Archives de 12 juillet 2015

Maxime Tandonnet - Mon blog personnel

imagesCes dernières décennies sont dominées par l’abaissement du bon sens, de la réflexion, des débats d’idées. Notre vie publique est dominée par le jeu des polémiques stériles, des coups médiatiques, des postures et des querelles égotiques. L’intelligence nous donne le sentiment de reculer en permanence devant le tumulte quotidien, le triomphe de l’absurde et du nihilisme. Réfléchir, dans un climat hostile à la pensée, sans préjugé ni prétention, sans parti pris ni sectarisme et sans peur devient un acte de résistance.  Mais ce qui est rare est précieux, comme ces lueurs de clairvoyance qui jaillissent dans la nuit. Le Figaro vox de ce jour publie un petit chef d’oeuvre visionnaire de Jean-Pierre Le Goff, sur la crise européenne. En fondant l’unification du continent sur l’économique et le monétaire, à marche forcée, au détriment de la politique, de la culture et des fiertés nationales,  les classes  dirigeantes et les élites européennes…

Voir l’article original 23 mots de plus

Algérie Résistance

ghard1_2605893

La vallée du M’zab brûle. DR.

to translate, click right on the text

por traducir, haga clic derecho sobre el texto

per tradurre, cliccate a destra sul testo

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Ghardaïa, symbole de la faillite du pouvoir politique.

Ce que je n’ai pas cessé d’annoncer dans divers articles est arrivé. La situation dans la ville prospère de Ghardaïa où la cohabitation séculaire entre les différentes ethnies était un modèle de quiétude, s’est dégradée à tel point qu’elle a entrainé la mort de vingt-quatre personnes et fait de nombreux blessés y compris dans les rangs des policiers. La vallée du M’zab a toujours été un exemple de ce peut être l’Algérie avec ses variantes linguistiques, ethniques, et même religieuses. Cette oasis de paix s’est transformée graduellement en un enfer sur terre avec des morts en plein mois…

Voir l’article original 6 637 mots de plus

Camille Tang Quynh
Mis en ligne vendredi 10 juillet 2015, 18h25

Le 11 juillet 1995, 8.000 hommes et adolescents étaient exécutés par les forces du général Mladic. Un massacre qui ne doit rien au hasard, révèle la journaliste Florence Hartmann, 20 ans plus tard.

</p>
<p>

Srebrenica se trouve dans une vallée verdoyante, en Bosnie orientale, au milieu des montagnes qui entourent la rivière Drina. Mais il y a 20 ans, le 11 juillet 1995, Srebrenica se transforme en véritable enfer. Les forces bosno-serbes, dirigées par le général Ratko Mladić, s’emparent de cette enclave musulmane, séparent les hommes et les femmes et massacrent, dans les jours qui suivent, tous les hommes âgés entre 16 et 60 ans. Au total, cela représente 8.372 victimes, dont les corps sont enterrés dans des charniers. La « lâcheté » et le « dysfonctionnement onusien » sont pointés du doigt pour ce véritable massacre, reconnu comme génocide par le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie.

Que s’est-il passé ? Srebrenica avait pourtant été décrétée « zone protégée » par le Conseil de sécurité des Nations Unies. De son côté, l’Otan avait reçu l’obligation de défendre l’enclave coûte que coûte et un bataillon de Casques bleus néerlandais y avait été envoyé pour protéger la zone. Comment un tel massacre a-t-il pu avoir lieu sous le nez des grandes puissances européennes ?

Un sacrifice de 8.000 hommes

Longtemps considéré comme une « erreur » de l’Occident, le génocide de Srebrenica aurait, en réalité, eu l’aval de la France, de la Grande-Bretagne et des États-Unis, selon la journaliste Florence Hartmann, ancienne journaliste du Monde, qui publie  «Le sang de la realpolitik. L’Affaire Srebrenica». Il représentait le meilleur moyen d’en finir avec la guerre de Bosnie. Les trois grandes puissances n’auraient donc pas hésité à sacrifier plus de 8.000 hommes et adolescents pour obtenir la paix…

Pis, le général néerlandais Onno van der Wind vient de confirmer un élément glaçant mettant directement en cause…………

lire sur: http://www.lesoir.be/933124/article/actualite/monde/2015-07-10/etats-unis-france-et-grande-bretagne-ont-donne-leur-accord-au-massacre-srebrenic

0000000000000000000000000000000000000000

LES NOUVELLES DE MON CHIEN

Cet article, qui évoque le rôle de la ‘Ndrangheta, la mafia calabraise, dans l’échec du projet d’autoroute A3, a été publié dans le webzine Apache. L’article est disponible en cliquant ici.

C’est un chef d’état africain qui rend visite à un ministre français. Il est accueilli dès son arrivé par une limousine qui le conduit dans un hôtel particulier luxueux. Là, des domestiques lui servent les meilleurs plats, en provenance des plus grands restaurants parisiens.

Au cours du repas, l’homme d’état africain interroge son homologue français : comment faites-vous pour vous offrir un train de vie si luxueux ? Le ministre français lui fait signe d’approcher de la fenêtre. « Vous voyez cette autoroute là-bas ? » demande-t-il. « Oui, je la vois ». « Eh bien, cette autoroute a été facturée dix millions d’euros, alors qu’en réalité, elle n’en a coûté que cinq », lance-t-il en gratifiant son homologue d’un petit clin d’œil.

Voir l’article original 2 458 mots de plus

Le Mag' de l'Afrique de l'Est

MAFIA-IN-AFRICA

Mafia in Africa est le fruit du travail d’enquête d’une équipe de 10 journalistes d’investigation, originaires de 6 pays, aidé de spécialistes et de juristes. Ils ont remonté les filières économiques de la mafia italienne qui s’est développée à l’ombre de la corruption des hommes d’affaires et politiques de 13 Etats africains: Maroc, Tunisie, Sénégal, Liberia, Côte d’Ivoire, Nigeria, Ghana, République centrafricaine, République démocratique du Congo, Kenya, Afrique du Sud, Namibie, Zimbabwe,

Pendant sept mois, les journalistes de deux centres de journalisme d’investigation, l’un italien, Investigative Reporting Project Italy (IRPI) et l’autre africain, African network of centers for investigative reporting (ANCIR) ont parcouru les terres historiques des mafias italiennes et rencontré des personnages clé des « affaires » africaines.

Le résultat est visible sur la plateforme d’enquêtes allemande CORRECTIVMafia in Africa

Il s’agit d’une première enquête sur ce thème. Il est évident que celle-ci reste incomplète…

Voir l’article original 133 mots de plus

LE BILAN

Dans son dernier rapport sur la stabilité financière, le Fonds monétaire international sonne l’alarme. Son propos, sur la retenue comme d’ordinaire, n’est pas aussi explicite que le nôtre. LE BILAN ajoute, aux aspects conjoncturels relevés par le FMI, une analyse structurelle du système financier.


Par Benoit Delrue.
7 100 mots environ. Temps de lecture estimé : 35 minutes.
 L'horloge du Bilan


C’est un événement planétaire. Le Fonds monétaire international (FMI), organisme basé à Washington né des accords de Bretton Woods en 1944, qui a largement contribué à bâtir le système financier actuel, tire la sonnette d’alarme. Généralement rassurante, l’institution sort de ses habitudes pour mettre le doigt sur ce qui « accentue les tensions » dans l’économie mondiale. Bien sûr, le discours tenu par le FMI reste sobre et évite soigneusement les formules catégoriques et trop explicites. Néanmoins, après avoir déjà consacré son avant-dernier1 rapport régulier – biannuel ou trimestriel –…

Voir l’article original 7 288 mots de plus

histoireetsociete

On feint de découvrir avec les propos de Varoufakis le fait que derrière la Grèce c’est la France qui est visée mais c’était un secret de polichinelle et ceux qui parmi nos politiciens ont feint de l’ignorer pour mieux nous entretenir dans les illusions européennes portent une lourde responsabilité, attendra-t-on que la catastrophe menace le peuple français comme il fond sur le peuple grec pour poser la question de la sortie de l’euro. Oui cette cécité est une véritable forfaiture.

Voila ce qu’on pouvait lire dans un Flash Eco du Figaro du 4 avril 2015, tout le monde était prévenu. Hollande et Valls étaient-il complices de ce viol aimablement consenti et leur feinte de soutien au gouvernement grec n’avait -il pour but que de démontrer l’impossible résistance tout en nous ancrant un peu plus dans l’idée qu’il n’y avait pas de salut hors de l’euro. Ceux qui ont fait passer…

Voir l’article original 348 mots de plus


%d blogueurs aiment cette page :