Archives de 11 mai 2015

Originally posted on triton95:

 Un penseur atypique et salubre

000000000000000

Histoire secrète de la corruption sous la Ve République

Yvonnick Denoël et Jean Garrigues

Editeur : Nouveau Monde

Histoire secrète de la corruption sous la Ve République © – 2014

Inflation des campagnes électorales, financement des partis politiques, comptes en Suisse, emplois fictifs, résidences d’élus…

D’une ampleur inédite, ce panorama brosse l’histoire des grandes « affaires » de corruption en France depuis le retour au pouvoir du général de Gaulle en 1958 jusqu’aux plus récents scandales.

On découvre ici une corruption omniprésente, qui va prendre des formes différentes à chaque époque, mais de plus en plus sophistiquées après les lois de moralisation de la vie politique des années 1990.

Loin de se limiter aux politiques, ce récit riche en péripéties traque aussi la corruption de nombreuses professions emblématiques : police, services secrets, justice, médias, sport… Tous les grands « corrupteurs » sont mis à nu: le BTP, la distribution d’eau et la propreté, l’armement, la grande distribution, le pétrole… Enfin toutes les formes de corruption, directes et indirectes, sont représentées .
Cet ouvrage est rythmé par de nombreux portraits des principaux acteurs de la corruption « à la française ». Cette somme sans précédent éclaire d’une lumière cruelle les coulisses de la vie politique française, met en perspective des pratiques et des méthodes qui perdurent malgré les engagements répétés, le renforcement des contrôles… tout en apportant de nombreuses révélations et anecdotes inédites sur des affaires dont on croyait tout connaître.

source: http://www.franceinter.fr/emission-linterview-politique-histoire-secrete-de-la-corruption-sous-la-ve-republique

LIRE:

2014 – ‎Aperçu

À l’inverse, l’un des meilleurs aviseurs (indicateurs) de la DNRED, Marc Fievet, est resté onze ans en prison parce que deux directeurs généraux de la douane n’ont jamais voulu reconnaître devant un juge qu’il avait infiltré des réseaux de …

00000000000000000000000000000000000000

By Anthony Torres

9 May 2015

The arrest of an arms dealer linked to the neo-fascist National Front (FN) and the French police points to the possible role of the state and the far right in the terrorist attacks carried out in January in Paris by Amedy Coulibaly on the Hypercacher kosher supermarket, and by the Kouachi brothers on Charlie Hebdo magazine.

In late January, Claude Hermant, his partner, and another man were arrested for having repaired “many” decommissioned weapons from Eastern European countries. According to La Voix du Nord, the local paper near Lille, where Hermant lives, these weapons “were then delivered to criminal gangs, and not only those in Lille.”

Hermant reportedly sold Coulibaly, directly or through third persons, the weapons which he used to carry out the Hypercacher killings, according to the same newspaper: “It’s a very serious lead, which we hope to confirm soon.” The trail points to Belgium, where “Hermant apparently had ties in the context of his broader network. Let us recall that Coulibaly obtained his weapons at Charleroi,” in Belgium, the newspaper said.

La Voix du Nord published some extracts of emails sent between Hermant and police in November 2014. In one email, the policeman writes: “Hi Claude, we discussed things with our superiors. … We are OK with the two subjects you raised with us (weapons, Charleroi).”

These emails strongly suggest that Hermant could have received the support of intelligence services or of police to deliver weapons to Coulibaly or other Islamists. The newspaper continues, “Suppose that you found such messages (a dozen in all) that a policeman sent to Hermant, on November 21, 2014, at 8:47 a.m. Suppose that a close associate of the accused certified, ‘Claude Hermant has covered his bases’.”

Police officials were thus aware that Hermant was trafficking weapons and who he was selling them to. This again raises, very directly, the question of the role of the state in the deadly attacks of January 2015 in Paris.

It is already documented that Coulibaly and the Kouachi brothers were known to the intelligence services and to police. The Kouachi brothers were under intelligence surveillance from November 2011 to June 2014; they were also placed on British and US surveillance lists. From 2011 to 2013, one of the brothers repeatedly traveled to Islamist training camps in Yemen.

As for Coulibaly, he was convicted for having plotted the jailbreak of an Islamist activist. He met Cherif Kouachi in prison.

The French state is complicit in the arming of the Islamist networks that are active in this social layer in France, and which Paris is using as part of its proxy war to topple Syrian President Bashar al-Assad. In an interview with Le Monde, President François Hollande even insisted that France had been arming Syrian Islamist forces as far back as the spring of 2013. Such forces, when deployed in Syria, can rely on training and operational assistance from French soldiers and CIA agents.

These Islamist groups are used to foment terrorist attacks and wage a neo-colonial war aimed at installing a pro-imperialist regime in Syria.

The reports of Hermant’s weapons-dealing activities raise the most serious questions: did sections of the state with ties to the far right encourage or at least tolerate the preparation of the January attacks for political reasons? Hollande exploited the attacks to shift the political atmosphere, place 10,000 soldiers in the streets, accelerate attacks on democratic rights and promote the FN as indispensable to mainstream politics. After the attacks on Charlie Hebdo and Hypercacher, Hollande invited FN leader Marine Le Pen to the Elysée presidential palace.

Hermant’s comments suggest that he believed he was acting on behalf of the state. The weapons trafficker and police informant insists that he “will not be the next Marc Fievet,” referring to a former customs inspector tasked with infiltrating organized crime circles, but arrested by Canadian authorities and abandoned by his superiors.

Hermant’s ties with the police point to the growing integration of the FN in the security forces, who emerged politically strengthened from the attacks carried out by the Kouachi brothers and Coulibaly. Since then, the Socialist Party (PS) government has voted new intelligence law and boosted the defense budget, while the FN is continuing its normalization in mainstream bourgeois politics.

These events constitute a warning to the working class. A reactionary milieu tied to the security services, involving both far-right operatives and Islamist terrorists, is being brought forward as shock troops to attack the working class.

Hermant was trained as a paratrooper in the 1980s and reportedly went on to fight in Croatia. In the 1990s, he joined the FN’s security service, the Department of Protection and Security (DPS), a paramilitary group modeled on the special forces. It was led by Bernard Courcelle, the former captain of a parachute regiment and informer for military intelligence. The DPS was reportedly financed by weapons sales, according to Liberation, including to Chechen forces through Croatia.

The gun dealer was thus connected to paramilitary organizations composed of former soldiers carrying out missions involving critical interests of the French state, both at home and internationally.

Hermant reportedly infiltrated activist groups such as SOS-Racism, and led punitive actions in impoverished French suburbs. He left for Congo-Brazzaville in 1999, tasked with a mission by the Congolese government of President Denis Sassou Nguesso, who is closely tied to French interests. Hermant was incarcerated there before being released by a presidential pardon and leaving the DPS.

He led the Flemish House at Lambersart, a far-right association that was shut down in 2012. He reportedly now works in a restaurant in the Lille metropolitan area.

SOURCE: https://www.wsws.org/en/articles/2015/05/09/herm-m09.html

0000000000000000000000

 

Le président Raul Castro a rencontré, dimanche, au Vatican le pape François. Il souhaitait notamment le remercier pour sa médiation dans le rapprochement historique entre Cuba et les États-Unis.

C’était une première pour Raul Castro. Le président cubain se trouvait au Vatican, dimanche 10 mai, pour y rencontrer le pape François et le remercier de ses bons offices, qui ont permis le rapprochement historique en cours entre Cuba et les États-Unis.

Le Vatican et le pape François ont effet joué un rôle important dans le rétablissement des relations diplomatiques entre La Havane et Washington en décembre dernier, après plus de cinquante ans de tensions.

Le Vatican avait révélé une médiation personnelle du souverain pontife, qui avait écrit aux deux chefs d’État. Les délégations des deux pays avaient également été reçues au Saint-Siège en octobre. Déjà, en 1998, Jorge Bergoglio s’était intéressé personnellement à la question cubaine, écrivant un essai intitulé « Dialogue entre Jean Paul II et Fidel Castro ». Il était alors cardinal de Buenos Aires.

Annoncée en début de semaine seulement, cette visite du président de l’île communiste a, selon un communiqué du Vatican, duré un peu plus de 50 minutes et s’est déroulée de manière « très cordiale ». Elle s’est produite un peu plus de quatre mois avant celle du pape François à La Havane, prévue en septembre.

Le dirigeant communiste lui a offert le tableau d’un artiste cubain, Kcho, qui évoque le thème des clandestins naufragés de la mer, cher à Jorge Bergoglio. Celui-ci a remis à Raul Castro une médaille représentant Saint Martin de Tours, un saint français célèbre pour avoir partagé son manteau avec un mendiant.

Raul Castro sur le chemin de l’Église

Après cette rencontre, Raul Castro s’est déclaré « très frappé », saluant « la modestie et la sagesse » du Pape et assurant qu’il « se rendrait à toutes ses messes » quand il visiterait Cuba ».

« Je lis tous les discours du Saint-Père et [….] si le pape continue à parler ainsi, un jour je recommencerai à prier et retournerai à l’Église catholique. Et je ne le dis pas pour plaisanter », a affirmé le dirigeant cubain.

Les relations n’ont pas toujours été harmonieuses entre Cuba et le l’Église catholique. Devenue aujourd’hui un partenaire incontournable dans le dialogue politique, elle a longtemps été combattue par le régime castriste.

Dans les années 1960, l’Église manifeste son opposition au nouveau régime communiste, déclenchant la fureur de Fidel Castro, qui expulse une centaine de religieux et nationalise de nombreux biens lui appartenant. Une délicate cohabitation s’ensuit.

En 1996, Fidel Castro se rend au Vatican pour rencontrer Jean Paul II. Un rapprochement est amorcé et l’Église commence à s’imposer comme interlocuteur du régime communiste à partir de la visite de Jean-Paul II en janvier 1998.

Rôle déterminant de l’Église cubaine

Seule institution reconnue et non officielle à Cuba, l’Église catholique voit sa légitimité entérinée lorsque Raul Castro la choisit comme interlocutrice lors d’un dialogue inédit lancé le 19 mai 2010, qui débouche sur la libération de quelque 130 prisonniers politiques en 2010 et 2011.

Les religieux cubains obtiennent l’engagement des autorités sur la fin du harcèlement contre les « Dames en blanc », un groupe rassemblant épouses et proches d’ex-prisonniers politiques cubains.

De son côté, l’Église apporte son appui aux réformes économiques lancées par Raul Castro. En retour, le gouvernement facilite ses activités sociales: accès aux médias d’État, diffusion de revues ou lettres paroissiales, ouverture à l’automne 2010 du premier séminaire à Cuba depuis un demi-siècle.

En mars 2012, Raul Castro reçoit à Cuba le pape Benoît XVI, qui s’était également entretenu avec Fidel Castro, du même âge que lui. Le souverain pontife avait alors appelé les autorités cubaines à respecter « les libertés fondamentales » et condamné l’embargo économique imposé à Cuba par les États-Unis depuis 1962.

En 2014, le pape François écrit aux présidents Raul Castro et Barack Obama pour les enjoindre « à résoudre des questions humanitaires d’intérêt commun comme la situation de certains détenus, pour ouvrir une nouvelle phase dans les relations entre les deux pays ».

La médiation entre Cuba et l’administration américaine est un grand succès pour la diplomatie discrète du Saint-Siège. Elle a un fort impact sur le continent latino-américain, majoritairement catholique, d’où vient pour la première fois de l’histoire un pape.

Avec AFP

http://www.france24.com/fr/20150510-raul-castro-vatican-cuba-etats-unis-pape-francois-rapprochement-historique-embargo

0000000000000000000000000000

 

https://pierrickauger.files.wordpress.com/2013/05/lagoon-inside-com-polync3a9sie-franc3a7aise.jpg
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
René Hoffer – Polynésie française La face cachée du paradis
René Hoffer a été élu président de la « Polynésie française » lors d’une élection qui a été invalidée illégalement par le conseil d’état qui s’est auto-saisit de cette question sans que cela ne lui soit accordé par ses statuts.
La Polynésie française est une terre sous occupation qui n’a pas de statut légal et la question se pose de savoir si ce territoire fait partie de la France ou non.
Une autre façon de découvrir la face cachée du paradis tahitien.
***
La libre antenne du lundi au vendredi de 21h à minuit sur http://www.metatv.org

°°°
 °°°
°°°

°°°

000000000000000000000000000000000

Toutes les actualités
0000000000000000000000000000000000000000000

“Le mensonge au plus haut niveau reste le modus operandi de la politique américaine, ainsi que les prisons secrètes, les frappes de drones, les raids nocturnes des forces spéciales, le tout en passant allègrement au-dessus de la chaîne de commandement et en court-circuitant ceux qui auraient pu dire non.” – Seymour Hersh

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Dans le dernier numéro de la London Review of Books, le journaliste d’investigation américain Seymour Hersh publie une longue enquête sur le raid qui a coûté la vie à Oussama ben Laden à Abbottabad en mai 2011 et fait voler en éclats la version officielle de la Maison-Blanche.

Voilà ce qui arrive à ceux qui se mettent dans de beaux draps… Mais non, pas pour une affaire de Stups!!!

Arrestation(s), convocation, etc…

Photo de Hollande Dégage.

La suite de l’histoire de la banderole …
Résumé de notre sympathisant Hollande Dégage à St Barth aux Caraïbes.
Proprement hallucinant !!!!
Salut,
J’ai mis mon drap sur mon mur pile sur la route principale. Du coup, les gendarmes de St Barth, qui connaissent mon appart, m’ont cherché partout pour que je l’enlève.
Quand ils m’ont vu à la mairie ils sont venus à 6 pour me dire de rentrer chez moi le retirer… j’ai refusé et ils sont repartis voir des gros bras en civil (protection rapprochée Elysée)…
Donc, 4 RG m’entourent et me collent au mur. L’un me prend les banderoles et arrache le tee-shirt et les 3 autres me fouillent…. un autre arrête mon pote qui prends des photos…Je leur ai dit: « liberté d’expression, art 432-4cp vous pouvez être poursuivi je veux vos matricules ».
Le chef du groupe m’a dit « on nous répète tout le temps liberté d’expression, mais ça et 432-4cp n’existent pas aujourd’hui et surtout pas pour vous… »
J’ai donc commencé à crier « police politique dictature socialiste, on m’agresse français réveillez-vous”… Les RG m’ont dit : mais on pense comme vous monsieur…
J’ai été obligé d’appeler un avocat qui était là en cinq minute.
Ensuite, j’ai voulu allez voir le discours ils m’ont suivi partout à deux mètres de moi….et moi je continuais à crier… lol
J’avais caché sur moi des impressions avec ‘Hollande dégage’…. ils m’ont attrapé par le bras et … rebelote.
Soit 1h30 la première fois et 1h la seconde fois…
Convocation lundi au commissariat…

00000000000000000000000000000000000000000000

 

 

A la Une de « l’heure du crime » de Jacques Pradel, les révélations d’un journaliste d’investigation sur un des plus grands secrets de la République…

Comme le secret est en train d’être éventé, on peut dire aussi qu’il s’agit d’un des grands tabous de la cinquième République : l’existence d’un groupe ultra secret de tueurs professionnels qui exerceraient, au nom de la France une sorte de droit de représailles de l’Etat, face à ses ennemis, par exemple les terroristes qui menacent depuis de longues années nos institutions…La décision de créer ce groupe au sein du service action de la DGSE aurait été prise après l’affaire du Rainbow Warrior, au milieu des années 80. Les Présidents de la République qui ont succédé à François Mitterrand ont toujours nié officiellement l’existence de ce groupe, baptisé « Alpha » dont certains membres ont accepté de parler à mon invité, Vincent Nouzille qui publie son enquête dans un livre qui vient de paraître aux éditions Fayard.

Avec lui, nous allons revenir sur cette guerre de l’ombre dont les échecs ou les victoires ne sont jamais officiellement revendiqués..

Vincent Nouzille a passé trois ans à recueillir les témoignages d’anciens ou d’actuels membres des services de renseignements français. Il en sort un ouvrage époustouflant, où la réalité semble parfois dépasser la fiction.

C’est en 2002 qu’un événement lui met la puce à l’oreille : deux agents de la DGSE sont arrêtés en Espagne, alors qu’ils transportaient des faux passeports et un vrai arsenal de guerre… Ces agents, bien plus secrets que des agents secrets, faisaient partie de la « Cellule alpha »… Une appellation que le journaliste a tenté de comprendre, et de mettre à jour. Une cellule constituée d’une dizaine d’électrons libres, capables de mener des doubles vies sans éveiller l’attention, et de tuer sans poser de questions. Ce dispositif, créé sous Mitterrand, a été utilisé par tous les présidents depuis.

A commencer par François Hollande…

***

Philippe Rondot à son arrivée le 11 décembre 2007 au pôle financier du palais de justice de Paris.

Ukraine's President Petro Poroshenko. Archive photo

10:33 12.04.2015(mis à jour 11:22 12.04.2015) 

La guerre en Ukraine paraît être jugulée, mais le spectre de la reprise des hostilités hante les bureaux bruxellois. Quant à la diplomatie ukrainienne, elle cavale par monts et par vaux, avec une nouvelle approche du Quai d’Orsay effectuée sans anicroche par le Ministre des Affaires Etrangères ukrainien M.Klimkine.

En fait, il y a gros à gagner, car le président Porochenko a fait monter les enjeux: il veut cette fois-ci que les Casques bleus soient présents sur la ligne de démarcation. Le Kosovo à l’envers un peu!Georges Estievenart se préoccupe beaucoup des problèmes de la sécurité en Europe. Voici ce qu’un chercheur chevronné, ancien haut-fonctionnaire à Bruxelles, pense de la conjoncture actuelle d’un conflit qu’il suit de près.
Question. Vous êtes un haut spécialiste des problèmes sécuritaire en Europe, vous avez collaboré avec Bruxelles… Vous travaillez dans le cadre des deuxthink tanks parisiens d’une importance stratégique pour la France. Que pensez-vous de la situation actuelle en Ukraine, surtout dans le cadre de la visite à Paris de M.Klimkine, ministre des AffairesEtrangères d’Ukraine?Georges Estievenart. Evidemment je ne suis pas sur place. Je suis donc obligé d’avoir mon jugement à travers surtout l’information qui me vient de là-bas. Je constate surtout que malgré les difficultés de l’Ukraine qui sont grandes — économiques et puis celles de trouver aussi un consensus à l’intérieur du pays sur le sort à réserver dans l’avenir aux provinces de l’Est. Malgré tout cela et à la suite de la signature de l’accord de Minsk du 12 février dernier, je dois constater que la situation est bien moins mauvaise qu’elle ne paraît l’être encore aujourd’hui.

Je crois que nous venons d’avoir la visite à Paris du Ministre des Affaires Etrangères de l’Ukraine M. Pavel Klimkine. Il s’est entretenu avec le Ministre français Laurent Fabius. Je dois constater que l’on a quand même réussi pour le moment de mettre en marche une mécanique qui inclut bien entendu la Russie, l’Ukraine, les forces dissidentes ou séparatistes en Ukraine. Cette espèce de nouvel instrument qui est le format des négociations normandes. Parce ce que ce n’est que grâce à lui qu’ont abouti les accords de Minsk. Et comme cet accord est en voie de réalisation, on constate évidemment que le cessez-le-feu, bien entendu, n’est pas parfait à 100%, loin de là! Mais enfin il est toujours là et il tient pour le moment.Je crois encore une fois qu’un mécanisme de rencontre et de négociations se poursuit un petit peu partout — en Ukraine, mais aussi ici en Europe. Les passages fréquents à Paris en témoignent; Et bientôt il y aura d’ailleurs une rencontre très importante des ministres des affaires étrangères à Bruxelles.

Q. Quid des retombées pratiques de la visite de M. Klimkine, peut-on déjà se prononcer ou il est trop tôt pour cela?
Georges Estievenart. Il est un peu difficile de pouvoir juger les retombées concrètes immédiates de cette visite. Je crois d’ailleurs qu’elle avait surtout pour but de préparer les rencontres qui suivent. Et notamment la visite prévue du président Porochenko à Paris le 22 avril. Mais je crois aussi qu’ils discutent d’une mise en œuvre des 13 points des accords de Minsk qui est un accord quand même extrêmement complet. Et au fur et à mesure qu’on avance dans le temps et que les réalisations sont constatées, j’ai l’impression qu’on fait tout de même des progrès importants vers une stabilisation et peut-être une pacification du conflit;

Q. Pour ce qui est de la figure politique du président Porochenko, il s’est prononcé pour la révision des accords de Minsk en faveur de l’introduction des Casques bleus de l’ONU dans la zone du conflit. Que pensez-vous de la faisabilité de cette manœuvre?Georges Estievenart. Je pense qu’effectivement c’est un thème difficile et acceptable à la fois par les séparatistes ukrainiens et par la Russie. Ca va être certainement l’un des sujets majeurs justement qui vont faire l’objet de la discussion des ministres à Bruxelles du format Normandie. Il y a derrière ça un problème qu’il ne faut pas nier! L’OSCE rencontre des difficultés dans le contrôle de la mise en œuvre de l’accord.
Mais il y a peut-être d’autres moyens que le recours à une force internationale qui exige une décision du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Tout ça ne sera pas facile et forcément il faudra l’accord de la Russie. Si sans aller jusque là, il y a peut-être les moyens de renforcer le dispositif OSCE en place actuellement qui sont, eux, par contre négociables et qui ne reviendraient pas sur le principe même de ce contrôle exercé par l’OSCE tel qu’il est prévu dans l’accord de Minsk.

Moi, je crois, à titre de conclusion générale, bien difficile de bouger au cours de cette année-là par rapport au texte de Minsk 2. Le respect du texte de Misnk 2 et son exploitation maximale me paraissent vraiment une solution optimale dans l’immédiat.

Q. M. Porochenko s’est prononcé dernièrement sur le rôle joué par Staline. Il l’a comparé à celui de Hitler. Ce qui n’est pas sans être explicable par la jeunesse du pays. Christine Dugpoin-Clément a traité l’Ukraine de « pays jeune qui ne possède pas d’histoire démocratique et reste marqué par des tensions affectives et passionnelles énormes ». Alors peut-on dire que M.Porochenko est allé un peu trop vite en besogne pour cette comparaison historique?Georges Estievenart. Je ne sais s’il y est allé un peu vite, mais il est sûr qu’il est allé un peu trop loin en tout cas dans ses comparaisons! (Rire) Tous les jours sur la scène politique entre des adversaires on a ce genre d’échanges. On peut bien que M.Porochenko est soumis à l’intérieur même de son pays à des pressions et des tensions énormes. Mais je crois que personne n’a intérêt à cautionner ou à prendre à son compte ce genre de propos.

J’ai l’impression encore une fois qu’il faut attacher beaucoup d’importance au rôle qui était joué par le tandem franco-allemand dans ce processus et au fait que la Russie semble en avoir tenu compte puisque bon an mal an la mise en œuvre de l’accord de Minsk progresse pour l’instant. Et on espère que ça va continuer ainsi. Du côté franco-allemand, à l’intérieur de l’UE à 28 partenaires, on a des positions qui sont intermédiaires entre ceux qui auraient plutôt une attitude dure et, le cas échéant, belliqueuse vis-à-vis de la Russie et puis ceux qui pensent qu’il vaut mieux être complètement passifs.

Les positions franco-allemandes ne sont pas celles-là. La traduction d’une position raisonnable et raisonnée et qui tient compte dans le processus des intérêts russes et qui va essayer de pousser à chercher avec l’UE à retrouver une relation vraiment constructive, indispensable entre l’UE et la Russie; Je crois beaucoup plus à ce genre d’attitude et certainement que ce tandem franco-allemand ne va pas du tout reprendre à son compte des comparaisons historiques que tout le monde peut faire et qui, en même temps, n’ont pas de substance.

Commentaire. Croire ou ne pas croire en bonne volonté de M.Porochenko relève de la quadrature du cercle. En attendant les émissaires de l’OSCE égrènent mélancoliquement et méthodiquement les exactions commises par la prétendue armée ukrainienne. On dit bien « prétendue », car elle n’obéit pas à son président, mais aux seigneurs de la guerre qui ont fait renaître le phénomène des mercenaires européens du temps des guerres de religion en France. Qu’importe! Le tout c’est de savoir qui est le bon et qui le méchant. Les troupes dites séparatistes ont beau se battre pour leur domicile et la survie de leurs enfants sous les bombes du Président Porochenko, ils resteraient toujours dissidents aux yeux de Kiev. Même s’ils ont cessé les hostilités et ne répondent même pas aux provocations de l’adversaire.Les opinions exprimées dans ce contenu n’engagent que la responsabilité de l’auteur.

0000000000000000000000000000000

Le Blog de Philippe Waechter

Chronique hebdomadaire du 11 Mai

Sur la WebTV de Natixis AM http://bit.ly/Wtv-CHebdo-11Mai-PW

Sur SoundCloud

Voir l’article original

civilwarineurope

imageQuelque deux cents manifestants, dont une vingtaine masqués et vêtus de noirs, ont affronté la police samedi à Londres pour protester contre la réélection du Premier ministre conservateur David Cameron lors des élections législatives de jeudi en Grande-Bretagne.

Ils ont lancé des bouteilles, des canettes, des bombes fumigènes et même un vélo sur les forces de l’ordre, non loin de la résidence du chef du gouvernement à Downing Street. Deux policiers ont été légèrement blessés et il y a eu quatre interpellations, a précisé Scotland Yard.

Source : Le Figaro

Voir l’article original


https://civilwarineurope.files.wordpress.com/2015/05/image49.jpg
le 11 mai 2015

imageAlors que la Russie vient de nouer un partenariat énergétique stratégique avec la Turquie et la Grèce pour un gazoduc commun devant rejoindre la Serbie, la Hongrie, l’Autriche et l’Italie. La CIA a réagi en déclenchant une agitation islamo-nationaliste albanaise depuis le Kosovo en Macédoine. Un exemple caricatural de l’alliance stratégique islamo-atlantiste en Europe.

Alternative au projet South Stream

De la même façon que la Russie achemine son gaz en Allemagne via le gazoduc “North Stream” (“Courant Nord”), Moscou entend garantir son partenariat avec l’Union Européenne en développant un projet analogue pour l’Europe méridionale et centrale, “South Stream” (“Courant Sud”) tout en contournant l’Ukraine.

Les USA, soucieux de briser une alliance stratégique euro-russe afin de s’assurer de la domination mondiale au détriment des Européens et des Russes, tentent en effet de créer un “cordon sanitaire” tourné contre Moscou partant des états baltes jusqu’à la Mer Noire, Ukraine incluse. D’où le coup d’état mené à Kiev par la CIA dans ce pays en février 2014.

Suite à cet événement, Washington a obtenu l’abandon du soutien bulgare au projet “South Stream” qui devait voir le jour.

Vladimir Poutine, actant de la soumission de la Bulgarie aux USA, annonçait formellement, début décembre 2014, l’abandon du projet “South Stream” :

“Comme nous n’avons toujours pas reçu la permission de la Bulgarie, nous pensons que dans la situation actuelle la Russie ne peut pas poursuivre la réalisation de ce projet”.

Accord russo-turco-grecque

La Turquie ambitionnait de faire transiter du gaz d’Asie Centrale et d’Orient – en concertation avec les USA – sur son territoire vers l’Europe dans le cadre du projet de gazoduc “Nabucco”. Ce concurrent direct au projet “South Stream” a été progressivement abandonné et Moscou vient d’offrir à Ankara une alternative : le “Turkish Stream”.

Ce gazoduc permettra de livrer, dès 2016, la Turquie en gaz à un prix revu à la baisse par Gazprom (source). Avec l’arrivée d’Alexis Tsipras au pouvoir à Athènes, le nouveau gouvernement grec est à la recherche de toutes les opportunités économiques possibles.

Moscou a profité de ce changement politique pour proposer aux Grecs l’extension du projet turco-russe à la Grèce. Ce qu’a rapidement accepté le gouvernement d’extrême-gauche. Cet accord entre la Russie et la Grèce avait été salué par l’Allemagne, Berlin s’opposant de plus en plus fermement à l’ingérence américaine dans les affaires euro-russes.

La Macédoine en ligne de mire de la CIA

Avec la création de ce “Turkish Stream”, la Russie dispose d’une alternative au South Stream pour l’acheminement de son gaz vers l’Italie, la Serbie et la Hongrie. Aussi, les efforts américains en Ukraine et en Bulgarie pour couper l’accès du gaz russe au marché européen sont-ils sérieusement menacés d’échec.

image

Cette perspective d’un accord entre la Grèce et la Russie fait littéralement paniquer Washington qui a envoyé il y a deux jours un émissaire à Athènes pour exiger de la Grèce qu’elle abandonne son partenariat avec Moscou (source). Le ministre de l’Energie grec a redit la volonté de la Grèce de maintenir son projet de participation au projet russe.

Mais pour réaliser le “Balkans Stream”, alternative au “South Stream”, il faut que la Russie puisse faire transiter le gazoduc conjoint par la Macédoine.

Agitation albano-islamiste fomentée par la CIA

La CIA a donc décidé d’agiter ses fidèles vassaux de la mafia albanaise. Ainsi, une attaque menée depuis le Kosovo, un non-état où est située une des plus grandes bases américaines en Europe (Camp Bondsteel), a frappé le territoire macédonien au non d’un séparatisme albanais sur les frontières de l’actuelle Macédoine. Après avoir tué 22 personnes, les assaillants se sont ensuite repliés vers leur base arrière, protégés par les forces de l’OTAN.

Le but de la manoeuvre est clair : faire échec à l’alternative d’acheminement de gaz russe en Europe en menaçant de guerre indirectes les autorités macédoniennes susceptibles de rejoindre l’accord entre Russes, Grecs et Turcs.

En guise de hors d’oeuvre, les Macédoniens ont vu une résurgence récente de l’action des musulmans albanais sur leur territoire. D’abord une action contre 4 policiers s’était déroulée fin avril.

Le but est bien sûr de mener une guerre non-conventionnelle identique à celle menée en Syrie par les USA et leurs vassaux, en agitant leurs alliés musulmans locaux.

Dans le même temps, des provocations multiples de la part des ultranationalistes musulmans d’Albanie ont visé la Serbie, comme l’annonce faite en avril d’une annexion “inéluctable” du Kosovo par Tirana (source). Une façon indirecte pour Washington de faire chanter Belgrade, au cas où le gouvernement serbe accepterait de faire transiter le gaz russe vers l’Europe centrale, Hongrie et Autriche notamment.

Révolution colorée en Macédoine

En parallèle, l’OTAN et les USA pourraient tenter de créer une crise politique visant à mettre au pouvoir un gouvernement fantoche, sur le modèle ukrainien, afin de contrecarrer le projet russe établi en concertation avec les Serbes, les Grecs et les Hongrois.

Sources :

http://breizatao.com/2015/05/11/la-cia-declenche-une-attaque-islamiste-en-macedoine-pour-contrer-le-projet-gazier-russo-grec/

http://civilwarineurope.com/2015/05/11/la-cia-declenche-une-attaque-islamiste-en-macedoine-pour-contrer-le-projet-gazier-russo-grec/

0000000000000000000000000000000

 


%d blogueurs aiment cette page :