Archives de 30 novembre 2016

Comment ne pas se souvenir de la guerre entre la DNRED, le CUSTOMS Excise, la DEA et la RCMP!

L’ infiltré que j’étais dans l’organisation Locatelli ne pouvait que payer en se retrouvant plus de dix ans dans des prisons espagnoles, anglaises, canadiennes et françaises.

Aviseur International

«On ne fait pas la guerre pour se débarrasser de la guerre.» Responsables policiers et douaniers feraient bien de lire Jean Jaurès, eux qui expliquent à qui veut l’entendre qu’en matière de trafic de stupéfiants, il est urgent pour leurs services de faire la paix.

A la lecture des milliers de pages de l’enquête judiciaire sur la saisie d’Exelmans, c’est au contraire les coulisses d’un affrontement fratricide qui apparaissent. Pour des raisons essentiellement structurelles, qui tiennent en premier lieu de l’organigramme baroque de la lutte antidrogue en France, la DNRED, l’Ocrtis, mais aussi la brigade des stupéfiants de la préfecture de police de Paris (BSP) – normalement cantonnée à la capitale et sa petite couronne – n’ont de cesse de se tirer dans les pattes. Une réalité qui devrait légitimement enjoindre le politique à infléchir la course aux chiffres, tant cette dernière attise les flammes en faisant la pluie et…

Voir l’article original 386 mots de plus

Aviseur International

​Depuis 2008, la lutte antidrogue utilise le recrutement massif d’infiltrés pour remonter les filières.

Le scandale de l’Ocrtis met en lumière une stratégie initiée en 2010 au plus haut niveau de l’Etat, et totalement dévoyée depuis. Une politique du chiffre fondée sur le recrutement massif d’informateurs, au risque de créer des affaires de toutes pièces.

Quel est le principe ?

Dès 2005, lors de son arrivée place Beauvau, Nicolas Sarkozy déplore le nombre d’affaires insuffisantes réalisées en matière de stups et les saisies trop faibles.A partir de2008, un programme systématique de recrutement de sources humaines est engagé, notamment parmi les individus incarcérés. Baptisée «Myrmidon» et incarnée par le nouveau patron de l’Ocrtis, François Thierry, cette stratégie vise à la fois à accroître l’efficacité des services répressifs et à intensifier la coopération avec l’Espagne, principal pays de transit du cannabis marocain.

(Bizarre, bizarrepuisque c’est ce même Nicolas Sarkozy qui…

Voir l’article original 250 mots de plus

Un operativo internacional en el que participa un centenar de agentes de las policías española y portuguesa en colaboración con el Servicio de Vigilancia Aduanera de la Agencia Tributaria, la Unidad de Delitos Económicos portuguesa y Europol se lleva a cabo este martes en LaJonquera contra las falsificaciones y el blanqueo de capitales.

Este dispositivo forma parte de una investigación del Cuerpo Nacional de Policía (CNP) iniciada en 2013 y se saldará con una treintena de detenciones, después de medio centenar de registros en comercios, naves industriales y domicilios particulares.

El dispositivo, en el que participan agentes de la policía de Girona, Barcelona, Madrid y Valencia, se lleva a cabo desde el mediodía en el núcleo de La Jonquera, así como en las áreas de Els Límits y El Pertús, que agrupan numerosos comercios en una zona de paso fronterizo.

La operación tiene como objetivo un grupo criminal que importa y vende ropa falsificada, procedente de Francia, Portugal y China, y que se calcula que ha blanqueado unos nueve millones de euros en tres años. A primera hora de la tarde ya se había detenido a los cabecillas de la banda, integrada principalmente por hombres de origen español y marroquí.

Leer :

http://noticiassva.blogspot.fr/2016/11/continua-la-macro-operacion.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+DiarioDeNoticiasSva+(DIARIO+DE+NOTICIAS+SVA)&m=1