Archives de 15 janvier 2018

À cette heure plus de 25.000 personnes ont signé la pétition réclamant que la redevance imposée par la SCELF disparaisse pour les lectures publiques. Dans le combat actuellement mené pour préserver la gratuité, le philosophe Michel Onfray prend parti. Quel monde peut tenter d’imposer un prélèvement pour des lectures dans un contexte non marchand ? Et quel avenir se prépare pour ce monde ?

ActuaLitté : Que penser d’une société où l’exercice de lecture publique serait assujetti à une redevance ?

Michel Onfray : Ce qu’il faut penser de notre société ? Elle est corrompue par l’argent qui fait la loi en tout : médecine, éducation, défense nationale, police, justice, mais aussi culture… C’est le résultat d’un quart de siècle de libéralisme maastrichien : il y a de l’argent pour faire des guerres et payer des bombes qui tuent des gens à l’autre bout du monde (sous prétexte de nous protéger contre le terrorisme qui vient de France…) mais il n’y a pas d’argent pour aider les auteurs qui en ont besoin et libérer les bibliothèques d’une surcharge d’opérations comptables qui ne devraient pas leur être imputées.

C’est une société dégoûtante… Il faudrait une politique publique de l’aide à l’écriture pour des auteurs qui vendent peu, moyennant quelques heures données à l’Éducation nationale (ou dans des bibliothèques, ou dans des associations…) pour faire des ateliers lecture par exemple — comme il y a des ateliers d’écriture.

LIRE la suite

https://www.actualitte.com/article/interviews/michel-onfray-des-qu-il-y-a-lecture-a-voix-haute-effectuee-par-un-lecteur-il-y-a-magie/86764

Le Blog de Philippe Waechter

Mario Draghi est un cachottier. Lors de sa dernière conférence de presse , il n’avait pas indiqué le changement de communication que la Banque Centrale Européenne s’apprête à mettre en œuvre à partir du mois de janvier.
La BCE prend enfin en compte la robustesse du cycle économique et sa communication doit s’ajuster à cette inflexion. C’est plutôt une bonne nouvelle, car jusqu’à présent elle donnait le sentiment d’être toujours en mode de réaction face à un environnement qui pourrait se dégrader rapidement. Ce changement renforce la confiance que l’on peut avoir dans l’ampleur du cycle économique et dans sa durée. L’autre point souligné par la BCE est de ne plus se focaliser uniquement sur l’inflation mais d’avoir une communication plus large. Implicitement la BCE élargit son mandat mais dans les faits c’est ce qu’elle faisait déjà. Depuis le début de l’euro en 1999 la BCE cale son intervention…

Voir l’article original 835 mots de plus

Quelques jours seulement après son arrivée en France, Houcine Arfa a fait des révélations fracassantes concernant des conseillers du Président de la République, Hery Rajaonarimampianina.

Emprisonné à la maison de force de Tsiafahy pour une peine de trois ans, ce Français ayant travaillé à la Présidence de la République en tant que conseiller ou formateur des membres de la garde présidentielle a pu quitter le territoire malagasy, grâce à « la complicité du personnel », le mois dernier.

Il a rejoint l’île Mayotte, département français, à bord d’une pirogue à moteur, avant de prendre l’avion pour la France. Une évasion rocambolesque comme l’a qualifiée la presse française. Une fois sur place, l’homme accusé par la Justice malagasy de « détention illégales d’armes à feu, tentative de kidnapping, usurpation de fonction et extorsion de fonds », s’est confié au média. Pour lui, ce n’est que de pure mascarade pour le faire taire. A part les faits de nier en bloc ces accusations, Houcine Arfa a révélé les raisons de son arrestation et de son incarcération. Il n’a pas hésité à pointer du doigt certains conseillers du Chef d’Etat malagasy qui, selon lui, se livrent à des trafics de vanille et de bois de rose.

LIRE la suite

http://www.laverite.mg/politique/item/5395-affaire-houcine-arfa-qui-sont-les-conseillers-ripoux-du-palais.html

Poursuivi, Vincent Thomazo a été condamné par la justice française en première instance.

Il a fait appel le 16 janvier 2018 !

The international informant

Procès surréaliste cette semaine à Paris.

Le secrétaire général du syndicat UNSA DOUANES était traduit en justice suite à une plainte pour diffamation de l’ancienne directrice générale, Hélène Crocquevieille*, exfiltrée depuis de la DGDDI pour diriger un corps d’inspection à Bercy….alors même que la DNRED se trouve toujours dans l’œil du cyclone judiciaire.

Les faits remontent au mois d’août 2015, et plus précisément après la tentative d’attentat terroriste dans le train Thalys Amsterdam-Paris en date du 21 août 2015.

(https://fr.wikipedia.org/wiki/Attentat_du_train_Thalys_le_21_ao%C3%BBt_2015)

Le syndicat UNSA Douanes a fait parvenir à cette occasion un courrier au Premier Ministre Manuel Valls le 26 août 2015  dénonçant l’absence annoncée du ministre de tutelle des douanes à la réunion qui devait se tenir le samedi 29 août à Paris (Les ministres européens de l’Intérieur et des Transports des pays frontaliers à la France devaient se rencontrer à Paris pour évoquer la sécurité dans les transports…

Voir l’article original 728 mots de plus