Archives de 19 mai 2017

La douane française s’est montrée incapable de renouveler ses flottes d’avions et de navires dans des conditions techniques et économiques satisfaisantes. La Cour des comptes l’enjoint à sortir de son autarcie. «Elle a acquis des avions qui ne peuvent pas voler avec leurs équipements, des bateaux inutilisables et a payé un navire non livré». Le constat de la Cour des Comptes est accablant pour la Douane française. Elle dispose d’une composante aérienne et navale, forte de 850 agents, tous douaniers, (sur un total de 16.800 fonctionnaires). Ces moyens sont rattachés à la branche surveillance, qui est en charge de la lutte contre les fraudes et trafics en tout genre. En liaison avec d’autres services de l’État, elle remplit aussi des missions de lutte contre les pollutions maritimes. À cet effet, la Douane dispose d’une flotte d’avions et de bateaux qu’elle gère seule: 9 hélicoptères entrés en service en 2000, 2 appareils monomoteurs dédiés à la surveillance terrestre et 15 bimoteurs, des Cessna F406, en charge de la surveillance maritime. Elle dispose également de 38 bateaux de différents tonnages (patrouilleurs, vedettes..). Ces flottes coûtent cher au budget de la Douane (1,6 milliard): elles ont absorbé 22% des crédits de fonctionnement et 49,1% du budget investissements en moyenne sur la période 2011-2015. En 2016, il était prévu 25,2 millions d’euros en fonctionnement et 39 millions en investissement.

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2017/02/08/20002-20170208ARTFIG00070-la-couteuse-incompetence-de-la-douane-dans-la-gestion-de-sa-flotte-d-avions-et-de-navires.php

Publicités