre l’idée d’une suppression de cette circonstance aggravante dédiée à Internet. « il y a un principe d’égalité devant la loi pénale sans qu’il y ait une différence de traitement injustifiée. » C’est selon lui « une question de neutralité technologique ».

Pour Marie-Françoise Bechtel (MRC) « la liberté de la presse est une et indivisible mais les temps ont changé. » Elle est favorable à l’exfiltration de cette incrimination de la loi de 1881 vers le Code pénal. « Aujourd’hui le contenu de la communication ne peut plus être séparé du canal. » Selon elle, « si le médium est le message, alors il faut aller au bout de cette constatation. » Internet « peut être un instrument redoutable » assure-t-elle.

Puis le député Marsaud (UMP) évoque « cet intellectuel autoproclamé à chemise blanche qui appelle à l’insurrection depuis un hôtel de Benghazi, l’étranger. » Est ce de l’apologie du terrorisme ?

 

Bernard Cazeneuve

Pour Bernard Cazeneuve, Ministre de l’Intérieur, le champ d’application des textes ne change pas avec ce basculement. « Il s’agit de tenir conséquence de la stratégie médiatique des groupes terroristes, il nous faut appliquer des techniques d’enquêtes indispensables comme les interceptions. » Il est difficile de distinguer l’apologie de la provocation, les deux peuvent se trouver mêlées. Il s’oppose donc aux arguments de Christian Paul : en laissant l’apologie dans la loi de 1881, on se priverait d’efficacité. « En aucun cas, la protection de la presse et la liberté de la presse et d’information ne sont alertées par cette infraction qui doit exiger un élément intentionnel terroriste. Nous ne remettons pas en cause la liberté de la presse. » Dire que la liberté de la presse sera menacée par ce projet de loi est pour lui « une contre-véritée absolue. »

Et Internet ? Le Ministre de l’Intérieur souligne que l’usage d’internet est déjà une circonstance aggravante dans plusieurs textes, notamment en matière de proxénétisme. Le message émis par une personne est susceptible d’être multiplié à l’infini avec Internet. « Peut-on considérer comme légitimement que le fait que nous prenions des dispositions pour responsabiliser les FAI et les hébergeurs au risque que représente pour les libertés publiques, les valeurs humanistes, la diffusion d’images qui sont de véritables appels au crime, que cela puisse constituer une forme d’atteinte aux libertés publiques relève d’une logique à laquelle j’ai du mal accéder. »

« Il n’y a rien qui remette en cause la liberté d’expression dans ce texte. Nous demandons le blocage des sites faisant l’apologie quand les hébergeurs ne font rien eux-mêmes. J’incite Internet à s’autoréguler », affirme Cazeneuve, les armes de son texte sur la tempe des intermédiaires techniques.

Laure de la Raudière (UMP) soulignera aussi qu’ « Internet n’est qu’un moyen. l’effet multiplicateur d’Internet par rapport à d’autres médias, radios, ou TV, n’est pas démontré. » La députée propose donc d’aligner les peines, sans tenir compte du canal, sans circonstance aggravante liée à la diffusion en ligne. Ce texte créé une police privée jure-t-elle : « Certains hébergeurs commencent à se censurer eux-mêmes avec des textes faisant référence à la pédophilie. On est dans une déviance ! » Et d’un point de vue technique « il existe trois technologies majeures de blocage. Elles sont inefficaces. Vous ne trouverez pas un seul expert en sécurité pour dire qu’elles sont efficaces, sauf l’inspection de contenu utilisée dans les pays totalitaires. » La députée réclame des explications sur le blocage qu’il entend activer sur l’article 9, qui ne sera abordé qu’à la fin des débats : cela passera par les DNS et non pas par une inspection profonde des paquets (DPI) ou l’IP.

PLUS sur http://www.nextinpact.com/news/89946-projet-loi-sur-terrorisme-en-temps-reel-articles-deja-votes.htm

Cyber-risques - Cybercriminalité - NOUVEAU MONDE

Le projet de loi de lutte contre le terrorisme a été adopté cette semaine en première lecture à l’Assemblée nationale. A nouveau revient sur le tapis le principe du blocage administratif sans passer par le juge judiciaire. Le blocage se fera au niveau DNS ce qui est loin de faire l’unanimité chez les députés qui connaissent un peu la question.

Lire

Voir l’article original

Mes coups de coeur

par Sophie Chapelle

Les terres agricoles ne sont pas les seules cibles de puissants intérêts privés, de grandes entreprises ou de gros investisseurs. Littoraux, mangroves ou récifs coralliens sont aussi convoités. Au nom de la défense de l’environnement et de la préservation de la biodiversité, la mise en place de quotas de pêche, de réserves naturelles maritimes ou d’élevages géants favorisent le contrôle des bords de mer et des eaux continentales par une poignée d’acteurs privés. Aux dépens des communautés locales et des millions de petits pêcheurs qui vivent de la mer et voient leurs droits et leurs cultures bafoués. Un nouveau rapport lève le voile sur cet accaparement des mers.

La suite sur : http://www.bastamag.net/Accaparement-des-mers-une-menace

Voir l’article original

Myriam Quemener, magistrat experte en cybercriminalitéMyriam Quemener vous affirme qu’Internet n’est pas du tout une zone de non droit !

http://www.soutien-psy-en-ligne.fr/blog/cybervictime/

Pervers Narcissiques - Manipulateurs Pervers

Quand la haine se déchaîne,

 Toute la saloperie humaine s’exprime.

Diffamation – insulte – injure – accusation calomnieuse – racisme primaire – atteinte publique à l’image …

Régulièrement, les réseaux sociaux voient s’exprimer en toute impunité, ou presque, certains petits caïds névrosés et poisseux de haine, projeter la détestation de leur état sur une cible désignée.

Il ne faut pas chercher à croiser le fer avec ces gens-là car ils sont experts dans l’art de l’esquive et de la traîtrise.

Tels des « trous noirs », leur haine absorbe toutes les personnes mentalement fragiles créant ainsi une horde de zombies hurlant, les suivant comme un seul homme.

Qui sont ces individus ?

Ils sont victimes – Ils sont bourreaux

Vous leur parlez parfois en toute confiance, puis vous les lisez, vous êtes surpris par leur frénésie, et vous comprenez.

Ce sont des êtres vides, bien souvent médiocres et n’ayant…

Voir l’article original 923 mots de plus

Mercredi 3 septembre 2014

Photo illustration Le DL/Fabrice HEBRARD

Photo illustration Le DL/Fabrice HEBRARD

EDF vient de déclarer un événement significatif de niveau 1 à l’Autorité de sûreté nucléaire à la suite du mauvais fonctionnement d’une vanne permettant d’injecter de l’acide borique dans le circuit d’injection de sécurité à la centrale nucléaire du Tricastin. Cet incident s’est produit au cours d’un essai le 25 août dernier lors des opérations de redémarrage du réacteur n°1. L’acide borique qui permet de contrôler la réaction nucléaire dans le réacteur aurait dû être injecté dans un délai d’une heure par une autre procédure, mais ce délai a été dépassé de 45 minutes. Des techniciens sont intervenus pour rétablir le bon fonctionnement de la vanne.

source: http://www.ledauphine.com/drome/2014/09/01/edf-declare-un-incident-de-niveau-1-a-la-centrale-du-tricastin

SOURCE: http://enjeuxenergies.wordpress.com/2014/09/02/drome-edf-declare-un-incident-de-niveau-1-a-la-centrale-du-tricastin/

0000000000000000000000000000000000

Photo: http://s2.lemde.fr/image/2013/09/01/534×267/3469496_3_b1a1_un-batiment-de-la-nsa-a-fort-meade-dans-le_e5072244d045791e81e6c54dc61b3fbf.jpg

Selon le site Internet The Intercept, l’agence nationale de sécurité des États-Unis (NSA) aurait créé en secret son propre moteur de recherche, baptisé Icreach.

28/8/14 – 11 H 44

Nicolas Armer/DPA/MAXPPP

Le logo de la NSA ( National Security Agency) devant un écran d’ordinateur. Selon le site internet The Intercept, la NSA aurait créé son propre outil de recherche du nom d’Icreach.

Le logo de la NSA ( National Security Agency) devant un écran d’ordinateur. Selon le site interne...

Les services secrets américains s’en serviraient pour partager des informations privées avec les autres agences gouvernementales du pays.

Grâce à des documents fournis par Edward Snowden, le site d’informations The Intercept a révélé que l’agence nationale de sécurité américaine (NSA) fournirait depuis décembre 2007 des données à une vingtaine d’agences gouvernementales du pays via un moteur de recherche semblable à celui de Google.
Des millions de personnes sous surveillance

Baptisé Icreach, celui-ci regrouperait plus de 850 milliards de fichiers sur la vie de personnes du monde entier. Parmi les agences concernées figureraient le FBI, la CIA ou encore la DEA (Drug Enforcement Administration). Avec ce système de partage, Icreach devance largement les 50 milliards de données de son prédécesseur, le projet Crisscross/Proton, lancé dans les années 1990 par la CIA.

Selon les documents de la NSA, la création d’Icreach aurait été un moment charnière dans l’histoire de la surveillance gouvernementale américaine. L’outil de recherche aurait d’ailleurs été conçu pour être le plus grand système de partage d’informations de surveillance top secret aux États-Unis. À l’origine, Icreach était censé coûter entre 2,5 et 4,5 milliards de dollars par an.

Icreach contiendrait des informations sur les communications privées de nombreux citoyens dans le monde mais aussi de millions d’Américains sans casier judiciaire. Si la NSA a reconnu qu’elle partageait ses données collectées avec le FBI, elle n’a pas précisé la méthode de partage.
Une base de données jamais vue

Selon les documents récupérés par The Intercept, le moteur de recherche est accessible pour plus d’un millier d’analystes provenant de 23 agences différentes. Les informations partagées à travers Icreach permettraient de géolocaliser les personnes, d’identifier leur réseau, d’anticiper d’éventuelles actions et potentiellement de révéler leur appartenance religieuse ou politique. Tout ceci dans le but de prévenir une menace contre les États-Unis.

Pour Jérémie Zimmerman, président de l’association la Quadrature du Net, l’existence d’Icreach « montre que les métadonnées (qui identifie les données NDLR) sont en réalité des données et qu’elles sont suffisantes pour définir les « motifs de vie » des personnes surveillées. Barack Obama avait affirmé le contraire pour rassurer les Américains. » « Il faut se préoccuper de cette invasion encore plus rapide de la vie privée », a-t-il expliqué.

Icreach serait capable de gérer entre deux à cinq milliards d’enregistrements par jour via une trentaine de sources différentes : courriel, appel et message téléphonique, fax, conversation Internet et géolocalisation mobile etc. Ces informations renseigneraient, non pas sur le contenu d’une communication, mais plutôt sur son émetteur, son destinataire et sur la date.

Un outil de recherche simple d’utilisation

Pour faciliter le travail des analystes, le moteur de recherche aurait été simplifié à l’image de celui de Google, consistant en une simple de barre de recherche. Il suffit alors, par exemple, de rentrer le numéro de téléphone d’une personne pour consulter son historique d’appels sur le dernier mois.

« Le fait que le FBI ou le DEA puissent se servir de ses informations sans être poursuivis montre que le système judiciaire américain est infecté », précise Jérémie Zimmerman. « La surveillance de masse n’est jamais justifiée car elle ne répond pas au principe de proportionnalité mais l’apparition de protection comme le réseau Tor (qui permet de circuler sur Internet de façon plus anonyme) pourrait réduire cette surveillance de masse et « forcer la NSA à augmenter ses coûts ».

Pierre-François Yves

SOURCE: http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/Icreach-le-moteur-de-recherche-secret-de-la-NSA-2014-08-28-1197895

Avec cet article

Originally posted on Enjeux énergies et environnement:

http://www.futura-sciences.com/magazines/environnement/infos/actu/d/oceanographie-ambitieux-projet-barrage-gibraltar-54937/#xtor=EPR-17-%5BQUOTIDIENNE%5D-20140821-%5BACTU-Ambitieux-projet-d-un-barrage-a-Gibraltar%5D

Le détroit de Gibraltar était appelé les colonnes d’Hercule dans l’antiquité romaine. C’est une tâche véritablement herculéenne qu’a proposée de réaliser au cours du XXIe siècle un ingénieur de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). Il s’agirait de contrôler l’augmentation du niveau de la Méditerranée avec des barrages, sauvant ainsi le Delta du Nil, Venise et plusieurs régions côtières de l’une des conséquences du réchauffement climatique.

Le 20/08/2014 à 11:38 – Par Laurent Sacco, Futura-Sciences

Le détroit de Gibraltar est la voie navigable entre le sud de la péninsule ibérique et la pointe ouest de l’Afrique du Nord. Au passage le plus étroit, l’Europe et l’Afrique sont séparées par un peu plus de 14 km. Le détroit de Gibraltar sépare l’océan atlantique (à l’ouest) et la mer Méditerranée (à l’est). Il est stratégiquement très important, car c’est le point d’entrée de l’Atlantique dans la Méditerranée emprunté par des centaines de navires, qu’ils soient civils ou militaires. Le Portugal (en haut à gauche), l’Espagne (en haut à droite), le Maroc (en bas au centre), et l’Algérie (en bas à droite) sont bien visibles sur cette image du détroit et de la région qui a été capturée le 19 Décembre 2008 par le satellite Aqua. © Jeff Schmaltz, Modis Land Rapid Response Team, Nasa GSFCLe détroit de Gibraltar est la voie navigable entre le sud de la péninsule ibérique et la pointe ouest de l’Afrique du Nord. Au passage le plus étroit, l’Europe et l’Afrique sont séparées par un peu plus de 14 km. Le détroit de Gibraltar sépare l’océan atlantique (à l’ouest) et la mer Méditerranée (à l’est). Il est stratégiquement très important, car c’est le point d’entrée de l’Atlantique dans…

Voir l’original 837 mots de plus

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000

Le virus Ebola est un virus appartenant à la famille des Filoviridae (filovirus), qui regroupe des virus à l’apparence filamenteuse caractéristique. Il appartient à l’ordre des Mononegavirales (mononégavirus), regroupant les virus à ARN monocaténaire à génome linéaire non segmenté à polarité négative. Il s’agit d’un virus du groupe V de la classification de Baltimore.

Des chauves-souris frugivores de la famille des ptéropodidés constituent vraisemblablement le réservoir naturel du virus Ebola. Chez les humains et les autres primates, ce virus provoque la fièvre hémorragique Ebola, une fièvre hémorragique virale aiguë affichant un taux de létalité pouvant atteindre 90 % et pour laquelle il n’existe aucun traitement.

Compte tenu de sa nature particulièrement dangereuse, ce virus ne peut être manipulé qu’au sein de laboratoires P4, ou BSL-4, conçus pour prévenir les risques de contamination par accident ou à la suite d’actes de malveillance (bioterrorisme).

Le virus Ebola a été nommé ainsi en référence à une rivière passant près de la ville de Yambuku, dans le nord de la République démocratique du Congo, alors appelé Zaïre. C’est à l’hôpital de cette localité que le premier cas de fièvre hémorragique Ebola fut identifié, en septembre 1976, annonçant une première épidémie qui allait alors toucher 318 personnes et en tuer 280.

tout lire: http://fr.wikipedia.org/wiki/Virus_Ebola

Résistance Inventerre

La Guinée vient à son tour de décréter « l’urgence sanitaire nationale » face à cette fièvre hémorragique qui a fait au total plus de 1 000 morts, dont 56 en deux jours.
Plusieurs mesures ont été prises pour tenter d’endiguer la progression de l’épidémie, dont l’instauration d’un cordon sanitaire dans le pays.
La Guinée est le quatrième pays d’Afrique de l’Ouest à déclarer l’état d’urgence, après le Liberia, la Sierra Leone et le Nigeria.

aebolacarte-de-guinee-ou-des-cas-d-ebola-se-sont-declares-et-des-pays-voisins

Voir l’article original

SOURCE:
http://enjeuxenergies.wordpress.com/2014/08/13/alors-que-le-monde-etait-captive-par-la-mannschaft-merkel-a-ouvert-la/

http://www.express.be/business/fr/economy/alors-que-le-monde-etait-captive-par-la-mannschaft-merkel-a-ouvert-la-voie-pour-le-fracking-en-europe/207059.htm

Merkel_embracing_German_soccer_players.png

Ce mois de juin, pendant que le monde entier était fasciné par les performances de la Mannschaft, la chancelière allemande Angela Merkel a fait avancer le projet de l’introduction du «fracking» en Europe à pas de géant. Tandis que les Allemands abattaient les obstacles sur la route qui les a menés à la finale, Merkel menait des négociations avec l’administration Obama qui sont passées quasiment inaperçues. Ainsi, les quelques articles parus dans leWashington Post, NeoPresse et EU Observer ont été complètement ignorés par les médias.

Dans un document confidentiel, Non-paper on a Chapter on Energy and Raw Materials in TTIP, émanant du Conseil de l’Europe, l’Union européenne a réclamé rien de moins qu’une «garantie d’accès au pétrole et au gaz américains ».

Depuis les chocs pétroliers de la première moitié des années septante du siècle passé, les États-Unis ont interdit les exportations de pétrole. En cas d’assouplissement de cette interdiction, les producteurs américains pourraient bénéficier d’un accès plus large au marché international. Des compagnies pétrolières américaines (ExxonMobil Corp et Wintershall, une filiale de BASF), se sont déjà positionnées pour explorer les gisements éligibles au fracking en Allemagne.

Le partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (« Transatlantic Trade and Investment Partnership (TTIP)) crée un cadre juridique qui ouvre la voie pour permettre aux entreprises d’énergie américaines d’exploiter la technique du « fracking » au cœur de l’Europe.

Au début du mois de Juin, le journal suisse Le Temps a rapporté que le Bundestag allemand devait approuver cette année une loi qui permettrait l’extraction de gaz de schiste à partir de 2015. L’Allemagne, qui a fait en 2011 le choix de l’abandon du nucléaire, qui couvrait un cinquième de sa production électrique, importe 35% de son gaz à la Russie. La crise ukrainienne a mis en exergue cette dépendance du pays à l’égard des livraisons russes. De plus, la hausse continue des prix de l’énergie a suscité un regain d’intérêt pour l’exploitation des gisements de gaz de schiste.

Les industriels européens payent leur électricité deux fois plus que leurs homologues américains et 20% plus que leurs concurrents chinois. De plus, les prix du gaz naturel sont 3 à 4 fois plus élevés en Europe qu’aux Etats-Unis ou en Russie, et 12% plus élevés qu’en Chine.

Quelques semaines avant que l’avion du vol MH17 ne soit abattu au dessus de l’Ukraine, Merkel avait déjà décidé que l’Allemagne devait se débarrasser de sa dépendance du gaz russe. La notion que les Etats-Unis pourraient devenir le principal fournisseur d’énergie de l’UE faisait partie des négociations secrètes que les deux blocs ont engagées pendant des mois dans le cadre de l’accord sur le libre-échange.

Merkel semble être une visionnaire ; en effet, cette semaine, le Premier ministre ukrainien, Arseni Iatseniouk, a annoncé vouloir faire voter une loi de sanctions contre la Russie par le parlement ukrainien incluant une interdiction pour la Russie de faire transiter des marchandises russes à destination de l’UE (y compris le gaz russe) à travers le territoire ukrainien. Mardi, le parlement ukrainien a approuvé cette série de sanctions contre la Russie. L’UE a rappelé à l’Ukraine que l’interdiction de transit du gaz russe était susceptible de lui nuire, et le gouvernement ukrainien cherche maintenant à faire conclure des accords entre la société de gaz d’Etat ukrainienne Naftogaz et les sociétés russes opérant dans le domaine du transport de gaz et qui ne figurent pas dans la liste des entreprises sanctionnées par l’Ukraine. On ne sait pas non plus si les géants de l’énergie russes, Gazprom (à qui l’Ukraine doit plusieurs milliards de dollars) et Transneft, sont concernés par ces sanctions. Il est aussi douteux que la majorité des Européens aient compris les implications possibles de cette nouvelle loi pour eux.

Selon Neopresse, plusieurs études publiées sur les dangers du «gaz de schiste» et du «fracking » ont disparu des sites web des organismes officiels et aujourd’hui, ils affirment qu’ils sont « aussi sûrs que l’énergie nucléaire ».

EU Energy Non-paper

00000000000000000000000000000000000000000

Olivier Demeulenaere - Regards sur l'économie

Israël Gaza gaz offshore« La guerre de Gaza cache-t-elle, derrière un alibi militaire, la volonté israélienne de reprendre une zone géographique permettant à l’Etat hébreu de revendiquer les gisements gaziers ? Le débat avait été lancé dès la découverte des gisements sous-marins au début de ce siècle, mais la nouvelle offensive de Tsahal relance la polémique.

Voici quelques jours, le ministre israélien de la Défense, Moshe Ya’alon, avait annoncé que l’opération militaire contre le Hamas s’étendrait « par tous les moyens à notre disposition… Le prix payé par l’organisation – le Hamas – sera très lourd « . Mais, rapportait le Guardian du 9 juillet, dès 2007, juste avant l’opération militaire « Plomb Fondu » dirigée contre la bande de Gaza, le même Moshe Ya’alon s’inquiétait déjà d’une source de gaz naturel découverte en 2000 au large des côtes de Gaza. L’actuel ministre avait dit craindre, à l’époque, que cette source potentielle de revenus ne serve pas à…

Voir l’article original 912 mots de plus

GLOBAL RELAY NETWORK

nato-eu-un-nato-400x335Par Paul Craig Roberts, le 26 juillet 2014

Les gouvernements européens et les médias occidentaux ont mis le monde en péril en permettant la propagande et l’agression de Washington à l’encontre de la Russie.

Washington a réussi à se servir de mensonges transparents pour diaboliser la Russie comme un pays dangereux et agressif dirigé par un nouveau Hitler ou un nouveau Staline, tout comme Washington avait réussi à diaboliser Saddam Hussein en Irak, les Talibans en Afghanistan, Qaddafi en Libye, Assad en Syrie, Chavez au Venezuela et, bien sûr, l’Iran.

Les vrais démons – Clinton, Bush, Obama – sont « les personnes exceptionnelles et indispensables », hors d’atteinte de toute diabolisation. Leurs crimes atroces passent inaperçus, tandis que des crimes imaginaires sont attribués aux peuples et aux pays ordinaires et superflus.

La raison pour laquelle Washington diabolise un dirigeant et un pays consiste à permettre la création de circonstances dont Washington…

Voir l’article original 1 346 mots de plus

Résistance Inventerre

Le Monde. | 26.07.2014  | Par Adam Michnik (directeur du quotidien polonais « Gazeta Wyborcza »)

alemonde ukraine_des-militaires-ukrainiens-a-un-barrage-pres_349e316cdde4769f98f582ed8a991daa

Des militaires ukrainiens à un barrage près de Sloviansk, en Ukraine, le 19 juillet. | REUTERS/GLEB GARANICH
L’hypocrisie, la bêtise et le silence de l’élite intellectuelle, des artistes, des scientifiques et des médias face à l’avancée des régimes totalitaires nazi et stalinien resteront à jamais dans nos mémoires, resteront à jamais l’un des tristes souvenirs du XXe siècle.
Avoir fermé les yeux sur l’annexion de l’Autriche, sur celle de la Tchécoslovaquie, et sur celle des pays baltes sera toujours un motif de honte pour l’Europe. Personne ne parla avec autant d’éloquence qu’Hitler et Staline de la paix et du droit international, et personne ne commit autant de crimes que ces dictateurs.
Aujourd’hui, l’Europe garde le silence devant la politique impérialiste agressive de Vladimir Poutine, le président de la Fédération de Russie. L’Occident tolère en…

Voir l’article original 530 mots de plus

uncitoyenindigné

Le physicien Stephen Hawking met en garde l’Humanité contre les risques de l’intelligence artificielle.

 hawkins

Alors je ne sais pas si vous avez vu transcendance, avec Johnny DEPP, mais je le recommande fortement !

A cause de la masse d’info qui y passe et des connections qui ont lieu dans ce réseau, qui pourraient déjà être de nature quasi synaptiques, certains scientifiques pensent que Internet pourrait déjà être conscient de lui même, et créer sa propre matrice : et nous n’y verrions, ni n’en saurions, rien !

« Prend-on assez au sérieux l’intelligence artificielle ? » se demande le scientifique, qui pointe plusieurs dangers.

Présente dans la science-fiction, l’intelligence artificielle pourrait menacer la science et la société elle-même. C’est le message lancé jeudi 1er mai par le célèbre physicien Stephen Hawking, dans une tribune publiée par The Independent(en anglais). L’éminent scientifique évoque la sortie de Transcendence aux Etats-Unis, un film avec Johnny Depp et…

Voir l’article original 1 200 mots de plus

lesindignesduquebec

oitarp bis Oitarp

À l’hôpital de Garches, les quatre parents d’enfants cancéreux en grève de la faim depuis dix jours ont été expulsés par les forces de l’ordre. Arrivée sur place peu avant leur expulsion, le docteur Nicole Delépine, bloquée à l’extérieur de l’établissement par les forces de l’ordre, s’est indignée de cette gestion de la situation et du traitement des familles : « Je ne peux même pas avoir accès à mon service, voir mes patients et leurs parents », s’est insurgé le médecin, aux côtés de son mari chirurgien, très ému lui aussi.

garches

La cancérologue a rappellé que son service n’applique pas de méthode révolutionnaire, mais un traitement connu depuis trente ans, dosé pour chaque enfant. « Nous refusons d’engager les patients dans des essais thérapeutiques tant qu’on n’a pas tout essayé », insiste le Dr Delépine. Derrière les grilles de l’hôpital, plusieurs parents sont venus témoigner du traitement individualisé dispensé par le médecin, qui…

Voir l’article original 19 mots de plus

Strategika 51

Effet Snowden, Paranoïa collective ou mesures de précaution dans un monde de plus en plus transparent et où le moindre geste et click sont épiés et enregistrés, on signale une hausse significative des ventes de bonnes vieilles machines à écrire en Allemagne et en Russie.

Des services entiers des renseignements militaires de l’armée russe sont revenus à la machine à écrire. D’autres services gouvernementaux gardent l’usage du PC mais sans connexion Internet et surtout sans le système d’exploitation américain Microsoft Windows®.

La fin du support Microsoft pour Windows XP®, un OS équipant la plupart des ordinateurs utilisés par les armées russes et chinoises (mais également ceux du Pentagone) a accéléré ce processus.

Le système d’exploitation Windows 8®  constitue un danger réel pour la vie privée et la protection des données de l’ensemble des utilisateurs. Ce serait le fer de lance des programmes Backdoors de la NSA (National Security Agency), l’agence d’espionnage…

Voir l’article original 186 mots de plus

Cyber-risques - Cybercriminalité - NOUVEAU MONDE

(lerevenu.com) – L’AMF a récemment adressé une nouvelle mise en garde à l’encontre des monnaies virtuelles. A savoir le Bitcoin, qui concentre près de 90 % des transactions, mais aussi le Litecoin, le WebMoney, Perfect Money, Ripple, le Dogecoin, l’Infinitecoin ou bien Amazon Coins.

En raison d’un cadre légal inexistant, aucune protection n’est offerte sur les monnaies virtuelles en tant que moyen de paiement.

En cas de défaut ou cessation d’activité de la plateforme gérant la transaction ou le stockage de monnaies virtuelles, par exemple à la suite d’un piratage informatique, les bitcoins seront irréversiblement perdus.

Lire

Voir l’article original