Archives de 25 juin 2016

Le Blog de Philippe Waechter

Le Brexit pose des questions majeures tant à la Grande Bretagne qu’à l’Europe

On observe trois types de ruptures fragilisant l’unité britannique:
> La première fracture majeure est entre les jeunes et les vieux. Les 18-24 ont voté très majoritairement pour le maintien dans l’Union Européenne (75%) alors qu’ils n’étaient que 39% pour les plus de 65 ans. Ceux qui vont devoir construire le Royaume Uni devront le faire dans un cadre isolé sans le soutien économique et politique des autres pays européens. La jeunesse anglaise est trahi par la génération des baby boomers.
> La deuxième est entre Londres et le reste de l’Angleterre. Le grand Londres est pour le maintien majoritairement alors que le reste de l’Angleterre est pour la sortie majoritairement. Il y a eu de nombreuses polémiques sur ce point déjà ce matin sur twitter. C’est intéressant comme opposition car le revenu de l’Angleterre est très…

Voir l’article original 331 mots de plus

Maxime Tandonnet - Mon blog personnel

imagesY87S0SEXVoici deux tribunes au Figaro vox parue pendant le Brexit:

Ce que je ressens sur l’Europe est difficile à faire comprendre, autant aux yeux des nationalistes que des bruxellistes, qui sont, de fait, les deux faces d’une même tragédie. Essayons de le dire en quelques phrases:

  1. Il n’existe pas d’Europe sans le Royaume-Uni, l’un des pays les plus proches de la France par la culture, l’histoire, les mariages, les échanges humains, l’économie. L’Europe seulement continentale, sans le Royaume-Uni, est une idée absurde et inacceptable.sans-titre
  2. Le système bruxellois, mis en place depuis 1990, est désormais ressenti par une majorité d’Européens, comme une mécanique oppressante et dangereuse pour les libertés et la démocratie. Depuis trois ans la succession des crises et leur traitement (grecque, migrants, Turquie) ont considérablement amplifié le malaise, tout comme les provocations inutiles (« Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens« – M. Juncker…

Voir l’article original 229 mots de plus