Archives de 9 mars 2015

Olivier Demeulenaere - Regards sur l'économie

L’Histoire retiendra qu’en septembre 2013 la Russie a évité une guerre mondiale en arrêtant deux missiles de l’OTAN et en offrant à Obama une sortie honorable à la crise des armes chimiques en Syrie. De la domination sans partage des Etats-Unis on a alors basculé dans un système multipolaire plus respectueux de l’équilibre des forces. Tout n’est pas réglé, loin s’en faut. L’Empire aux abois a reporté sa soif d’expansion sur la malheureuse Ukraine et l’agression contre le régime de Bachar-el-Assad s’est poursuivie avec une férocité redoublée au nom de la « guerre contre le terrorisme ». OD

Latuff_2013_Syria_Obama_Hollande_Arab_League[Un article de The Australian Voice traduit par Diane pour Arrêt sur Info]

Les raisons officielles

Nous savons tous que les gouvernements occidentaux, emmenés par les Etats-Unis et le Royaume-Uni, se sont retournés contre la Russie. Les raisons données par les médias sont nombreuses : la Russie a essayé d’empêcher l’Ukraine de rejoindre…

Voir l’article original 2 208 mots de plus

Maxime Tandonnet - Mon blog personnel

imagesInvité du Grand Rendez-vous I-télé/Europe 1/Le Monde, le premier ministre a confié « avoir peur que la France se fracasse contre le FN ». Et d’ajouter : « Un FN à 30% c’est d’une extrême gravité. Mon angoisse, c’est un FN à 30% au premier tour, parce que son programme est un désastre pour le pays ». Il a réaffirmé que le FN pouvait gagner l’élection présidentielle dès 2017. « Je revendique la stigmatisation de Marine Le Pen, le FN n’apporte aucune solution », a insisté le premier ministre. « J’en appelle à tous ceux qui sont sortis dans la rue le 11 janvier, je leur dis « allez voter! ». 

Qu’il me soit permis d’émettre un doute sur la sincérite de ces propos, sur la « peur » et sur « l’angoisse » de M. Valls. Il sait que le FN, isolé, insupportable à 70% ou 80% des Français, selon toutes les enquêtes sans exception, n’a strictement aucune chance de gagner…

Voir l’article original 208 mots de plus

C’est un énorme gâchis, et pour le géant du tourisme, TUI, propriétaire de Corsair et pour le groupe Dubreuil, qui après quatre tentatives de rachat de la compagnie a finalement jeté l’éponge.

Il y a 15 jours, pourtant, les rapprochements d’Air Caraïbes International et de Corsair semblaient marquer le début de la consolidation du pavillon français. Une chance pour Corsair dont les pertes nettes ont atteint ces quatre dernières années près de 398 millions d’euros.

LIRE sur http://www.franceinfo.fr/emission/chronique-du-ciel/2014-2015/l-echec-d-un-rapprochement-annonce-08-03-2015-07-55

00000000000000000000000000000000

 

Sébastien Gilles
Publié le 05/03/2015 | 10:46, mis à jour le 06/03/2015 | 09:33

A quelques jours du vote du budget 2015 de l’Université des Antilles, censé intervenir avant la fin du mois, le vice président du Pole Universitaire régional de  Guadeloupe, Didier DESTOUCHES, a convoqué une assemblée générale ce matin à 11h sur le campus de Fouillole.

La Guerre des pôles n’aura pas lieu : c’est sous ce titre rassurant que bon nombre de mails se sont échangés depuis le début cette semaine entre membres imminents  de la communauté universitaire des Antilles. On peut tout de même en douter au regard des derniers événements et notamment cette assemblée générale convoquée par Didier DESTOUCHES. Fort d’une motion éditée en début de semaine et signée par une majorité de doyens, le président du pôle Guadeloupe estime que l’ensemble de la communauté universitaire, étudiants, personnels et enseignants, doit désormais échanger autour de ces questions posées dans cette motion.

La rallonge budgétaire réclamée auprès de l’état pour l’université est le seul point qui fait encore consensus entre les deux pôles,  les autres points faisant  eux débat  avec la Martinique; il s’agit de l’équité, du mode de répartition budgétaire entre les pôles et de la gouvernance. Pour l’heure le ticket à 3 défendu par la présidente a été écarté par le biais d’un amendement passé au forceps mais la question reviendra très vite sur la table parlementaire le 11 mars prochain précisément par le biais d’une commission mixte qui pourrait bien le restaurer, au grand dam de Didier DESTOUCHES  et d’un certain nombre d’éminences grises de la place. Alors AG a caractère informatif ou veillée d’arme?  en tous les cas la présidence de l’Université semble très attentive a ce qui va se passer ce matin.

De son coté la présidente, Corine MENCE CASTER, qui a déjà essuyé un refus de Didier DESTOUCHES pour une réunion qui était censée rassembler les vice-présidents de Pôles et les  Recteurs d’académie autour de la question budgétaire ce vendredi en Martinique, tente elle de jouer la carte de la transparence. Elle a fait parvenir à l’ensemble des membres de la communauté des pôles, Mardi en fin de journée, un document censé couper court aux allégations de toutes sortes.

Clairement,  la présidente, à travers ce document, cherche à couper court au discours qui pourrait bien être tenu ce matin lors de cette AG. Un discours dans le quel, entre autre, la Martinique ne cesserait de siphonner les fonds qui sont destinés au pôle Guadeloupe et que l’équité et l’égalité ne seraient pas respectés entre les pôles ; et d’étayer avec ce que la patronne de l’université appelle chiffre clés. On retrouve ainsi pêle-mêle dans le document un chapitre sur le respect de l’alternance dans la gouvernance de l’Université des Antilles Guyane : sur les 10 derniers présidents, 5 sont  issus de la Martinique et 5 de la Guadeloupe. Si l’on était pointilleux on parlerait plus d’équilibre que d’alternance puisque la présidence échoue à la Martinique depuis 9 ans maintenant….. Coté finance la présidente rappelle les enveloppes octroyées par les régions respectives sur la dernière décennie un peu moins de 10 Millions par la Martinique et un peu de moins de 15 Millions par la Guadeloupe; les dotations budgétaires et les répartitions par pôles selon les effectifs des étudiants sur chacun des sites sont également rappelés. La Transparence donc  sans certitude quand a son pouvoir d’apaisement.

Réactualisation avec Pascal Pétrine

00000000000000000000000000000000000000000000
Toutes les actualités
00000000000000000000000000000000000000000000000

00000000000000000000000000000

L’Iran veut être nucléaire pour dominer le Moyen Orient

« Téhéran n’attaquera pas Israël, mais le placera sur la défensive »
 
Israël va Honorer Danny Gold, Inventeur du Iron Dome
Les portes-flambeaux qui allumeront les torches lors de la Journée de l’indépendance 2015 ont été élus. La ministre Limor Livnat a approuvé la liste des personnalités qui ont été choisies par un comité public, ils participeront donc a la cérémonie de l’allumage des torches sur le mont Herzl, qui, cette année, sera marquée par les percées israéliennes….voici les heureux élus…
 
Elections – La gauche présente son programme en cas de victoire
L’Union sioniste, bloc de centre-gauche et principal rival de Benjamin Nétanyahou pour le scrutin du 17 mars en Israël, a dévoilé un programme centré sur l’économique et le social ainsi que les relations avec Washington, mises à mal par les tensions sur l’Iran.
Pour Michel Onfray, c'est le "crétin" Manuel Valls qui brouille les cartes de la gauche
Pour Michel Onfray, c’est le « crétin » Manuel Valls qui brouille les cartes de la gauche

Par LEXPRESS.fr, publié le 09/03/2015 à  11:28

Le philosophe, accusé par Manuel Valls de « perdre les repères » de la gauche ce week-end, a traité le Premier ministre de « crétin ». Pour Michel Onfray, voter pour le PS est désormais impossible.

 

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/politique/ps/pour-michel-onfray-c-est-le-cretin-manuel-valls-qui-brouille-les-cartes-de-la-gauche_1659308.html#T0cg00twZbrjXfm2.99

000000000000000000000000000000000000000000

Blanchi dans son affaire de prise illégale d'intérêts, Aquilino Morelle, l'ex-conseiller du président, contre-attaque et dénonce «des dérives plus graves» que les siennes.

L’ex-conseiller de François Hollande, Aquilino Morelle, contre-attaque dans les colonnes du Parisien. L’ancien collaborateur du président, contraint à la démission, dénonce des dérives plus graves que les siennes.

Dans une interview accordée au quotidien Le Parisien, l’ex-conseiller de François Hollande sort les griffes et répond aux critiques. Soupçonné de prise illégale d’intérêts avec des laboratoires pharmaceutiques, et d’avoir eu des écarts de comportement, Aquilino Morelle est contraint à la démission le 18 avril 2014.
.
Près d’un an après les faits, le haut fonctionnaire dénonce dans Le Parisien une « calomnie visant à le contraindre à quitter ses fonctions ». Une affaire qui pour lui est « un dossier vide et un lynchage médiatique organisé ». Interrogé sur la possible implication de François Hollande dans la couverture de l’implication, Morelle a dit ne pas y croire tout en ne négligeant pas toute « part d’ombre ». Il dénonce par ailleurs « la bassesse et l’ignorance » de ceux qui l’ont attaqué..

De quoi était-il accusé ?

Le 18 avril 2014, Aquilino Morelle est visé par une enquête préliminaire pour ses liens passés avec des laboratoires pharmaceutiques. Alors conseiller politique du président de la République, il est accusé d’avoir été rémunéré 12.500 euros en 2007 par un laboratoire danois, Lundbeck, alors qu’il travaillait à l’Inspection générale des affaires sociales (Igas). Des faits qui, s’ils avaient été caractérisés, auraient pu relever du délit de prise illégale d’intérêt, et passible de deux ans de prison et 30.000 euros d’amende.

Peu après, le train de vie particulier du conseiller est mis au grand jour. Morelle a fait venir à l’Elysée un cireur de chaussures pour lustrer ses souliers de luxe alignés en ordre de bataille dans une salle réservée à cet effet. L’affaire fait alors scandale dans la classe politique.
.

Qui est Aquilino Morelle ?

Médecin de formation, il est notamment l’auteur du fameux discours du Bourget qui avait relancé la campagne présidentielle de François Hollande. Ancien directeur de campagne d’Arnaud Montebourg, lors de la primaire socialiste de 2011, il a été auparavant la plume de Lionel Jospin à Matignon..

Plusieurs fois candidat, il n’a jamais été élu : candidat PS dans la ville de Nontron en Dordogne (2001) ; candidat PS aux législatives dans la Seine-Maritime (2007). En 2012, il a été chargé du projet présidentiel, au côté de Michel Sapin, dans l’équipe de campagne de François Hollande. Membre du conseil national du PS, il a notamment écrit « Enquête sur le Mediator ».

source: http://lci.tf1.fr/politique/aquilino-morelle-regle-ses-comptes-8576051.html

000000000000000000000000000000000000000

Billets et pièces en euro
La BCE lancera le 9 mars son programme d’assouplissement quantitatif

© Flickr/ Francisco Gonzalez

07:06 06.03.2015(mis à jour 07:23 06.03.2015)

La « planche à billets » devrait permettre d’injecter 60 milliards d’euros par mois dans l’économie de la zone euro.

La Banque centrale européenne entamera le 9 mars un vaste programme de rachat de dettes publiques et privées, dans une tentative faire remonter les prix dans une zone euro proche de la déflation, a annoncé jeudi à Chypre son président Mario Draghi.

« Nous commencerons le 9 mars 2014 à racheter » des titres de dettes publiques et d’autres titres du secteur privé sur le marché secondaire, a déclaré M. Draghi devant les journalistes.La BCE a dévoilé en janvier un programme visant à injecter 60 milliards d’euros par mois dans l’économie de la zone euro jusqu’en septembre 2016. Le programme sera prolongé « au-delà si besoin », a expliqué M. Draghi, jusqu’à ce que la BCE observe un « ajustement continu de l’inflation ».

Avec ce programme « d’assouplissement quantitatif », connu aussi sous son acronyme anglais « QE », ou plus simplement « planche à billets », la BCE prévoit de débourser au moins 1.140 milliards d’euros en rachats de titres.La cible fixée par la BCE est aux alentours des 2%. La zone euro reste pour l’instant très éloignée de cet objectif d’inflation. Les prix ont reculé de 0,3% en février après une baisse de 0,6% en janvier.

00000000000000000000000000000000000000000

Le nucléaire ou la bougie ! C’est avec cette boutade éculée que les contempteurs de l’énergie nucléaire prétendent envoyer dans les cordes ceux qui ouvrent les yeux sur cette horreur catastrophique, dangereuse, doublée d’un gouffre financier qu’est l’industrie nucléaire.

Fessenheim, la très ancienne et très controversée centrale alsacienne à l’arrêt pour une énième fois. Et surtout le premier groupe nucléaire français et mondial, Areva, « fleuron » de notre industrie nucléaire qui avoue être au bord de la faillite avec une perte abyssale de 4,9 milliards d’euros.

Brillants nos nucléocrates ! Surtout avec nos sous qu’ils balancent allègrement par les fenêtres… Parce qu’Areva est une entreprise dans laquelle l’État français est actionnaire à 87% et devra donc contribuer à son sauvetage financier. Ceci en pleine période d’austérité. On va donc piquer dans la poche des contribuables – contribuable mais aussi citoyens en majorité critiques vis-à-vis de l’industrie nucléaire – des milliards pour sauver une industrie passéiste, mortifère, gérée de manière aussi irresponsable qu’incompétente par une caste (le corps des Mines, Polytechnique).

Comment en est-on arrivé là ?

D’abord, il y a l’EPR. Ce réacteur « nouvelle génération » s’avère catastrophique. Son coût a quasi triplé, passant de 3 milliards à très de 9 milliards et ce n’est pas fini. Il n’est pas au point techniquement, comme le prouve les innombrables retards dus à des éléments de constructions défectueux à refaire, à des défauts de sûreté suite au nouveau cahier des charges tenant compte de la catastrophe de Fukushima, etc. Ce qui se passe à Flamanville, en Normandie, se passe aussi, en pire, sur le chantier de l’EPR en construction à Olkiluoto, en Finlande. Innombrables arrêts de construction, retards à répétition, magouilles dus à des entreprises de sous-traitance plus que douteuses qui sévissent aussi à Flamanville. Ce seul chantier finlandais a déjà généré une perte de 3,9 milliards d’euros et son coût est passé de 3 à 8,5 milliards d’euros. Et qui croyez-vous qui va payer la différence. Les Finlandais ? Tè ! Fumes… Ce sont les contribuables français puisque ce chantier est assuré par la COFACE.

Et puis il y a le scandale UraMin – du nom d’une société canadienne dont le siège est dans des paradis fiscaux des Caraïbes – qui a vendu aux « grosses têtes » d’Areva rien d’autre que du vent ! Le secteur minier étant le plus rentable, Areva s’est lancé dans une politique d’achat de sites uranifères partout dans le monde. C’est ainsi qu’elle s’est faite somptueusement enflée par une bande d’aigrefins, parmi lesquels apparaissent des noms bien connus en France… Areva a ainsi acheté pour 2,5 milliards de dollars, en 2007, à UraMin des sites soi-disant uranifères à Bakouma (République centre africaine), Trakkopje (Namibie) et Ryst Kuil (Afrique du Sud). On peut raisonnablement s’interroger sur le bien fondé de ces achats effectués sans que la compagnie, référence mondiale en la matière, n’ait mené quelque expertise que ce soit sur la valeur exploitable de ces sites, se fiant aveuglément aux documents fournis par le « cabinet d’experts » anglo-saxon SRK payé…par les vendeurs ! Or, tout était archi-faux, tant au plan des teneurs uranifères des minerais que des qualités du produit et des conditions d’exploitation. La teneur uranifère de ces « mines d’uranium » est moindre, parait-il, que les délaissés des anciennes mines uranifères du Limousin et de Lozère ! Du bidon ! Que du bidon !

Areva : « plus kon que moi, tu meurs ! »

Le plus scandaleux, c’est que tous les responsables qui suivent la gestion d’Areva savaient depuis longtemps qu’UraMin vendait des sites inexploitables. Le ministère des finances, le ministère des affaires étrangères, le CEA (premier actionnaire d’Areva) et même les barbouzes de la DCRI ont été avertis, par des filières plus ou moins discrètes, de la réalité sur ces sites. Mais rien n’y a fait. Pourquoi ? Qui avait intérêt à cette opération et à cette omerta ? Où sont passés les milliards ? Combien se sont-ils « évaporés », et dans quelles poches ? Qui lo sa ?

Résultats : des milliards d’argent public gaspillés en pure perte et probablement des milliers de travailleurs de la filière nucléaire au chomdu.

Ne serait-il pas temps, au vu de ce fiasco, de remettre au pas le trop puissant lobby des nucléocrates et d’arrêter les frais en ayant le courage d’abandonner le chantier EPR pour mettre enfin le pognon et les compétences nécessaires dans la tant espérée arlésienne qu’est la « transition énergétique » ?

Et qu’a trouvé notre grand stratège national ? Il va « rapprocher » Areva d’EDF. Ben voyons, comme ça il suffira d’augmenter les tarifs d’électricité et le « bonkon » renflouera Areva sans s’en apercevoir…

VICTOR
VICTORGaulois sans filtre,  homme des tavernes et de bonne volupté, épicurien convaincu nourri à la tétée d’octobre.
Accessoirement reporter de guerre au Viet-Nam, cuisinier à Bangkok, hippy à Goa, bûcheron dans les Pyrénées, plongeur sous-marin à Marseille, acheteur de peaux en Turquie, de pierres précieuses en Afghanistan, directeur de presse en Provence, etc.
Surtout fainéant robuste…

Sources :

http://www.mediapart.fr/journal/economie/220611/uramin-lautre-dossier-quareva-voudrait-oublier?page_article=2

http://sortirdunucleaire.org/Pertes-record-chez-Areva-ni-les-contribuables-ni

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/areva-plus-kon-que-moi-tumeur-164549

***

Sur le même thème

Uramin : le lent poison nucléaire ?
Areva, dossier explosif pour la filière nucléaire
La poche trouée d’AREVA
L’EPR de Flamanville et l’avenir du nucléaire en France et dans le monde
Ségolène Royal envisage… 35 réacteurs nucléaires à construire !

0000000000000000000000000000000000000000

civilwarineurope

imageKiev profite de la trêve pour se renforcer militairement, pour repositionner des troupes, mais aussi pour mener des opérations de nettoyage ethnique dans les zones du Donbass contrôlées par ses unités de militaires et de paramilitaires. Ainsi, dans la grande ville portuaire de Mariupol sur la mer d’Azov, depuis plusieurs jours des opérations de ratissage et des rafles sont opérées par les paramilitaires néonazis et les forces spéciales de la police politique, l’ensemble étant encadré par des « contractors » occidentaux. A quelques heures seulement d’avion de Paris, on épure ethniquement en toute impunité et avec la bénédiction de la « Communauté internationale », de l’ONU et de l’Union européenne. Et au nord du front du Donbass, on vient de tenter de tuer un des plus prestigieux commandants d’unité de combat : Alekseï Mozgovoï (photo).

L’enquête sur l’assassinat de Boris Nemtsov avance. Au lendemain de l’arrestation, samedi 7 mars, de…

Voir l’article original 1 074 mots de plus