Michel Onfray dénonce le « coup d’Etat libéral permanent »

Publié: 6 juin 2015 dans Réflexions
Tags:, , , ,

Fondateur de l’Université populaire de Caen, le philosophe porte un regard très sévère sur la politique menée par François Hollande.
Le philosophe Michel Onfray en novembre 2011. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)Le philosophe Michel Onfray en novembre 2011. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

L’Obs« Le PS est désormais ancré à droite », affirmait récemment Emmanuel Todd, tandis que d’autres évoquent une « droite complexée ». Souscrivez-vous à cette vision ?

Michel Onfray – Oui, hélas, absolument, totalement. Mais, en ce qui me concerne, c’est une évidence depuis la fameuse ouverture de la parenthèse de la rigueur en 1983, parenthèse qui n’a jamais été fermée ! Le paysage politique s’est reformé autour de Mitterrand qui, dès cette époque, a instrumentalisé le FN pour casser la droite républicaine en deux à des fins de politique politicienne : affaiblir le camp d’en face pour se maintenir au pouvoir et s’y faire réélire. Pari tenu au-delà de ses espoirs car le FN a aussi cassé la gauche républicaine en deux, ralliant à lui nombre de ses déçus : combien d’anciens socialistes, communistes, cégétistes, voire d’anciens électeurs de la LCR ou de LO se retrouvent-ils derrière le FN de Marine Le Pen relooké par Philippot ?

Le libéralisme gouverne donc de façon bureaucratique (un comble…) depuis 1983, c’est-à-dire sous Mitterrand, Chirac, Sarkozy et désormais Hollande. Soit plus d’un quart de siècle d’une même politique ! En 2005, le refus signifié par référendum de l’Europe libérale qui impulse cette politique a bien montré combien Sarkozy et Hollande méprisaient le peuple puisqu’ils ont mobilisé leurs apparatchiks afin d’imposer ce qui avait été refusé par les urnes. Ce coup d’Etat libéral permanent (un second comble…) n’a pas été oublié par ceux dans le peuple qui ne votent plus, ne votent pas ou votent aux extrêmes pour secouer le cocotier.

Quelles sont les mesures du quinquennat de François Hollande qui vous semblent les plus emblématiques de cela ?

– La pire, qui les rassemble toutes, est l’omniprésence de la communication pour masquer l’impuissance de l’action. La disparition de la réalité socialiste – qui est faite de renoncements, de compromissions, d’impéritie, de soumission à Bruxelles – est la tâche des communicants. Les émissions télévisées à deux neurones, les voyages scénarisés avec des figurants, le menhir fondant sous la pluie à l’île de Sein, le guerrier qui monte au combat après l’assaut de « Charlie », la fascisation du FN afin de pouvoir mieux se présenter en Jean Moulin de ce totalitarisme en peau de lapin, jusqu’à l’autoportrait à travers l’hommage aux panthéonisés (résistants, courageux, déterminés, luttant à contre-courant, mais un jour reconnus par l’Histoire…), tout cela cache la nullité de l’action sous des images dont on voudrait qu’elles cristallisent un capital de sympathie transformable en électorat le jour venu.

LIRE: http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20150604.OBS0127/michel-onfray-denonce-le-coup-d-etat-liberal-permanent.html

Aude Lancelin

Publié le 06-06-2015

0000000000000000000000000000000000000000

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s