Archives de 11 janvier 2018

Aviseur International

Le dossier a été transmis dans une autre juridiction… à Bordeaux, pour un enterrement peut-être!

Côté OCRTIS

François Thierry, parti d’abord à l’anti-terrorisme, à perdu au passage son habilitation d’OPJ. Aujourd’hui il occupe un poste administratif dans une structure rattachée à la place Beauvau! Il rumine et reconnaît chaque jour que les guerres entre services sont pénalisantes pour l’ atteinte des objectifs fixés à ces derniers.

Côté DNRED

Après les exploits du Bd Exelmans et tout ce qui en a découlé. .. Suicide, cagnotte, magouilles etc, etc, le départ de Jean Paul Garcia, est arrivée aux manettes Corinne Cleostrate dont le silence actuel n’a d’égal que sa connaissance des turpitudes de la DNRED. Sa proximité avec le DG Rodolphe Gintz comme c’était déjà le cas avec François Mongin, Jérôme Fournel et Hélène Crocquevieille laisse à penser qu’au niveau de la DG, on savait!

Côté Sofiane Hambli

Ses informations connues par…

Voir l’article original 127 mots de plus

Abou Dhabi fait en France l’objet d’un engouement à la mesure de la projection fantasmatique qu’il propulse dans l’imaginaire du landerneau politique, souvent en méconnaissance de cause.

Un engouement comparable à celui qui s’était emparé de la classe politique française à l’égard du Qatar, auparavant à l’égard de l’Irak de Saddam Hussein.

Un réflexe pavlovien digne d’un comique de répétition.

Tout le monde en parle mais très peu en connaissance de cause d’un pays sans doute l’un des rares au monde à être davantage connu pour ses extravagantes réalisations, que son histoire ou sa géographie, ses belles lettres ou ses beaux-arts.

Mais ce micro état de 67 340 km2 pour 1,145 millions d’habitants se classe parmi les plus importants clients de l‘armement. Hébergeur d’ Eric Prince, le fondateur de la compagnie militaire privée Blackwater, l’Emirat satisfait ses pulsions bellicistes par l’apport massif de mercenaires d’Afrique du Sud et d’Amérique latine et la formation sur place de cacdres locaux.

Abou Dhabi, qui a compte pendant six ans parmi les conseillers du prince, Richard Clarke, ancien responsable du contre terrorisme à la Miason Blanche, a ainsi aménagé un important centre de formation des ressortissants du Golfe, désireux de s’entrainer aux opérations de para-commandos. Succursale locale d’ACADEMIA, le nouveau nom de Blackwater, ce centre situé à proximité du Port Zayed a été conçu sur le camp du Camp Peary de la CIA en Virginie. Le projet «The Good Harbour Security Risk Management» a pour objectif de former un bataillon de commandos de haute qualification à la disposition du prince héritier d’Abou Dhabi

De surcroît, l’interception sur le territoire de la Fédération à Charjah, que Firas Tlass, fils de l’ancien ministre syrien de la défense et intercesseur entre Daech et le cimentier franco-suisse Lafarge Holcim, de même que la connivence tacite d’Abou Dhabi avec Al Qaida dans le Hadramaout (Sud Yémen) et la relance de son dialogue avec les Frères Musulmans, ses anciens ennemis intimes, pourtant inscrits sur la liste des organisations terroristes des pétromonarchies, ont obéré sa posture moderniste de pourfendeur de l’islamisme et ravalé Abou Dhabi au rang de parrain hideux du terrorisme islamique, au même que titre que son voisin et rival, le Qatar.

Retour sur cette supercherie

Désigné au choix comme le pays qui abrite une annexe du Louvre, une base aéroterrestre française, le pays de la prestigieuse compagnie aérienne «Emirates», le propulseur de l’avion solaire Solar Impulse 2 qui a bouclé le premier tour du monde aérien sans carburant, le mécène artisan de la restauration du théâtre impérial de Fontainebleau, rebaptisé, du fait de l’impécuniosité française «Théâtre Cheikh Khalifa Bin Zayed Al Nahyane», Abou Dhabi est à la fois tout cela et bien plus.

Une image bonifiée par un actif lobby en France. Richement doté et animé par d’anciens suppôts du dictateur tunisien Zine El Abidine Ben Ali, ce lobby est aiguillonné par Mohamad Dahlane, l’ancien responsable de la sécurité palestinienne, homme lige d’Abou Dhabi, candidat à la succession de Mahmoud Abbas à la tête de l’autorité palestinienne et connu surtout pour sa grande proximité avec les services israéliens.
Outre une copie du Musée du Louvre, Abou Dhabi prévoit la mise en place d’une copie du Musée Guggenheim, sur la même île de Saadiyate. L’Émirat s’est, parallèlement, lancé dans le sport de compétition professionnelle et le cinéma en vue de renforcer sa position comme capitale de la culture, du sport et du développement économique.

Un Fonds souverain des Émirats Arabes Unis, l’Abu Dhabi United Group (Adug), est ainsi devenu actionnaire majoritaire du club anglais de première division Manchester City, pour un montant de 245 millions d’euros en vue de faire de ce club«le plus grand club de la League».
Abou Dhabi s’est également tourné vers Hollywood où il a investi envisage près d’un milliard de dollars pour la production de films. Une compagnie ad hoc a été constituée à cet effet: «l’Abu Dhabi Media Company» pour le finacement de films pétromonarchiques
Doubaï et la zone franche de Djabal Ali

Doubaï, pour sa part, abrite un important marché de métaux précieux dont les transactions rivalisent déjà par leur ampleur avec ceux de Singapour et de Suisse, ainsi qu’une zone franche des Médias où logent une quarantaine de chaînes satellitaires et leurs services annexes. Elle abrite en outre un des plus importants aéroports du monde avec une plate forme (HUB) destinée à décongestionner, en le détournant, le trafic des aéroports européens (Heathrow et Roissy-Charles de Gaulle notamment), ainsi qu’une discrète joaillerie israélienne, en dépit de l’embargo officiel arabe qui frappe l’État Hébreu…

2 – ABOU DHABI : CÔTÉ PILE.
A- La base militaire française d’Abou Dhabi

Face à l’Iran, la France a franchi un seuil stratégique en obtenant le 15 janvier 2008 l’aménagement d’une base militaire à Abou-Dhabi, souscrivant ainsi officiellement au rôle de sous-traitante des États-Unis dans la défense occidentale du Golfe arabo-persique.
Première base française créée à l’étranger depuis la fin de l’ère coloniale, dans les années 1960, la plate-forme d’Abou-Dhabi vient en complément de la colocation franco-américaine de la base de Djibouti, à l’intersection du golfe et de l’Océan indien.

3- VERS L’AMÉNAGEMENT D’UN CAMP DE CONCENTRATION AU NORD YÉMEN SUR LE MODÈLE D’ABOU GRAIB EN IRAK.

4- LA GUERRE SECRÈTE D’ABOU DHABI CONTRE SES PROPRES ALLIÉS PÉTRO MONARCHIQUES POUR S’AMÉNAGER UNE ZONE D’INFLUENCE AU YÉMEN.

5- LIBYE-YÉMEN : LES DÉBOIRES D’ABOU DHABI SUR LE THÉÂTRE DES OPÉRATIONS EXTÉRIEURES.

6 – AL QAIDA, AL ISLAH : LE DISCRÉDIT DE LA POSTURE MODERNISTE D’ABOU DHABI SUR SA GUERRE CONTRE LE TERRORISME ISLAMISTE

7- PLAINTE CONTRE ABOU DHABI DEVANT LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE À PROPOS DU YÉMEN

LIRE la suite

https://libnanews.com/face-cachee-dabou-dhabi-1-2/