Archives de 12 septembre 2021

Des données et des informations sensibles concernant monsieur Xavier Niel , les familles Dassier et Tillinac , le Général Antoine Creux et son fils Matthieu sont elles dans la nature ou tout simplement soigneusement enterrées ?
Ces informations sur des comptes de campagnes (politiques), et beaucoup plus encore sont dans la nature et cela ne perturbe personne?

Quand en plus, on a connaissance des circonstances de ce vol de données protégées par le secret professionnel…

Que l’on sait qu’un juge espagnol du ‘Juzgado numero 1 de Villarcayo‘ agissant sur un dossier civil était entouré de forces armées démesurées (USECIC) face à un seul homme sans antécédent judiciaire….Et surtout la date de cette action perpétrée en bafouant totalement les lois ainsi que les droits de l’homme.

Pour rappel, est-il concevable qu’un juge espagnol agissant dans le cadre d’une procédure civile soit accompagné de brigades spéciales de l’USECIC de la Guardia Civil, puisse faire disparaître une plaque de Commissaire aux Comptes apposée sur la porte d’entrée, et interdise à ce français, Commissaire aux Comptes près la cour d’appel de paris , l’accès à sa résidence principale officielle et décrète en sa présence : la maison est abandonnée, pas d’inventaire, tout ce qui est contenu dans cette habitation est déclaré comme appartenant au propriétaire du bien loué alors que nous savons que le concept de maison abandonnée s’applique quand l’occupant est décédé et qu’il n’a ni famille ni proche…. et que les expulsions forcées sont précisément définies dans les textes comme une violation de plusieurs droits de l’homme.

Ces faits se sont déroulés le 21 avril 2017 après-midi, le vendredi précédent le premier tour des élections présidentielles, date limite après laquelle on ne peut plus rien divulguer qui pourrait influencer le vote.

Le consulat de France à Madrid fut alerté de ce “pillage orchestr锑par les autorités judiciaires espagnoles, et ce pendant le déroulement des faits.

Le consulat de France aurait dû, ne serait-ce que par principe de prudence, mettre en œuvre des diligences pour “mettre en suspens” cette action…mais le consulat ne parut nullement étonné et a répondu :

“Pas de mort? Pas de blessés?  Donc ce n’est pas une urgence!!

(Un enregistrement de l’appel téléphonique existe !)

Et depuis ce 21 avril 2017, les ennuis, vexations et autres méfaits que seules les autorités sont capables de diligenter en toute impunité continuent sans relâche sur le commissaire aux comptes Jérôme Margulis !

Est-on encore en droit d’interpeller des autorités dédiées habituellement au respect des textes de lois, des décrets et autres jurisprudences établies ?

000000