Archives de 4 juillet 2015

Algérie Résistance

Journalistes-DZ2jpg

to translate, click right on the text

por traducir, haga clic derecho sobre el texto

per tradurre, cliccate a destra sul testo

щелкните правой кнопкой мыши на тексте, чтобы перевести

Για να μεταφράσετε, κάντε δεξί κλικ στο κείμενο

Le journaliste algérien Abdessami Abdelhaï est incarcéré en détention préventive depuis le 18 août 2013 à Tébessa et attend toujours un jugement. Qu’a fait ce père de trois enfants pour mériter un tel sort ? Quel crime a-t-il commis ? Dites-le nous ! Son cas nous remémore celui d’un autre journaliste que beaucoup ont certainement oublié aujourd’hui et qui vivait dans la même ville de Tébessa : Abdelhaï Beliardouh. Sous la pression de l’affairiste pourri et potentat local Saâd Garboussi, Beliardouh a voulu mettre fin à ses jours le 19 octobre 2002 en ingurgitant de l’acide pur, incapable d’endurer plus longtemps les humiliations et les tourments que ce brave père de famille…

Voir l’article original 3 457 mots de plus

Le Blog de Philippe Waechter

La situation va rester complexe en Grèce quelque soit l’issue du référendum.

Les sondages pré-referendum montrent une bataille à couteaux tirées entre les deux options. Le vainqueur n’aura probablement qu’une avance minime qui ne permettra pas de trancher fortement. Ceci étant en démocratie il suffit d’une voix supplémentaire pour l’emporter.

Mais la situation est plus complexe car le détail des sondages montrent une opposition très claire entre les plus de 55 ans majoritairement en faveur du oui et les moins de 55 ans favorables au non. En d’autres termes, la victoire réduite d’un camp sur l’autre ne résoudra pas cette question entre les générations. Les uns espèrent conserver ce qu’ils ont et les autres veulent se créer un avenir.

source: @YiannisBab
La victoire du oui n’instaurerait pas nécessairement de la stabilité politique. D’abord parce que comme le rappelle Hugh Dixon le parti arrivant en tête a une prime de 50…

Voir l’article original 146 mots de plus

Global News

TUNIS, Tunisia – Tunisia’s president declared a state of emergency on Saturday in response to a second deadly attack on foreigners in three months, saying the country is « not safe » and risks collapse from further extremist attacks.

With a nationwide televised address, President Beji Caid Essebsi officially reintroduced urgent security measures for Tunisia that had been lifted in March 2014.

READ MORE: Tourists recount Tunisia attack horrors

Essebsi said an « exceptional situation required exceptional measures » but pledged to respect freedom of expression.

The decision came just over a week after a gunman at the popular beach resort of Sousse attacked foreign tourists, killing 38 people. Essebsi said the state of emergency would last 30 days.

« Tunisia faces a very serious danger and it should take any possible measures to maintain security and safety, » he said. « As we see in other countries, if attacks like Sousse happen again, the country will…

Voir l’article original 199 mots de plus