FRANCE đŸ‡«đŸ‡· (Confinement): reflexions de François BĂ©gaudeau

Publié: 1 avril 2020 dans Informations gĂ©nĂ©rales

Petit texte commandé puis refusé par un organe de presse. Pourtant rien de bien subversif.

Mon coefficient privilĂšge dĂ©jĂ  haut a triplĂ© avec le confinement. J’habite seul, et dans un appartement petit mais aussi lumineux que son occupant. Et surtout je travaille chez moi. A l’immense chance coutumiĂšre d’éviter le mĂ©tro Ă  7h s’ajoute dĂ©sormais celle d’ĂȘtre soustrait Ă  l’obligation, faite Ă  bien des travailleurs Ă  l’heure oĂč j’écris ces lignes en chaussettes, d’occuper un poste exposĂ© aux postillons de leurs congĂ©nĂšres.

Corollairement, mon quartier est habitĂ© par des gens que leur gratitude vis-Ă  vis de l’ordre social qui les gratifie dispose Ă  la civilitĂ©. Ils ne s’étripent pas au supermarchĂ©, respectent le mĂštre de distance dans la queue de la pharmacie, toussent dans leur coude, ne trafiquent pas les masques. Je suis donc autant Ă  l’abri qu’il se peut en ces temps oĂč l’abri est cher.
Qu’est ce qu’un privilĂ©giĂ©? Quelqu’un qui ne subit pas, ou subit peu, le monde physique. La hauteur de la place d’un individu sur l’échelle des privilĂšges est inversement proportionnelle au nombre de fois par jour oĂč le monde physique s’impose Ă  lui.

Un privilĂ©giĂ© ne subit pas la pluie, puisqu’un Uber l’attend dĂ©jĂ . Il ne subit pas les effluves de nourriture grasse d’une famille pauvre, puisqu’il voyage en premiĂšre classe ; ni celle des toilettes dont il sous-traite l’entretien Ă  une femme de mĂ©nage malienne. Il subit peu son corps : ne subit pas la faim, connait peu le froid, ne souffre jamais longtemps des dents. Il subira la mort et ses prĂ©liminaires mais pas tout de suite, plus tard, pour l’instant il diffĂšre, il repousse, il tient Ă  distance. Il n’a pas attendu le Corona pour pratiquer la distanciation. Son aisance matĂ©rielle lui est le plus efficace des gestes barriĂšre.
Son aisance matérielle le protÚge de la matiÚre.

On parle de son Ă©goĂŻsme, mais Ă©goĂŻsme n’est jamais le bon mot. Les faits moraux sont des faits de sensibilitĂ©, et les faits de sensibilitĂ© des faits sociaux. Les quartiers populaires sont parfois appelĂ©s quartiers sensibles. SymĂ©triquement devrait-on appeler les quartiers bourgeois quartiers insensibles. Ce ne serait pas une notation morale mais spatiale. Une affaire de distance. Le privilĂ©giĂ© n’applaudit les prolĂ©taires soignants qu’en temps de crise parce que le reste du temps, il ne les croise pas. Il ne les voit pas suer, ne les entend pas souffrir. Son abondance de biens se paye de cette pauvretĂ© en perception.

Une crise, qu’elle soit de foie ou financiĂšre, a ce bĂ©nĂ©fice de rendre sensible ce qui ne l’était pas – le foie, la viralitĂ© de la finance. Le virus en cours touche majoritairement les pauvres, mais il a la bontĂ© oecumĂ©nique d’affecter voire d’infecter quelques riches. Au privilĂ©giĂ©, le rĂ©el soudain s’impose. D’abord par un ensemble de contraintes lĂ©gales : rester chez soi, Ă©courter ses footings, supporter ses enfants dont hier encore une nounou congolaise le soulageait, ĂȘtre acculĂ© Ă  un Ă©pique exode vers sa rĂ©sidence secondaire de Normandie ou du Pays basque. Mais aussi par les canaux d’information qui, soudain Ă©pris de rĂ©el, explorent les mille ramifications de la situation, rĂ©vĂ©lant au privilĂ©giĂ© des pans entier du corps social. Il dĂ©couvre ou redĂ©couvre que son espace n’est indemne de matiĂšre que parce que chaque jour une chaine de gens, caissiĂšres, manutentionnaires, Ă©boueurs, dĂ©panneurs, soudeurs, maçons se la coltine Ă  sa place. Il dĂ©couvre ou redĂ©couvre qu’il ne mange des fruits que parce que des gens les cueillent, ramassent, portent, transportent, livrent sur son palier. Il le redĂ©couvre parce que l’actuelle limitation des dĂ©placements crĂ©e une pĂ©nurie de bras dans ce secteur. C’est souvent par la nĂ©gative, quand le travailleur manque Ă  sa place invisible, que le privilĂ©giĂ© rĂ©alise son existence.

L’inflation sensible que le privilĂ©giĂ© connait ces jours ci durera-t-elle au-delĂ  du confinement ? Dans cet Ă©lan oeuvrera-t-il a rematĂ©rialiser sa vie ? Sa sensibilitĂ© mutante provoquera-t-elle une mutation politique? Je n’y mettrais pas ma main Ă  couper. Il en faut plus pour qu’un riche en vienne Ă  passer par le chas d’une aiguille. Mais du moins puis-je espĂ©rer que, pendant quelques mois, quelques semaines, quelques jours avant la replongĂ©e dans l’insensible, le riche allergique aux discours contre le capitalisme, contre l’aberrante circulation de la marchandise tracĂ©e par la course aux profits, soit un peu moins agressivement prompt Ă  les rĂ©futer.

0000

commentaires
  1. k.e guillon dit :

    « L’inflation sensible que le privilĂ©giĂ© connait ces jours ci durera-t-elle au-delĂ  du confinement ? Dans cet Ă©lan oeuvrera-t-il a rematĂ©rialiser sa vie ? Sa sensibilitĂ© mutante provoquera-t-elle une mutation politique?  » dites vous
..

    Faut-il leur laisser le temps de se retourner (tout comme leur veste) et de retourner Ă  leurs anciens Ă©go-ismes 
.?
    Avec cette assignation Ă  rĂ©sidence (dont pour certains, c’est Ă  vie/ A aujourd’hui il sont 4032 – ce matin Ă  00h01 – Ă  ne pas avoir pu sortir de cette assignation Ă  vie. Soit 0,00627% de la population. A noter qu’un autre virus plus dĂ©vastateur propage sa propre pandĂ©mie. Il est dĂ©jĂ  Ă  66,6% de la population : corona-macron, agent de la mort lente des petites gens, ceux qui l’emmerdent parce que leur vie « lui coĂ»te un bras », oubliant au passage que c’est de notre argent qu’il s’agit et non du sien). Ne vaut-il pas mieux les habituer dĂšs maintenant Ă  la rigueur de « Organigramme-Nations » (vous connaissez? connaissez dĂ©jĂ  au moins un des premiers exemples de ce que vous aurez Ă  dĂ©cider, lorsque c’est vous qui dĂ©ciderez et non de prĂ©tendus VRP de vos soit-disant souhairs, alors que ce ne sont que des VRP du pouvoir et des partis).
    Mettez Ă  profit ce confinement pour mieux prĂ©parer votre future vie d’Homme libre (dans ce mot les nanas sont embarquĂ©es)
. Vous ou un gugusse d’un parti (quel qu’il soit. Ils baignent dans le mĂȘme bouillon-marigot depuis des dĂ©cennies et pour les partis depuis 1789 Ă©poque Ă  laquelle, ils ont commencĂ© Ă  confisquer ce qui appartenait au Peuple . Et dire que l’on a dĂ©capitĂ© pour moins que cela !)

    02/04/2020 – https://wp.me/p4Im0Q-3Ab
    – Vous avez droit Ă  8 500€ par an (en plus de ce que vous percevez actuellement), pour 40 millions de personnes, individuellement ou vous pouvez permettre de crĂ©er 13 millions d’emplois, collectivement. Que choisissez-vous. Si cela ne pourra se faire qu’en 2022, il est important de savoir maintenant.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s