publié le 26/12/2015 17:30

Il y a des signes qui ne trompent pas. Depuis que monsieur le président de la République avait annoncé « l’effondrement de l’Etat », les évènements ne font que lui donner raison à une nuance près. En effet, le risque de l’effondrement de l’Etat est aujourd’hui bien réel sauf que ceux désignés par le chef de l’Etat ne sont pas les seuls prétendants à cette sale besogne. Comme dit le vieil adage chinois, quand le sage montre la lune, le sot regarde le doigt.

En effet, en désignant les terroristes et leurs violences comme unique menace qui pèse sur l’Etat, il détourne, sans le savoir peut-être, le regard loin de l’autre menace qui elle est bien plus pernicieuse. Celle de la mafia qui est en train de gangréner l’appareil de l’Etat.

Vous avez aimé le commerce parallèle, la contrebande, l’évasion fiscale, la corruption à tous les étages, vous allez maintenant adorer la diplomatie parallèle ! Celle qui emprunte des canaux souterrains avec des ramifications qui vont jusqu’en Libye où se mêlent argent sale, barbouses, milices, faux enlèvement et fausse libération. D’aucuns diront, mais la diplomatie parallèle a toujours existé. Ils te citeront toujours Bob Denard & Co, les plus romantiques te parleront même de James Bond. Sauf que ce genre de diplomatie n’échappe pas au contrôle de l’Etat. Elle est souvent organisée en sous-main par l’Etat pour éviter de faire le sale boulot comme on dit.

La diplomatie parallèle à la Tunisienne est réellement parallèle, aucune convergence avec les intérêts de l’Etat. Elle se fait en dehors de toute concertation, de tout contrôle direct ou indirect. Elle ne sert pas l’intérêt de l’Etat bien au contraire elle vise à le doubler, à le vider de sa substance. En apportant la preuve de son « efficacité » elle vise à légitimer son action et à se substituer à l’Etat. Contrairement aux acteurs de la diplomatie parallèle qu’on connaît de par le monde, qui tiennent à rester tapis dans l’ombre, nos trafiquants et apprentis diplomates à nous cherchent à se faire connaître. Ils revendiquent un statut, ils se veulent incontournables en ridiculisant le pouvoir central et en montrant sa faiblesse. Guerre d’influence au détriment de l’Etat et de son prestige, au détriment du politique déjà mal en point dans l’opinion publique.

Le plus inquiétant c’est de voir que les représentants de l’Etat, ceux qui sont censés préserver un tant soit peu son prestige et ses prérogatives, ne réagissent pas, acquiescent, faisant fi même, des règles les plus élémentaires régissant les relations internationales. Si on ajoute à cela l’infiltration de la mafia dans les rouages de l’Etat aux moyens d’une corruption systémique on a effectivement la démonstration de l’effondrement de l’Etat. Des décennies de diplomatie prudente et empreinte de sagesse, bâtie avec patience par Bourguiba vient de partir en fumée. Bourguiba doit certainement se retourner dans sa tombe.

* Hédi Ben Abbes est universitaire et dirigeant d’entreprise

Hédi Ben Abbes
0000000000000000000000000000000000000000000
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s