SYRIE: pour qui roule Amnesty International ?

Publié: 26 mai 2015 dans 1 - Revue de presse - Journaux télévisés - Videos, Réflexions, Syrie
Tags:, , , ,

AlepPar Silvia Cattori

Billet rédigé début mai, au moment de la publication du rapport d’Amnesty International sur « les crimes de guerre et violations des droits humains à Alep en Syrie »

L’information à sens unique délivrée par les médias traditionnels n’a pas aidé le public à comprendre ce qui se passe véritablement en Syrie depuis 2011. Néanmoins pour ceux d’entre nous qui voulions rechercher et faire connaître la vérité, les témoignages d’honnêtes citoyens n’ont jamais manqué. Et cela, dès le début des troubles; comme celui du Dr. Nabil Antaki (1), qui en juin 2011, dénonçait déjà le mythe d’une révolution pacifique propagé par les médias occidentaux.

alep mai 1

Tout était dit. Cela n’a malheureusement pas empêché les médias traditionnels de continuer à déverser la propagande mensongère, répandue par les « rebelles », durant quatre ans. Et les grosses ONG – HRW, Amnesty International – de concentrer davantage leurs condamnations sur les forces gouvernementales syriennes (2).

Le rapport d’Amnesty International du 4 mai en est un ultime exemple (3).

Son biais démontre qu’Amnesty, est aujourd’hui une ONG dont la direction abandonne de plus en plus son rôle d’honnête dénonciateur des abus touchant les victimes, pour faire sienne la propagande répandue par les partisans de l’idéologie d’ingérence humanitaire dans des pays souverains (4).

Pour rappel.

Amnesty a appelé le Conseil de sécurité à intervenir en Syrie, légitimant les visées de puissances engagées à renverser Assad par groupes terroristes interposés – comme elle le fit en Libye avec les conséquences horribles que l’on sait.

Au lieu d’attirer l’attention, comme elle aurait dû, sur les exactions perpétrées par les divers groupes terroristes qui ont plongé la Syrie  – naguère prospère et pacifique – dans la peur et l’horreur absolue ; au lieu de condamner principalement leurs bombardements contre des civils depuis les zones qu’ils occupent– dans son dernier rapport, du 4 mai, Amnesty continue d’accuser principalement les forces gouvernementales, qui tentent de les déloger, de « terribles crimes de guerre et autres abus commis quotidiennement dans la ville » d’Alep.

Le directeur du programme Moyen-Orient/Afrique du Nord d’Amnesty, Philip Luther, accuse le gouvernement d’adopter « une politique insensible de punition collective contre la population civile à Alep » ; et de «viser de manière délibérée et continuelle les civils » ; de les « frapper aveuglément avec des barils d’explosifs », qui suscitent « une terreur pure et une souffrance insupportable. »

«Punition collective contre la population civile ». « Frappes aveugles avec des barils d’explosifs »…ce sont-là des accusations lourdes véhiculées par son dernier rapport. Peu importe que Damas ait toujours nié avoir fait usage de bombes-barils, dès lors qu’elles permettent à Amnesty de conclure que « certaines actions du gouvernement à Alep équivalent à des crimes contre l’Humanité« .

Ainsi les vagues incessantes d’extrémistes sunnites venus de partout, dont la violence a conduit des millions de Syriens à fuir leurs foyers, n’auraient, selon Amnesty, commis que des « crimes de guerre« . Ils n’auraient fait usage que d’ « armes imprécises comme les obus de mortier et des roquettes artisanales fabriquées à partir de bouteilles de gaz » et qui, toujours selon Amnesty, n’auraient « causé la mort (que) de 600 civils en 2014 ». Alors que, à en croire Amnesty, durant la même période, les « barils d’explosifs de l’armée [de défense syrienne contre la population] ont tué plus de 3.000 civils dans la province d’Alep ».

LIRE la suite sur http://arretsurinfo.ch/syrie-pour-qui-roule-amnesty-international/

000000000000000000000000000000000000000000000

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s