Modifié à 15h15, le 24 mars 2015

Crash d'un Airbus A320 : "il n'y a aucun survivant"

EN DIRECT – Cet avion de la compagnie Germanwings effectuait la liaison Barcelone-Düsseldorf. « Il n’y aurait aucun survivant », selon François Hollande.

Un Airbus A320 de la compagnie Germanwings, effectuant la liaison Barcelone-Dusseldorf s’est écrasé dans les Alpes-de-Haute-Provence, dans le secteur de Barcelonnette, selon les informations d’Europe 1. Deux hélicoptères de la gendarmerie ont confirmé à la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) avoir repéré l’appareil près de Prads-Haute-Bléone, entre Digne-les-Bains et Barcelonnette, dans le massif de l’Estrop. Ce vol comptait à son bord 144 passagers et 6 membres d’équipages. Les causes de cet accident restent à déterminer.

Crash d'un Airbus A320 : "il n'y a aucun survivant"

© AFP

150 personnes, dont une majorité d’Allemands se trouvaient à bord

– La carcasse a été repérée dans une zone enneigée et difficile d’accès pour les secours.

– « Il n’y a aucun survivant« , selon le secrétaire d’État aux Transports.

– « Il n’y aurait pas de victimes françaises », selon François Hollande.

– Le « pôle accident collectif » du parquet de Marseille s’est saisi de l’enquête

Une zone de crash resserrée, mais difficile d’accès.

Selon nos informations, le lieu du crash a été très précisément localisé au dessus de Prads-Haute-Bléone. La zone s’étendrait sur environ un hectare. La carcasse de l’avion, totalement disloquée, a été formellement repérée et les débris n’apparaissent pas éparpillés, laissant penser que l’Airbus A320 n’a pas explosé en plein vol.

Les secours arrivent sur place.

Les secours sont arrivés sur place et ont confirmé qu’il n’y avait aucun survivant. « Trois-cent soixante sapeurs pompiers des départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Hautes-Alpes, du Vaucluse, du Var, des Bouches-du-Rhone, des Alpes-Maritimes, et du Bataillon des Marins-Pompiers de Marseille ont été envoyés pour renforcer le dispositif local. Des moyens logistiques et de désincarcération ont été également envoyé notamment de l’éclairage pour pouvoir poursuivre les opérations durant la nuit, a-t-on précisé.

Le parquet de Marseille saisi de l’enquête.

Le « pôle accident collectif » du parquet de Marseille s’est saisi de l’enquête sur le crash mardi d’un A320 de la compagnie Germanwings dans les Alpes-de-Haute-Provence, qui a fait 150 morts, a annoncé le ministère de la Justice. Il existe en France deux de ces pôles, à Marseille et Paris.

L’enquête en marche.

Pour les biens de l’enquête, deux hélicoptères doivent partir de Paris en début d’après-midi avec à son bord trois gendarmes de la Section de recherche de la Gendarmerie des transports aériens (GTA), chargée du volet judiciaire de l’enquête, et huit experts de l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN). Un « convoi lourd » devrait par la suite acheminer plus d’experts et de matériel. Une quarantaine d’enquêteurs doivent ainsi être mobilisés. Le Bureau enquête et analyses (BEA) doit quant à lui prendre en charge l’analyse des boîtes noires afin de comprendre les causes de ce crash. Le lieu où s’est écrasé l’Airbus A320 a été « gelé pour le début de l’enquête », a-t-on appris auprès des secours.

Selon les premiers éléments de l’enquête, et contrairement à ce qui avait été déclaré dans un premier temps, l’équipage de la compagnie Germanwings n’a pas émis d’appel de détresse, a indiqué la Direction générale de l’aviation civile. « L’équipage n’a pas émis de ‘mayday’. C’est le contrôle aérien qui a décidé de déclarer l’avion en détresse car il n’avait plus aucun contact avec l’équipage et l’avion », a-t-elle expliqué.

« Il n’y a aucun survivant « , selon Alain Vidalies.

« Ce que nous savons pour l’instant, c’est que cet avion qui faisait la liaison Barcelone-Dusseldorf a donné un signal de détresse à 10h47, à un moment où il était déjà à une altitude très préoccupante de 5.000 pieds. Ensuite, cet avion s’est écrasé près de la commune de Prads. L’avion a été repéré. Il s’est écrasé dans un endroit qui est inaccessible par la route », a détaillé au micro d’Europe 1, le secrétaire d’État aux Transports, Alain Vidalies.

Le roi d’Espagne écourte sa visite d’Etat.

Des victimes allemandes, espagnoles, et « sans doute » turques figurent parmi les 150 morts présumés du crash, a déclaré mardi le président François Hollande, précisant qu' »il n’y aurait pas de victimes françaises mais sans totale certitude ». Le président s’exprimait après avoir reçu le roi d’Espagne, qui a annulé la visite d’État qu’il venait d’entamer en France en raison de la catastrophe.

Merkel sur place mercredi. De son côté, la chancelière allemande Angela Merkel a annoncé qu’elle se rendrait mercredi dans les Alpes françaises où s’est produit mardi le crash. « J’irai demain (mercredi) là-bas pour me rendre compte par moi-même de la situation et parler avec les responsables locaux », a indiqué Mme Merkel lors d’une brève déclaration à la chancellerie à Berlin.

Les craintes de Valls, Cazeneuve sur place.

« Le ministre de l’Intérieur se rend immédiatement sur place et je viens de demander l’activation de la cellule interministérielle de crise », a indiqué Manuel Valls le chef du gouvernement peu après l’annonce de l’accident. La place Beauvau a par ailleurs indiqué avoir déclenché le plan Sater, pour Sauvetage Aéro-Terrestre, impliquant une forte mobilisation de moyens aériens de recherches et de secours.

Une liaison Barcelone-Dusseldorf.

L’appareil de la compagnie low cost de la Lufthansa, avait décollé de Barcelone, vers 10h01, et devait rejoindre Düsseldorf, dans le nord de l’Allemagne. L’avion a disparu des écrans radars aux alentours de 11h15. Des recherches sont actuellement en cours.

Selon le site de surveillance du trafic aérien en temps réel Flightradar, l’avion avait effectué le trajet aller sans encombre mardi matin. Il avait décollé de Düsseldorf à 6h45 pour se poser à Barcelone à 8h55. Le vol retour s’est toutefois déroulé anormalement, comme on peut le voir sur cette carte ci-dessous, où l’on constate que l’avion perd de l’altitude au niveau des Alpes.

Des Allemands de retour de vacances à Majorque.
Selon un porte-parole de la Lufthansa cité par le journal catalan la Vanguardia de nombreux passagers seraient des Allemands qui venaient de passer des vacances à Majorque. Une cellule de crise a été mise en place en Espagne, tandis que les proches des passagers qui attendaient l’arrivée du vol à l’aéroport de Dusseldorf ont été pris en charge.

A 11h50, sur Twitter et en allemand, la compagnie Germanwings a indiqué avoir appris le crash par les médias en précisant ne pas disposer d’informations propres. La compagnie renvoyait ensuite vers son site internet indiquant que celui-ci serait actualisé continuellement au sujet de cette situation. Le patron du groupe aérien allemand Lufthansa, Carsten Spohr, a quant à lui indiqué, toujours via Twitter « ne pas savoir ce qui s’était passé ». « Ma compassion la plus profonde pour les familles et les amis des passagers et de l’équipage (…). Si nos craintes sont avérées, c’est un jour noir pour Lufthansa, nous espérons trouver des survivants », a écrit le patron sur le compte de la société. Il s’agit du premier crash d’un vol low-cost en Europe, a précisé une source chez Air France à Europe 1.

source: http://www.europe1.fr/faits-divers/info-e1-crash-d-un-a320-de-la-compagnie-germanwings-pres-de-barcelonnette-2408243

000000000000000000000000000000000000000000000000

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :