EUROPE (U.E): les migrants font voler en éclats l’espace Schengen

Publié: 14 septembre 2015 dans 1 - Revue de presse - Journaux télévisés - Videos, Migrants - Réfugiés, UE (Union européenne)
Tags:, ,

Des migrants se reposent, lundi, à Nickelsdorf, après avoir traversé la frontière entre la Hongrie et l'Autriche.Par Jean-Jacques Mevel
Mis à jour le 14/09/2015 à 22:47
Publié le 14/09/2015 à 20:00
Réunis à Bruxelles, les ministres de l’Intérieur de l’UE se sont penchés sur le contrôle effectif des frontières extérieures. Ils se sont engagés sur le principe d’une relocalisation de 120.000 réfugiés supplémentaires mais pas sur une répartition contraignante.

La fusée de détresse tirée par l’Allemagne est loin d’avoir ressoudé l’équipage européen, mais elle force déjà le navire à changer de cap. L’UE s’est décidée hier à traiter le problème des réfugiés en amont: faire un tri systématique entre migrants et demandeurs d’asile dès qu’ils mettent le pied sur le Vieux Continent – en Grèce surtout -, plutôt que se déchirer sur la répartition future d’un contingent de réfugiés à chaque heure plus déconnecté de la réalité.

Six jours après que Jean-Claude Juncker a demandé à 25 des 28 pays de l’UE de se répartir 160.000 réfugiés, les ministres de l’Intérieur ont inversé la priorité. Avant de s’intéresser aux destinations finales, il s’agit de filtrer ceux qui arrivent aujourd’hui et de régler le sort de ceux qui errent déjà à l’intérieur de l’«espace» Schengen. «Un contrôle effectif de la frontière (extérieure de l’UE) est l’impératif de la gestion migratoire», insiste le texte discuté lundi Bruxelles.

Après la monnaie commune, l’UE voit menacé son autre grand chantier d’intégration. L’Allemagne, débordée peut-être mais sûrement résolue, fait monter les enchères. Elle a rétabli des contrôles aux frontières – principalement avec l’Autriche – mais sans bloquer le flot de ceux qui cherchent l’asile en terre germanique. Puissance centrale, elle fait comprendre que sans elle, il n’y a pas de libre circulation en Europe. Pour preuve, l’Autriche et la Slovaquie ont dû embrayer lundi. La Pologne, les Pays-Bas, la Belgique et même la France y songent, avec plus ou moins de rigueur. La Hongrie a basculé depuis longtemps. Ces mesures «exceptionnelles» et «temporaires» sont permises par le code de Schengen. L’effet domino crève pourtant les yeux.

Une vraie garde frontalière

Pour Berlin et Paris, la clef du dilemme se trouve désormais dans la mise en place effective de guichets d’entrée obligatoires (hotspots) en Grèce, au sud de l’Italie, ainsi qu’en Hongrie pour ceux qui sont passés à travers. Bernard Cazeneuve et l’Allemand Thomas de Maizière ont enfoncé ce clou lors d’un aparté avec leurs trois homologues grec, italien et hongrois. L’idée n’est pas nouvelle, mais peine à se concrétiser. En Italie, les deux tiers des nouveaux arrivants seraient désormais enregistrés et identifiés, avec prise d’empreintes, d’après des statistiques officieuses. Budapest refuse tout hotspot, parce qu’elle craint plus que d’autres d’avoir sur les bras des «camps» dans lesquels viendraient s’entasser les laissés-pour-compte.

LIRE: http://www.lefigaro.fr/international/2015/09/14/01003-20150914ARTFIG00344-les-migrants-font-voler-en-eclats-l-espace-schengen.php

00000000000000000000000000000000000000

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s