Archives de 9 avril 2015

civilwarineurope

imagePar un arrêt rendu le 2 avril, la Cour d’appel de Bucarest a déclaré un ressortissant tunisien persona non grata en Roumanie pour une période de dix ans. « L’ensemble de mesures de surveillance mis en place par le Service roumain de renseignement depuis 2013 ont permis d’établir que le suspect, étudiant en Roumanie, se prêtait à des activités constituant une menace pour la sécurité nationale », ont annoncé les représentants du SRI dans un communiqué.

Le ressortissant tunisien a suivi « un processus de radicalisation rapide au contact de compatriotes prônant une idéologie extrémiste et en fréquentant régulièrement des sites internet de propagande d’organisations terroristes ». Il a ouvertement affiché son soutien à ces groupes, exhibant leurs insignes en public et manifestant le souhait de devenir un martyr de leur cause. Lors de son séjour en Roumanie, il a également entretenu des liens avec des membres d’organisations terroristes résidant…

Voir l’article original 165 mots de plus

Kremlin
Toutes les actualités
00000000000000000000000000000000000000000000000000000

Le Blog de Philippe Waechter

Contribution que j’ai eu le plaisir d’écrire avec Olivier de Larouzière

La politique de taux d’intérêt très bas pendant très longtemps doit permettre la convergence vers une allure plus normale de l’économie de la zone Euro. La croissance doit être plus élevée afin de distribuer des revenus supplémentaires et de créer des emplois et le taux d’inflation converger vers la cible de 2% de la Banque Centrale Européenne. Le moyen est de créer une impulsion sur l’activité par des taux d’intérêt très réduits et une monnaie dépréciée. En accentuant ainsi la préférence pour le présent, la BCE veut limiter les transferts dans le temps. Une telle opération engendre un coût de transaction annulant a priori le rendement du placement. Dès lors la richesse n’est pas transférée dans le temps et peut être dépensée éventuellement et alimenter la demande. En outre des taux d’intérêt très bas obligent à diversifier les investissements…

Voir l’article original 2 027 mots de plus