Archives de 27 juin 2018

Avec cette diffusion du film sur la chaîne RTBF3, les Belges pourront constater ce qu’étaient la lâcheté et la couardise de la haute hiérarchie douanière représentée par son directeur général, l’ inspecteur des finances, François Auvigne.

Le film bien que n’étant pas le reflet exact du vécu de Marc Fievet devrait permettre aux ‘curieux’ de s’informer sur la réalité de cette triste affaire.

Tous renseignements au 33 6 84 30 31 81.

Plus

https://www.rtbf.be/tv/thematique/fictionetserie/detail_gilles-lellouche-infiltre-dans-les-coulisses-douanieres-a-gibraltar?id=9950943

000000000000

Mais voilà, Gibraltar est tiré d’une histoire vraie. Le personnage infiltré a un visage, un nom, Marc Fiévet. Infiltré à partir de 1988 dans cette plaque tournante de la drogue, l’homme, alors âgé de 43 ans, officie pendant six ans dans les réseaux. « L’indic » contribue à la saisie de 100 tonnes de drogue durant son activité et 97 narcotrafiquants sont arrêtés. Mais, il est à son tour interpellé, en 1994, puis condamné au Canada pour trafic de drogue sans que Paris ne vienne à son secours. Transféré en France, il ne sort de prison qu’en 2005, après dix ans et demi d’incarcération.

Pour Marc Fiévet, il est incroyable que ses employeurs ou,Michel Charasse, son ministre de tutelle, l’aient « lâché » de la sorte, et que l’Etat continue à lui refuser des dédommagements. En 2005, l’émission « Pièces à conviction » de France 3 a raconté l’incroyable histoire de NS55, le nom de code de l’agent Fiévet, et l’a rencontré à sa sortie de prison. Depuis, il continue à se battre pour sa réhabilitation.

LIRE et vidéo

https://mobile.francetvinfo.fr/faits-divers/affaire/video-l-histoire-vraie-de-marc-fievet-qui-a-inspire-le-film-gibraltar_410197.html

0000000

PAR

À la demande de l’Élysée, la filière viticole s’apprête à rendre public un grand plan de prévention contre l’abus d’alcool.

Problème: la conseillère de Macron sur le sujet, Audrey Bourolleau, est l’ancienne lobbyiste en chef de cette même filière. Elle a continué de suivre le dossier depuis la présidence de la République sans se déporter. Illustration d’un conflit d’intérêts grand cru au sommet de l’État.

À la demande de l’Élysée, la filière viticole s’apprête à rendre public un grand plan de prévention contre l’abus d’alcool.

Problème: la conseillère de Macron sur le sujet, Audrey Bourolleau, est l’ancienne lobbyiste en chef de cette même filière. Elle a continué de suivre le dossier depuis la présidence de la République sans se déporter. Illustration d’un conflit d’intérêts grand cru au sommet de l’État.

LIRE PLUS

https://www.mediapart.fr/journal/france/270618/lelysee-une-conseillere-de-macron-defend-les-interets-du-lobby-quelle-dirige

000000000