Archives de 29 octobre 2017

Jean Paul CHAPU, directeur du centre pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe, vient d’accueillir 15 détenus radicalisés au sein de son Etablissement.

Quelques rares individus ont été placés en détention « normale » (noyés parmi les autres personnes d’origine, de confession différente, et pour des crimes divers et variés).

Les autres ont été placés à l’isolement non pas au QI mais au Bâtiment MC3.

Il est bien connu que lorsqu’un seul « converti » est en présence d’autres personnes détenues, il ne fait pas parler de lui.
Mais dès qu’il peut porter « la bonne parole » à une, deux ou cinq « brebis égarées » la situation a tendance à devenir explosive…

L’objectif pour ce Directeur est d’accueillir beaucoup plus de « radicalisés », ce qui a eu pour effet de voir le régime de détention se durcir pour bien monter qui est le « patron » (ce sont ses mots) et donc, logiquement, les conditions devraient encore se durcir en prévision des prochains arrivages.

Si l’idée venait à un groupe de venir au secours de 15 « djihadistes » pour en libérer 5 au mieux, qu’en sera-t-il quand il y en aura 250 (opération militaire qui permettra d’en libérer 50, 70 voire plus?…

Qu’en sera-t-il quand il y aura 250 radicalisés? (l’attaque de Fresnes sera-t-elle considérée alors comme une partie de rigolade à côté?)

Le 29 octobre 1965, disparaissait Mehdi Ben Barka, icône du Tiers-monde et de la gauche marocaine. 52 ans plus tard, son fils, Bachir, revient dans une interview accordée à H24Info, sur la récente déclassification de dizaines de documents par le ministère de la Défense français sur ce qui est devenu l’affaire Ben Barka. Le fils aîné du fondateur de l’UNFP livre également son point de vue sur l’actualité, dont le dossier brûlant du Hirak.

Après avoir analysé ces documents, on a dû constater que tout cela était une énorme mascarade et que le ministère de la Défense s’est moqué du juge d’instruction, de la partie civile et de tous ceux qui aspirent sincèrement à la vérité.

Lire:

https://www.h24info.ma/maroc/politique/interview-confessions-de-bachir-ben-barka-pere-cndh-hirak-rif/