Archives de la catégorie ‘Sciences et Avenir’

le monde à l'ENVERS

Les États-Unis ne sont pas parvenus à récupérer leur place incontestée de leader mondial dans le domaine de fabrication des systèmes informatiques à haute performance.

ORDINATEUR CHINOIS N°1 MONDIAL

C’est l’ordinateur Tianhe-2, élaboré par l’Institut chinois des sciences et des technologies de défense, qui se retrouve pour la quatrième fois d’affilée à la tête du classement mondial des superordinateurs.

Voir l’article original 708 mots de plus

Francis Wurtz

wurtz-l-humanite-dimancheÀ notre époque hyper-mercantiliste, où l’horizon des milieux dirigeants est borné par des considérations étroitement comptables et des calculs à court-terme, ce fut une revigorante bouffée d’air pur que de constater, le 12 novembre dernier, l’écho exceptionnel suscité, tant dans la communauté scientifique que parmi les citoyens en général, par le succès -certes pas total, mais néanmoins historique- de la mission de la sonde européenne Rosetta. Ce ne fut pas la stupéfaction universelle provoquée en son temps (1957) par le bip-bip du premier Spoutnik, ni l’émotion planétaire engendrée par les premiers pas de l’Homme sur la Lune (1969), mais l’événement du 12 novembre a positivement marqué les esprits -et, par les temps qui courent, c’est déjà un petit miracle. D’autant qu’il s’agit d’un événement européen ! Il est vrai que l’Agence Spatiale Européenne (ESA en Anglais) -dont relève la mission Rosetta- offre un tout autre visage de l’Europe que les…

Voir l’article original 451 mots de plus

Pas pour la Sncf aux grèves sectorielles!

Vers la bascule magnétique

Photo © Glow images

Technologie. Notre civilisation technologique va-t-elle au-devant de sérieux problèmes en cas d’inversion des pôles magnétiques ?

Ce phénomène, qui s’est produit à plusieurs reprises dans l’histoire de la Terre, évolue, en théorie, trop lentement pour que l’être humain y soit véritablement sensible. Mais une étude publiée dans le Geophysical Journal International vient de montrer que la durée nécessaire à cette inversion pourrait en réalité être plus courte que prévu — en fait, inférieure à une vie humaine.

Cette nouvelle évaluation est le fruit de la cartographie fouillée du massif italien des Apennins consécutive au tremblement de terre de L’Aquila, en 2009. L’analyse des sédiments déposés lors d’éruptions volcaniques passées a en effet montré que ceux-ci portaient en eux — un pur hasard — la marque de la dernière inversion des pôles magnétiques, voilà un peu moins de 800 000 ans. L’analyse fine de cette mémoire sédimentaire a rendu alors un verdict étonnant : cette dernière inversion s’était produite en moins d’un siècle. Or, nous savons que le champ magnétique terrestre est en phase de décroissance, un marqueur habituel d’une inversion imminente.

Problème : durant cette bascule, qui procède d’un jeu encore incompris entre les parties liquide et solide du noyau métallique de notre planète, la magnétosphère, qui nous protège du vent solaire, a tendance à faiblir. Si cet affaiblissement venait à être concentré sur une période courte, les tempêtes solaires, génératrices d’aurores boréales (photo), pourraient mettre dramatiquement à l’épreuve la trame électrique et connectique de nos sociétés.

source: http://resistanceauthentique.wordpress.com/2014/11/12/vers-la-bascule-des-poles-magnetiques/

0000000000000000000000

Résistance Inventerre

INREES le site – novembre 2014
Le biologiste Rupert Sheldrake était promis à une carrière brillante et conventionnelle. Il a préféré défendre ses idées, bravant les anathèmes du monde académique. Rencontre avec un irréductible.
La voix posée, le regard clair et rieur, Rupert Sheldrake navigue avec aisance dans ses souvenirs. Le biologiste va sur ses soixante-dix ans, il en paraît quinze de moins et sa mémoire restitue les événements les plus lointains avec une précision toute scientifique, épicée d’humour britannique. Au premier étage de sa maison londonienne, les murs sont tapissés de livres : sciences, philosophie, religion, histoire… L’ambiance cosy du lieu et le flegme de notre hôte feraient presque oublier son statut d’« hérétique » récidiviste. Il le doit à des idées qu’il défend sans relâche depuis trente ans : la nature est vivante, consciente, l’homme en fait partie intégrante, et la science matérialiste se trompe sur la nature…

Voir l’article original 302 mots de plus

Solidarité Ouvrière

Le Monde, 2 novembre 2014 :

La fin prochaine de la gratuité de l’eau en Irlande a amené quelque 120 000 Irlandais à descendre dans les rues d’une douzaine de villes, pour une deuxième journée de protestation, à dix-huit mois des législatives, à l’appel du collectif Right2Water (droit à l’eau). La manifestation la plus importante a rassemblé 20.000 personnes à Dublin, selon le télédiffuseur public RTE.

La facturation de l’eau a été décidée dans le cadre du plan d’aide du Fond monétaire international et de l’Union européenne. Face au mécontentement qu’elle suscite, le gouvernement a proposé des aménagements mais n’envisage pas d’y renoncer.

Voir l’article original 78 mots de plus

Global News

MOJAVE, Calif. – The injured test pilot who survived the destruction of Virgin Galactic’s prototype space tourism rocket is described as alert and talking with his family and doctors.

Word about the condition of Peter Siebold came Saturday in a statement from his employer, Scale Composites, the Mojave, California, company developing SpaceShipTwo for Virgin Galactic.

Scaled Composites says Siebold, its director of flight operations, was serving as pilot during Friday’s ill-fated test flight high over the Mojave Desert.

Co-pilot Michael Alsbury was killed.

The National Transportation Safety Board is investigating the cause of the accident.

Voir l’article original

L’ONG Greenpeace estime ce samedi que le ministère de l’Intérieur doit « sortir du silence » et « arrêter de minimiser le risque » à la suite d’un nouveau survol de centrales nucléaires par des drones vendredi soir. « L’ampleur de ces opérations et les moyens matériels utilisés sont de plus en plus inquiétants », explique dans un communiqué Yannick Rousselet de l’ONG.

LIRE sur

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/11/01/97002-20141101FILWWW00108-drones-il-faut-arreter-de-minimiser-le-risque.php

00000000000000000000000000

Space Ship Two de Virgin Galactic (Virgin Galactic)

Virgin Galactic : le vaisseau spatial Space Ship Two s’écrase, un mort

Selon le site d’informations locales Kern Golden Empire, qui cite le directeur de la base spatiale du Mojave Stu Witt, une conférence de presse est prévue à 14H00 locales (23 heures en France).

PLUS sur http://tempsreel.nouvelobs.com/sciences/20141031.OBS3835/le-vaisseau-spatial-space-ship-two-de-virgin-galactic-s-ecrase.html#

Publié sur http://lemondealenversblog.com/2014/10/28/rechauffement-climatique-images-impressionnantes-du-plus-grand-effondrement-glaciaire-jamais-filme-au-groenland-video/
RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE : Images impressionnantes du plus grand effondrement glaciaire jamais filmé au Groenland (vidéo)

Le réchauffement climatique est en marche : de très nombreux signes tangibles et indéniables en témoignent, et notamment la fonte des glaciers.

C’est ce que montre une vidéo (celle ci-dessus visible Ndlr) impressionnante du vêlage du glacier groenlandais Sermeq Kujalleq. Dans de nombreuses régions du monde, la fonte des glaces s’accélère nettement, apportant une preuve indéniable du réchauffement climatique en cours. C’est notamment le cas en Arctique où le déclin de la calotte glaciaire du Groenland a presque quintuplé depuis le milieu des années 90. Ce phénomène est notamment facilement visible dans le fjord d’Ilulissat à l’ouest du Groenland : un site privilégié pour l’observation de la fonte des glaciers. Situé sur la côte ouest du Groenland, à 250 km au nord du cercle arctique, le fjord glacé d’Ilulissat (4 024 km²) est l’embouchure maritime de Sermeq Kujalleq, un des rares glaciers à travers lesquels la glace de l’inlandsis groenlandais atteint la mer. Sermeq Kujalleq est l’un des glaciers dont la fonte est la plus rapide (19 m par jour) et l’un des plus actifs du monde.

Son vêlage annuel de plus de 35 km3 (soit 10 % de toute la glace de vêlage des icebergs du Groenland), dépasse celui de tous les autres glaciers du monde en dehors de l’Antarctique. Il en résulte une production annuelle de 20 milliards de tonnes d’icebergs dont certains mesurent plus de 1 000 m de hauteur ! Classé au Patrimoine Mondial de l’Unesco depuis 2004, ce site est étudié depuis plus de 250 ans et permet ainsi d’enrichir notre compréhension du changement climatique et de la glaciologie de la calotte glaciaire. L’association naturelle et extrêmement spectaculaire de la roche, de la glace et de la mer, ainsi que les sons dramatiques produits par la glace en mouvement garantissent un spectacle naturel mémorable et grandiose. Chasing Ice : la preuve en image de l’accélération de la fonte de l’inlandsis du Groenland C’était il y a déjà 6 ans, en mai 2008, Adam LeWinter et Jeff Orlowski tournaient une scène sur ce site pour illustrer la fonte des glaciers provenant de l’inlandsis groenlandais, pour leur film « Chasing Ice ».

Groenland-iceberg-Angmagssalik

Ils n’ont pas été déçus : pendant 75 minutes ils vont assister à une rupture gigantesque et inédite sur les écrans du glacier Sermeq Kujalleq.Le glacier a vêlé dans la mer sur près de 5km de large et 1km de profondeur avec une hauteur de glace d’environ 90 à 120 mètres au-dessus de l’eau pour une hauteur totale de 900 mètres ! Il s’agit du plus gros événement de ce type jamais enregistré sur une caméra. Cette vidéo donne une idée de l’énergie et du bruit dégagés par l’effondrement de ce glacier qui s’est littéralement disloqué dans l’eau à partir de l’inlandsis. Imaginez qu’un seul petit iceberg qui se fracture fait autant de bruit qu’un coup de tonnerre relativement proche…   Pour bien mesurer l’ampleur du phénomène, les réalisateurs de la vidéo ont superposé le quartier de Manhattan aux blocs de glace qui se détachent de l’inlandsis : la comparaison est saisissante et édifiante, d’autant plus que le glacier a une hauteur de deux à trois fois supérieure aux plus hauts building de Manhattan !

En outre, le glacier a davantage reculé en seulement 10 ans qu’au cours de l’ensemble du siècle dernier : difficile d’avoir une preuve plus tangible et claire de l’accélération du réchauffement climatique. Selon le dernier rapport du GIEC, le niveau moyen des mers devrait augmenter de 17 cm à 38 cm d’ici 2050 et de 26 cm à près d’un mètre d’ici 2100, principalement sous l’effet de la dilatation thermique de l’eau et de la fonte des glaciers. La calotte du Groenland pourrait même disparaître presque complètement, ce qui se traduirait par une hausse du niveau moyen des mers de 7 m : la fin de nos civilisations. « Chasing Ice » est l’histoire d’un homme qui veut vérifier l’ampleur de la fonte de la glace en Arctique, rassemblant des preuves indéniables de notre planète en mutation. Ceci à l’aide de caméras capables d’accélérer les images de manière à ce que des phénomènes peu perceptibles à l’oeil nu à un instant prennent tout leur sens une fois accélérés. Le film Chasing Ice a notamment remporté le prix d’excellence en cinématographie en 2012 lors du Festival du film de Sundance et le prix du meilleur documentaire de l’Association de la presse internationale. Il  est encore joué dans les salles à travers le monde.

Localisation géographique du Sermeq Kujalleq (voir la source de l’article)

Auteur Christophe Magdelaine
Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/actualites/4115-fonte-glacier-inlandsis-Groenland

Titre initial de l’article : Images impressionnantes du plus grand effondrement glaciaire jamais filmé au Groenland (vidéo)

00000000000000000000000000000000000000000

 

Ma PhotoPar Philippe BILGER

La Twittosphère : un cloaque pour les mots ?

Au mois d’octobre 2013, Jean Bordeau, assistant parlementaire du sénateur Jean-Pierre Michel, tweetait que Marion Maréchal-Le Pen était « une conne » et une « salope ».

Poursuivi pour le délit d’injure publique, il a soutenu, le 24 octobre, qu’il visait « l’élue et non la femme » et s’est défendu d’être « sexiste ou misogyne ».

Son conseil, Maître Charrière-Bournazel, a plaidé, sans surprise, la relaxe au nom de la liberté d’expression et parce que l’empoignade s’inscrivait dans le cadre d’un « combat politique », l’élection cantonale partielle de Brignoles dans le Var remportée en définitive par le FN.

Le jugement sera rendu le 28 novembre et il est probable que le tribunal correctionnel de Paris suivra les réquisitions du ministère public en faveur de la condamnation du prévenu (www.20 minutes.fr).

Pour n’être pas gravissime, cette affaire est révélatrice des dérives que connaît le langage, d’un usage de la parole de plus en plus brut et, généralement, du délitement de la politesse qui devrait imposer, quelle que soit la contradiction sur le fond, la correction de la forme.

Comment Jean Bordeau pense-t-il s’exonérer en distinguant artificiellement l’élue et la femme et en déniant tout sexisme sans même percevoir la vulgarité et le caractère scandaleux des mots en eux-mêmes, comme si ces derniers pouvaient être concevables dans telle ou telle position ou configuration ?

« Conne » et « salope » constituent intrinsèquement une absolue dégradation du débat public et une triste démonstration de la baisse du niveau de nos élites, à quelque niveau qu’elles se situent. Parler de la sorte à quelqu’un, tweeter sur quiconque de cette manière, connu ou inconnu, homme ou femme, est une démarche signalant plus la piètre qualité de l’insulteur que la possible bassesse de l’insulté.

Cet épisode me touche d’autant plus qu’il a pour cadre Twitter et qu’avec mes 18 000 abonnés, je commence à avoir une idée assez précise des ombres et des lumières de ce formidable moyen de communication.

Il serait injuste d’intenter, à lui seul, un procès à charge. En effet je suis de plus en plus frappé, dans les entretiens de la presse écrite ou dans l’audiovisuel, par le fait que beaucoup d’artistes, acteurs, réalisateurs ou chanteurs, même parfois courtois dans le privé, se sentiraient déshonorés si à intervalles réguliers ils ne proféraient pas un gros mot, un juron ou une exclamation ordurière. Il est obligatoire d’être débridé dans la pire acception de ce terme. Une spontanéité se laissant aller.

Les politiques ne sont plus en reste et s’imaginent plaire au peuple quand ils débraillent le langage alors qu’au contraire, ils le déçoivent profondément. La personne comme les mots ne peuvent se passer d’allure.

La Twittosphère, au regard de l’expérience que j’en ai, offre à certains – ils sont heureusement rares à cultiver cette pratique indécente – l’opportunité d’extérioriser à la fois la pauvreté offensante de leurs propos et donc l’indélicatesse de leur être.

Je laisse de côté la multitude de ces contradicteurs qui ne tiennent aucun compte des réponses qu’on fait, qui en plus ne s’informent que sur Twitter et donc sont totalement sommaires voire infirmes sur le plan de la contradiction, ou n’éprouvent qu’une envie, celle de mordre les mollets de celui qui a tweeté, sans rien connaître de lui la plupart du temps, plutôt que riposter sur le fond. Pour prendre un exemple, combien de fois m’a-t-on reproché un antisarkozysme obsessionnel sans jamais battre en brèche la réalité de mes constats !

La catégorie à laquelle je m’attache dans ce billet est composée de ceux qui non seulement ne savent pas résister à la tentation de l’insulte mais s’y abandonnent avec volupté, avec sadisme, avec frénésie. Ils sont déçus quand la susceptibilité qu’ils espéraient blesser leur renvoie le boomerang avec de la vigueur mais plus de tenue !

L’obligation d’user de 140 caractères seulement n’est pas une excuse. Elle peut justifier le paradoxe, la provocation, l’insolence, la banalité ou la critique. L’adhésion ou la réprobation. Il n’y a rien en elle qui contraindrait à la dégradation des mots, à l’indignité du langage, à la dévastation de ce magnifique outil humain qui nous a été dévolu pour le meilleur et que certains ont dénaturé jusqu’au pire. Il n’y a rien en elle mais tout dans le twittos qui jouit de sa forme odieuse et, pense-t-il, de la certitude de faire mal.

Mais, au milieu des approximations, des confusions et des vitupérations, comme une grâce, des tweets aimables quoique critiques, des tweets intelligents, spirituels et stimulants, des tweets plus soucieux de fraternité que d’invectives, des tweets qui ne font pas de Twitter un cloaque mais une aubaine, une chance.

Plus que jamais, la passion de la liberté d’expression est une passion noble. Elle doit d’autant plus être magnifiée et incarnée qu’ici on la dévoie et que là on prétend l’étouffer.

Il faut la préserver de ses faux amis et de ses vrais massacreurs.

http://www.philippebilger.com/

0000000000000000000000000

civilwarineurope

imageDes échauffourées entre forces de l’ordre et « anarchistes » ont fait cinq blessés légers en marge d’un rassemblement autrement pacifique de deux milliers d’opposants au barrage contesté de Sivens, dans le Tarn. Selon le lieutenant-colonel Sylvain Renier, commandant du groupement de gendarmerie du Tarn, « 100 à 150 anarchistes encagoulés et tout de noir vêtus ont jeté des engins incendiaires » aux forces de l’ordre qui encadraient une mobilisation de « 2000 » opposants qui, eux, sont restés pacifiques, selon lui. Les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes, de grenades assourdissantes et de flash-balls, a-t-il ajouté.

« Quatre CRS et un gendarme ont été blessés, dont deux ont été hospitalisés », l’un pour avoir été touché au genou, l’autre à l’avant-bras, a indiqué à l’AFP le lieutenant-colonel, présent sur les lieux. Aucune personne n’a été blessée dans l’autre camp, a-t-il assuré. Les échauffourées se poursuivaient encore peu avant 19 heures, selon le gendarme. Il…

Voir l’article original 51 mots de plus

Publié par Guillaume Champeau

En Allemagne, l’opérateur O2 a annoncé la mise en place d’une politique de « fair use » (ou « utilisation équitable ») sur ses forfaits d’accès à internet par ADSL, pour brider le débit des internautes qui dépassent 300 Go de données par mois.

En France, des plans similaires sont dans les cartons depuis plusieurs années.

C’est une révolution, de celles qui n’émanent pas du peuple. L’opérateur O2, filiale du groupe Telefonica, a annoncé la mise en place d’un « fair use » sur ses accès à internet par ADSL à partir du 3 novembre prochain. Les abonnés devront désormais choisir entre différentes vitesses d’accès disponibles (et non plus bénéficier du meilleur débit possible sur leur ligne), et surveiller leur volume de données échangées pour ne pas risquer de voir leur accès bridé, comme c’est le cas sur les forfaits mobiles.

« Compte tenu du fait que le volume d’utilisation des données de nos clients augmente chaque année et que notre objectif est de continuer à offrir une infrastructure de haute qualité à long terme à un prix attractif, cette mesure est nécessaire« , affirme l’opérateur.

O2 propose ainsi trois forfaits, dont le moins cher (le pack S) permet d’avoir 8 Mbps de débit limité à 2 Mbps après seulement 100 Go de données téléchargées. Le pack M permet d’avoir 16 Mbps de débit, et le pack L de monter jusqu’à 50 Mbps, avec une limite de 300 Go téléchargeables, au delà de laquelle le débit tombe à 2 Mbps (ou 2 000 Kbps) pour la fin du mois. L’opérateur propose toutefois des options pour ajouter 100 Go de données pour 4,99 euros de plus par mois, ou pour conserver l’illimité pour un supplément de 14,99 euros par mois.

Soucieux de paraître ne frapper que les gros consommateurs réguliers, et non les dépassements occasionnels, l’opérateur précise que la mesure n’est appliquée qu’après trois mois consécutifs au delà du plafond.

La vitesse bridée à 2 Mbps en cas de dépassement est « suffisante pour surfer, consulter vos mails, utiliser Facebook et regarder des vidéos YouTube« , assure O2. Il faut toutefois abandonner la haute résolution. Selon les données techniques de YouTube, les vidéos en 720p consomment autour de 2,5 Mbps. Celles en 1080p peuvent nécessiter jusqu’à 6 Mbps.

Par ailleurs, O2 assure que le plafond des 300 Go est largement suffisant pour la grande majorité des internautes. Il s’appuie pour cela sur des données de l’Agence fédérale des réseaux, l’Arcep allemande, qui estime que la moyenne est de 21 Go par mois et par abonné. Mais l’opérateur se garde bien de dire combien d’abonnés seront impactés par la mesure, qui intervient juste au moment où Netflix se lance en Allemagne. Or le service de SVOD est un très gros consommateur de bande passante, avec entre 300 Mo et 4,7 Go par heure selon les débits et qualités disponibles.

Des projets en France

L’idée de mettre fin à l’illimité sur le fixe, qui ne se justifie que par des économies de bouts de chandelle (contrairement au mobile où il faut techniquement gérer la rareté des ondes), n’est pas nouvelle en Europe.

Nous avions prévenu dès 2008 que ce jour arriverait, en voyant que c’était déjà en train d’arriver aux Etats-Unis. Mais surtout, en 2011, la Fédération Française des Télécoms (FFT) avait réalisé un document de travail destiné à l’Arcep, dans lequel apparaissait la volonté des opérateurs de créer des « plafonds de consommation », avec bridages ou blocages au delà du plafond.

A l’époque, Orange avait confirmé cette possibilité. « Oui, il y a certains forfaits sur lesquels on risque de mettre des seuils« , avait ainsi confié un porte-parole d’Orange à OWNI. « S’ils ne concernent qu’ 1% des gens qui downloadent des films toute la journée, alors c’est envisageable. C’est inacceptable si cela impacte davantage de clients« , avait-il toutefois nuancé.

Il est par ailleurs possible que le marché allemand soit un test pour Telefonica, qui pourrait ambitionner de généraliser la pratique à l’ensemble de ses filiales européennes, si elle est admise par les consommateurs. L’opérateur espagnol est présent avec O2 au Royaume Uni, en Irlande, en République Tchèque et en en Slovaquie.

Avec le mouvement global de concentration des opérateurs européens, encouragé par la Commission avec le marché unique des télécoms, il n’est pas impossible qu’O2 importe également ses nouvelles méthodes en France. Ou qu’un opérateur français ne décide de lui-même de les imiter.

source:

http://www.numerama.com/magazine/30883-la-fin-de-l-internet-illimite-commence-en-europe.html

http://streettelevirtuelle.wordpress.com/2014/10/20/internationale-la-fin-de-linternet-illimite-commence-en-europe/

00000000000000000000000000

 

Transition énergétique : la France interdit à son tour les sacs en plastique

source: http://resistanceinventerre.wordpress.com/

En 2016, les sachets les plus fins devront disparaître des commerces.

Ils sont responsables de pollutions majeures.

aso-dechets-plastiques-mettent-en-danger-l-ecosysteme-marin_2127404_800x400
Les déchets plastiques mettent en danger l’écosystème marin. © Photo DR

La lutte contre les sacs plastique s’étend des rivages de l’Atlantique à ceux du Pacifique. Dix jours après la Californie (États-Unis), la France interdit à son tour les sacs plastique « à usage unique », les plus fins. Les députés ont voté vendredi soir cette disposition de la loi sur la transition énergétique défendue par Ségolène Royal, la ministre de l’Écologie.
Elle concerne les sacs de caisse distribués dans le commerce et ceux des rayons fruits et légumes. Le nombre d’unités est estimé à cinq milliards par an en France pour la première catégorie, à 12 milliards pour la seconde. La date fatidique de leur disparition est fixée au 1er janvier 2016. Ils pourront être remplacés par des sacs à base de matière organique (amidon de maïs ou de pomme de terre) recyclables dans des composts à domicile. Ou par des sacs en papier et des sacs plastique renforcés et payants.

Composés de polyéthylène, une substance dérivée du pétrole  

Une révolution ? Pas tout à fait. Les sachets plastique sont sur la sellette depuis de nombreuses années pour leurs ravages environnementaux. Composés de polyéthylène, une substance dérivée du pétrole, ils sont difficilement collectés et recyclés. Conséquence, ils finissent souvent à l’incinérateur ou, pire, dans la nature.

apollution-ocean-trash-MS
“Débris plastiques et pollution des océans”

Dans certains coins d’Afrique ou d’Asie, l’approche d’un village est plus sûrement signalée par les sacs plastique qui décorent les arbres que par les panneaux indicateurs. Les berges de nos rivières en sont tapissées après les crues. Et comme (presque) tout ce qui est jeté à terre finit à la mer, on retrouve ces poches dans la poubelle planétaire que devient chaque jour un peu plus le milieu océanique. Une étude des Nations unies, publiée en juin dernier, évalue à plus de 10 milliards d’euros par an l’impact de la pollution plastique des mers sur les écosystèmes, le tourisme et la pêche.
Dans quelques centaines d’années, on constatera probablement que la dégradation des sacs plastique sera imparfaite, voire hypothétique. Et on continuera à ramasser des tortues et des mammifères marins (s’il en reste…) étouffés par des sachets qu’ils auront pris pour des méduses consommables. Sans parler des microdéchets de plastique susceptibles d’entrer dans la chaîne alimentaire.

apollutionplageInterdiction contre taxation

Cheval de bataille de nombreuses associations environnementales, comme la Surfrider Foundation Europe installée à Biarritz, la lutte contre le sachet plastique trouve donc une seconde traduction législative. La première remontait au vote de la loi de finances 2010, qui prévoyait une taxation de cette gamme d’objets à
compter du 1er janvier 2014, taxe fixée à 6 centimes le sac. Son décret d’application n’est jamais sorti, bloqué par un gouvernement soucieux de ne pas en rajouter une louche dans le fameux « ras-le-bol fiscal ».

Il y en aurait 100 milliards en circulation dans l’Union  

La volonté française de passer la marche avant va dans le sens de l’histoire. La grande distribution a déjà notablement réduit ses apports en remplaçant les sacs légers et gratuits par des sacs renforcés et payants. L’initiative a été prise par l’enseigne E. Leclerc en 1995. Elle a fait tache d’huile dans les années 2000. Le résultat est probant : 10,5 milliards d’unités dans les mains des clients des grandes surfaces alimentaires en 2002, 700 millions en 2011.apollutionplastique_mer

Le mouvement restait trop lent aux yeux de l’Union européenne. Il y a deux ans, elle a réclamé des mesures fortes de la part des États membres pour réduire de 80 % le nombre de sacs plastique jetables. Il y en aurait 100 milliards en circulation dans l’Union, les pires élèves au palmarès 2010 étant le Portugal, la Pologne et la Slovaquie.

L’interdit étant maintenant prononcé, reste à savoir si le puissant lobby de la plasturgie ne va pas peser pour rendre le dispositif moins douloureux. La filière soutient qu’il n’existe pas à ce jour de solution technique pour des sacs dégradables dans un compost domestique. « Nous subissons déjà des pressions pour repousser la date », a admis Ségolène Royal. La Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD) et l’Union nationale des syndicats de détaillants en fruits, légumes et primeurs (UNFD) sont elles aussi montées au créneau. Ils protestent contre un surcoût estimé à 300 millions d’euros par an pour les commerçants.

source: http://resistanceinventerre.wordpress.com/2014/10/13/transition-energetique-la-france-interdit-a-son-tour-les-sacs-plastique/

00000000000000000000000000000000000000000

Ebola en 4 points importants:
– Le virus Ebola appartient à la famille des filovirus. Filo, simplement car il ressemble à un fil microscopique. Le virus Ebola est l’un des plus meurtriers de la planète, dans le classement des agents biologiques pathogènes, il est de niveau 4.
– Le virus Ebola envahit le sang et les cellules de la personne infectée. La progression de la maladie atteint généralement le fonctionnement des organes vitaux, en particulier les reins et le foie et provoque des hémorragies internes importantes. La mort peut survenir, peu de temps après les premiers symptômes, par défaillance de nombreux organes et choc cardio-respiratoire.
– La transmission d’homme à homme se produit par contact avec du sang, des sécrétions (éternuements), des liquides biologiques (salive, sang, urine, selles, vomissements, sperme, sueur), de personnes infectées ou par l’intermédiaire d’environnements contaminés.
– Aujourd’hui, il n’existe ni vaccin, ni médicaments certifiés pour lutter contre le virus Ebola. Les malades reçoivent des soins intensifs de soutien traitant les symptômes et les infections secondaires. Très souvent déshydratés ils sont mis sous perfusion ou réhydratés par voie orale avec des solutions d’électrolytes.
0000000000000000000000

STOP GAZ DE SCHISTE ! (Ni ici Ni Ailleurs)

Traduction par nos soins de l’article publié par desmoblog.com le 7 octobre 2014.

C’est confirmé: En Californie les aquifères ont été contaminés avec des milliards de litres d’eaux usées issues de la fracturation hydraulique.

Après que les autorités de l’État de Californie aient fermé11 puits d’injection d’eaux usées de fracturationau mois de Juillet dernier, inquiètes que les eaux usées aient pu contaminer les nappes phréatiques utilisés pour l’alimentation en eau potable et l’irrigation agricole, le ministère fédéral de l’environnement des États-Unis (EPA) avait demandé qu’un rapport soit préparé sous 60 jours.

On a appris hier que l’autorité de gestion de l’eau en Californie avait envoyé une lettre à l’EPA confirmant qu’au moins neuf de ces sites avaient réinjecté les eaux usées contaminées par des fluides de fracturation et d’autres polluants dans la nappe phréatique, laquelle est pourtant protégée par la loi fédérale sur l’eau (Safe Drinking…

Voir l’article original 409 mots de plus

Trois multinationales se partagent actuellement 50% du marché des semences, avec le risque de voir la biodiversité s’appauvrir. Mais la résistance s’organise du côté de l’agriculture biologique.
Extrait de l’émission « A bon entendeur » du 2 septembre 2014

Retrouvez le site de l’émission sur : http://www.rts.ch/emissions/abe

le monde à l'ENVERS

Ces 3 multinationales contrôlent déjà 50% de la production des semences mondiales : Syngenta, Monsanto et Dupont-Pioneer. Et elles n’ont certainement pas l’intention de s’arrêter en si bon chemin…

guerre-des-graines

Le danger de laisser l’alimentation mondiale sous le contrôle de seulement quelques firmes saute aux yeux. Ne les laissons pas arriver au bout de leur projet : rendre l’humanité totalement dépendante de ces multinationales sans foi ni loi. Il n’y a qu’à se pencher sur le parcours de Monsanto pour comprendre immédiatement le dessein mortifère qui les anime…

Voir l’article original 424 mots de plus