Archives de 12 décembre 2018

À quoi reconnaît-on un bon polar?

Aux ingrédients qu’utilise Gibraltar, diffusé le samedi 8 décembre, à 0 h 30, sur les ondes d’ICI Radio-Canada Télé.

En 2013, le cinéaste français Julien Leclercq signe un polar maritime tendu et sombre, dans lequel un homme ordinaire est forcé de se transformer en indicateur, puis en agent infiltré dans le terrible monde des narcotrafiquants, le tout pour le compte des douanes françaises. Une mission qui, évidemment, se révélera plus compliquée que prévu et par laquelle – comme nous l’avait appris le roi du film à suspense, Alfred Hitchcock – c’est bel et bien l’innocent qui devra souffrir. Mais quels sont donc les ingrédients qu’utilise Gibraltar pour s’inscrire dans la catégorie du « bon petit polar »?

Le réel

Depuis que le film noir est ce qu’il est, un de ses terrains de prédilection est le réel. La preuve? Un nombre incalculable de faits divers est à la source de la plupart des récits criminels. Et Gibraltar, adapté par Abdel Raouf Dafri (scénariste de Mesrine) de l’histoire vraie de Marc Fievet – qui l’avait racontée dans son roman L’aviseur, et qui a d’ailleurs désavoué le film – ne fait pas exception.

Source

https://ici.radio-canada.ca/tele/cinema/blogue/1139722/gibraltar-ou-la-recette-du-bon-petit-polar-tahar-rahim-gilles-lellouche

000000