FRANCE đŸ‡«đŸ‡· (Inspecteurs des finances): le double hold-up, d’abord sur la vie des affaires, ensuite sur le pouvoir

Publié: 25 aoĂ»t 2019 dans 1 - Revue de presse - Journaux tĂ©lĂ©visĂ©s - Videos, concussion, Corruption, Informations gĂ©nĂ©rales, Les Menteurs, Les tartuffes, RĂ©flexions
Tags:,

Avec La Caste, Laurent Mauduit nous emmĂšne dans les arcanes du pouvoir Ă  travers une enquĂȘte fouillĂ©e, prĂ©cise et ĂŽ combien prĂ©cieuse pour comprendre comment se fabrique et se perpĂ©tue l’oligarchie Ă  la française.

Une oligarchie qui, loin d’Ɠuvrer dans l’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral, cherche avant tout Ă  conforter sa domination tout en se remplissant les poches au dĂ©triment de la Nation.

Laurent Mauduit, La caste : enquĂȘte sur cette haute fonction publique qui a pris le pouvoir,

Éditions la dĂ©couverte, 2018, 350 pp. Prix : 19 euros. ISBN : 978-2348037702.

0000000000000

EXTRAITS

Mr Mondialisation : La caste, qu’est-ce que vous dĂ©signez par cette appellation ?

Laurent Mauduit : Nous vivons, en France, dans un capitalisme qui s’est converti au modĂšle anglo-saxon et qui est donc devenu beaucoup plus inĂ©galitaire que par le passĂ©, comme en tĂ©moigne la crise sociale historique que nous traversons avec le mouvement des gilets jaunes. Mais notre pays ne traverse pas qu’une crise sociale ; il traverse aussi une crise dĂ©mocratique. Et si c’est le cas, c’est parce qu’un petit groupe de trĂšs hauts fonctionnaires, essentiellement issus de l’un des corps d’élite de Bercy, l’Inspection des finances, a rĂ©alisĂ© au fil des ans, un :.

Le premier hold-up a Ă©tĂ© effectuĂ© grĂące aux privatisations : les hauts fonctionnaires chargĂ©s de les conduire les ont souvent effectuĂ©es Ă  leur propre profit puisqu’ils ont pris les commandes des groupes privatisĂ©s. Regardez par exemple les banques françaises : elles sont toutes aujourd’hui dirigĂ©es par des Inspecteurs des finances, qui ont dĂ©sertĂ© le service de l’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral, et qui ont pactisĂ© avec la finance. Et puis, plus rĂ©cemment, certains de ces anciens hauts fonctionnaires qui Ă©taient passĂ©s dans le privĂ© sont revenus dans le public, et on a assistĂ© Ă  une sorte de privatisation des postes clefs de la RĂ©publique. Observez que le gouverneur de la Banque de France vient de BNP-Paribas ; le patron de la Caisse des DĂ©pĂŽts de l’assureur italien Generali ; le directeur de cabinet du ministre des Finances de la banque italienne Mediobanca ; le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de l’ÉlysĂ©e du transporteur maritime MSC ; et Macron lui-mĂȘme est emblĂ©matique de cela puisque, Inspecteur des finances, il est passĂ© par la banque Rothschild avant de revenir vers la sphĂšre publique.

C’est donc cela, la Caste : une petite oligarchie de hauts fonctionnaires qui a mis la main sur une partie de la vie des affaires, et qui, avec Macron, a maintenant aussi pris le pouvoir en France.

 

Mr Mondialisation : Dans votre enquĂȘte, il est beaucoup question de pantouflages et de retropantouflages. Qu’est-ce que ces termes dĂ©signent, et dans quelle mesure ces phĂ©nomĂšnes constituent-ils un problĂšme pour notre dĂ©mocratie ?

Laurent Mauduit : C’est prĂ©cisĂ©ment ce que je viens de vous dire. L’épisode 1, celui des pantouflages, a permis Ă  cette caste de prendre le contrĂŽle de secteurs clefs de la vie Ă©conomique, et tout particuliĂšrement du secteur de la finance. Et puis l’épisode 2, celui des rĂ©tropantouflages, a permis aux mĂȘmes de prendre en main tous les rouages de l’État, jusqu’au sommet.

Si l’on regarde en arriĂšre, les pantouflages constituent une pratique trĂšs ancienne. DĂ©jĂ  sous le Second Empire, les Inspecteurs des finances se ruaient dans les banques privĂ©es pour y faire fortune. En revanche, les rĂ©tropantouflages sont un phĂ©nomĂšne nouveau, en tous cas par leur ampleur. Si nouveau qu’ils ont entraĂźnĂ© avec Macron un phĂ©nomĂšne nouveau : une porositĂ© gĂ©nĂ©rale entre l’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral et les affaires privĂ©es. La muraille de Chine qui a presque toujours existĂ© entre ces deux univers est en train de s’effondrer, entraĂźnant une sorte de dissolution de l’intĂ©rieur de l’État au profit des intĂ©rĂȘts privĂ©s. Et cette porositĂ© gĂ©nĂ©ralisĂ©e est assumĂ©e puisque Macron propose que le temps passĂ© dans le privĂ© par un haut fonctionnaire qui revient ensuite vers la sphĂšre publique soit pris en compte pour son avancement dans la fonction publique. C’est donc une implosion de la fonction publique qui est engagĂ©e.

Mr Mondialisation : Vous revenez longuement sur le rĂŽle de l’ENA dans la reproduction des Ă©lites. Vous dĂ©fendez mĂȘme la suppression pure et simple de cette Ă©cole. Comment en ĂȘtes-vous arrivĂ© Ă  cette conclusion ? 

Laurent Mauduit : L’ENA est une exception française : c’est une Ă©cole qui a Ă©tĂ© crĂ©Ă©e pour former des hauts fonctionnaires dans le cadre d’une dĂ©mocratie autoritaire. Dans son livre L’étrange dĂ©faite, Ă©crit juste au lendemain de la dĂ©bĂącle de Juin-40, le grand rĂ©publicain Marc Bloch critiquait vivement le Front populaire qui avait eu, juste avant la guerre, l’idĂ©e de crĂ©er l’ENA – qui ne verra finalement le jour qu’à la LibĂ©ration. Et il le faisait avec des arguments trĂšs forts, estimant que l’on ne pouvait pas former les Ă©lites publiques au travers d’un moule de formation unique, et qu’il fallait au contraire laisser Ă  l’UniversitĂ©, dans le pluralisme de ses approches, le soin de former ces Ă©lites publiques. Je trouve que cette remarque est d’une trĂšs grande actualitĂ©.

De surcroĂźt, cette caste est devenue si puissante et si arrogante qu’il serait opportun, me semble-t-il, de prendre des mesures Ă©nergiques, pour lui briser les reins. La suppression de l’ENA pourrait donc ĂȘtre une mesure symbolique de cette nature. Mais, par-dessus tout, je pense qu’il faudrait envisager la suppression pure et simple de l’Inspection des finances, qui ne sert Ă  rien : c’est juste une association d’entraide pour oligarques.

Mr Mondialisation :  Votre collĂšgue Fabrice Arfi expliquait sur France 24 ce mardi 26 mars que la France Ă©tait l’un des pays oĂč l’on comptait le plus d’affaires politico-financiĂšres. Est-ce un symptĂŽme de cette prise de pouvoir par la Caste ?

Laurent Mauduit : Oui, sĂ»rement. Mais cela dĂ©coule surtout des institutions prĂ©sidentialistes dont cette caste se sert avec dĂ©lectation. Car quand, face Ă  la toute-puissance d’un hyperprĂ©sident, les autoritĂ©s indĂ©pendantes sont faibles ou inexistantes ; quand la justice n’est pas rĂ©ellement indĂ©pendante ; quand le pays barbote dans un systĂšme de consanguinitĂ© malsaine, cela favorise nĂ©cessairement des dĂ©rives.

SOURCE

00000000000000000000000000000000

commentaires

RĂ©pondre Ă  FRANCE đŸ‡«đŸ‡· (Inspecteurs des finances): le double hold-up, d’abord sur la vie des affaires , ensuite sur le pouvoir | Boycott Annuler la rĂ©ponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s