Le vol Air Malaysia MH370 ne répond plus

Publié: 22 octobre 2014 dans Informations générales
Tags:,

Diego.jpg

LE VOL MH370 EST-IL À DIEGO GARCIA ? (Maurice D.)

Vous savez que depuis des mois Minurne porte une grande attention au suivi des enquêtes sur les trois crashes d’avions les plus mystérieux et les plus médiatisés de l’année 2014 : le vol malais Kuala-Lumpur-Pékin disparu à 10700 mètres d’altitude, le vol malais Amsterdam-Kuala-Lumpur abattu en plein vol à la frontière Ukraine-Russie et le vol algérien Ouagadougou-Alger-Paris dont quelques miettes auraient été retrouvées au Mali, à proximité de la frontière avec le Burkina-Faso.

Le mystère du vol parti d’Amsterdam est éclairci : il a été abattu par un chasseur de l’armée ukrainienne, peut-être par erreur, comme l’ont démontré les informations communiquées par la Russie et les impacts d’obus de 30 mm trouvés sur la carlingue à hauteur du poste de pilotage. Le gouvernement ukrainien conteste encore faiblement cette explication, mais globalement l’affaire est close.

Nous reviendrons plus tard sur le vol air Algérie. Pour le moment examinons le cas du vol Air Malaysia MH370.

Les recherches sur la disparition du vol malais dont le contact a été perdu dans le golfe de Thaïlande à proximité du Vietnam viennent de reprendre dans le sud de l’Océan Indien avec de gros moyens maritimes, aériens et satellitaires.

 

ocean-indien-2855360-jpg_2492219_652x284.JPG

 

Les recherches avaient eu lieu dans un premier temps de part et d’autre de la péninsule malaise, comme indiqué sur la carte ci-dessous :

 

MA370_map_frence.png

Les deux petits carrés rouges indiquent les dernier contacts radars, les zones délimitées par des pointillés rouges les zones de recherche

 

Elles n’ont rien donné car des informations données au compte-gouttes et un cafouillage notoire des autorités malaises ont ensuite orienté les recherches vers le Nord en direction de l’Ouest chinois et vers le Sud de l’océan indien, au large de Perth, dans une zone marine désertique et mal cartographiée.

 

Map_of_search_for_MH370.png

 

Les recherches vers le Nord n’ont pas été entreprises sur la foi des affirmations données par le Kazakhstan et la Chine qui ont déclaré qu’aucun de leurs radars ou satellites n’avait signalé l’avion. Rien ne dit que ce soit vrai, mais contester la parole de la Chine serait diplomatiquement dangereux.

Vers le Sud, elles ont duré plusieurs semaines avec des bateaux et avions australiens, un Iliouchine de l’armée chinoise, un sous-marin américain, une trentaine de satellites dont vingt chinois, etc.

 

Ocean_Shield_deploys_the_Bluefin_21_underwater_vehicle.jpg

Mise à l’eau de Bluefin21, mini sous-marin US qui a participé aux recherches au fond de l’océan

 

PLAAF_Ilyushin_Il-76_landing_at_Perth_Airport_-2.jpg

Un Iliouchine 11-76 de l’armée chinoise atterrissant à Perth. Notez les hublots sous la carlingue à l’avant qui facilitent l’observation au sol ou en mer
Sans résultat et plusieurs fausses alertes sur des débris flottants repérés par les satellites car, soit ils n’ont pas été retrouvés, soit ils ne correspondaient pas à l’avion disparu.

 

MH 370 : Que sait-on avec certitude ?

  • Le vol MH370 décolle de Kuala-Lumpur à 0 h 41 locale (16 h 41 UTC)
  • Il doit durer 5 h 08 jusqu’à Pékin, il y a pour 7 h de carburant à bord
  • 20 minutes après son décollage, il confirme avoir atteint son altitude de croisière 35 000 pieds, (10 700 m)
  • 38 minutes : dernier contact vocal avec Kuala-Lumpur, « Bonne nuit MH370  » dit le pilote Zaharie Ahmad Shah, ce qui surprend car la formule n’est pas habituelle chez les pilotes, mais n’inquiète pas Kuala-Lumpur où il est 1 h 10 du matin, il n’y a plus que quelques clampins de l’équipe de nuit et aucun responsable à son poste
  • 40 minutes : un radar de la marine militaire vietnamienne donne la position de l’avion : 6°55’15 » N  103°34’45 » E, soit 300 km au Sud des îles Thô Chu dans le golfe de Thaïlande
  • 41 minutes : le transpondeur et l’ADS-B qui donnent la position de l’avion sont coupés, c’est semble-t-il un acte volontaire
  • 56 minutes : le message ACARS que les moteurs (Rolls-Royce) envoient toutes les heures n’est pas envoyé, cependant, les Américains (Washington Post) soutiendront que ce message a été reçu par Rolls-Royce encore à cinq reprises. Ce n »est pas certain, mais c’est possible
  • 1 heure 30 : un « ping » est décelé par le satellite fixe Inmarsat-3F1 positionné à mi-distance entre la Somalie et les Maldives presqu’au-dessus de l’île de Diego Garcia. Un « ping » est envoyé chaque heure, le dernier sera perçu à 7 h 30, ce qui confirme que l’avion a bien volé au minimum pendant 6 h 50 (rappelons qu’il avait une réserve de kérosène permettant une autonomie de 7 h de vol… Inmarsat enregistre les pings, mais n’est pas conçu pour donner la position de l’avion qui les émet.

À partir de là, on entre dans la spéculation.

Ce que j’en pense, la disparition du vol entre les Maldives et Diego Garcia, est fondé sur une anomalie. Le matin de la disparition, des pêcheurs des îles Maldives les plus au Sud ont signalé à leurs autorités locales avoir vu passer « un gros avion avec une ligne rouge qui volait bas en faisant beaucoup de bruit« . Comme les avions d’Air Malaysia ont une grosse ligne rouge, les autorités ont informé les Malais qui ont répondu « ce sont des menteurs« … Sauf si l’avion volait bas pour échapper aux radars. Une quinzaine de jours plus tard, les mêmes pêcheurs ont apporté à leurs autorités un objet étrange trouvé échoué sur une plage qui a été déterminé comme un extincteur de soute de Boeing 777, ce que la société américaine qui les fabrique a confirmé.

 

maldives-3-93053.jpg

Ce n’est ni un extra-terrestre, ni un poisson ballon en armure mais un extincteur de soute de Boeing 777

 

Le gouvernement des  Maldives a expédié l’objet en Malaisie, mais quand il a demandé ce qu’il en était, il lui a été répondu par le ministre malais de l’information que c’était « certainement une fausse piste » et que d’ailleurs l’objet trouvé « a été perdu dans un dock militaire » !

Mon avis, est que l’avion est tombé à court de carburant ou a été abattu légèrement au Sud des Maldives, les courants ont ramené cet extincteur vers les îles. C’est une hypothèse.

Un ami, ancien commandant de bord de Boing 777, observe qu’au Sud des Maldives, il y a l’île de Diego Garcia sur laquelle se trouve l’une des plus importantes et des plus secrètes, si ce n’est LA plus importante est la plus secrète, des bases américaines dans l’Océan Indien.

 

Diego.jpg

Depuis le dernier contact radar de Penang, l’avion a dû monter vers le N-O pour éviter les radars indonésiens, puis piquer vers les Maldives, passer au large de l’île la plus méridionale où lespêcheurs l’ont aperçu, puis descendre vers Diego Garcia

 

Il pense que l’avion approchant à basse altitude de l’île a provoqué une alerte, que l’avion n’a pas répondu aux sommations et qu’il a été abattu par crainte d’un attentat type 11 septembre 2001 sur la base de la Navy, ce qui ne peut évidemment pas être avoué car cela provoquerait des interrogations sur le fait de savoir si les 239 passagers, dont de nombreux chinois, étaient morts ou non au moment de la destruction du Boeing. D’où la nécessité de focaliser l’attention du monde et des médias loin de là, par exemple sur des recherches sous-marines à quelques milliers de kilomètres.

Mais une autre version est également intéressante, elle est donnée dans les deux vidéo suivantes :

 

 

 

Comme elles sont en anglais, je vous les résume en quelques mots : la première (16 minutes) explique qu’un passager américain, Phillip Wood, salarié d’IBM, voyant par le hublot l’avion se poser à Diego Garcia et sachant que tout arrivant à Diego Garcia est minutieusement fouillé, a dissimulé son iPhone 5 entre ses fesses puis, au sol, a réussi à envoyer une photo où l’on voit trois ou quatre passagers. Message presqu’immédiatement coupé, qui confirmerait que tous les passagers sont vivants, mais retenus prisonniers. De plus, est-ce une coïncidence, l’accès à Diego Garcia est interdit depuis le 4 avril à toute personne étrangère à la Navy. Mais ce point « de détail » me gêne parce que l’avion s’il est à Diego Garcia doit y être depuis le 7 mars, la Navy n’aurait pas attendu avril pour fermer la base, sur laquelle de toute manière personne ne va faire du tourisme.

Pourquoi l’avion aurait-il été piraté par la Navy ? Parce qu’il y avait à bord le brevet et peut-être le matériel pour le camouflage des gros porteur que plusieurs ingénieux chinois et américains travaillant pour une société US spécialisée dans les avions furtifs emmenaient à Pékin, peut-être pour le vendre à la Chine. L’avion est en quelque sorte mis dans une gigantesque cage de Faraday et les radars ne le voient plus. Ce système est d’une importance extrême pour la défense américaine. Pour empêcher toute communication et toute indiscrétion du fait des passages et de l’équipage, il fallait détourner cet avion et dans ce cas où le poser ailleurs qu’en toute discrétion à Diego Garcia ?

La seconde vidéo, beaucoup plus courte explique comment l’avion a pu parvenir à Diego Garcia, qui n’est pas plus éloignée de Kuala-Lumpur que Pékin.

Les autorités américaines nient farouchement comme il se doit, il faut donc ranger cette explication dans les hypothèses possibles, voire probables mais pas certaines.

Maurice D.

« article paru sur Minurne-Résistance www.minurne.fr »

000000000000000000000000000000000000

commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s