CÔTES D’IVOIRE 🇹🇼 (Abidjan): quant au projet de monnaie unique de la CEDEAO…

Publié: 24 dĂ©cembre 2019 dans Informations gĂ©nĂ©rales

Par Codjo Prosper Akpovi

Selon le Professeur chercheur et juriste consultant Illy OussĂ©ni, ce qui vient de se passer Ă  Abidjan ressemble plus Ă  un sabotage du projet de la monnaie unique de la CEDEAO qu’à une vĂ©ritable rĂ©forme du CFA :

1) Quinze pays (CEDEAO) se mettent d’accord pour crĂ©er une monnaie unique qu’ils ont dĂ©cidĂ© d’appeler Eco et avec un chronogramme de mise en Ɠuvre bien Ă©tabli (mĂȘme s’il n’est pas toujours respectĂ©) ;

2) Tout Ă  coup, 8 d’entre eux (UEMOA, encore faut-il qu’il soit dĂ©montrĂ© qu’il s’agit vraiment des 8, puisque l’annonce a Ă©tĂ© faite par le prĂ©sident Ouattara seul, en compagnie du prĂ©sident français) dĂ©cident, de façon unilatĂ©rale, de rebaptiser leur monnaie controversĂ©e du mĂȘme nom (Eco).

La question lĂ©gitime que l’on est en droit de se poser est de savoir, cet « Eco » (qui vient d’ĂȘtre lancĂ© Ă  Abidjan), est-il celui projetĂ© par la CEDEAO ou s’agit-il d’un autre (nouvelle monnaie UEMOA) ?

Ce tĂ©lescopage (voulu Ă  dessein ?) dĂ©nature complĂštement le projet de la CEDEAO, s’il ne le compromet pas tout simplement. En lieu et place d’un processus inclusif et endogĂšne comme voulu au dĂ©part, on se retrouve avec un « Eco » dĂ©cidĂ© par l’UEMOA (ou plus exactement par la CĂŽte d’Ivoire et la France) auquel on demande maintenant aux autres pays de la CEDEAO d’adhĂ©rer ; toute chose qui me semble inimaginable pour certains pays comme le NigĂ©ria, que je vois mal adhĂ©rer Ă  une monnaie dont les termes ont Ă©tĂ© fixĂ©s par la CĂŽte d’Ivoire et la France. On est donc parti pour une division des pays de la CEDEAO entre d’une part, ceux qui vont accepter cette nouvelle donne et d’autre part, ceux qui vont la rejeter, mettant ainsi un terme au processus de l’Eco (le vrai).

Concernant les rĂ©formes qui ont Ă©tĂ© annoncĂ©es Ă  Abidjan, il ne s’agit en rĂ©alitĂ© que de la poudre aux yeux. On nous dit que le compte d’opĂ©ration au TrĂ©sor français sera fermĂ©, que la BCEAO pourra dĂ©sormais placer ses devises oĂč bon lui semble, et que les derniers reprĂ©sentants français dans les instances de la BCEAO se retireront, etc. Certes, il s’agit lĂ  de progrĂšs, mais cela ne change rien dans le fond quant Ă  la mainmise de la France, ce d’autant plus que cette derniĂšre demeure le garant (comme c’était le cas sous le CFA) de la « nouvelle » monnaie.

En dĂ©cidant de recourir Ă  la France comme garant de la stabilitĂ© et de la convertibilitĂ© de l’ « Eco UEMOA », cela traduit deux choses (qui ont d’ailleurs toujours prĂ©valu sous le FCFA) :

PremiĂšrement, l’incapacitĂ© de nos dirigeants Ă  assurer encore, 60 ans aprĂšs les indĂ©pendances, la stabilitĂ© et la convertibilitĂ© d’une monnaie (mĂȘme Ă©tant rĂ©unis Ă  8 !). Cela est simplement honteux. MĂȘme les plus petits pays africains arrivent Ă  gĂ©rer leur monnaie en toute indĂ©pendance et en toute responsabilitĂ©, sans avoir besoin du secours de leurs maĂźtres d’hier.

DeuxiĂšmement, comme le mot « altruisme » n’existe pas dans le vocabulaire des relations internationales, il est hors de question que la France prenne la responsabilitĂ© d’assurer la garantie de notre monnaie (toute chose qui a un coĂ»t pour elle) sans aucune contrepartie (qu’elle soit Ă©conomique ou politique). Le chemin reste donc encore long.

0000

RĂ©pondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s