Archives de 13 août 2015

sans-titreIl est important d’essayer de raisonner sur de longues périodes, à l’horizon de plusieurs décennies, prendre de la hauteur et s’élever au-dessus de l’actualité et des séquences électorales, sans la prétention d’être savant. Nous vivons une période qui tend vers un nouveau monde ayant toutes les apparences du Haut Moyen-âge. L’avenir, tel que nous le percevons, comporte de nombreuses analogies avec le temps des Mérovingiens, les descendants de Clovis: émiettement de l’autorité politique, morcellement de la société – autour des villages et des seigneuries – , quasi disparition de l’Etat et des frontières, chaos des valeurs, déclin vertigineux de la culture, violence quotidienne, règne des peurs et des superstitions. Suis-je pessimiste? Non, je ne fais qu’observer et en tirer les enseignements d’une impression de désordre, d’une Europe qui se fragmente à vue d’œil en communautés hostiles dans la plus absolue confusion. Les États ne contrôlent rien et les gouvernements ne savent plus, ne veulent plus ni décider ni gouverner. Chacun peut toujours gesticuler comme un diablotin et proclamer « il n’y a pas de fatalité!  » mais nous sommes probablement sur une tendance lourde, celle d’une Europe qui ne croit plus en rien, surtout pas en elle-même, une Europe suicidaire, sans autres horizons que la honte d’elle-même et de son passé, face à un monde en pleine ébullition. Un hypothétique renouveau ne peut être qu’une œuvre de très longue haleine, un mouvement des valeurs et des croyances, une prise de conscience,  l’émergence d’élites dirigeantes nouvelles, en harmonie avec la société, un retour à la confiance et à la volonté d’exister, l’invention d’une Europe nouvelle.

Maxime TANDONNET

source: https://maximetandonnet.wordpress.com/2015/08/12/le-retour-du-haut-moyen-age/

000000000000000000000000000000000000000000000000000

civilwarineurope

imageUn nombre record de 49 550 migrants est arrivés dans l’Union européenne à travers les frontières grecques en juillet, surpassant en un seul mois, le nombre de migrants détectés dans la région pour l’ensemble de 2014.

Bien que l’Italie continue à faire face à un nombre massif de migrants, ces derniers mois le parcours à travers la Grèce est redevenu le chemin d’accès dans l’Union européenne le plus pratiqué par les flux migratoires.

Pour les sept premiers mois de 2015 les migrants ont été près de 130 500 à choisir le chemin de la Grèce, une augmentation quintuple sur la même période de l’année dernière. Pour l’ensemble de 2014 le chiffre s’élevait à 41 700.

Syriens et Afghans représentent 90 % des migrants aux frontières grecques détectés cette année. Il y a aussi une augmentation significative du nombre de citoyens pakistanais. Les migrants, à l’aide des bateaux, arrivent de Turquie…

Voir l’article original 14 mots de plus

civilwarineurope

imageLe parti allemand d’extrême-droite Die Rechte a annoncé avoir créé un service d’ordre public, la Stadtschutz, chargé de patrouiller dans les rues et les transports en commun de Dortmund.

Les membres du parti d’extrême-droite indiquent qu’ils veulent insuffler aux Allemands un « sentiment de sécurité ».

Le service Stadtschutz (« protection de la ville ») fait penser à la « police de la charia » qui a patrouillé l’année dernière dans les rues de Wuppertal. Tout porte à croire que la nouvelle structure de Dortmund envisage non seulement de veiller à l’ordre public, mais aussi de propager leurs opinions politiques d’extrême-droite.

Vêtus de t-shirts jaunes, les membres de la Stadtschutz se présentent comme des consultants. Ils aident les passagers à acheter des tickets de transport, ainsi qu’à monter et à descendre des bus et des rames de métro.

Selon les médias de Dortmund, l’ampleur du mouvement est pour le moment inconnue. Le site d’information Dortmundecho, organe…

Voir l’article original 37 mots de plus

INSTRUMENTALISATION DES OTAGES AUX FINS DE COMMUNICATION PRÉSIDENTIELLE (l’Imprécateur)

Publié le 11 août 2015 par
Dans un article précédent, je signalais l’oubli, par un conseiller en communication de Hollande, d’otages tués ou passés sous silence (1). Le conseiller en question s’appelle Olivier Faure, je me suis renseigné, mais inutile de faire un effort de mémoire pour vous souvenir de lui. C’est le petit apparatchik socialiste de base tout droit sorti de Sciences Po, qui a été conseiller de Jean-marc Ayrault et Martine Aubry et a inventé la taxe de séjour majorée de 2 € par jour et par personne, pour financer les transports franciliens. Ils sont toujours dans un état déplorable après que le playboy ait été président du (attention, accrochez-vous et ne riez pas) « Haut Comité de la Qualité des Services dans les Transports« , un de ses machins inutiles qui permet de rémunérer les militants socialistes avec de l’argent public, ce qu’il reçoit comme « Expert opinion (sic) auprès du candidat » (Hollande), « Porte-parole du Conseil national du Parti Socialiste » et autres pompes à fric public, sans oublier son salaire et ses indemnités défiscalisées de député de Sénart-le-Mée qui ne lui suffisent sans doute pas pour assurer son train de vie (2).

Pour en revenir à la question des otages, pourquoi sont-ils traités à leur retour, quand ils le sont, sur un pied d’inégalité flagrant, indigne d’une République qui affiche le mot « égalité » sur les frontons de tous ses bâtiments publics ?

C’est très socialiste : mesquin et calculateur. Chaque otage reçoit des points dont le nombre est attribué en fonction de critères très politiques : fonction, notoriété publique, ethnie, religion, relations personnelles, etc. Au top niveau (diplomates, politiciens, certains journalistes), c’est le Président lui-même et un ou plusieurs ministres qui vont vous chercher avec l’avion présidentiel, et accueil en fanfare à l’arrivée. Un degré en-dessous, un ministre va vous chercher avec un Falcon de la présidence. Encore un degré de moins, l’avion va vous récupérer et le président vous accueille à Villacoublay avec un ministre. Etc. Au dernier degré, pour un retraité-otage par exemple, il peut y avoir accueil par Fabius ou même le président à la descente de l’avion de ligne régulière, sans plus, quelques photos et on vous oublie ensuite, y compris les aides promises.

C’est le cas de Serge Lazarevic, qui survit depuis son retour dans une minuscule chambre de quelques mètres carrés sans que personne ne l’aide à retrouver du travail et se voit opposer un silence méprisant à ses demandes d’aide, alors que s’il avait été journaliste, de préférence connu, le président serait lui-même intervenu auprès de ses employeurs pour qu’il soit traité avec munificence.

Unknown

S. Lazarevic, oublié par le gouvernement, puis retrouvé, libéré et accueilli par le président, puis à nouveau oublié par l’administration malgré les promesses présidentielles.

Les otages exécutés, au moins quatre Français, ont droit à la phrase traditionnelle « Les auteurs de ce crime barbare et inacceptable seront poursuivis et châtiés… », ce qui n’engage à rien et ne coûte pas cher.

Jacques Martinez, dans Boulevard Voltaire, a noté une différence de traitement des familles à l’arrivée :  « François Mitterrand se contentant d’un laïus télévisé dès l’otage libéré, Jacques Chirac a, lui, inauguré la « descente d’avion »… Nicolas Sarkozy s’effaçait devant la famille, la laissant ainsi embrasser l’ex-otage. Pas Hollande… « . Hollande, c’est « Moi, ma pub et ma com d’abord » et Fabius en profite pour se glisser sur toutes les photos. La famille ? Aucun respect ni aucun intérêt, le président leur serre quand même la main, mais juste pour le cas où ça pourrait lui rapporter quelques voix à la prochaine élection, il n’y a pas de petit profit pour un socialiste.

Pourquoi Isabelle Prime a-t-elle eu droit au niveau 3 de l’accueil (Falcon + Président et ministre à Villacoublay), et pourquoi a-t-elle été présentée comme « travaillant au Yémen pour une ONG et un programme d’aide sociale » par de nombreux organes de presse ? Parce que c’est meilleur pour la com présidentielle : jeune femme + pays à haut risque + ONG +aide sociale !

En réalité, elle est cadre supérieur, consultant pour la multinationale américaine Ayala Consulting Corp. qui emploie des gens hautement qualifiés envoyés souvent à l’étranger pour conseiller des organismes internationaux et des gouvernements. En l’occurrence, Isabelle Prime travaillait pour le gouvernement du Yémen sur un projet d’organisation de services sociaux, un projet demandé et financé par la Banque Mondiale. Rien à voir avec la gentille infirmière bénévole payée au lance-pierres, travaillant dans la crasse et la sueur à sauver des malades de la peste bubonique !

Ces consultants sont extrêmement bien payés, parfois au niveau d’un ministre du pays concerné, voir plus comme je l’ai constaté au Vanuatu et à Timor, avec des primes de risque conséquentes et du personnel à leur service, chauffeurs, gardes du corps, interprètes, secrétaires. Entre parenthèses, il est dommage que des jeunes gens très qualifiés comme Isabelle Prime ne travaillent pas en France et pour la France, mais préfèrent des pays où on ne les matraque pas d’impôts, on les comprend !

4716190_6_8473_isabelle-prime-a-son-arrivee-sur-le-tarmac-de_51c26c620f9ac633a749ee0d99e72c07

Bien entourée, Isabelle Prime, la famille ne risque pas de l’approcher ! Notez que Lazarevic c’était l’émotion heureuse, Prime se maîtrise parfaitement en vraie pro, habituée à la fréquentation du gratin mondial.

Cela explique peut-être que le gouvernement français nie farouchement avoir payé le sultanat d’Oman pour négocier sa libération, il est probable que c’est la Banque Mondiale ou Ayala qui ont versé les 3 millions d’euros. À ce prix-là, on comprend qu’Isabelle Prime ait été bien soignée par ses geôliers, on soupçonne que le gouvernement américain est intervenu par d’amicales pressions pour convaincre la France, qui est en bons termes avec Oman, d’intervenir pour faire libérer la française, et on imagine que François Hollande a accepté d’intervenir en échange de la promesse qu’il pourrait en prendre et en garder le bénéfice médiatique, d’où le Falcon et Villacoublay.

L’Imprécateur

1 : Au sujet de Gilberto Rodrigues Leala, enlevé fin 2012 au Mali et mort fin 2014 : « La famille, écrivait Sud-Ouest le 23 avril 2014, a exprimé sa colère contre les autorités françaises et les médias qui ont oublié les deux otages du Mali (ndlr : avec S. Lazarevic dont le co-détenu Ph. Verdon avait été tué par balles dans la tête). « Pendant 8 mois, on n’a parlé que des journalistes en Syrie, on a oublié qu’il y avait 2 otages au Mali, avait dénoncé alors son frère David, j’ai l’impression que si mon frère (…) n’avait pas été un simple retraité, peut-être ça se serait passé autrement… » (Jacques Martinez)

2 : Sénart-le-Mée est une OIN (Opération d’Intérêt National) regroupant 10 minuscules communes, réparties sur deux départements et entre deux EPCI (Établissements Publics de Coopération Intercommunale), des machins administratifs créés par Chevènement en 1999.

minurne-300x78

http://www.minurne.org/?p=3215

0000000000000000000000000000000000000

La justice saisit un luxueux moulin et vend la villa aux Antilles

patrick-balkany-et-sa-femme-isabelle-balkany-lors-d-un-meeting-politique-le-25-novembre-2014-a-boulogne-billancourt-pres-de-paris_5396381

Par LEXPRESS.fr avec AFP , publié le 12/08/2015 à 07:39 

La justice soupçonne, notamment, le couple Balkany d’avoir sous-évalué leurs biens comme le moulin de Cossy et leurs villas de Saint-Martin et Marrakech.

Martin Bureau/afp.com

Dans le cadre de l’enquête pour fraude fiscale visant le député-maire de Levallois-Perret Patrick Balkany et son épouse, les juges d’instruction ont ordonné la saisie du moulin de Cossy alors que leur villa aux Antilles, déjà saisie, a été vendue.

Les déboires judiciaires s’accumulent pour Patrick et Isabelle Balkany. Après avoir confisqué leurs passeports, les juges ont saisi le luxueux moulin de Cossy où le couple réside et vendu leur propriété des Antilles la villa Pamplemousse selon une source proche du dossier, confirmant une information de Charlie Hebdo. Une décision survenue dans le cadre de l’enquête pour fraude fiscale visant le député-maire de Levallois-Perret et son épouse et prise il y a plusieurs semaines d’après Le Parisien.

>>> A lire: Ces affaires qui touchent les Balkany

Le moulin de Cossy est une propriété de quatre hectares avec piscine, court de tennis et green de golf, évaluée à plusieurs millions d’euros et située à Giverny (Eure). Depuis qu’ils en ont fait donation à leurs enfants dans les années 1990, Patrick et Isabelle Balkany ne sont plus propriétaires de cette résidence, mais en gardent l’usufruit. « Cette saisie est éminemment contestable », a réagi Grégoire Lafarge, l’avocat du couple.

Multiples soupçons

« Le juge d’instruction n’a pas qualité à révoquer une donation », a-t-il relevé. Patrick et Isabelle Balkany ont fait appel devant la chambre de l’instruction. Par ailleurs, la villa Pamplemousse sur l’île de Saint-Martin aux Antilles, saisie par la justice il y a quelques mois, « vient d’être vendue », a indiqué la source proche du dossier, sans préciser le montant de la transaction. Cette résidence est estimée à « environ trois millions d’euros », d’après cette source. Les époux Balkany, poursuivis pour « blanchiment de fraude fiscale », « corruption » et « blanchiment de corruption », ont longtemps nié en être les propriétaires.

Placée en garde à vue en mai 2014, Isabelle Balkany avait finalement fait volte-face, reconnaissant posséder cette demeure, mais elle avait affirmé que son mari n’était pas concerné et que le bien avait été financé par le fruit d’un héritage. La cellule de renseignement antiblanchiment de Bercy, Tracfin, avait mis en évidence que la demeure antillaise appartenait à une série de sociétés écrans en Suisse, au Panama et au Liechtenstein.

« Un acharnement »

La justice s’interroge aussi sur l’origine de l’argent utilisé pour acheter la maison. Elle a été payée dans les années 1990 avec des « fonds parfaitement licites », mais elle n’avait « pas été régulièrement déclarée » et l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) n’a « pas été réglé », selon Grégoire Lafarge. Les enquêteurs s’intéressent aussi à une autre villa à Marrakech. Il soupçonne le couple de l’avoir acquise en se dissimulant derrière des sociétés off-shore et d’avoir utilisé comme prête-nom l’un de leurs proches, Jean-Pierre Aubry, ancien directeur général de la société d’économie mixte d’aménagement de Levallois, la Semarelp.

Les juges Renaud van Ruymbeke et Patricia Simon, chargés du dossier, ont en effet élargi leur enquête pour fraude fiscale aux déclarations de patrimoine des Balkany, les suspectant d’avoir sous-évalué leurs biens comme le moulin de Cossy et leurs villas de Saint-Martin et Marrakech. Sollicitée par l’AFP, Isabelle Balkany n’a pas souhaité faire de commentaires, évoquant simplement « un acharnement » de la justice et des médias à leur encontre. Patrick Balkany a vu son immunité parlementaire levée tandis que son épouse s’est vu imposer une caution d’un million d’euros afin de ne pas être placée en détention. Le couple est aussi interdit de quitter le territoire.

Read more at http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/epoux-balkany-la-justice-saisit-un-luxueux-moulin-et-vend-la-villa-aux-antilles_1706309.html#OSVutU81zK1OWRKT.99

000000000000000000000000000000000000000

© Jean-Christophe Galeazzi
Jura : des camions étrangers brûlés

Depuis le début du mois de mai, plusieurs véhicules de transport routier de marchandises d’origine étrangère ont fait l’objet d’actes de dégradation volontaire par incendie.

Les faits sont commis sur des parkings situées en bordure des grands axes, en particulier la RN 83 entre Quingey et Mouchard. Ils pourraient être liés au ras le bol des transporteurs routiers Français face à une concurrence qu’ils estiment déloyale.

Un reportage de Franck Ménestret, Jean-Christophe Galeazzi, Denis Colle et Pierre Mayayo.

video: http://france3-regions.francetvinfo.fr/franche-comte/2015/05/21/jura-des-camions-etrangers-brules-729469.html

————-

En avril dernier, trois fourgons immatriculés en Pologne avaient déjà été tagués sur l’aire de repos de Pont-de-Buis-lès-Quimerch dans le Finistère. | Archives Ouest-France

——————

Une trentaine de camions immatriculés à l’étranger ont été aspergés de peinture sur des aires de stationnement du Morbihan lundi soir. Deux personnes ont été interpellées.

Une trentaine de camions immatriculés à l’étranger ont été aspergés de peinture sur des aires de stationnement du Morbihan dans la nuit de lundi à mardi. Alertés, vers 1 h 45, les gendarmes ont interpellé deux personnes en flagrant délit sur l’aire de repos de Lanvaux de la RN 166 à Saint-Guyomard.

Elles reconnaissent avoir dégradé 17 camions sur la trentaine de faits recensés au cours de la nuit. Elles profitaient du sommeil des chauffeurs pour pulvériser de la peinture sur les pare-brises et vitres des cabines afin de rendre la conduite impossible de ces camions qu’ils estiment être « une concurrence déloyale ».

70 camions en trois mois

En mars dernier, 37 camions polonais, lituaniens et d'autres pays d'Europe orientale avaient été maculés de peinture noire en Bretagne.

En mars dernier, 37 camions polonais, lituaniens et d’autres pays d’Europe orientale avaient été maculés de peinture noire en Bretagne. | DR

Une enquête a été ouverte. Les faits ne sont pas isolés. Depuis trois mois, les camions venant des pays de l’Est ont plusieurs fois été pris pour cibles en Bretagne. Ploërmel, Pontivy, Marzan, Loudéac, Guingamp, Quimper, etc., ce sont déjà plus de 70 camions qui ont ainsi été aspergés de peinture.

000000000000000000000000000000000000000000000