Archives de 17 septembre 2016

Héritée des lois d’exception promulguées par l’occupant britannique avant la création d’Israël, la détention administrative permet de maintenir un individu derrière les barreaux sans mise en accusation et sans procès.
Lire:

http://www.lepoint.fr/societe/ofer-la-prison-israelienne-qui-pourrait-inspirer-la-france-17-09-2016-2069164_23.php#xtmc=kriegel&xtnp=1&xtcr=1

Un rapport révèle qu’il y a cinquante ans, un groupe industriel a financé des enquêtes visant à minimiser le rôle du sucre dans les maladies cardiaques. Ce genre de pratique serait encore courant de nos jours.

Illustration sucre blanc en morceaux/LODIFRANCK_lodi008/Credit:LODI FRANCK/SIPA/1511061201

Des morceaux de sucre empilés les uns sur les autres. LODI FRANCK/SIPA

Le rapport publié lundi 12 septembre 2016 dans le  Journal of the American Medical Association (JAMA) pourrait bien nourrir une nouvelle vague de défiance à l’égard des industries alimentaires.

D’après les révélations d’une équipe de chercheurs américains, le groupe industriel de la Sugar Research Foundation (SRF) a financé des scientifiques en 1967 pour qu’ils publient une analyse documentaire négligeant le rôle du sucre dans les maladies cardiaques. Ils ont récemment exhumé des documents qui font état de rapports entre les chercheurs et le groupe industriel, et qui montrent les conditions dans lesquelles le projet a vu le jour.

L’objectif probable de cette manipulation était de rejeter la faute sur les graisses alimentaires dans l’esprit du grand public.

lire: http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20160914.OBS8045/les-lobbies-du-sucre-avaient-finance-des-etudes-pour-minimiser-l-impact-sur-les-maladies-cardiaques.html

00000000000000000000000000000000

FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN – Alors qu’il lance sa propre Web TV en lien avec l’Université populaire de Caen, le philosophe Michel Onfray dresse un réquisitoire sans concession contre des médias devenus symboles de la défaite de la pensée.


Michel Onfray est philosophe. Après le 21 avril 2002, il fonde l’Université Populaire de Caen. En 2016, il publie Penser l’Islam(éd. Grasset) et Le Miroir aux alouettes. Principes d’athéisme social(éd. Plon).


FIGAROVOX. – Vous venez de lancer votre web TV. Pourquoi avoir créé ce nouveau média? À qui s’adresse-t-il?

Michel ONFRAY. – Pour disposer de temps afin de développer des argumentations et des démonstrations, ce qui est impossible dans un média dans lequel le temps c’est de l’argent. Et souvent: beaucoup d’argent… Dès lors, dans un média classique, ce qui est visé est moins l’information, vraie ou fausse d’ailleurs, que le spectacle susceptible de créer le buzz. Autrement dit, il faut obtenir le maximum de consommateurs devant leur écran à l’heure où le clystère publicitaire se trouve infligé. Or on n’obtient pas un public massif avec de l’argumentation ou de la démonstration, mais avec de la grossièreté ou du dérapage, de l’insulte ou de la haine, du mépris ou de la boxe. Quand jadis Paul Amar apportait sur un plateau une paire de gants de boxe, il montrait ce qu’étaient vraiment les choses. On l’a d’ailleurs congédié pour avoir dénudé le roi. Il faut désormais cogner, en dessous de la ceinture si l’on veut, pour obtenir le vacillement ou le k.-o. de l’adversaire. Ce média que j’initie avec mes amis s’adresse à tous ceux qui veulent prendre le temps d’entendre des arguments sur les questions d’actualité afin de se faire un avis par eux-mêmes, mais aussi sur mille autres sujets qui constituent les séminaires de l’UP.

Lire la suite:

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2016/09/16/31003-20160916ARTFIG00380-michel-onfray-les-medias-de-masse-ont-interet-a-cultiver-l-imbecillite.php?xtor=EPR-211

00000000000000000000000000000000000000