31 mars 2016 / Didier Déniel
La Dreal Bretagne, l'organisme responsable des contrôles en matière de...
La Dreal Bretagne, l’organisme responsable des contrôles en matière de transport dans la région, a relevé une « forte hausse » des véhicules contrôlés en infraction ces derniers mois. La majorité des véhicules concernés était étranger. PHOTO FRANCOIS DESTOC / LE TELEGRAMME

Depuis deux ans, les entreprises de transport routier françaises subissent de plein fouet la concurrence des anciens pays de l’Est, qui pratiquent le dumping social pour conquérir des marchés. L’Europe semble incapable d’endiguer ce phénomène qui fragilise les entreprises françaises.

Samedi 19 mars. Une centaine de camions se suivent, pare-chocs contre pare-chocs, sur la rocade rennaise pour une opération escargot. À l’initiative de cette manifestation, l’OTRE, le syndicat des TPE et PME du transport routier, qui dit ne plus pouvoir faire face à la concurrence déloyale des entreprises étrangères. « Nous subissons de plein fouet la concurrence des camions polonais, roumains, lituaniens et bulgares. Et dans une moindre mesure, celle des Espagnols, explique Christine Jaouen, présidente de l’OTRE Bretagne et dirigeante d’Atlantic Trans Containers, entreprise basée à La Mézière (35). Ces entreprises ont tout à fait le droit de travailler en France. On ne le conteste pas. Le problème, c’est que dans la grande majorité des cas, elles ne respectent pas notre réglementation. »
728 véhicules étrangers un dimanche en Bretagne

Principale entorse, le cabotage. Tout camion étranger est habilité à livrer en France en un point donné. Pour éviter qu’il reparte à vide, on lui accorde trois manoeuvres de chargement ou de déchargement, à effectuer dans un délai de sept jours. C’est ce qu’on appelle le cabotage. Selon la présidente de l’OTRE Bretagne, « une fois que ces routiers ont mis un pneu en France, ils accumulent les missions. En cassant les prix ». Pour étayer ces propos, l’OTRE a mené, le dimanche 6 mars, sur les cinq départements de la Bretagne historique, une action de comptage des camions étrangers. Vingt-quatre équipes ont été constituées. 691 poids lourds ont été recensés ainsi que 37 véhicules légers bâchés. « La plupart de ces véhicules attendaient de nouveaux ordres de mission. On a rencontré des chauffeurs qui nous ont dit qu’ils travaillent cinq semaines à suivre ici. Ce qui est complètement illégal. » Selon les syndicats de transporteurs et de salariés, un chauffeur de l’Est reviendrait de deux à trois fois moins cher qu’un routier français. « Nous n’avons rien contre ces gens-là. Ils se font exploiter par des donneurs d’ordre. Souvent de grosses boîtes de logistique qui profitent à fond de ces activités low-cost….

Lire sur: http://www.letelegramme.fr/bretagne/routiers-etrangers-acceleration-des-abus-31-03-2016-11013245.php#65tsgzYwooH5rvik.99

camion

0000000000000000000000000000000000000000000

 

 

 

Advertisements
commentaires
  1. michel43 dit :

    encore, une imbécilité des élites de Bruxelles , cela vise d » ENTRESSANGLE ? PAVILLONS américains

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s