Archives de 22 avril 2015

Challenges.frSondage: et le vainqueur est… Jacques Chirac

Publié le 22-04-2015 à 11h53Mis à jour à 19h01
L’ex-président arrive en effet en tête des présidents les plus sympathiques, suivi de près par Lionel Jospin considéré comme le meilleur Premier ministre.

Sarkozy, Giscard, Chirac, Debré (Charles Platiau/AFP)Sarkozy, Giscard, Chirac, Debré (Charles Platiau/AFP)

Retiré de la vie politique active depuis 2007, Jacques Chirac n’en demeure pas moins particulièrement apprécié, ce que confirment les résultats d’un sondage Ifop/Paris Match évaluant la cote de popularité des dirigeants de la Ve République. L’ex-président arrive en effet en tête des présidents les plus sympathiques, suivi de près par Lionel Jospin considéré comme le meilleur Premier ministre. Le choix des Français se fonde majoritairement sur le refus de Jacques Chirac d’intervenir en Irak au côté des Américains, son opposition à toute alliance avec le Front National et sa proximité du monde paysan.

33% des personnes interrogées placent le « grand Jacques » en tête du palmarès des chefs de l’Etat les plus sympathiques, 12 points devant François Mitterrand (21%), Charles de Gaulle étant, pour sa part, relégué à la troisième place avec 17% des votes. Georges Pompidou et Valéry Giscard d’Estaing sont à égalité à 8%, devant Nicolas Sarkozy 7%. François Hollande, et ce n’est pas une surprise, ferme le ban avec 5%… Mais il est toujours en fonction.

Jospin devant Juppé

L’enquête se penche également sur les quatre Premiers ministres des deux mandats de Jacques Chirac et tend à révéler que les Français approuveraient la cohabitation : Lionel Jospin, nommé après la dissolution, arrive en tête devant Alain Juppé, Dominique de Villepin puis Jean-Pierre Raffarin.

Il ressort de ce sondage qu’Alain Juppé, pour 45% des personnes interrogées, représente « l’héritier de Jacques Chirac« , loin devant Nicolas Sarkozy qui ne recueille que 25% des voix.

Enquête menée par téléphone du 17 au 18 avril auprès de 1.011 personnes de 18 ans et plus représentant la population française de 18 ans et plus (méthode des quotas).

(Avec AFP)

source: http://www.challenges.fr/politique/20150422.CHA5178/et-le-vainqueur-est-jacques-chirac.html

0000000000000000000000000000000000000000

 

La peine de 20 ans de prison incompressibles rendue, mardi, à l’encontre du Président déchu égyptien Mohamed Morsi, préoccupe à l’international, notamment en Turquie.

Le ministère turc des Affaires étrangères a fait part, ce mercredi 22 avril 2015, de sa préoccupation quant à la peine de 20 ans de prison incompressibles rendue, mardi, à l’encontre du Président égyptien déchu, Mohamed Morsi.

Accusé d’incitation au meurtre, l’ancien dirigeant, destitué le 3 juillet par l’actuel Président Abdel Fattah al-Sissi, alors patron de l’armée égyptienne, a été condamné par la justice égyptienne à 20 ans de prison, ce mardi. En outre, douze autre cadres des Frères musulmans dont Mohamed el Beltagy et Essam el Erian ont été condamnés à la même peine de 20 années d’emprisonnement incompressibles.

Mécontents de cette décision, les Frères musulmans ont appelé à manifester, mardi, dénonçant une justice instrumentalisée par les autorités. Dans un communiqué, le ministère turc a, de son côté, déclaré que « la décision de justice visant l’ancien Président Morsi accroît l’inquiétude concernant l’avenir de la démocratie en Egypte ».

Mohamed Morsi, premier Président démocratiquement élu en Egypte, en juin 2012, issu des Frères musulmans, a été destitué par l’armée suite à des manifestations à son encontre.

http://www.afrik.com/egypte-ankara-preoccupe-par-la-peine-infligee-a-mohamed-morsi

PLUS:

L’ex-Président égyptien Mohamed Morsi a été condamné à 20 ans de prison, ce mardi, pour incitation au meurtre de manifestants.

000000000000000000000000000000000000

Toutes les actualités
00000000000000000000000000000000000000000000000

Le Blog de Philippe Waechter

Chronique du 22 avril: La question budgétaire en Z€ n’est pas réglée

Sur la WebTV de Natixis AM http://bit.ly/Vtv-BudgetZE-PW

Sur SoundCloud

Voir l’article original

civilwarineurope

imageUne quarantaine d’hommes en armes, portant des uniformes de l’ex-Armée de libération du Kosovo (UÇK), ont pris plusieurs policiers en otages la nuit dernière dans le nord de la Macédoine, a rapporté aujourd’hui la police macédonienne.

Le groupe s’est retiré du poste de police, proche de la frontière entre la Macédoine et le Kosovo, au bout de quelques heures. S’exprimant en albanais, les individus armés ont dit à leurs captifs : « Nous aurons un Etat albanais ». « Ce matin, les institutions de l’Etat macédonien ont été la cible d’un acte terroriste », a déclaré un fonctionnaire du ministère macédonien de l’Intérieur, Ivo Kotevski.

L’incident rappelle les débuts de l’insurrection qu’a connue la Macédoine en 2001, lorsque les forces de sécurité affrontaient dans le nord-ouest du pays des insurgés réclamant davantage de droits pour la minorité albanaise de Macédoine. Les accords de paix signés à Ohrid avaient mis fin aux combats durant l’été…

Voir l’article original 38 mots de plus

civilwarineurope

image(…) Le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, a annoncé à la presse, mercredi 22 avril, qu’un projet d’attentat contre une ou deux églises de la banlieue parisienne avait été fortuitement déjoué par la police, dimanche 19 avril. Son auteur, interpellé et placé en garde à vue, est par ailleurs soupçonné d’être le meurtrier d’une professeure de fitness retrouvée morte dans sa voiture dimanche à Villejuif (Val-de-Marne).

Tout commence par un banal appel au SAMU, dimanche matin, peu avant 9 heures. Un homme, blessé par balle dans une rue du 13e arrondissement de Paris, affirme avoir été agressé et perdre beaucoup de sang. Sur place, le SAMU appelle la police, comme il se doit en cas de blessure par arme. En remontant les traces de sang, les policiers arrivent jusqu’à un véhicule garé non loin de là. A l’intérieur, un arsenal de guerre : kalachnikov, arme de poing, gilet pare-balles, munitions…

Voir l’article original 361 mots de plus

civilwarineurope

imageUn aspirant policier a été renvoyé par la police fédérale après la découverte de ses sympathies pour l’Etat Islamique.

L’aspirant policier en question a provoqué la suspicion parmi ses collègues en raison des nombreuses questions qu’il posait sur le personnel, l’équipement, les armes,… Il a aussi été repéré occupé à prendre des photos de bâtiments de la police. Et il a même cherché à entrer dans les bureaux de la commissaire générale Catherine De Bolle commandant la police fédérale.

L’accumulation de ces faits ont amené des policiers à s’interroger et à découvrir sur Facebook que l’aspirant policier y affichait des sympathies pour l’Etat Islamique.

Ce qui est sidérant, c’est que personne ne vérifie donc le profil des candidats aspirants policiers avant de les incorporer !

Il est aussi avéré que l’aspirant policier, qui effectuait son stage au siège de la police judiciaire fédérale de Bruxelles, a eu accès à des…

Voir l’article original 37 mots de plus

International
00000000000000000000000000000000000000000000000000