EURO 2016: les gazons maudits, une magouille de récidiviste ?

Publié: 23 juin 2016 dans Informations générales

image

Dans ce monde actuel aux nouvelles déprimantes, le vieux principe du « panem et circenses » peut encore avoir une vertu, je pense. Quand on voit des supporters venus en famille, avec leurs loupiots ravis et hilares dans un énorme stade, parfois déguisés de façon fort amusante, on se dit que ces quelques instants de pur bonheur partagé peuvent être louables, n’en déplaisent à ceux qui ne voient dans le football qu’une gigantesque machine à sous. Les supporters irlandais ou islandais sont là pour nous monter que ça peut être très sympa et gentiment festif, cette communion générale. Oui, parfois c’est bien, un match de foot, avec son suspense, ses retournements d’actions, ses gestes fabuleux d’artistes véritables. Un Payet qui joue (on devrait dire qui jongle), un Messi qui marque, sont un pur régal d’adresse et de précision. Mais voilà, il y a toujours la moitié du monder pour emmerder l’autre, disait mon grand-père, et il y a ces faux supporters, ces néo-nazis ou le copain obstiné de Poutine (Alexandre Chpryeguine) qui se disent fans de foot pour venir gâcher la fête, ceux que vous a décrit ici en détail l’ami Cabanel. Mais ce ne sont pas de ces crétins là dont je vais vous parler, mais d’un autre gâcheur de fête. Car celui-là aussi est à blâmer pour avoir entaché cette fête. Et le pire, c’est de découvrir que c’est un récidiviste du fait. L’UEFA et la FIFA sont pourries jusqu’à la moelle, on le sait (il y en a plus beaucoup aujourd’hui pour défendre encore ses dirigeants). Car l’un de leurs « consultants » aujourd’hui sur la sellette n’en est pas à son premier fiasco. C’est le spécialiste du brin d’herbe paraît-il, à l’UEFA. Sa notoriété en la matière est telle qu’à Lille, dimanche dernier, on a fait comme l’avaient fait des richissimes propriétaires de gazon californien en pleine sécheresse : à défaut d’avoir de l’herbe, on a peint le sol en vert…

image

Voici donc le énième scandale du foot, côté… pépiniériste. Ou une énième histoire de gâcheur de fête….

Dimanche soir 19 juin, à Lille, c’était presque les championnats du monde de patinage artistique. Les équipes avaient eu beau s’être cramponnées avec des chaussures dignes des rugbymen, on a assisté en effet à un festival ininterrompu de glissades, voire de labours. Dans le Nord, on connaît, il est vrai : début juin avait eu lieu « Terre en Fête », la célébration annuelle régionale de l’agriculture, avec… concours de labours (sans course de moissonneuses, rassurez-vous). Des labours, car au stade Pierre Mauroy, les équipes jouaient sur de la terre détrempée, et non sur du gazon. Pour d’aucuns, même, elle ont joué ur un « champ de patates » (« Pas de quoi donner la frite aux joueurs », me souffle mon pote Angelo, fan de foot lui aussi). Comment en-est on arrivé là et quel est le responsable de ce fiasco, voilà ce que je vous propose de vérifier.

Lire plus:
http://www.centpapiers.com/euro-2016-les-gazons-maudits-une-magouille-de-recidiviste/

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s