Archives de 26 octobre 2014

Le Bloc président Petro Porochenko mouvements pro-occidentaux obtenu ensemble 70% voix

le Bloc du président Petro Porochenko et quatre autres mouvements pro-occidentaux, dont des nationalistes, ont obtenu ensemble environ 70% des voix, selon un sondage sortie des urnes.Les partis pro-occidentaux auraient obtenu une écrasante victoire aux législatives de dimanche en Ukraine, sur fond de conflit armé avec les rebelles prorusses dans l’Est, selon un sondage sortie des urnes.

Le Bloc du président Petro Porochenko et quatre autres mouvements pro-occidentaux, dont des nationalistes, ont obtenu ensemble environ 70% des voix selon cette étude d’opinion portant sur la moitié du Parlement élu au scrutin proportionnel et réalisée conjointement par trois instituts de sondage.

Selon les projections, le courant conduit par Porochenko, qui comprend le parti Oudar de l’ancien champion de boxe Vitali Klitschko, obtiendrait 23% des suffrages devant le Front populaire, le parti du Premier ministre Arseni Iatseniouk, 21,3% et un autre parti pro-occidental à 13,2

29 formations politique en lice

Parmi les 29 formations politiques en lice, le bloc de l’opposition, réunissant les alliés de l’ancien président Viktor Ianoukovitch et conduit par l’ex-ministre de l’Energie Iouri Boïko, obtiendrait 7,6%, franchissant la barre des 5% indispensables pour être représenté à la Rada.

Ces résultats, s’ils sont confirmés alors que le comptage des bulletins se poursuit, devraient assurer au chef de l’Etat ukrainien de disposer d’une majorité pro-occidentale au parlement afin de mettre en oeuvre les réformes démocratiques promises. « Nous pouvons dire ce soir qu’un tiers des électeurs ont apporté leur soutien à la politique de réformes du président afin d’entrer dans l’Union européenne », a déclaré Iouri Loutsenko, leader du Bloc Porochenko.

Pas de vote dans les territoires séparatistes

Il faut rappeler que les territoires contrôlés dans l’est de l’Ukraine par les rebelles prorusses ont ignoré, totalement, dimanche les législatives anticipées organisées par Kiev, quelque 3 millions d’électeurs étant ainsi dans l’impossibilité de voter chez eux.

Les électeurs habitant dans les zones contrôlées par les séparatistes qui ont proclamé en avril dernier la « République populaire de Donetsk » (DNR) et la « République populaire de Lougansk » (LNR), les deux principales villes de la région minière du Donbass, pouvaient théoriquement se rendre en zone contrôlée par Kiev pour aller voter. Mais ce vote s’est heurté à des difficultés techniques, le transport par train et par la route étant perturbé dans de nombreuses villes à la suite des combats.

Ces législatives anticipées ont été convoquées par le président Petro Porochenko, élu en mai dès le premier tour, pour tourner définitivement la page du régime du président prorusse Viktor Ianoukovitch, renversé par des mois de contestation pro-occidentale sur le Maïdan de Kiev. Lors des dernières législatives en 2012, les anciens alliés de Viktor Ianoukovitch, représentés essentiellement dans les listes Ukraine Forte et Bloc d’Opposition étaient arrivés en têt

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/monde/europe/0203890058988-legislatives-en-ukraine-les-pro-occidentaux-lemportent-largement-1057642.php?AbsoVrmkArCL6gUR.99

00000000000000000000000000000000000000

– Media source: Denial of government’s support to Syrian Kurds does not change the fact nor the government’s attitude
– Army targets terrorists’ gatherings in several areas, destroys their weapons and vehicles
– Lebanon: Two killed in Tripoli, army maintains control
– UN Security council condemns terrorist attacks in Sinai
– The third British terrorist, who had joined ISIS in Syria, was killed in Ein al-Arab Kobane
– Iraq: Army Forces foil attack by ISIS terrorists North Ba’quba

————————————————————

The Citizen Media

 Christian’s suffering is never meaningless.

Shane Barnard understands this truth. After the untimely death of his father, he and his family desperately looked to God for comfort. They clung to God’s word, and in the deepest moments of grief, they were led to worship. The song below, “Though You Slay Me,” was born in that experience.

Job lived this song. The Psalms plead this song. And John Piper has preached the message of this song throughout his ministry. Because of God’s sovereign care for you, every pain in this life is producing a glory for you that will last forever.

[Not only is all your affliction momentary, not only is all your affliction light in comparison to eternity and the glory there. But all of it is totally meaningful. Every millisecond of your pain, from the fallen nature or fallen man, every millisecond of your misery in the path of…

Voir l’article original 146 mots de plus

the real Syrian Free Press

AP241881673952

By Timothy McGrath ~ [MintPressNews, ~ reissue from 22/9/2014]

The White House spent much of last week trying to figure out if the word “war” was the right one to describe its military actions against the Islamic State.

US Secretary of State John Kerry was at first reluctant:

“We’re engaged in a major counterterrorism operation,” he told CBS News on Sept. 11.
“I think war is the wrong terminology and analogy but the fact is that we are engaged in a very significant global effort to curb terrorist activity… I don’t think people need to get into war fever on this. I think they have to view it as a heightened level of counter terrorist activity.”

Kerry said similarly hedgy things during interviews on CNN and ABC.

By the next day, the Obama administration appeared more comfortable with the word war, yet hardly offered any more clarity. White House…

Voir l’article original 1 400 mots de plus

« En Europe il n’y en a plus qu’une qui rit encore c’est Merkel! »

Mise en ligne également sur http://leblogalupus.com/2014/10/26/chronique-rtl-deric-zemmour-macron-et-sapin-a-berlin-2310/

000000000000000000000000000

les AZA subversifs

(Suite de l’article du 23 octobre 2014: Manipulations dans l’histoire française – épisode 4)

On a vu dans le quatrième épisode qu’Antoine ne croit plus Lahoud et la DGSE se sépare du trader.

Gergorin et Rondot sont furieux mais sont convaincus que Imad n’est pas l’auteur des fuites dans Marianne sur le rapport Ben Laden. Il sera gardé par le Général Rondot pour surveiller les circuits financiers. Ok de Madame Aïo Marie !

Et c’est l’affaire Clearstream qui rejaillit avec les listings de Denis Robert avec le nom de « Gomez ».

Lagardère meurt et Gergorin croit à une mort non naturelle et est saisi d’une paranoïa qui va l’amener à croire Lahoud et au « Gomez » des listings, d’où le rapprochement avec le nom de « Alain Gomez », le patron de Thomson.

Fin 2003, Gergorin veut transmettre les listings de Clearstream à Rondot, mais ce sera Lahoud qui va remettre…

Voir l’article original 447 mots de plus

les AZA subversifs

(Suite de l’article du 22 octobre 2014: Manipulations dans l’histoire française – épisode 3)

Une enquête de Vanessa Ratignier et Pierre Péan

On a vu que trois hommes se partage l’industrie de l’armement en France :

Jean-Louis Lagardère, « connivence soft », mais qui est aussi Hachette – 1er éditeur de texte au monde, livres et presses compris – et Matra qui est aussi un des plus grands groupes militaro-économico-mondios, qui fusionnera par la suite pour donner l’EADS. Bras droit : Jean-Louis Gergorin.

Alain Gomez, « connivence hard », mais aussi l’électroménager et multimédias Thompson, de taille mondialement reconnue.

Dassault.

1990, fin de la Guerre froide et la France est le 3ème pays constructeur-exportateur del mundo et ne tient pas à perdre sa place.

Cependant, Taïwan perçoit des menaces de la Chine et veut se réarmer. Pour cela, elle ouvre son marché et…

Voir l’article original 204 mots de plus

les AZA subversifs

(Suite de l’article du 21 octobre 2014: Manipulations dans l’histoire française – épisode 2)

Une enquête de Vanessa Ratignier et Pierre Péan

Nous avons donc un journaliste-écrivain – du nom de Denis Robert qui se penche sur la corruption et les paradis fiscaux. Ernest Backesancien membre du comité de direction de Cédel-Clearstream – prend contact avec Denis Robert qui est déjà multi-inculpé pour calomnies, qui est censuré etc, bref, qui mène une vie plutôt bien difficile. Et les deux compères vont ensemble créer l’ « Appel de Genève ».

On pourrait croire que ça va valdinguer au sein de la Chambre de compensation, avec les représentants politiques français que sont Vincent Peillon secondé par Arnaud Montebourg, Régis Hempelancien vice-président de Cédel-ClearstreamFlorian Bourges et d’autres encore, mais le montage est tellement bien ficelé que rien ne peut être prouvé.

La DGSE s’en mêle…

Voir l’article original 43 mots de plus

Le corps d’un homme retrouvé sur le site du barrage contesté de Sivens

Le Monde.fr avec AFP | 26.10.2014 à 02h50 • Mis à jour le 26.10.2014 à 13h12

 

Les échauffourées ont eu lieu en marge de la manifestations qui est, elle, restée pacifique, samedi, à Sivens.

Le corps d’un homme a été découvert dans la nuit de samedi à dimanche 26 octobre sur le site du barrage contesté de Sivens, dans le Tarn, où des échauffourées avaient eu lieu en marge d’une mobilisation d’opposants, a annoncé dimanche matin la préfecture d’Albi, dans un communiqué :

« Vers 2 heures du matin, le corps d’un homme a été découvert par les gendarmes sur le site de Sivens. Les sapeurs-pompiers sont intervenus rapidement mais n’ont pu que constater le décès de la victime. (…) Une enquête a été ouverte sous l’autorité du procureur d’Albi afin de déterminer les causes du décès et l’identité de la victime »

Le texte ne donne aucun élément. La préfecture s’est refusée à plus ample commentaire tandis que le procureur de la République à Albi était injoignable.

DÉCÈS SURVENU « DANS LE CONTEXTE D’AFFRONTEMENTS » AVEC LES GENDARMES

Le lieutenant-colonel Sylvain Renier, commandant du groupement de gendarmerie du Tarn, a, de son côté, dit ne pas être au courant d’un décès. Le responsable, qui gérait sur place les opérations de gendarmerie lors des échauffourées de samedi soir, a indiqué que le calme était revenu « vers 21 heures ». Il a précisé que sept membres des forces de l’ordre avaient été blessés mais que les pompiers ne lui avaient fait état dans la soirée d’aucun blessé dans le camp adverse.

Mais le porte-parole du collectif Sauvegarde de la zone humide du Testet, qui regroupe la majeure partie des opposants au projet de barrage, a ensuite déclaré à l’AFP que la mort de l’homme est survenue « dans le contexte d’affrontements avec les gendarmes ». « Nous ne disons pas que les forces de l’ordre ont tué un opposant, mais un témoin nous a dit que le décès s’était passé au moment d’affrontements », a précisé Ben Lefetey.

MANIFESTATION PACIFIQUE

Près de 2 000 personnes, dont la tête de file du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon, s’étaient rassemblées pour protester contre le projet de barrage, qu’ils jugent dangereux pour la protection de l’environnement.

La manifestation, elle, était restée pacifique, selon le lieutenant-colonel Renier. Mais « 100 à 150 anarchistes encagoulés et tout de noir vêtus ont jeté des engins incendiaires » et autres projectiles aux forces de l’ordre encadrant la mobilisation. Celles-ci ont répondu en faisant usage de gaz lacrymogènes, de grenades assourdissantes et de Flash-ball, a-t-il ajouté.

Il a aussi précisé que des négociations avaient été entamées, en vain, entre un représentant pacifique des opposants à la construction du barrage de Sivens et un des assaillants qui avait alors dit qu’ils se réclamaient de « l’anarchisme ».

Jean-Luc Mélenchon a participé au rassemblement des opposants au barrage de Sivens, samedi.

« PAS TROP TARD », SELON MÉLENCHON

Le projet de barrage-réservoir de 1,5 million de m3 d’eau stockée est porté par le conseil général du Tarn. Ses partisans assurent qu’il est indispensable pour irriguer les terres agricoles alentour et qu’une autre zone humide sera créée. Depuis les travaux de déboisement le 1er septembre, des échauffourées et des rassemblements ont régulièrement lieu. Les opposants dénoncent un projet coûteux qui, selon eux, ne servira qu’à irriguer les terres d’un petit nombre d’exploitants pratiquant une agriculture intensive.

source: http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/10/26/echauffourees-en-marge-d-un-rassemblement-contre-le-barrage-de-sivens_4512545_3244.html

000000000000000000000000

Une explosion a retenti à Sarnia canadienne

Une explosion a retenti à Sarnia canadienne

Au moins 5 personnes ont été blessées à la suite d’une catastrophe d’origine humaine dans la ville canadienne de Sarnia. Une personne est à l’hôpital dans un état critique.

Aujourd’hui, 11:55
 —————————————————————————
Porochenko tente d'abolir l'immunité parlementaire

Porochenko tente d’abolir l’immunité parlementaire

Le président d’Ukraine Piotr Porochenko a décidé d’aborder la question sur la levée de l’immunité parlementaire déjà le 27 octobre, le lendemain après les élections à la Verkhovna Rada.

Aujourd’hui, 11:33
  —————————————————————————
Pyongyang a assimilé un lâcher de ballons à une déclaration de guerre

Pyongyang a assimilé un lâcher de ballons à une déclaration de guerre

Les autorités nord-coréennes ont menacé de bombarder les endroits, à partir desquels des militants ont lâché vers la RPDC des ballons avec des tracts critiquant la corruption et les violations des droits de l’Homme dans ce pays.

Aujourd’hui, 11:11
  —————————————————————————
Merkel a critiqué un plan de Royaume-Uni visant à restreindre les droits des migrants

Merkel a critiqué un plan de Royaume-Uni visant à restreindre les droits des migrants

La chancelière allemande Angela Merkel a critiqué les plans du Premier ministre David Cameron visant à réduire les droits des migrants de l’UE au Royaume-Uni.

Aujourd’hui, 10:46
  —————————————————————————
 Tunisie : ouvertures des bureaux de vote pour les législatives

Tunisie : ouvertures des bureaux de vote pour les législatives

Les bureaux de vote de Tunisie ont ouvert leurs portes dimanche à 07H00 (06H00 GMT) pour les premières législatives depuis la révolution de 2011, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Aujourd’hui, 10:02
  —————————————————————————
Un monument à Jean-Paul II inauguré à Paris

Un monument à Jean-Paul II inauguré à Paris

Un monument à Jean-Paul II réalisé par le sculpteur russe Zourab Tsereteli a été inauguré près de la cathédrale Notre-Dame de Paris, rapporte RIA Novosti.

Hier, 23:53
  —————————————————————————
Ebola : la Mauritanie ferme sa frontière avec le Mali

Ebola : la Mauritanie ferme sa frontière avec le Mali

Les autorités de la République islamique de Mauritanie ont fermé la frontière avec le Mali dans le cadre de la propagation du virus mortel Ebola.

Hier, 23:31
  —————————————————————————
Ukraine : le Service de sécurité a « nettoyé » ses rangs

Ukraine : le Service de sécurité a « nettoyé » ses rangs

Le Service de sécurité ukrainien (SBU) a rendu compte de la mise en œuvre de la loi sur la lustration. Le nombre de cadres du département a été réduit de 24%, indique la page Facebook du SBU.

Hier, 23:11
  —————————————————————————
Alitalia va licencier environ 1000 de ses employés

Alitalia va licencier environ 1000 de ses employés

La plus grande compagnie aérienne italienne Alitalia prévoit de licencier 994 employés, rapporte RIA Novosti.

Hier, 22:32
  —————————————————————————
Donetsk : une femme centenaire est morte après un bombardement

Donetsk : une femme centenaire est morte après un bombardement

Une vieille femme a succombé à ses blessures par éclats d’obus après un bombardement. La femme avait 100 ans, a déclaré le service de presse du ministère de l’Intérieur de la République autoproclamée de Donetsk (RPD).

Hier, 21:55
  —————————————————————————
Porochenko exhorte les Ukrainiens à ne pas vendre leurs suffrages

Porochenko exhorte les Ukrainiens à ne pas vendre leurs suffrages

Le président Piotr Porochenko a exhorté les citoyens de l’Ukraine à voter en bonne conscience lors des élections anticipées à la Verkhovna Rada et a mis en garde contre la vente des suffrages.

Hier, 21:33
  —————————————————————————
Le cargo spatial Dragon retourne sur Terre

Le cargo spatial Dragon retourne sur Terre

Le cargo spatial américain Dragon s’est séparé de Station spatiale internationale (ISS) et retourne sur Terre, indique le site de la NASA.

Hier, 21:10
  —————————————————————————
La trêve a permis de renforcer l'armée ukrainienne (Porochenko)

La trêve a permis de renforcer l’armée ukrainienne (Porochenko)

Le régime de cessez-le-feu dans le Sud-est de l’Ukraine a contribué à consolider le potentiel de défense de l’armée, a déclaré le président ukrainien Porochenko.

Hier, 20:47
  —————————————————————————
Le discours de Poutine n’était pas anti-américain (député russe)

Le discours de Poutine n’était pas anti-américain (député russe)

Le discours du président Vladimir Poutine lors d’une réunion du club Valdaï a contenu de la critiqué envers les Etats-Unis, mais il n’était pas anti-américain. Cette opinion a été exprimée par le chef du Comité international de la Douma d’Etat (chambre basse du parlement) Alexeï Pouchkov.

Hier, 20:25
 —————————————————————————

Solidarité Ouvrière

Rapports du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran (PCOI) sur les manifestations contre les attaques de femmes à l’acide, 25 octobre 2014 :

Forces de répression à Ispahan Forces de répression à Ispahan

Rapports n°1 :

Ispahan :

Il y a une atmosphère très tendue. De nombreuses écoles de filles sont fermées. De nombreuses étudiantes de l’université d’Ispahan ont refusé de rejoindre leurs classes, avec plus de 50% des cours supprimés. La sécurité de l’université contrôle étroitement les entrées et les sorties. Les magasins de la place Emam Ali, de la place Sabzeh, et des rues Shaohada et Sharif Vaghefi sont fermés. Les gens avancent vers Darvazeh Dowlat où les magasins sont aussi fermés. Les forces de sécurité et les flics en civil du régime sont aussi présents.

Voir l’article original 410 mots de plus

Asean Weaver For Business Blog

La clôture de l’Année croisée France – Vietnam 2013-2014 sera marquée par un défilé en ao dài (tenue traditionnelle des femmes vietnamiennes). Cet événement sera organisé le 3 novembre prochain à l’Hôtel de ville de Paris, en présence du maire de la capitale et des dirigeants du gouvernement vietnamien.

«À Paris, nous aurons la chance de voir les collections des stylistes Minh Hanh, Lan Huong et Viêt Hùng, à l’Hôtel de ville, un des monuments les plus célèbres de la capitale», souligne Mme Eva Nguyên Binh, conseillère de la culture et de la coopération à l’ambassade de France au Vietnam. Les collections seront présentées par Miss Vietnam 2012, Miss France 2004 et des mannequins vietnamiens et français.

«Ma collection d‘ao dài est le fruit d’une rencontre entre la broderie des femmes des villages d’artisans du Nord et la brocatelle des provinces montagneuses», nous livre le styliste Lan Huong…

Voir l’article original 91 mots de plus

les AZA subversifs

Merci à Anaël Kieber et Bastamag.com Merci à Anaël Kieber (texte et photos) et Bastamag.com

Des maisons autoconstruites à 15 euros par mois, un salaire unique pour tous les membres de la coopérative, des assemblées générales pour décider de la politique communale : Marinaleda, petit village andalou de 2 770 habitants, tente depuis 35 ans de maintenir un système politique, social et économique qui place l’intérêt de ses citoyens au cœur des décisions. La nouvelle génération saura-t-elle poursuivre l’utopie mise en œuvre par les anciens ?

Lire la suite: http://www.bastamag.net/Un-oasis-cooperatif-dans-un-monde

Voir l’article original

Législatives anticipées en Ukraine: ouverture des bureaux de vote

Par La Voix de la Russie | Les bureaux de vote ont ouvert dimanche à 08H00 locales (06H00 GMT) en Ukraine pour des législatives anticipées.
Lire la suite: http://french.ruvr.ru/news/2014_10_26/Legislatives-anticipees-en-Ukraine-ouverture-des-bureaux-de-vote-8469/

0000000000000000000000000000000

Ma PhotoPar Philippe BILGER

La Twittosphère : un cloaque pour les mots ?

Au mois d’octobre 2013, Jean Bordeau, assistant parlementaire du sénateur Jean-Pierre Michel, tweetait que Marion Maréchal-Le Pen était « une conne » et une « salope ».

Poursuivi pour le délit d’injure publique, il a soutenu, le 24 octobre, qu’il visait « l’élue et non la femme » et s’est défendu d’être « sexiste ou misogyne ».

Son conseil, Maître Charrière-Bournazel, a plaidé, sans surprise, la relaxe au nom de la liberté d’expression et parce que l’empoignade s’inscrivait dans le cadre d’un « combat politique », l’élection cantonale partielle de Brignoles dans le Var remportée en définitive par le FN.

Le jugement sera rendu le 28 novembre et il est probable que le tribunal correctionnel de Paris suivra les réquisitions du ministère public en faveur de la condamnation du prévenu (www.20 minutes.fr).

Pour n’être pas gravissime, cette affaire est révélatrice des dérives que connaît le langage, d’un usage de la parole de plus en plus brut et, généralement, du délitement de la politesse qui devrait imposer, quelle que soit la contradiction sur le fond, la correction de la forme.

Comment Jean Bordeau pense-t-il s’exonérer en distinguant artificiellement l’élue et la femme et en déniant tout sexisme sans même percevoir la vulgarité et le caractère scandaleux des mots en eux-mêmes, comme si ces derniers pouvaient être concevables dans telle ou telle position ou configuration ?

« Conne » et « salope » constituent intrinsèquement une absolue dégradation du débat public et une triste démonstration de la baisse du niveau de nos élites, à quelque niveau qu’elles se situent. Parler de la sorte à quelqu’un, tweeter sur quiconque de cette manière, connu ou inconnu, homme ou femme, est une démarche signalant plus la piètre qualité de l’insulteur que la possible bassesse de l’insulté.

Cet épisode me touche d’autant plus qu’il a pour cadre Twitter et qu’avec mes 18 000 abonnés, je commence à avoir une idée assez précise des ombres et des lumières de ce formidable moyen de communication.

Il serait injuste d’intenter, à lui seul, un procès à charge. En effet je suis de plus en plus frappé, dans les entretiens de la presse écrite ou dans l’audiovisuel, par le fait que beaucoup d’artistes, acteurs, réalisateurs ou chanteurs, même parfois courtois dans le privé, se sentiraient déshonorés si à intervalles réguliers ils ne proféraient pas un gros mot, un juron ou une exclamation ordurière. Il est obligatoire d’être débridé dans la pire acception de ce terme. Une spontanéité se laissant aller.

Les politiques ne sont plus en reste et s’imaginent plaire au peuple quand ils débraillent le langage alors qu’au contraire, ils le déçoivent profondément. La personne comme les mots ne peuvent se passer d’allure.

La Twittosphère, au regard de l’expérience que j’en ai, offre à certains – ils sont heureusement rares à cultiver cette pratique indécente – l’opportunité d’extérioriser à la fois la pauvreté offensante de leurs propos et donc l’indélicatesse de leur être.

Je laisse de côté la multitude de ces contradicteurs qui ne tiennent aucun compte des réponses qu’on fait, qui en plus ne s’informent que sur Twitter et donc sont totalement sommaires voire infirmes sur le plan de la contradiction, ou n’éprouvent qu’une envie, celle de mordre les mollets de celui qui a tweeté, sans rien connaître de lui la plupart du temps, plutôt que riposter sur le fond. Pour prendre un exemple, combien de fois m’a-t-on reproché un antisarkozysme obsessionnel sans jamais battre en brèche la réalité de mes constats !

La catégorie à laquelle je m’attache dans ce billet est composée de ceux qui non seulement ne savent pas résister à la tentation de l’insulte mais s’y abandonnent avec volupté, avec sadisme, avec frénésie. Ils sont déçus quand la susceptibilité qu’ils espéraient blesser leur renvoie le boomerang avec de la vigueur mais plus de tenue !

L’obligation d’user de 140 caractères seulement n’est pas une excuse. Elle peut justifier le paradoxe, la provocation, l’insolence, la banalité ou la critique. L’adhésion ou la réprobation. Il n’y a rien en elle qui contraindrait à la dégradation des mots, à l’indignité du langage, à la dévastation de ce magnifique outil humain qui nous a été dévolu pour le meilleur et que certains ont dénaturé jusqu’au pire. Il n’y a rien en elle mais tout dans le twittos qui jouit de sa forme odieuse et, pense-t-il, de la certitude de faire mal.

Mais, au milieu des approximations, des confusions et des vitupérations, comme une grâce, des tweets aimables quoique critiques, des tweets intelligents, spirituels et stimulants, des tweets plus soucieux de fraternité que d’invectives, des tweets qui ne font pas de Twitter un cloaque mais une aubaine, une chance.

Plus que jamais, la passion de la liberté d’expression est une passion noble. Elle doit d’autant plus être magnifiée et incarnée qu’ici on la dévoie et que là on prétend l’étouffer.

Il faut la préserver de ses faux amis et de ses vrais massacreurs.

http://www.philippebilger.com/

0000000000000000000000000

17:43 25/10/2014
MOSCOU, 25 octobre – RIA Novosti

La Russie augmentera ses dépenses militaires de 32,8% en 2015 selon un projet de budget fédéral adopté vendredi en première lecture par la Douma (chambre basse du parlement russe), a annoncé Viktor Zavarzine, membre du comité parlementaire pour la Défense.

Selon le projet de budget pour 2015 et la période de 2016 à 2017, les dépenses militaires russes atteindront 3.280 milliards de roubles (près de 62 milliards d’euros) en 2015, soit 32,8% de plus qu’en 2014.

En 2016, les dépenses militaires russes s’élèveront à 3.113 milliards de roubles (58,8 mds EUR), diminuant de 5,3% par rapport à 2015.

En 2017, elles sont programmées à hauteur de 3.237 milliards de roubles (61,2 mds EUR), soit 4% de plus qu’en 2016.

« Nul doute que la Russie a besoin de Forces armées puissantes capables de relever les défis actuels. L’armée et la flotte doivent être prêtes à agir dans les plus brefs délais, disposer d’armes modernes et de matériels hautement technologiques », a indiqué M.Zavarzine.

Les fonds prévus pour la défense nationale représenteront 21,2% des dépenses budgétaires russes en 2015, 19,7% en 2016 et 20% en 2017. Cette année, elles représentent 17,6% des dépenses du budget fédéral.

Selon M.Zavarzine, les dépenses militaires représenteront 4,2% du PIB en 2015, 3,7% du PIB en 2016 et 3,6% du PIB en 2017, ce qui est largement supérieur aux paramètres budgétaires en 2014 (3,4%), 2013 (3,2%) et 2012 (3%).

image: http://i-cms.journaldunet.com/image_cms/original/1060625-le-logo-sncf.jpg

————————————————————-

«Dysfonctionnement organisationnel»

En clair, cela veut dire que la catastrophe est due à des « j’en foutres » et autres « branleurs institutionnels » de la SNCF!

Les mots diffèrent mais la conclusion est la même : la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge, dans l’Essonne, du 12 juillet 2013 résulte avant tout d’un «dysfonctionnement organisationnel», selon un rapport réalisé à la demande du CHSCT de Infrapôle sud-ouest francilien, l’établissement d’infrastructure dont dépend cette gare de la banlieue parisienne.

L’Agence Presse a pu consulter ce rapport indépendant, confirmant une information de la lettre spécialisée Mobilettre. Le cabinet Aptéis, qui a remis le rapport vendredi aux élus du CHSCT d’Infrapôle sud-ouest francilien, estime que l’accident «a brutalement concrétisé des insuffisances en matière de prévention des risques qui résultaient de dérives et de désordres plus anciens dans l’organisation du travail, dans ses modes d’encadrement, de pilotage autant que dans les moyens mis en œuvre. Ces dérives et ces désordres se sont amplifiés dans le temps sans que des mesures correctives à la hauteur des enjeux aient été prises», ajoute le rapport.

PLUS sur http://www.leparisien.fr/transports/catastrophe-de-bretigny-un-nouveau-rapport-pointe-les-dysfonctionnements-25-10-2014-4241239.php

00000000000000000000000000000000

————-
Le colonialisme français perdure… Total (Elf) le bras armé de la Françafrique

Total (et Elf) bras armé de la Françafrique: Un mort à Moscou des millions de morts en Afrique

Solidarité Internationale- 23 Octobre 2014

url de l’article:

http://www.cameroonvoice.com/news/article-news-16673.html

———————————

En 2000, Elf-Aquitaine et Totalfina fusionnent pour donner naissance à un géant pétrolier : Total. Le but est aussi de faire oublier les affaires de corruption, les trafics d’armes, les détournements de fonds auquel a largement contribué l’ancêtre gênant de Total.

Elf hier, Total aujourd’hui sont au cœur de la « Françafrique », ce vaste système de perpétuation du colonialisme sous d’autres formes, par des réseaux semi-mafieux, maintenant le continent dans la misère, la corruption, la dépendance au profit des seuls intérêts français.

Une brève histoire des rapports d’Elf puis de Total avec le continent africain nous permettra de mesurer que la mort du PDG du groupe pétrolier cache celle de millions d’Africains depuis la création d’Elf dans les années 1960.

Elf et la naissance de la Françafrique

Dans les années 1960, le général de Gaulle est conscient de la nécessité de maintenir un lien entre l’ancienne métropole coloniale et les nouveaux pays indépendants, avec un seul objectif, après la perte du bijou algérien : défendre les intérêts des grands groupes français.

C’est ce qui motive la création d’Elf en 1966, confiée à l’ancien responsable des services secrets Pierre Guillaumat qui va s’entourer d’agents du renseignement. Il va fonctionner étroitement avec Maurice Robert, patron du service Afrique du SDECE, et Jacques Foccart, conseiller à l’Elysée pour les affaires africaines.

Acte 1 : la guerre civile du Cameroun

Total s’est officiellement retiré du Cameroun en 2010. Pendant très longtemps, le pays a été une des bases africaines pérenne – avec le Gabon – d’Elf puis Total. Un pays gouverné depuis 1960 par deux dictateurs absolus : Ahamdou Ahidjou puis Paul Biya.

Pour aller à l’essentiel, dans les années 1960, la France comme le bloc occidental est sur la défensive en Afrique, dans le Tiers-monde où tous les pays ou presque se disent « socialiste », « révolutionnaire », se tournent vers Moscou ou la Havane.

Pour la France, pas question de perdre le Cameroun qui apparaît alors comme une puissance pétrolière émergente. Le nouveau dirigeant installé par Paris, Ahamadou Ahidjou, est contesté par une rebellion marxiste. La France va alimenter une répression féroce entre 1960 et 1971.

Les troupes d’Ahidjo vont user de méthodes fascisantes de terreur et de propagande conseillées par l’école française de contre-subversion menée par Maurice Robert. Leur sévice favori : couper la tête de leurs adversaires, les exposer en public sur les places, les chemins.

Le pouvoir met en place des camps de concentration, suscite les délations, les confessions publiques dignes de l’Inquisition tandis que s’installe un régime à parti unique, le culte de la personnalité et des formes d’épuration ethnique.

En 1971, la rebellion est matée avec un coût humain exorbitant, qu’on ne sera sans doute jamais. L’ambassadeur de Grande-Bretagne parlait de 75 000 morts en 1964, le journaliste du Monde André Blanchet en évoquait 120 000 en 1962. Sans doute bien plus en 1971.

Elf a hérité de ce régime totalitaire, qui a le sang de centaines de milliers de Camerounais sur les mains. C’est le groupe pétrolier qui va faire la loi au Cameroun.

Selon Loik Le Floc’h Prigent, c’est Elf qui a choisi l’actuel président camerounais, Paul Biya, qui n’a rien changé à ce régime autocratique : il est ré-élu en 2011 avec 78 % des voix, et le silence du tuteur français.

Acte 2 : Nigeria et la guerre du Biafra

La guerre du Biafra fut une horreur médiatisée en Occident par les photos d’enfants mourant de faim, servant cyniquement les intérêts de tel camp ou d’un autre. Elle a fait entre 2 et 3 millions de morts. La sécession du Biafra n’était pas fortuite, elle abritait l’essentiel des champs pétroliers.

La France du général de Gaulle soutient alors la sécession – aussi pour rogner sur l’ancien empire colonial britannique.

Elf joue un rôle fondamental en fournissant ses réseaux pour alimenter les rebelles en armes, mercenaires, détourner l’aide humanitaire. Elf, comme Shell et BP, vont être les premiers à négocier les contrats pétroliers avec l’autorité rebelle du Biafra.

Acte 3 : le protectorat Gabonais, notre ami le dictateur Omar Bongo

Depuis 1960, le Gabon est un protectorat français, la tête de pont de l’impérialisme français en Afrique. Ce petit pays est aussi un très riche Etat pétrolier, depuis la découverte des premiers gisements off-shore en 1962.

L’action de la Françafrique au Gabon commence en 1964 quand le président Mba est renversé par un coup d’Etat. Foccart, Guillemat (président de l’ancêtre d’Elf) et Maurice Robert décident alors de le ré-installer au pouvoir.

Omar Bongo, président à partir de 1967, ancien des services secrets français, deviennt leur homme de paille. Le Gabon est alors la base arrière pour tous les mauvais coups de la France, du Nigeria au Congo.

Bongo va diriger son pays sous un régime à parti unique, est réélu régulièrement à 99 %. Il détourne des centaines de millions de $ issus des contrats avec Elf essentiellement.Il assassine ses opposants, avec l’aide des réseaux de barbouzes français.

Omar Bongo père est mort en 2009, son fils Ali Bongo a pris la succession. Tout a changé pour que rien ne change, un multi-partisme de façade, des élections trusquées masquent la domination intacte du clan Bongo.

Acte 4 : au Congo, soutenir le dictateur ‘marxiste’ Denis Sassou N’Guesso

Elf ne faisait pas de l’idéologie, mais se basait sur des réalités. Au Congo, elle a soutenu Denis Sassou Nguesso de 1979 à 1991, celui que Loic Le Floch Prigent appelait le « dictateur marxiste sous contrôle d’Elf ».

Sassou N’Guesso avait fait le pari d’une économie nationalisée, avec des réformes progressistes financée par un pétrole, non pas entièrement nationalisé mais dépendant des contrats avec Elf.

Mais à partir de 1985, confronté une situation économique difficile, Sassou N’Guesso vire sa cutie et applique les plans d’austérité du FMI.

Balayé aux élections de 1991, Sassou N’Guesso semble accepter la sucession. En réalité, il va alimenter une guerre civile fratricide avec ses milices, les « Cobras », qui sèment la terreur dans Brazzaville.

Il obtient alors le soutien de son ami Omar Bongo – qui se marie avec sa fille ! – de l’armée angolaise, des tortionnaires tchadiens d’Idriss Deby et des milices génocidaires du Rwanda : tous nos amis sont là !

Les révélations de l’affaire Elf nous apprennent que si Elf, la France préféraient Sassou N’Guesso,elle a aussi payé les armes de Lissouba, ce qui a fait dire à un député français « qu’il n’y a pas une balle qui n’ait été payée par Elf ! ».

Le régime de Sassou N’Guesso n’a plus rien de progressiste, il octroie les contrats pétroliers à Elf, se soumet à la France tandis que son peuple s’enfonce dans la pauvreté. Entre-temps, la guerre civile congolaise aura fait 500 000 morts, largement à cause du « dictateur d’Elf » Sassou Nguesso.

Acte 5 : l’ « Angolagate »

Tout le monde connaît l’ « Angolagate », ce circuit français de trafic d’armes, de détournement de fonds qui a alimenté les différents camps de la guerre civile angolaise, livrant des tonnes de véhicules blindés, d’armes lourdes et légères mais aussi d’armes anti-personnelles.

Le procès Elf nous a révélé le cynisme d’Elf qui – comme la France, ainsi que les Etats-unis, la Grande-Bretagne – soutenait ouvertement le criminel de guerre Jonas Savimbi, un chef sanguinaire appuyé notamment par Israel et le régime d’apartheid sud-africain, et le finançait via les caisses noires d’Alfred Sirven, numéro 2 du groupe pétrolier.

Mais dans le même temps, Elf finançait aussi le gouvernement dit marxiste, via les réseaux politiques d’André Tarallo, proche des dictateurs gabonais Bongo et le congolais Sassou N’Guesso.

La guerre civile angolaise fait entre 500 000 et 1 million de morts, Elf contribue largement à l’alimenter, perlant le pays de mines anti-personnelles aux conséquences dramatiques pour les civils, en particulier les petits Angolais.

Aujourd’hui, l’Angola reste une des principales sources de profit du groupe Total, dans les petits papiers du dirigeant autoritaire et corrompu Eduardo dos Santos, passé du marxisme-léninisme au libéralisme à tout crin.

TOTAL, la corruption de nouvelle génération

Du passé, faisons table rase ?

Plein de sang sur les mains, trempés dans les affaires jusqu’au cou, Elf devient Total en 2000. Pourtant, en une dizaine d’années, Total n’est jamais tout blanc dans une série de conflits qui émaille le continent. C’est un euphémisme.

Acte 6 : Elf puis Total au cœur de la guerre civile soudanaise

La guerre civile soudanaise a été une des plus meurtrières du continent, faisant plus de 2 millions de morts, avec son cortège de déportations, de nettoyages ethniques, et autres crimes contre l’Humanité.

Elf avait obtenu en 1980 la concession d’un bloc d’exploration pétrolière au sud du pays, qui se révélera ultérieurement l’un des plus prometteurs du Soudan, dans un des pays aux richesses du sous-sol sans doute les plus méconnues, donc sources de convoitise.

La guerre civile contraint la France à suspendre ses travaux d’exploration en 1985. Elle soutient d’abord, ainsi qu’Elf, le gouvernement soudanais lui fournissant armes, ravitaillements en dépit du caractère répressif du régime incarné par Al-Bachir à partir de 1989, face aux Américains soutenant les rébellions sécessionistes. L’enjeu est le même : le pétrole du Sud-Soudan.

Le conflit soudanais est particulièrement confus, au vu des intérêts contradictoires dans la région entre le Tchad d’Idriss Deby, la Libye de Kaddafi mais aussi les Etats-unis, favorable à une sécession du sud, et la Chine, traitant avec le gouvernement d’Al-Bachir.

La France ne joue plus un rôle de premier plan dans les années 2000 mais Total bénéficie toujours de ses droits d’exploitation pétrolière au sud-Soudan. Total va d’abord négocier avec le gouvernement d’Al-Bachir la reprise des travaux de forage.

Puis après 2011, Total va être le premier à s’engouffrer dans l’indépendance fantoche du sud-Soudan. Son bloc de 120 000 km 2 se révèle très intéressant, Total bénéficiant des largesses du nouveau gouvernement dépendant à 95 % du pétrole.

Sans aucune certitude, il n’est pas à exclure que Total, face à l’emprise de plus en plus forte de la Chine sur le Soudan, se soit rallié à la position américaine : la sécession du sud-Soudan. Une farce mais aussi un précédent aux conséquences potentiellement périlleuses à l’échelle mondiale.

Acte 7 : la Libye, une guerre pour un nouveau partage du gâteau

La Libye est un géant régional du pétrole. Total était présent sous la Libye de Kaddafi, exploitant 15 % du pétrole, avec de forts soupçons de corruption, réveillés par des enquêtes sollicitées par les autorités libyennes et américaines (non sans arrière-pensées)

Dans cette histoire très récente, il est difficile d’avoir des preuves irréfutables. Toutefois, il ne fait guère de doute avec le gouvernement qatari, Total a été parmi les acteurs poussant la France à intervenir militairement en Libye afin de prendre une part plus grande du gâteau pétrolier.

On se souvient que le CNT (Conseil national de transition) libyen composé de guerriers islamistes, de politiciens véreux et d’affairistes en rupture de ban,avait promis 35 % de son pétrole à Total.

Une révélation illustrant bien les intérêts de Total dans une guerre qui a fait au bas mot 60 000 morts en 2011, et qui a laissé un pays dans le chaos total à l’heure qu’il est.

Acte 8 : Mali (et Centrafrique), les intérêts de Total derrière la guerre

L’implication des grands groupes français – d’abord Areva et Total – dans la guerre au Mali ne fait guère de doute, en dépit des dénégations de certains « experts ».

Le Mali n’est pas encore un pays pétrolier. Mais le bassin de Taoudénni recèle de vastes réserves pétrolières qui ont attiré depuis le milieu des années 2000 une foule de groupes pétroliers internationaux : l’algérien Sonatrach, l’italienne ENI ou encore l’entreprise nationale chinoise.

Ces bassins pétroliers sont situés au nord du pays, Total n’en aurait obtenu qu’une petite partie, pas forcément la plus juteuse. Coincidence, la rebellion malienne est partie du nord et a légitimé une intervention française qui lui a permis de fait de sécuriser le nord riche en réserves pétrolières.

Les dernières négociations semblent laisser à Total – de la même manière qu’en Centrafrique – la plus grosse partie du gâteau, tandis que le groupe pétrolier français vient d’obtenir les contrats d’exploitation du bassin de Taoudeni, dans la Mauritanie voisine.

Acte 9 : au Nigeria, alimenter la guerre civile communautaire

On parle beaucoup du Nigeria récemment. Le pays le plus peuplé d’Afrique, la première puissance pétrolière du continent est aussi un des pays les plus pauvres, corrompus, déchirés par les conflits communautaires.

Il est difficile de dire dans quelle mesure Total alimente ce climat. Le rapport du Mr.anti-corruption du pays, Nuhu Ribadu, révèle que 75 % des revenus du pétrole, soit 35 milliards de $, échappent au budget de l’Etat. Selon le rapport, Shell, ENI et Total alimentent cette corruption.

On sait aussi que Total emploie des sociétés militaires privées au Nigeria qui sont un des acteurs meurtriers dans la guerre civile nigérianne, face aux milices islamistes, aux mercenaires locaux.

Enfin, un dernier rapport publié en 2011 par des ONG dont « Les amis de la Terre » couronne le tableau. Total connaît des relations excécrables avec les communautés locales, avec des démarches d’expulsions forcées de population en 2006.

Total soutient certaines communautés comme celle Egi (en fait une petite partie d’entre elle, celle liée au pouvoir) contre les autres. Diviser pour mieux régner, Total joue visiblement un rôle actif dans les conflits ethniques locaux, quitte à embraser le pays.

Acte 10 : collaboration avec la monarchie marocaine autoritaire dans le Sahara occidental occupé

Enfin, pour finir, en 2002 Total a signé un contrat de prospection pétrolière avec la monarchie autoritaire marocaine, ayant conclu un pacte de pouvoir avec les islamistes, au Sahara occidental.

Depuis, Total engage des opérations de prospection, dans le mépris le plus total des droits des populations locales, subissant l’occupation marocaine depuis 39 ans.

L’ONG Western Sahara Ressources Watch (WSRW) a dénoncé dans un rapport en 2013, intitulé « Injustice totale » les agissements de Total au Sahara occidental, son non-respect des populations locales, comme des prescriptions de l’ONU concernant ce territoire occupé.

Ce bref, trop bref rappel laisse de côté la collaboration de Total avec des régimes dictatoriaux hors d’Afrique, comme la sanglante junte birmane qui a permis au groupe pétrolier français d’utiliser le travail forcé pour réaliser ses profits records pour une entreprise française.

Ecrire l’histoire d’Elf, ce serait l’objet d’un livre.

Ecrire celle de Total, c’est raconter les guerres actuelles marquées par l’incertitude qu’elle nous laisse sur l’avenir de l’Humanité.

Loin de la mode stupide des « Livres noir », le bilan de Total ne se résume pas à un accident d’avion sur le tarmac de l’aéroport de Moscou : le nom de TOTAL est marqué du sang des millions d’Africains victimes des balles payées par le pétrole d’Elf, puis Total.

source: http://www.cameroonvoice.com/

Tunisie: les enjeux des deuxièmes législatives de l’après-Ben Ali

media Des partisans d’Ennahda, le parti islamiste, à Tunis vendredi soir, dernier jour de campagne. REUTERS/Anis Mili

Les bureaux de vote doivent ouvrir à 7h, heure locale en Tunisie, ce dimanche 26 octobre. Les électeurs sont appelés aux urnes pour les deuxièmes élections législatives depuis le renversement du président Ben Ali, qui avait lancé les « printemps arabes ». Quelles sont les forces en présence et les enjeux politiques de ce scrutin ?

Avec notre envoyé spécial à Tunis, David Thomson

Premier enjeu de ces deuxièmes législatives de l’après-Ben Ali : le taux de participation. Un peu plus de 5 millions d’électeurs, sur 8 millions potentiels, se sont inscrits et la campagne électorale n’a guère suscité l’enthousiasme. Les Tunisiens se montrent souvent désabusés devant leur classe politique. Le vote a lieu au scrutin proportionnel à un tour : il s’agit d’élire 217 députés, parmi 1 400 listes. Mais aux yeux des analystes, le match devrait se jouer essentiellement entre deux poids lourds : Ennahda et Nida Tounes – même si aucune formation ne devrait être en mesure de gouverner seule, et qu’Ennahda propose déjà un gouvernement d’union nationale avec d’autres partis.

Si cette prévision se confirme, ce scrutin devrait ainsi consacrer la bipolarisation de la vie politique en Tunisie. D’un côté, le bloc des islamistes politiques vainqueurs des dernières élections en 2011. En 2013, après deux assassinats politiques attribués aux jihadistes, Ennahda a dû quitter le pouvoir sous la pression de l’opposition. Toujours majoritaires à l’Assemblée, mais affaiblis par l’exercice du pouvoir et un bilan économique contesté, les islamistes mettent en avant la rédaction de la Constitution adoptée sous leur mandat. Elle est particulièrement libérale pour le monde arabe. Par ailleurs, Ennahda bénéficie toujours de la base militante la plus nombreuse et la plus structurée.

Pas de résultats officiels ce dimanche

Face à Ennahda, le parti destourien créé il y a à peine deux ans par l’ancien Premier ministre Beji Caïd Essebsi, âgé de 88 ans et candidat à la présidentielle. Volontiers anti-islamiste, Nida Tounes se veut l’héritier de la tradition moderniste d’Habib Bourguiba. Cette formation, souvent taxée par ses adversaires d’être le parti de l’ancien régime, semble être la seule capable de rivaliser avec les islamistes. En face, l’opposition avance en ordre dispersé entre les libéraux du Massar ou d’Afek Tounes, la gauche nationaliste du Front populaire, mais aussi un « ovni politique », l’Union patriotique libre (UPL), d’un milliardaire autrefois proche du régime Kadhafi en Libye. Sans oublier les anciens du parti du président déchu Ben Ali.

La sécurité du scrutin est un sujet d’inquiétude majeure pour l’Instance d’organisation des élections (ISIE). Quelque 80 000 policiers sont déployés dans tout le pays. Deux jours après l’assaut meurtrier contre des jihadistes en périphérie de Tunis, les autorités craignent qu’une attaque terroriste ne perturbe le processus démocratique. Quant aux résultats, même si les partis devraient publier leurs propres décomptes, les chiffres officiels ne seront pas communiqués ce dimanche. L’ISIE à jusqu’à jeudi pour les annoncer.

http://www.rfi.fr/afrique/20141026-tunisie-enjeux-deuxiemes-legislatives-apres-ben-ali/

00000000000000000000000000000000000

« La France est une Californie qui s’ignore »

TRIBUNE. Écoutons notre petit grain de folie, soyons insolents, culottés et notre pays aura tous les atouts pour briller. Parole d’un banquier en charge des finances de la France qui innove !

 

Faute de victoires éclatantes, et faute de renouvellement d’une quantité de dirigeants qui persévèrent dans l’être à tous les niveaux du corps social, la France se pense en état de défaite et de blocage. Défaites et blocages pénètrent au plus profond de l’esprit pourtant conquérant d’un pays habitué au mouvement. On voit pulluler les traqueurs d’abus, redresseurs de torts, égaliseurs de conditions, tout le clergé des bonnes intentions et des envieux qui poussent sans toujours s’en rendre compte le contrôle social vers les excès que l’on connaît. Ces gens ne nous empêcheront pas de penser que la France est en Europe une Californie qui s’ignore, et d’observer avec un œil jeune le jaillissement d’énergie que l’on trouve chez les entrepreneurs de nos régions, les acteurs des cités, les Français de la troisième génération, les salariés des groupes mondialisés, les jeunes en nombre qui vont bientôt imposer la nouvelle société. On voudrait nous faire désaimer d’être Français, autant nous demander de désaimer d’être soi. Car à bien y réfléchir, on a beau le souhaiter, on revient toujours au constat qu’être soi vaut beaucoup, beaucoup mieux qu’être un autre. Nous sommes Français, natifs de l’un des pays les plus profonds, les plus humainement riches, les plus privilégiés du monde. Et notre pays est à quelques mètres d’être totalement celui dont nous aimerions être fiers. Franchir ces quelques mètres suppose d’écouter notre petit grain de folie et de revenir au principe de base, le plaisir, et a l’unité de base, l’individu « grand vivant » décidé à prendre sur ses épaules du stress positif. Libérés de la prison du non-désir, nous autres Francais de toutes origines sommes capables de soulever des montagnes ! Mais nous sommes aussi à quelques mètres d’un avenir obscur, celui que nous proposent les extrêmes de tous bords, au vent en poupe selon les sondages, conservatoires démagogiques de toutes les idées simples qui n’ont fait que compliquer la vie des Français et entraver leur liberté, en cela création directe et fidèle d’un demi-siècle de croyance en la possibilité de vivre dans un monde qui n’existe plus. Le nouveau monde, déjà né et palpitant sous nos yeux, est parfaitement adapté aux qualités de la France moderne. C’est un monde individualiste, nous le sommes. Un monde créatif, nous le sommes. Un monde exogame, nous le sommes. Un monde agressif, nous le sommes ! Nous pensons être bloqués, sans voir que nous sommes libérés de quantité de stéréotypes et de préjugés culturels qui bloquent encore la plupart des sociétés qui se déclarent modernes et qui sont nos concurrentes. Nous avons fait un travail de liberté unique, et ceux qui voyagent le savent bien. Il ne reste qu’à déployer ces énergies, en faisant les bons choix à la croisée des chemins. Pour cela, il faut être insolent. L’insolence, tempérament majeur des grands vivants, des femmes et des hommes libres, qualité de base des impétueux, des impatients, des découvreurs. Insolence, qualité ultime de ceux qui refusent d’analyser leur impuissance, et qui n’attendent pas les réformes venues d’en haut pour commencer à envisager de vivre. Qualité des patriotes, des volontaires, des optimistes. Qualité des entrepreneurs, nos clients de la Banque publique d’investissement, tous les anonymes admirables qui avec la bonne hargne ont voulu de tout temps être leurs propres patrons, insolence à vouloir aller vers le plaisir d’être libre. Bpifrance*, parmi d’autres, est la banque de ces gens-là. Les semeurs d’étoiles, les culottés et audacieux, les inventeurs, les mousquetaires souriants, fidèles héritiers de ceux qui ont fait de la France un grand pays. Ils vont nous faire enfin vivre un présent sans nostalgie si on veut bien les entendre. 

(*) La banque publique d’investissement est un organisme financier destiné à soutenir les entreprises françaises dans leur développement. Elle a été créée en 2012 par le rapprochement d’Oseo, CDC entreprises (Caisses des Dépôts et Consignations), le FSI (Fonds stratégique d’investissement) et FSI Régions.

source: http://toutvabien.wedemain.fr/%E2%80%89La-France-est-une-Californie-qui-s-ignore%E2%80%89_a42.html

PLUS: http://fr.wikipedia.org/wiki/Banque_publique_d%27investissement

http://www.bpifrance.fr/

000000000000000000000000000000000000000000

Alitalia va licencier environ 1000 de ses employés

Par La Voix de la Russie | La plus grande compagnie aérienne italienne Alitalia prévoit de licencier 994 employés, rapporte RIA Novosti.

Le personnel de cette compagnie aérienne commencera à recevoir des lettres de licenciement à partir du 31 octobre.

La réduction de personnel était l’une des conditions lors de la signature de l’accord entre Alitalia et Etihad Airways sur la vente de 49% du capital de la compagnie italienne à cette compagnie aérienne de l’EAU.


Lire la suite: http://french.ruvr.ru/news/2014_10_25/Alitalia-va-licencier-environ-1000-de-ses-employes-5330/

0000000000000000000000000000000000000000000

Source : Deutsche Wirtschafts Nachrichten

[EXCLU News360x] Accord secret entre les USA et l’UE pour fermer rapidement les banques en cas de panique

octobre 25th, 2014 | by Mickael – Fondateur de News360x

[EXCLU News360x] Accord secret entre les USA et l’UE pour fermer rapidement les banques en cas de panique

Les autorités fiscales américaines ont expliqué  à des représentants de l’UE, comment fermer une banque en une seule nuit, si celle ci se retrouvait en faillite. Avant l’annonce de la BCE de stress tests, la nervosité augmente dans l’UE et les États membres: Apparemment, la BCE estime que plusieurs banques pourraient ne pas SURVIVRE…  Les banques défaillantes devraient être reprise par des banques concurrentes, au risque de déclencher un BANK- RUN.

Des représentants et l’UE et du FDIC simulent en secret le démantèlement rapide de banques en faillites. Lors de ces exercices, les représentants de l’UE apprennent comment fermer des banques ruinées en UNE SEULE nuit. Lors de la crise les USA ont été obligés de fermer près de 500 banques. Cette opération se compare à une OPÉRATION COMMANDO, ou chaque seconde compte !!!

La BCE est actuellement en train de vérifier les BILANS des grandes banques de la zone EURO ! Les résultats de ces test seront connus DIMANCHE, mais plusieurs fuites indiques déjà que plusieurs banques sont classées « en danger ».

Dès Novembre, la BCE prendra en charge la supervision bancaire. A cet effet, un mécanisme unique de traitement est mis sur pied, qui comprend un procédé de fermeture de banques dans la zone euro.

Un aspect jusqu’ici négligé de la supervision est la pratique de la fermeture des banques : la banque en faillite peut être fermé du jour au lendemain. Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble a déclaré à l’occasion de la crise de Chypre que les dépôts bancaires sont une chose sensible , et que dans la mesure du possible, ces mesures là devait être prises le week-end.

L’Association Globale des Risques Professionnels (GARP) rapporte que pour être au point le jour « J », les représentants de l’UE et des USA se sont sérieusement « entrainés » ensembles. La responsable du GARP, Pamela Farwig : «Si vous avez à dire à quelqu’un que sa banque est fermée, cela doit être fait un laps de temps très très court » ! l’Union européenne a été formée à la procédure de fermeture des banques en Juin, a rapporté Bloomberg. Les petites villes doivent être particulièrement bien surveillées, afin d’éviter toute panique générale ! « Dans ce cas de figure,  un nombre importants de véhicules inconnus pourraient semer le trouble dans ces localités !» dit Farwig.

Sur demande de la Commission européenne « les Nouvelles économiques allemandes » (journal) ont été informées que l’UE et la FDIC travaillent régulièrement ensemble. Par conséquent, des réunions conjointes étaient organisées deux fois par an : une à Bruxelles et une à Washington. La réunion la plus récente a eu lieu en mai à Washington.

La coopération avec la FDIC a la forme de courts détachements de fonctionnaires et des séminaires ad hoc, telles que celles qui avaient été organisées à la fin de Juin à Bruxelles.

Les 24 et 25 Juin, la Commission a organisé un séminaire de deux jours avec des experts financiers et juridiques de la FDIC. A cette occasion, la FDIC a présenté son approche de la résolution de la Banque avec un accent particulier sur les banques d’importance systémique tels que la Commission européenne a annoncé la demande.

L’objectif était d’échanger les expériences entre les deux parties, en particulier dans le cadre du mécanisme de règlement bancaire (SRM résolution simple du mécanisme) et de régler les résolutions du Conseil unique (fonds bancaire à la crise).

A la fin de l’année, les ministres des finances de la zone euro avaient adopté la résolution qu’un nouveau comité de règlement (le soi-disant «Conseil») devra prendre en charge la fermeture de banques zombies. Mais ce n’est pas tout.

Le « monstre bureaucratique » devant mettre ce plan à exécution en un week-end donne une bonne image des responsable Européens dit la députée européenne Sven Giegold.

Selon un communiqué de presse du Parlement européen pour s’assurer « que les déposants récupèrent leur argent beaucoup plus rapidement si leur banque fait faillite » les ays de l’UE doivent également construire leurs propres systèmes financés par la Banque pour compenser les dépôts garantis des déposants(…) Le soi-disant « bail-in », qui a été écrit dans les deux lois pour faire face à la crise bancaire, cependant, veille à ce que les principaux bénéficiaires (actionnaires et les détenteurs d’obligations) doivent adhérer d’abord, si une banque est en difficulté « .

Le cas du «sauvetage» du groupe bancaire portugais Banque Espirito Santo (BES) a montré que, même ici ont a respecté les contribuables européens. En fait, les banques en difficulté peuvent être fermées.

Dans le cas de la Corpbank, depuis des mois les clients ne peuvent plus avoir accès sur leurs dépôts. Maintenant, la banque est sur le point de faire faillite après avoir eu la promesse il y  a quelques semaines d’une extension de la ligne de crédit de l’UE. Dans quelle mesure l’argent des contribuables européens pourrait être perdu pendant une faillite, n’est actuellement pas encore clair.

Il n’est pas encore certain que la BULGARIE puisse réussir à survivre jusqu’à la mise en place du SRM ! Auquel cas, les autres  états Européens et leur contribuables devront à nouveau rempiler !

Il y a quelques mois, il y a eu panique bancaire sur la Banque Corp. Le gouvernement bulgare avait alors affirmé que la banque était en bon état, et que ces paniques bancaires étaient le résultat d’activités criminelles sur Internet.

Quelques jours après la banque de Bulgarie a annoncé son adhésion à l’union bancaire de l’UE. Les observateurs estiment que les risques importants peuvent découler d’une telle déclaration unilatérale de l’adhésion d’un pays et demande qu’il devrait y avoir avant l’adhésion d’un pays à la Banque de l’Union un examen détaillé du secteur bancaire concerné.

Source : Deutsche Wirtschafts Nachrichten

Traduction News360x ; Merci a @Indiana23216


Régis Ollivier

http://lecolonel.net/

000000000000000000000000000000000000000000000000


%d blogueurs aiment cette page :