Archives de 19 septembre 2015

bercyRichard Werly Paris

L’agence de notation a dégradé vendredi la France de Aa2 à Aa1, tout en maintenant une perspective stable. Motif invoqué ? Une croissance trop faible, face à des dépenses publiques toujours difficiles à maitriser.

La dégradation, vendredi soir, de la note souveraine française par l’agence Moody’s n’est guère étonnante. D’abord parce que les deux autres agences de notation internationales, Standard and Poors et Fitch, lui attribuent une note identique: la troisième meilleure possible, deux crans en dessous du triple AAA toujours accordée à l’Allemagne, et un cran en dessous du Royaume Uni notée Aa1 par Moody’s et Fitch, tandis que S&P accorde toujours à Londres son AAA, assorti toutefois d’une perspective négative.

Ensuite parce que les indicateurs français démontrent les difficultés économiques persistantes de l’hexagone: une prévision de croissance limitée à 1% pour 2015 (avec une croissance nulle au second trimestre); un déficit public envisagé à 3,3% pour 2016 mais compliqué par la colère des collectivités locales devant la baisse de leurs dotations d’environ 1,2 milliards; une incapacité à ramener les comptes de la sécurité sociale à l’équilibre en 2017, comme initialement promis. Le tout, plombé par un niveau de chômage toujours explosif: 10% en août, et 23,4% pour les moins de 25 ans. Soit 3,65 millions de personnes sans emploi selon le décompte officiel…..

lire sur http://www.letemps.ch/Page/Uuid/192a4e98-5ed6-11e5-af59-94bd5b6861b3/D%C3%A9grad%C3%A9e_par_Moodys_la_France_se_retrouve_confront%C3%A9e_aux_d%C3%A9rapages_de_ses_finances_publiques

000000000000000000000000000000000000000000

Excédée par les «provocations» de Macron, l’aile gauche du PS demande sa démission

Emmanuel Macron a estimé, vendredi, que le statut des fonctionnaires n'était plus «adéquat» dans le monde tel qu'il évolue.

Les critiques fusent à gauche, après la nouvelle sortie du ministre de l’Économie Emmanuel Macron sur le statut des fonctionnaires, qui selon lui ne serait «plus justifiable». «On a fait partir Arnaud Montebourg pour moins que cela», a fait remarquer le député Laurent Baumel lors d’un Conseil national du PS qui se tenait samedi à la Mutualité à Paris.

Malgré une certaine habitude, désormais, de ses déclarations chocs, les propos d’Emmanuel Macron sur le statut des fonctionnaires ont fait des remous au sein chez les responsables socialistes rassemblés à Paris, samedi. Réunis à la Mutualité pour un Conseil national du PS, certains estiment même qu’une telle «provocation» mériterait une démission du gouvernement.

«Je trouve qu’à quelques semaines des élections régionales, où l’on doit mobiliser notre électorat, où l’on doit réaffirmer nos valeurs de gauche, reprendre une fois de plus des propositions qui sont de droite, des mots qui sont de droite, je pense que c’est irresponsable de la part du ministre de l’Économie», ne décolérait pas le député Yann Galut, de l’aile gauche du parti.

Autre figure de la gauche du parti, Emmanuel Maurel pointe une technique dont certains pourraient tirer profit. «Ça permet à Valls et à Cambadélis, à peu de frais, de paraître socialisto-compatibles», affirme-t-il. «C’est toujours le même procédé. Il y a la provocation de Macron, le recadrage de l’exécutif et le sermon de Jean-Christophe Cambadélis. Et circulez, il n’y a rien à voir. C’est navrant et lassant», a grincé le député européen.

«Provocation permanente»

Au milieu de cet agacement général, certains n’hésitent pas à demander clairement la démission du ministre. «On a fait partir Arnaud Montebourg pour moins que cela», lâche le député frondeur Laurent Baumel. «Emmanuel Macron s’est un peu spécialisé dans des provocations consistant finalement à utiliser la rhétorique et des mots de la droite et les endosser comme un ministre supposé de gauche», s’est-il agacé devant la presse. Rappelant que «cela fait deux fois que l’exécutif est obligé de le recadrer, sur les 35 heures, puis maintenant sur le statut des fonctionnaires», l’élu se «demande pourquoi on ne s’en sépare pas»…..

Lire la suite: http://www.lefigaro.fr/politique/2015/09/19/01002-20150919ARTFIG00109-excedee-par-les-provocations-de-macron-l-aile-gauche-du-ps-demande-sa-demission.php

0000000000000000000000000000000000000000