Archives de 5 février 2015

Aviseur International

Le siège de la PJ parisienne, situé au Quai des Orfèvres, est entaché d'un nouveau scandale.Le 36 éclaboussé par un nouveau scandale
Le directeur de la PJ parisienne Bernard Petit le 23 juin 2012 à Bobigny
Bernard Petit

Le patron de la PJ parisienne a été placé en garde à vue hier, soupçonné d’avoir violé le secret d’une enquête. Du jamais-vu!

Adrien Cadorel | 05 Févr. 2015, 07h00 | MAJ : 05 Févr. 2015, 07h32

Quai des orfèvres (Paris Ier), hier. Déjà entachée par deux scandales, la PJ parisienne doit faire face au placement en garde vue de son patron et de trois autres fonctionnaires.
Quai des orfèvres (Paris Ier), hier. Déjà entachée par deux scandales, la PJ parisienne doit faire face au placement en garde vue de son patron et de trois autres fonctionnaires.
(LP/Philippe Lavieille.)

La police judiciaire parisienne perd la tête. Après une année noire, en 2014, marquée par le viol présumé d’une touriste canadienne dans les locaux de la brigade de recherche et d’intervention en avril, puis le vol de 52 kg de cocaïne dans les scellés trois mois plus tard, un intrigant scandale éclabousse depuis hier le mythique 36, quai des Orfèvres.

Le directeur de la police judiciaire parisienne, Bernard Petit, a été placé en garde à…

Voir l’article original 590 mots de plus

Votre revue de presse quotidienne depuis huit ans, relative à l'actualité des forces de l'ordre et de la sécurité

Un rapport de l’ONU publié mercredi pointe les exactions de Daech envers les enfants. Ils servent de boucliers humains, de kamikazes ou sont torturés et vendus comme esclaves……SUITE

Voir l’article original

00000000000000000000

Le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis et son homologue allemand Wolfang Schäuble lors d'une conférence de presse à Berlin, le 5 février 2015<br />
 (c) Afp

Berlin (AFP) – Les ministres grec et allemand des Finances Yanis Varoufakis et Wolfgang Schäuble ont constaté jeudi lors d’une conférence de presse leur désaccord sur de nombreux points, et indiqué n’avoir pas trouvé de solutions au problème posé à la zone euro.

« Nous ne sommes pas encore vraiment d’accord sur ce que nous devons faire maintenant », a reconnu M. Schäuble à l’issue d’un entretien avec son homologue grec, mais « nous sommes tombés d’accord sur le fait que nous ne sommes pas d’accord », a-t-il dit, en anglais pour ce dernier bout de phrase (« we agreed to disagree »).

lire: http://tempsreel.nouvelobs.com/tag/afp

00000000000000000000000000000000

Plus de 600 camps d’emprisonnement ont été construits aux Etats-Unis par l’administration Bush, tous pleinement opérationnels et prêts à recevoir des prisonniers. Le personnel de la direction des camps est déjà en place, ainsi que des gardes à plein temps, bien que les camps soient tous vides pour l’instant.

Entourés de miradors, ces camps sont destinés à être utilisés par la FEMA (Federal Emergency Management Agency – l’agence fédérale chargée de gérer les situations d’urgence) dans le cadre d’une proclamation de la loi martiale.

LIRE: http://www.crashdebug.fr/index.php/dossiers/2496-fema-600-camps-de-concentration-aux-etats-unis

Financement d’al-Qaida : un témoignage accable l’Arabie saoudite

Zacarias Moussaoui, actuellement en prison dans le Colorado pour avoir participé au 11 Septembre met en cause des officiels saoudiens dans le financement de l’organisation terroriste.

Un témoignage d’une centaine de pages, qui vient d’arriver sur le bureau d’un juge fédéral à New York, pourrait être une pièce de plus au dossier accusant l’Arabie saoudite d’avoir financé al-Qaida. Selon une information révélée par le New York Times, Zacarias Moussaoui, terroriste qui purge une peine de prison à vie pour avoir participé au 11 Septembre, a, depuis sa prison de haute sécurité du Colorado, livré un récit accusateur qui met en cause directement des hauts dignitaires de la pétromonarchie dans le financement du terrorisme international.

Dans ce témoignage datant d’octobre dernier et rendu public cette semaine, il a déclaré sous serment qu’al-Qaida recevait des dons de la part de membres de la famille royale saoudienne, et ce même après qu’Oussama Ben Laden ait déclaré la guerre aux États-Unis en 1998. «Sans l’argent des Saoudiens, on n’aurait rien», déclare-t-il dans ce témoignage recueilli par ses avocats.

Celui qui se présente comme le messager particulier du chef terroriste dans les années 1990 affirme avoir remis des lettres de Ben Laden en personne à de hauts dignitaires, dont le prince Salman, devenu roi d’Arabie saoudite il y a quinze jours.

Un missile sur «Air Force One»

L’islamiste a aussi avoué qu’il avait rencontré un diplomate saoudien en vue de préparer une attaque contre le président des États-Unis: il projetait d’envoyer un missile sur l’avion Air force One du président. Il a également conspiré pour mettre une bombe à l’ambassade des États-Unis à Londres en 1999. Un scénario crédible qui s’inscrivait dans la logique d’attaques similaires en Tanzanie et au Kenya en 1998.

Moussaoui, aujourd’hui âgé de 46 ans, qui est né et à vécu en France jusqu’au début des années 1990, avait été engagé à la dernière minute par al-Qaida comme remplaçant potentiel des terroristes du 11 Septembre, au cas où l’un d’entre eux ne pourrait accomplir sa mission. Il avait pris des cours de pilotage aux États-Unis, payés en cash avec de l’argent venu d’une cellule d’al-Qaida en Allemagne. Arrêté en 2001, il était derrière les barreaux pendant les attentats.

Il affirme qu’il a été engagé par le chef d’al-Qaida pour créer une base de données recensant les donateurs à la cause. «Cheikh Oussama voulait garder une trace de qui donnait de l’argent… de qui on devait écouter ou qui avait contribué au djihad», ajoute-t-il. Parmi les noms qu’il a donnés: le prince Turki al-Fayçal, le chef des services secrets saoudiens, le prince Bandar Ben Sultan, l’ambassadeur saoudien aux États-Unis, le prince al-Walid Ben Talal, un milliardaire appartenant à la dynastie des Saoud pourtant connu pour ses prises de position progressistes.

L’Arabie saoudite dément

Il a affirmé avoir rencontré Ben Laden en 1999 dès son entrée en Afghanistan, depuis la Tchétchénie. Mais, comme le souligne The Guardian, il paraît peu probable qu’un jeune apprenti terroriste puisse rencontrer le leader incontesté moins de 36 heures après son arrivée, ce qui fragilise son témoignage.

L’ambassade saoudienne aux États-Unis a fermement démenti des «propos [sans] aucune crédibilité», rappelant dans un communiqué que Moussaoui avait été «jugé mentalement inapte par un psychiatre mandaté par ses propres avocats». Moussaoui a en effet été diagnostiqué victime d’une maladie mentale par un psychiatre, mais a cependant été déclaré assez responsable pour être jugé pour terrorisme.

Le soutien matériel et financier de la pétromonarchie du Golfe, dont était originaire Oussama Ben Laden, au terrorisme international est un secret de polichinelle. Ce témoignage vient ajouter du grain à moudre aux tensions entre Riyad et Washington qui ont été haussées d’un cran après la révélation d’un rapport classifié mettant en cause directement l’Arabie saoudite dans la planification des attentats du World Trade Center.

LIRE AUSSI:

» 11 Septembre: ces 28 pages qui menacent l’axe Washington-Riyad

source: http://www.lefigaro.fr/international/2015/02/05/01003-20150205ARTFIG00108-financement-d-al-qaida-un-temoignage-accable-l-arabie-saoudite.php

0000000000000000000000000000

Le « Colorado, trop » riche à cause du cannabis : la France aurait tout intérêt à légaliser

Avatar de Pierre Rondeau

Par 
Doctorant en économie

LE PLUS. Le Colorado perçoit « trop » d’impôts. La vente de marijuana, légalisée le 1er janvier 2014 et taxée à 30%, a rapporté 50 millions de dollars à cet État américain. La constitution prévoyant un montant maximal d’impôts pouvant être perçus, une partie de cette somme devrait être redistribuée. Pour Pierre Rondeau, doctorant en économie, la France doit s’inspirer de ce modèle.

Édité et parrainé par Sébastien Billard

LIRE: http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1318767-le-colorado-trop-riche-a-cause-du-cannabis-la-france-aurait-tout-interet-a-legaliser.html

0000000000000000000000000

Aviseur International

Le directeur de la PJ parisienne Bernard Petit le 23 juin 2012 à Bobigny.

La PJ (police judiciaire) parisienne est au cœur d’un scandale.

Le patron de la police judiciaire parisienne, Bernard Petit, soupçonné d’avoir violé le secret d’une enquête, va être présenté jeudi à des juges d’instruction en vue d’une possible mise en examen, un séisme pour le «36 Quai des Orfèvres». Une mise en examen de ce grand flic, très influent, nommé par Manuel Valls, serait une première pour cette institution déjà ébranlée par plusieurs scandales ces derniers mois.

Le patron du 36 quai des Orfèvres, Bernard Petit, est en garde à vue ce mercredi 4 février. Il aurait donné des informations importantes à Christian Prouteau, son homologue du GIGN qui était visé par une affaire d’escroquerie. Il l’aurait prévenu notamment de son futur placement en garde à vue.

Christian Prouteau est aussi l’ami de Christophe Rocancourt, surnommé « l’escroc des stars ». La police des polices a perquisitionné les locaux de la police…

Voir l’article original 56 mots de plus

BCE AFPLa zone euro sera en déflation en 2015, avec une baisse des prix de 0,1% en moyenne sur l’année, selon les prévisions de la Commission européenne.

La tendance devrait s’inverser en 2016, grâce à un impact moindre des prix de l’énergie, une demande intérieure plus forte et les mesures de la Banque centrale européenne pour injecter des liquidités dans l’économie. L’inflation devrait atteindre 1,3% en moyenne l’an prochain dans la zone euro.

La Commission a nettement révisé sa prévision d’inflation pour 2015. En novembre, lors de ses précédentes prévisions, elle anticipait encore une hausse moyenne des prix de 0,8% sur l’ensemble de l’année.

Croissance: la menace déflationniste

La déflation est caractérisée par une baisse des prix sur une période prolongée, qui entraîne des risques pour la croissance en pesant sur les salaires et la consommation.

En 2015, la hausse des prix des produits importés,

LIRE l’article: http://www.challenges.fr/economie/20150205.CHA2814/france-et-zone-euro-ce-que-prevoit-la-commission-europeenne.html

À lire aussi

000000000000000000000000000000

Toutes les actualités
000000000000000000000000000000000

histoireetsociete

cette Vidéo sur Internet est dirigée contre la mobilisation ukrainienne. Pendant la journée de hier  elle a fait sauter l’Internet avec presque 400 000 vues.

http://news-front.info/2015/02/04/antimobilizacionnyj-rolik-vzorval-internet/

Sur la première image de la vidéo, le commandant de la milice  de l’unité « Somalie » avec l’indicatif d’appel Givi interroge l’armée ukrainienne en captivité-ils sont libres dans le sang. Il demande : où ont-ils appris qu’ils sont dans d’autres régions de l’Ukraine,  il leur pose la question: « Pourquoi venez-vous ici? ».

Plus tard, le cadre est remplacé par une réplique du président de  République de Donetsk,  Alexander Zakharchenko, qui diffuse à partir de Vuhlehirsk et exhorte les soldats ukrainiens à déposer leurs armes et se rendre. Après quelques images dans le cimetière , où les tombes des soldats de la forces armées de l’Ukraine, ainsi que des dizaines de dug-up tombes. Le clip commence à montrer des images de combats de la zone de…

Voir l’article original 269 mots de plus

Olivier Demeulenaere - Regards sur l'économie

« L’AFP vient de faire un des plus sales coups qu’il m’ait jamais été donné de voir en matière de propagande.

Leur titre : Selon le chef des rebelles, l’Ukraine est dirigée par de misérables Juifs

AFP autopsie magouille journalistique

80 % des lecteurs n’iront pas plus loin que ce titre

Voir l’article original 279 mots de plus

Le Blog de Philippe Waechter

Le conseil des gouverneurs de la BCE a changé d’attitude vis à vis de la Grèce lors de sa réunion hier.
Les titres émis par le gouvernement grec ou garantis par lui ne seront plus éligibles aux opérations de refinancement auprès de la BCE (MRO).
Les banques qui disposent de papiers éligibles pour ces opérations pourront néanmoins toujours venir sur ces refinancement. Ce sera le cas notamment pour les obligations de l’EFSF dont elles disposent. Le total des obligations de ce type détenus par les banques serait de 37.6 Mds à fin décembre (source Karl Whelan).
Les besoins de financement du système bancaire reposent  sur des obligations d’Etat (à hauteur de 8 Mds même source), sur les obligations de l’EFSF et sur des obligations bancaires garanties par le gouvernement grec pour un total de 56 Mds (même source) Les obligations bancaires garanties par le gouvernement ne pourront plus…

Voir l’article original 376 mots de plus


%d blogueurs aiment cette page :