Archives de 5 octobre 2015

civilwarineurope

CQk4ZCbVAAAHr_zLa chancelière allemande accusée de crimes contre son peuple et une pléiade de slogans contre les réfugiés : le mouvement allemand islamophobe Pegida rassemble de nouveau en nombre à Dresde contre la politique d’accueil de migrants d’Angela Merkel.

Loin des scènes de liesse en septembre dans les gares allemandes lorsque des centaines de volontaires accueillaient les migrants auxquels Angela Merkel a ouvert la porte, les milliers de manifestants réunis lundi à Dresde laissaient éclater leur haine sur diverses pancartes.

« La trahison est passible de sanctions pénales« , « Résistance contre la destruction de notre pays par Merkel et compagnie » ou encore « Coupable ! Merkel commet un ethnocide du peuple allemand » : la chancelière allemande, dont le pays s’attend à accueillir entre 800.000 et un million de demandeurs d’asile cette année, était la cible de nombreuses attaques. « Merkel doit partir ! », scandaient les manifestants à gorge déployée.

Voir l’article original 70 mots de plus

civilwarineurope

th (4)Quelque 630.000 personnes sont entrées illégalement en Europe depuis le début de l’année, a affirmé Fabrice Leggeri, le patron de l’agence européenne de surveillance des frontières Frontex, dans une interview au groupe de presse français Ebra.

Nous avons enregistré environ 630.000 franchissements illégaux de frontières, fin septembre, a indiqué M. Leggeri, en parlant de crise migratoire sans précédent en Europe depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, dans cette interview à paraître lundi dans les quotidiens Dernières nouvelles d’Alsace et l’Alsace (est).

A l’approche du Conseil européen des 15 et 16 octobre, il plaide ainsi pour la coopération européenne, car les États-membres doivent comprendre qu’au lieu de déployer des centaines de policiers à leurs frontières nationales, il serait plus utile de les envoyer à la frontière extérieure. La vraie frontière de la France, elle est à Vintimille, mais aussi à Lampedusa, à Lesbos, à Melilla…

Si chaque État gère…

Voir l’article original 83 mots de plus

BOMBE© Fournis par Express.be

« L’Histoire retiendra peut-être, à Dieu ne plaise, que le troisième conflit mondial a débuté, à bas bruit, mercredi 30 septembre 2015 »

Cette introduction inquiétante, c’est celle d’un article d’anticipation, si l’on peut dire, de Vincent Jauvert du Nouvel Obs. Selon le journaliste, nous venons de vivre deux événements apparemment anodins et sans rapport, mais qui pourraient se combiner pour prendre une ampleur bien plus grande. Jauvert rappelle qu’en 1914, l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand à Sarajevo ne fournissait pas matière au déclenchement d’une guerre mondiale à première vue, mais que c’est pourtant ce qui s’est produit.
Le premier évènement est la montée des tensions entre l’Arabie Saoudite, pays sunnite, et l’Iran, chiite

L’Arabie saoudite a intercepté des navires iraniens chargés d’armes destinées aux rebelles yéménites. Un geste qui pourrait être interprété comme une provocation belliqueuse, et qui intervient alors que l’Iran a vivement critiqué l’Arabie Saoudite d’avoir échoué à assurer la sécurité des pèlerins de la Mecque.
Le second évènement est l’intervention de la Russie en Syrie

La Russie a lancé ses frappes aériennes en Syrie, et ainsi renforcé son soutien à Bachar al-Assad, allié de l’Iran. Les bombardements russes auraient potentiellement infligé des pertes à des rebelles syriens « modérés » alliés des Américains.
Conclusion

Il semble que le risque de l’affrontement des deux camps, celui des Occidentaux alliés à l’Arabie Saoudite sunnite, et celui de la Russie alliée à l’Iran chiite, soit de plus en plus élevé, d’autant que le Kremlin pourrait y voir une manière de détourner la population russe des graves problèmes économiques du pays.

« Evidemment, ce scénario catastrophe n’est pas sûr », écrit Jauvert pour nous rassurer. Mais il conclut que « certains auteurs de cette partie sont tellement à cran qu’on ne peut pas l’exclure tout à fait ».

http://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/venons-nous-de-vivre-les-pr%C3%A9mices-de-la-3%C3%A8me-guerre-mondiale/ar-AAf2iFP?li=AAaCFan&ocid=SL5MDHP

00000000000000000000000000000000

Le Blog de Philippe Waechter

Plusieurs éléments à retenir cette semaine pour bien appréhender la macroéconomie

Le premier point porte sur les enquêtes menées dans le secteur manufacturier tout autour du globe. Il ressort que la dynamique manufacturière s’étiole et qu’il n’y a pas de zone ou de pays susceptible d’altérer rapidement cette tendance. L’indice mondial montre une progression positive mais réduite de l’activité. Pas étonnant dès lors que l’Organisation Mondiale du Commerce ait révisé à la baisse ses prévisions de croissance du commerce mondial puisque les échanges se font principalement sur des produits manufacturiers. L’attente est d’une progression de 2.8% en 2015 contre une prévision de 3.3% en avril dernier. Ceci est cohérent avec mes inquiétudes récurrentes liées au commerce mondial.

Dans le détail des enquêtes, les pays industriels restent leader mais avec des profils qui ne traduisent pas une hausse rapide de l’activité. Au Japon et en zone Euro l’expansion est un…

Voir l’article original 771 mots de plus

Julian Cortés, Victoria Sandino

4 octubre 2015

El pasado 23 de septiembre, un importante acuerdo fue celebrado entre las FARC y el gobierno colombiano de Juan Manuel Santos. Después de 60 años de conflicto, es un paso positivo hacia la paz tan esperada en ese país. ¿Qué está en juego a partir de ahora y qué pasos deben seguirse en ese camino sembrado de obstáculos? Un enviado especial de Investig’Action realizó una entrevista en exclusiva con la Comandante Victoria Sandino, uno de los actores clave en este acuerdo histórico que acaba de ser concluido, cuyas repercusiones tendrán una importancia indiscutible para el conjunto de América del Sur.


Fuente: Investig’Action

0000000000000000000000000000000

Attali craint une Troisième Guerre mondiale

Jacques Attali (https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Attali) fut conseiller de Mitterrand, est un observateur attentif des évolutions stratégiques et inspire une double expo à Paris et Bruxelles. Souvent à contre-courant, il craint une 3ème guerre mondiale.

Analyse de Michel Collon.

La longue interview d’Attali au Soir contient trois thèmes-clés que nous allons analyser un par un :

1° Il est pour la liberté de circulation des migrants et réfugiés.

2°Il craint une Troisième Guerre mondiale très « probable » mais inquiète aussi en disant : « Il y a des moments où la guerre est nécessaire. »

3° Il appelle les citoyens à réagir pour plus de « fraternité ». Sur certains points, nous pouvons le rejoindre, sur d’autres nous pensons que son diagnostic est faussé et donc aussi ses solutions.

A contre-courant du refrain général en Europe occidentale « Nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde. », Attali souligne l’hypocrisie de ce refrain : « A partir du moment où on admet que les libertés sont fondamentales, la première liberté, c’est celle de circulation. » Rappel salutaire.

Mais il poursuit : « Et donc les gens vont venir et c’est très bien. Il faut se doter des politiques d’intégration et ces gens-là vont faire de l’Europe la première puissance du monde. » Là, on suit moins : le but de cette « générosité », c’est que l’Europe devienne plus forte que ses rivaux ?

lire sur http://www.michelcollon.info/Attali-craint-une-Troisieme-Guerre.html

0000000000000000000000000000000000000000000

Entre 1 000 et 1 500 personnes se sont réunies, lundi 5 octobre 2015, devant le siège social d’Air France à Roissy. Des salariés très en colère qui dénoncent le nouveau plan de départs prévu par la direction et qui devait être entériné ce matin même. Le DRH, Xavier Broseta, s’est fait molester devant l’entrée du siège social (voir vidéo). Certains lui ont arraché sa chemise et sa veste. Il a dû s’enfuir en courant. La direction va porter plainte.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Directeur général adjoint ressources humaines et politique sociale d’Air France

 Xavier Broseta
Biographie

Xavier Broseta est marié et est père de 5 enfants. Il court 7 marathons et pratique également le vélo et la natation. Il enseigne à Sciences Po Paris et est chargé d’enseignement en ressources humaines à l’université Paris I Sorbonne.
Formation

Diplôme de l’Ecole Normale Supérieure et de l’Ecole Nationale d’Administration.

—-

ETAPES DE CARRIÈRE

1995-2000 : Chef de la mission du fonds national de l’emploi à la délégation à l’emploi du Ministère du travail.
2000-02 : Responsable des négociations de la caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés.
2002-04 : Directeur des ressources humaines du business group composants au sein de Thalès.
2004-08 : Directeur des ressources humaines de la division des systèmes aériens au sein de Thalès.
2008-12 : Directeur des ressources humaines international en charge de la zone Asie du Sud, Afrique, Amérique Latine, Europe et Moyen Orient au sein de Thalès.
2012 : Directeur général des ressources humaines et de la politique sociale d’Air France et membre du comité exécutif.

RÉALISATIONS

Diplômé de l’Ecole Normale Supérieure et de l’Ecole Nationale d’Administration, Xavier Broseta commence sa carrière en 1995, au sein du Ministère du Travail en tant que chef de la mission du fonds national de l’emploi à la délégation à l’emploi. Il occupe ce poste jusqu’en 2000, année pendant laquelle il est nommé responsable des négociations de la caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés. Sa mission consiste alors à signer des accords avec les organisations de médecins, d’infirmières, de masseurs-kinésithérapeutes, de chirurgiens-dentistes ou encore d’orthophonistes.

Deux ans après, Xavier Broseta intègre l’équipe de Thalès, où il occupe le poste de directeur des ressources humaines du business group composants puis celui de directeur des ressources humaines de la division des systèmes aériens. Sa mission consiste à  gérer les plans de recrutement et de montée en compétences dans de nombreux pays.

En 2008, Xavier Broseta est nommé directeur des ressources humaines international en charge de la zone Asie du Sud, Afrique, Amérique Latine, Europe et Moyen Orient au sein de Thalès, où il se charge de l’anticipation et de la gestion des compétences. Il occupe ce poste pendant quatre ans après lesquelles il est nommé directeur général des ressources humaines et de la politique sociale d’Air France. Il est également membre du comité exécutif.
Il occupe également le poste de directeur général des ressources humaines et de la politique sociale d’Air France depuis 2012.

Créée en 1933, Air France est la principale compagnie aérienne française. Elle s’occupe du transport de passagers, de fret mais également de la maintenance et de l’entretien des avions. En 2012, Air France réalise un chiffre d’affaires de 25,63 milliards d’euros.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Air France: Xavier Broseta, le DRH de la compagnie, agressé par des salariés

Publication: 05/10/2015

AIR FRANCE – L’image est surréaliste. Xavier Broseta, DRH d’Air France, a été physiquement agressé par des salariés en colère ce lundi 5 octobre, alors que la direction a annoncé ce jour que 2.900 postes étaient menacés par le plan de restructuration prévu par la compagnie.

LIRE: http://www.huffingtonpost.fr/2015/10/05/air-france-dhr-agression-plainte-greve_n_8243334.html

000000000000000000000000000000000000000

Laurent Ruquier
ONPC: Laurent Ruquier, prêt à tout pour le buzz?

Le Soir
Au royaume des petites phrases, Nadine Morano a décroché le jackpot médiatique dans « On n’est pas couché », le talk-show de Laurent …
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Périclès serait allé à ONPC ! par Philippe Bilger

J’assume ce titre incongru qui relie le grand Périclès et son génial historien Thucydide à cette émission du samedi soir qu’on peut juger exécrable mais dont l’influence est certaine si on en juge par les controverses parfois stimulantes qu’elle abrite ou qu’elle suscite.

Récemment j’ai lu une tribune argumentée qui invitait les politiques à ne plus s’y rendre (Figaro Vox).

Je ne partage pas du tout ce point de vue.

Réglons d’abord, une fois pour toutes, le cas des contempteurs aigres et hypocrites de l’audiovisuel, frustrés de n’y être jamais conviés et, par conséquent, de n’avoir jamais à arbitrer entre la présence ou l’abstention. Le mépris est une méthode pour se consoler de ce qu’on ne vous propose pas.

Il est en revanche des refus compréhensibles mais qui ne sauraient être érigés en une règle générale. Quand François Fillon a décidé de participer au Grand Journal en considérant qu’ONPC avait dépassé la frontière de l’acceptable pour une personnalité politique, sa psychologie, sa pudeur et son sens de la tenue rendent cette discrimination limpide. Mais il ne s’agit que de François Fillon.

Il serait désastreux que son exemple soit suivi et qu’il y ait des désertions multiples du champ de bataille. Car l’espace médiatique ne doit pas être abandonné à un seul camp. Celui du divertissement qui sera encore plus promotionnel et vulgaire si on lui laisse la bride sur le cou et si tous ceux capables de troubler cette médiocre congratulation hilare et collective font défaut.

Derrière ce conseil donné aux politiques, il y a l’acceptation de cette idée fausse qui ne cesse de flatter les médias et notamment ces émissions qui se poussent du col : il faut avoir peur d’elles et, mieux encore, les éviter. C’est accorder aux journalistes et aux animateurs une sorte de présomption de supériorité qui, d’emblée, handicape les invités tentés d’y intervenir et d’y répondre. Je n’ai jamais compris comment, avec un courage intellectuel qui est le plus facile du monde et une certaine aptitude au langage, on pouvait s’effrayer de ces joutes médiatiques.

Celles-ci, aujourd’hui, ne doivent pas être récusées en tant que telles mais affrontées. En effet, pour peu qu’on s’abandonne à un rigide puritanisme sur le plan de l’audiovisuel, ce n’est pas seulement ONPC qu’il conviendrait d’abandonner à son habitude de pouffer en permanence mais aussi, par exemple, la matinale de France Inter.

Alain Finkielkraut a accepté d’y venir, pour la promotion d’un livre et courageusement, brillamment, il a tenté de développer une pensée constamment coupée par des acidités, des interjections et des contradictions, notamment de Patrick Cohen qui prétendait savoir mieux que son invité ce qu’avait écrit et voulu dire Charles de Gaulle. On pourrait tirer de cette expérience l’obligation, aussi, de ne plus offrir à cette radio une présence qui l’honore et la dépasse ? Pourtant, il fallait y aller !

Mais il y a sans doute des motivations plus profondes à cette discussion qui revient régulièrement sur « faut-il y aller ou non, en être ou pas »? au sujet de l’audiovisuel. Les émissions contestables sont-elles forcément plus fortes que leur invité principal ou celui-ci peut-il faire valoir ce qu’il vaut, répondre, répliquer, contredire ?

Il est clair que la seconde branche de l’alternative est la bonne. Elle l’était évidemment quand des Zemmour, Naulleau ou Polony vous questionnaient et dans des échanges critiques qui avaient l’élégance de vous laisser exprimer ce que vous aviez à dire, à démontrer et à dénoncer.

Elle l’est même dans des situations dorénavant plus acerbes, plus hostiles, dans des relations moins gratifiantes.

C’est le moment où je veux faire entrer Périclès dans ce billet. Il a déclaré, selon Thucydide cité il y a peu par François Bayrou, qu’entre « être libre ou se reposer, il faut choisir ».

Je suis persuadé que la cause essentielle de la réserve, de l’inquiétude qui incitent un certain nombre d’intelligences à demeurer en retrait, dans un isolement splendide ou non, réside dans cette notion qu’on oublie trop souvent parce qu’elle en appelle au corps et à sa lassitude.

Une pensée mécanique, une parole écrite ou apprise par coeur, une approbation sans nerf et confortable laissent frais, en repos.

Alors que la liberté fatigue. Parler à partir de soi seulement est épuisant, à la télévision, à la radio ou dans des conférences. Faire surgir spontanément, sans le recours à mille citations, une réflexion, l’insérer dans un langage maîtrisé, courtois mais créé dans l’instant même où il s’élabore et se profère est un exercice qui fait exister mais exige une énergie que les tièdes et les bureaucrates de l’esprit et du verbe ne parviennent pas à concevoir.

On ne va pas lutter, alors qu’on le devrait, parce qu’on est démobilisé par avance, on anticipe l’inévitable faiblesse. Plutôt que d’être vidé, on se soumet ou on se démet.

Périclès a raison. L’exercice concret de la liberté est aux antipodes du repos qui est l’ennemi de toutes les audaces nécessaires et provocations stimulantes. L’arbitrage, dans la vie, à chaque seconde, vous contraint à décider de votre existence, dans tous les sens du terme, ou à accepter de ne pas insister.

Il serait évidemment allé à ONPC. Et sur France Inter. La politique de présence est bien préférable, tous comptes faits, à l’effacement masqué en sagesse. Il convient de remettre à leur place, qui est noble, mais rien qu’à leur place, ces journalistes et animateurs qui s’imaginent supérieurs à ceux qu’ils ont sollicités, comme le commentaire au texte et le contrôle à l’action. Comme la critique à l’oeuvre. Les vecteurs ne sont pas les créateurs.

Je suis d’autant plus fondé à inciter à une levée en masse de battants et d’esprits vigoureux, de contradicteurs talentueux, de courageux lucides que je plaide seulement pour les autres. Car il est normal, pour ma part, que je paie la rançon de ce que je dis ou écris ou tweete. On ne peut pas en plus demander à ces responsables d’émissions d’être masochistes et de faire entrer un loup, certes modeste, dans une bergerie jusqu’à aujourd’hui bien sûre d’elle.

Mais il n’y a qu’en amour que le salut est dans la fuite, comme Napoléon l’a finement analysé.

Pas dans l’audiovisuel.

http://www.philippebilger.com/

000000000000000000000000000000000000000

Alors que la direction d’Air France a confirmé lundi que son plan de restructuration menacerait 2 900 postes, le comité central d’entreprise (CCE) qui avait débuté à 9 h 30 a été interrompu par l’intrusion de plusieurs centaines de salariés entrés aux cris de «De Juniac démission» et «On est chez nous».drh air f

© Le Parisien Pris a parti par des manifestants, le DRH d’Air France a été évacué par les services d’ordre.

lire: http://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/air-france-le-drh-violemment-pris-%C3%A0-partie-par-les-manifestants/ar-AAf7jPM?li=AAaCKnE&ocid=SL5MDHP

000000000000000000000000000000000000000

Deux chasseurs F-16 turcs ont intercepté samedi 3 octobre un avion de combat russe violant l’espace aérien turc à la frontière syrienne (sud-est), le contraignant à rebrousser chemin, a annoncé lundi le ministère turc des Affaires étrangères.

L’ambassadeur de Russie à Ankara a été convoqué et les autorités turques lui ont fait part de leur « vive protestation », selon un communiqué. Ankara a demandé à la Russie d' »éviter une répétition de cet incident » et fait savoir que le cas échéant, « la Fédération de Russie serait responsable de tout événement non voulu » qui pourrait se produire.

Avec AFP et Reuters

LIRE: http://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/les-avions-de-combat-turcs-interceptent-un-chasseur-russe-violant-son-espace-a%C3%A9rien/ar-AAf6Yg3?li=AAaCKnE&ocid=SL5MDHP

000000000000000000000000000000000000

En réponse aux frappes russes, l’Etat islamique a réduit en poussière le célèbre Arc de triomphe de Palmyre en Syrie, dernier monument en date à être détruit par les djihadistes dans cette cité classée au patrimoine mondial. « Chaque fois que l’EI est attaqué ou perd du terrain, il agit ainsi. Il ne s’agit pas d’un acte idéologique, mais d’un acte vengeance contre la communauté internationale qui doit réagir », a affirmé à l’AFP le directeur général des Antiquités et des Musées de Syrie, Maamoun Abdelkarim.

Après la destruction des deux temples, dont celui de Baal, des trois plus belles tours funéraires, les djihadistes ont démoli dimanche à l’explosif l’arc de Triomphe, qui date de l’empereur Septime Sevère (193 à 211). Situé à l’entrée de la célèbre rue à colonnades du site historique, il « était une icône de Palmyre », selon M. Abdelkarim. « Le choix est simple : soit Palmyre disparaît définitivement, soit l’armée syrienne avance très vite avec le soutien de la communauté internationale et de l’armée russe pour libérer la ville. L’essentiel, c’est de la sauver, ensuite, on pourra discuter des problèmes politiques », a-t-il ajouté.

lire: http://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/daech-pulv%C3%A9rise-larc-de-triomphe-de-palmyre/ar-AAf7qvH?li=AAaCKnE&ocid=SL5MDHP

0000000000000000000000000000000000000