Archives de 26 juillet 2018

Depuis quelques jours, on assiste à une surenchère de communiqué visant à récupérer la saisie d’une tonne 500 de coke au large de Saint Martin dans la mer des Caraïbes. La Marine, l’OCRTIS, la DNRED et bien sur Gérald Darmanin se gargarisent de cette saisie de cocaïne destinée … à l’Amérique du Nord.

De qui se fout-on?

Le job aurait été de signaler le navire aux autorités américaines et canadiennes, permettant ainsi de ne pas encombrer notre justice qui croule sous les dossiers tout en ne dépensant pas l’argent du contribuable pour protéger les Américains!

Oserais-je rappeler à toutes nos grandes directions qui s’impliquent dans la lutte contre le narcotrafic que la mission qu’elles ont à remplir, c’est de protéger les Français en priorité de ce fléau qu’est la drogue et qu’il n’est pas prévu au programme qu’elles utilisent les résultats obtenus pour se faire de la pub!

D’après l’échelon DNRED de Fort de France, cette opération était suivie depuis des mois!

Donc, faire du chiffre pour « se faire mousser » n’est vraiment pas sérieux.

Sil vous plait messieurs, occupez vous de nos territoires !

0000000000000000

A partir d’un commentaire posé sur The International Informant

« Quelle mascarade depuis une semaine ! Cessez d’abreuver les français sur une histoire qui a un but ultime, mettre à mal notre président de la République.

Les sénateurs, les députés n’ont-ils pas autre chose à faire, dans l’intérêt de la France et des français, que d’écouter par commissions interposées les justifications des hiérarchies tous corps d’armes confondus qui ne pensent qu’à une chose : protéger leur petite carrière !

J’ai subi des violences policières de la part d’officiers de police d’un commissariat des côtes d’Armor.

En mars 2016, malgré l’intervention du procureur Bertrand Leclerc, du sénateur Yannick Botrel, que la grande patronne de l’IGPN, Madame Monéger-Guyomarc’h était, elle aussi, parfaitement informée des faits puisqu’un accusé réception du ministère de l’intérieur me communiquait une référence de dossier : IGPN/ UCE/N° 16/00…-D, j’ai eu la désagréable surprise d’apprendre que mon dossier a disparu du TGI de Saint Brieuc.

000000000000000000000000000000000